EDITO
Comme dans une cour de récré ! Par Alpha Kabinet Doumbouya
La propension au jeu est le fort de l’enfant. Même les plus malheureux oublient la tristesse pendant les instants de détente au ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


EDITO

 Précédent
Suivant 

Comme dans une cour de récré !



Par Alpha Kabinet Doumbouya




La propension au jeu est le fort de l’enfant. Même les plus malheureux oublient la tristesse pendant les instants de détente au milieu d’autres enfants. Le cœur tourné vers le plaisir de la vie, celle qui tend vers le beau, le bon, et le bien.



Ô ! Combien la vie est paisible pour l’enfant ?

Dans la cour de récréation, les enfants offrent le tableau de la vie en communauté. Tout sourire, ils distillent la joie de bien vivre. Les minuscules bisbilles sont tellement éphémères qu’elles ne laissent aucune écorchure sur le cœur des uns et autres, tant le corps de l’enfant est innocent et fermé au ressentiment, chose souvent visible chez les adultes.

Oui ! Nous les adultes, nous sommes fragiles aux moindres contradictions. L’enveloppe que contient nos cœurs se fragilise au fil des âges, cédant à l’effet d’imperfection humaine, au fur à mesure que notre être quitte le cadre de l’enfance pour celui d’homme complet et actif. Dommage !

Pourquoi alors naître ? Si plus tard l’égo dicte à l’innocence de l’enfant que nous avions été, la loi d’intérêt égoïste ?

Devant les dures et épouvantables épreuves dont est soumise la nature humaine, les douces mains de l’enfant d’hier, que nous étions, s’arment de boucliers et de glaives au prix de l’instinct de survie.

La cour de récré reste toujours idem, si ce sont encore et toujours des êtres humains portant le cœur d’enfant qui y jouent. Le monde est en effet comme une cour de récréation. Mais dès lors, dans cet espace, les pieds d’argile se muent en pieds de géants, les fleurs de l’amour aussi, succombent aux poids de la concurrence. Glaives en main, bouclier de protection, donnent à l’image de la cour de récré celle d’une arène, où chacun se veut premier. ‘’Homme, tu vivras à la sueur de ton front’’. Le monde est ta prison. Tes actes, le reflet de tes pensées.

Ce bas monde qui ressemble à une cour de récré, ne peut plus se réjouir de ces jouets que les enfants se discutent, se partagent et souvent cassent par innocence.

Désormais, ces jouets sont sataniques, leurs effluves plus dangereux que l’ammoniaque. Les mains armées de glaives s’en approprient pour broyer les faibles. L’esprit de partage cède la place à l’envie de régner seul et en maître du monde. Un égocentrisme qui freine le bonheur des autres. Les rôles sont désormais dictés et non partagés, le décor a changé, le bouclier de protection tenu par une minorité. Cette minorité qui croit que le bonheur de la cour de récré se résume par le pouvoir, l’argent, les bijoux, les maisons et que le malheur, c’est la condition de précarité que vivent les autres, alors que ce sont eux le vrai malheur des autres.

La vraie cour de récré est éphémère, ainsi que son ambiance et sa joie intimement liées à l’innocence qu’incarne l’enfant. Le vrai monde aussi est passager avec son lot d’apparat. Tout le reste n’est que vanité, un simple jeu d’enfant, comme dans la cour de récré.

 
AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro