EDITO
De l’air dans le Van
Par Alpha Kabinet Doumbouya Les zèbres sans rayures sont montés, le van est prêt. Les chevaux s’en plaideront, faute de ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


INFOS continue...

1
2
3
4
5
6

Publireportage :

Cellcom poursuit sa campagne d’un an gratuit pour le bonheur de ses abonnés!


Conakry, 29 mars (AGP)- La société de téléphonie Cellcom toujours à l’écoute à ses fidèles abonnés poursuit sa campagne d’un an gratuit pour le bonheur de ses abonnés en leur facilitant la vie dans la communication mais en vue de faire une bonne économie dans une conjoncture économique difficile.





Cette campagne, lancée depuis le 16 février dernier, durant 9 semaines permet à chaque abonné Cellcom de bénéficier d’un an d’appel gratuit !





Communiquer pendant 12 mois de façon illimitée grâce à la campagne un an d’appel gratuit !





La société de téléphonie Cellcom, prouve une fois de plus qu’elle se soucie du quotidien de ses abonnés, c’est pourquoi elle facilite l’accès à la communication pour accompagner chaque abonné dans ses différentes activités.




En effet, pour être un gagnant de la campagne un an d’appel gratuit de Cellcom, il suffit de cumuler au moins 20.000 GNF de recharges au cours de la semaine. Un tirage a lieu chaque mardi pendant toute la durée de la campagne ! Plus vous rechargez, plus vous avez de chances d’être dans le lot des gagnants.





Dans son sixième tirage, mardi 29 mars 2016, à son siège à Kaloum, 100 numéros qui ont été tirés au sort qui bénéficieront un an d’appel gratuit.





Ils viennent s’ajouté aux 500 heureux gagnants des semaines antérieur. Vous aussi, augmentez vos chances d’être dans la prochaine liste de gagnants de la campagne un an d’appel gratuit ! Rechargez au moins 20.000 GNF par semaine, en accumulant les recharges (par carte ou par transfert). Tous les gagnants reçoivent 1000 minutes par mois pendant 12 mois.





Quelques heureux gagnants du jour joint au téléphone se sont exprimé avec l’agent de Cellcom l’or du tirage:





Ismaël Maiga, bijoutier domicilié à Simbaya Secteur 7 dans la Commune de Ratoma perturbé par le choix de son numéro n’a pas retenu sa joie tout en remerciant la société Cellcom pour tous ce que la société fait pour le bonheur de ses fidèles abonnés.


De son coté, Mme Diallo Mariama Sylla, commerçante domicilié dans le quartier Petit Simabaya Commune de Matoto «contente,Héé Merci cellcom ,n’a pas pu contenir sa joie, en meme temps que sa belle sœur qui a elle aussi promise de rechargé son téléphone pour être a son tour une des heureuse gagnante, le meilleur réseau de téléphonie en Guinée « le numéro 1 c’est vous».





Cellcom, le N°1 c’est Vous!

AGP/29/03/016 Cellcom/AGP

 
Formation des journalistes d’Agences de presse africaines : les travaux se poursuivent à Rabat


Rabat (Maroc), 22 avril (AGP)- Les travaux du séminaire de formation sur ‘’le journalisme web’’ se sont poursuivis, mercredi, 22 avril 015, au Centre Africain de Formation pour Journaliste (CAFJ) de l’Agence Marocaine de Presse (MAP), à Rabat au Maroc, rapporte l’envoyé spéciale de l’AGP.

Organisé par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en collaboration avec la MAP, le séminaire a permis aux participants avoir des connaissances sur ‘’le mode de fonctionnement des moteurs de recherche et Google’’, ‘’Google et la mobilité : Google mobile’’, ‘’Identifier les sujets’’, ‘’Comprendre ce que recherchent les internautes et les clients’’, ‘’Ecrire pour l’internaute et les moteurs de recherches’’.

Il a été aussi question ‘’Des bonnes pratiques éditoriales : tirer un article, un dossier, écrire un chapô, contenu de l’article, mise en avant et liens, optimiser les images, les vidéos et faire vivre un article’’.

Les participants se sont également familiarisés avec entre autres, ‘’les bonnes pratiques techniques’’, ‘’Les 4 axes du référencement : Optimisations techniques et Ergonomiques, Optimisations sémantiques, Netlinking’’.

Les travaux se poursuivront jeudi, 23 avril, avec les 17 participants, venus des Agence de Presse du Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Maroc, Mauritanie, Niger, et Togo.
AGP/22/04/015 ST/FDF

 
Page Noire/ L’ex-ministre guinéen de la Jeunesse et des Sports assassiné dans la nuit du vendredi dernier a été inhumé lundi à Kobaya


Conakry, 10 fév (AGP)- Les obsèques de M. Thierno Aliou Diaouné, ex-ministre guinéen de la Jeunesse et des Sports, coordonnateur du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies (PBF) en Guinée, assassiné dans la nuit du vendredi, 06 février, ont eu lieu, lundi, 09 février 2015 à Conakry.

Après la levée du corps au Centre hospitalier Ignace Denn, une poignante cérémonie d’hommage s’est déroulée au Palais du Peuple.

Thierno Aliou Diaouné a été inhumé au Cimetière de Kobaya en fin de journée.

Suite à cette mort tragique, le Bureau du coordonnateur résident du Système des Nations Unies (SNU) en Guinée a rendu public un communiqué de presse, dont copie a été rapporté à la Rédaction de l’AGP par l’institution onusienne.

Voici le contenu de ce communiqué en date du 08 février 2015 :

‘’Le Système des Nation Unies en Guinée présente ses sincères condoléances à l’occasion du décès de Mr. Thierno Aliou Diaouné, Coordonnateur National du Fonds de Consolidation de la Paix en Guinée.

La famille des Nations Unies est profondément émue et attristée par le décès de M. Diaouné dans la nuit du 6 Février 2015 à Conakry et présente ses sincères condoléances à sa famille.

M. Diaoune était un partenaire privilégié des Nations Unies, ardent défenseur de la promotion de la paix, de la démocratie et des Droits de l’Homme en Guinée, qui a œuvré sans relâche pour l’avènement d’un monde meilleur.

Depuis 2012, sa contribution en qualité de Coordonnateur National du Fonds de Consolidation de la Paix en Guinée, a été unanimement saluée par le Gouvernement Guinéen, l’ensemble de la famille des Nations Unies en Guinée de même que les partenaires au développement de la Guinée.

A la requête du Fonds de Consolidation de la Paix, M. Diaouné a visité de nombreux pays africains afin de partager la riche expérience acquise par ses collègues et lui-même en matière de consolidation de la paix au bénéfice de la paix dans ces pays.

Dans le cadre de ses fonctions en Guinée ou ailleurs, son intelligence, son humour, sa diplomatie, et plus important, sa chaleur humaine ont fait de lui un homme apprécié pour la qualité de ses conseils et ses aptitudes en matière de leadership.

Avant son expérience professionnelle avec le Fonds de Consolidation de la Paix et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), M. Diaouné s’est illustré comme acteur de la Société Civile et a servi comme Ministre de la Jeunesse et des Sports, démontrant ainsi son engagement continue et sans faille pour l’avènement d’un monde meilleur.

Les Nations Unies se félicitent de la décision du Gouvernement guinéen concernant l’ouverture d’une enquête sur les circonstances du décès de M. Diaoune’’.
AGP/10/02/015 SNU/AGP

 
Présidentielle 2010 : 2ème tour
Le jour tant attendu est arrivé ce dimanche


Conakry, 7 nov (AGP)- Voici arrivé le jour J tant attendu par l’électeur guinéen qui espère qu’au soir de ce dimanche, 7 novembre, il verra enfin le bout du tunnel.

Il aura ainsi fallu, entre le 15 janvier 2010, date de la signature des Accords de Ouagadougou et ce 7 novembre, date du second tour de l’élection présidentielle mainte fois reportée, attendre 9 mois de patience.

Une patience qui a nécessité plusieurs réunions, des débats, des conférences et meetings, parfois des affrontements impitoyables entre militants des 24 partis politiques qui furent retenus pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Ce dimanche, 7 novembre, c’est finalement le candidat de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), M. Cellou Dalein Diallo et celui du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), Pr Alpha Condé qui se soumettent au verdict des urnes à l’issue d’un scrutin du 2ème tour.

L’enjeu est d’importance dans la mesure où des alliances se sont tissées autour des deux candidats, assuré chacun de gagner par un peu plus de 4 millions d’électeurs.

La veille déjà, c'est-à-dire samedi, 6 novembre, le président de la Transition, Général Sékouba Konaté qui a hâte de passer la main à celui qui sera élu, a réuni au palais présidentiel Sékhoutouréya à Conakry, tous les acteurs de la Transition pour passer son message, véritable hymne à la paix, à la concorde et à l’apaisement.

Ce message qui s’adressait singulièrement aux deux candidats finalistes, a séduit la communauté internationale dont les représentants (ambassadeurs accrédités à Conakry, observateurs de l’Union africaine et de l’Union européenne, Groupe de Contact International sur la Guinée) ont salué l’initiative du Général Konaté.

Ce dimanche matin donc, dès 7 heures, les 9000 bureaux de vote sur l’ensemble du territoire national ont été pris d’assaut aussi bien dans la capitale qu’à l’intérieur du pays par les électeurs, tous décidés à élire leur président de la République ce, dans le calme et la sérénité.

Selon quelques observateurs interrogés par des correspondants de l’AGP dans des bureaux de vote de la capitale et à l’intérieur du pays, le taux de participation est tel qu’il ressemble à celui de la Côte d’Ivoire la semaine dernière qui a été crédité de 83%.

C’est que les guinéens se disent très fatigués des différents reports de cette élection présidentielle qui n’est tout de même pas la fin du monde, estiment t-ils.

« Il faut en finir, au risque de pénaliser tout le monde, notamment l’activité économique », a noté un observateur à l’interne.

Récemment, le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), M. Alhassane Barry a tiré la sonnette d’alarme en disant que les Banques de la place commenceraient à manquer de liquidités.

Le ministre de l’Economie et des Finances, M. Kerfalla Yansané a pour sa part recommandé aux agents du service des impôts de redynamiser le secteur en vue de combler le déficit financier avant la fin de l’année. A cet effet, il a doté le service de véhicules pour une grande mobilité des agents.

Pour de nombreux observateurs, l’enlisement des élections est la cause de la paralysie de l’activité économique caractérisée par l’absence d’aide extérieure et d’investissement en Guinée.
AGP/7/11/010 AB/ST

 
Afrique-Culture : lancement officiel à Siguiri de la 15ème rencontre des "Touramansi"


Siguiri, 05 avril (AGP)- Le préfet de Siguiri, Ibrahima Kalil Keita a présidé, samedi, 02 avril 2016, la cérémonie de lancement officiel de la 15ème rencontre

périodique des "Touramansi", dans la sous-préfecture de Salama, à 19 Km de la Commune Urbaine (CU) de Siguiri, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture.




Les participants, venus du Mali, du Burkina Faso, de la Gambie et partout en République de Guinée, se comptaient par millier, voulant tous une Afrique émergente avec son identité culturelle.




Biologiquement, affirme-t-on, «les Traoré et les Dembélé, de même que les Sidimé, les Cherif, les Dembélé et les Ouwédraogo de la Guinée, du Mali, du Burkina Faso et de la Gambie sont des Touramansi. Autrement dit, les descendants de Touraman, l’un des 16 porte-carquois, reconnus par la Charte de Kouroukanfouga.


Ils étaient ainsi nombreux à honorer de leur présence à cette rencontre à laquelle des activités culturelles ont été développées à travers des chasseurs, des ensembles modernes et traditionnels et des célèbres griots traditionalistes.




Un monde apparemment homogène dont les prestations émouvantes ont, pour

l’essentiel, actualisé la bravoure, l’honnêteté morale, la franchise, l’amour et la loyauté auxquels les aïeux du Mandén médiéval se sont tous identifiés.




Pour sa part, le chef des Traoré de la République du Mali, M. Seydou Idrissa Traoré a signifié, que «l’objectif assigné à cette rencontre périodique est, de

valoriser le retour incarné par nos aïeux, dont les uns et les autres se réclament avec amour et fierté».


De son côté, le préfet de Kankan, Aziz Diop a tout d’abord magnifié les dimensions historiques et socioculturelles de l’évènement. Il a ensuite rassuré la population, de la détermination du président de la République, Pr. Alpha Condé, à promouvoir ce genre d’initiative à cause de son impact socioculturel important.




A l’occasion, le préfet de Siguiri, Ibrahima Kalil Keita, pour être complet, a cité le nom de Kankou Moussa, l’un des successeurs de Soundiata Keita pour ce rang de richard que l’humanité ait connu. Avant de passer en revue les mérites de Kanté Souleymane, l’inventeur de l’écriture N’ko et celui de Aboubacar 2 qui a découvert le continent américain, longtemps avant Christophe Colomb. Des hauts faits historiques, le rappel galvaniserait l’élan des acteurs de ce

rapprochement.


Le préfet de Siguiri a mis l’occasion à profit pour rendre hommage au président

malien, Ibrahima Boubacar Keita et du Pr Alpha Condé de la

République de Guinée pour leur vision et leur volonté commune de

réaliser l’intégration du continent africain en général, et de la sous-région ouest- africaine en particulier.


Selon lui, cette fierté a bien d’autres motifs, notamment le mérite du continent africain, qui est à la fois le Berceau de l’Humanité et celui de la Civilisation Universelle avec l’Invention de l’Ecriture.


AGP/05/04/016 ADC/MDD/KS/ST

 
Le président de la République reçoit le directeur régional Afrique de NDI à Sékhoutouréya


Conakry, 18 fév (AGP)- Le président de la République, Pr Alpha Condé a reçu en audience lundi, 18 février au Palais Sékhoutouréya à Conakry, le directeur régional Afrique de l’Institut National Démocratique pour les Affaires Internationales ou National Democratic Institute (NDI), Dr Christopher Fomunyoh venu s’informer des préparatifs des prochaines élections législatives, a rapporté le Bureau de Presse de la Présidence.

Le directeur régional Afrique de cette institution, affectueusement appelé ‘’Monsieur Afrique’’ par la presse internationale, qui accompagne la Guinée dans son processus démocratique, a saisi cette occasion pour transmettre les condoléances du NDI au président Alpha Condé, suite au décès des 11 militaires dans un crash d’avion survenu le 11 février dernier au Libéria.

A l’issue de son entretien avec Pr Alpha Condé, M. Fomunyoh s’est dit satisfait de l’engagement du chef de l’Etat ainsi que celui des autres acteurs du processus électoral à aller à des élections législatives crédibles et transparentes.

Le directeur régional de la NDI a, à sa sortie de l’audience fait une déclaration dont voici la teneur :

‘’Vous savez que le NDI est une organisation amie à la Guinée qui accompagne le pays dans son processus démocratique. Nous avons tenu à être aux côtés de la Guinée en ce moment difficile pour transmettre les condoléances du NDI suite à cette perte des officiers guinéens dans un accident d’avion.

C’est aussi pour nous informer des préparatifs des élections législatives. Nous sommes en concertation, depuis un certain nombre d’années avec les partis politiques, toutes tendances confondues, tout comme la Société Civile (SC).

Maintenant que nous sommes dans l’année électorale, il faudrait que nous renforcions nos activités. C’est pour cela que nous avons tenu à être sur place pour nous informer davantage auprès du président de la République. Nous avons rencontré aussi les leaders des partis politiques et nous espérons, avec notre équipe en Guinée, renforcer nos activités.

Nous avons ressenti, à travers l’audience que le président de la République nous a accordée, une ouverture d’esprit de sa part et une détermination pour que ce qui reste de la transition soit finalisé afin que toutes les institutions de la Guinée fonctionnent normalement.

De la part des leaders de l’opposition également, nous avons senti une détermination à participer dans un processus transparent et c’est la même chose que nous avons constaté auprès du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Pour nous, c’est un sentiment de satisfaction en ce sens que tout le monde veut participer à un processus crédible et transparent et si nous pouvons travailler ensemble pour que cela soit ainsi, je pense que la Guinée en sortira fière’’, a-t-il expliqué.

A noter, que l’Institut National Démocratique pour les Affaires Internationales (NDI) est une Organisation Non Gouvernementale (ONG) qui œuvre pour le renforcement et le développement de la démocratie à travers le monde.

Faisant appel à un réseau mondial d’experts volontaires, le NDI accorde un appui pratique aux leaders politiques et dirigeants de la Société Civile (SC) qui travaillent à l’établissement de valeurs et institutions démocratiques dans leurs pays.

Le NDI collabore avec les partisans de la démocratie partout dans le monde en vue de promouvoir l’action des organisations politiques et civiles, favoriser la tenue d’élections libres et encourager la participation des citoyens à la vie publique, la transparence et la responsabilité gouvernementale en matière de gestion publique.
AGP/18/02/013 ST/AB/ST

 
Un dialogue direct a été entamé ce mercredi entre le gouvernement et l’opposition guinéenne sur le processus électoral en Guinée


Conakry, 17 août (AGP)- Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, M. Alhassane Condé a eu une séance de travail ce mercredi, 17 août à Conakry avec le collectif des partis politiques regroupant une vingtaine de partis de l’opposition pour débattre de certaines questions relatives à l’organisation des prochaines élections législatives, communales et communautaires en vue de finaliser la transition en Guinée.

18 partis sur 21 dudit collectif ont pris part à cette rencontre dont, l’Union des Forces Républicaine (UFR), l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), le Parti de l’Unité et du Progrès (PUP), la Nouvelle Génération pour la République (NGR), Nouvelle Force Démocratique (NFD), Génération Citoyenne (GéCi), Parti pour l’Union et le Développement (PUD), Alliance pour le Renouveau National (ARENA), l’Union des Forces Démocratiques (UFD), Avenir Démocratique Prospérité de Guinée (ADPG), Parti du Peuple de Guinée (PPG) et l’Union pour le progrès National (UPN).

A cette occasion, ce collectif a présenté au ministre, un mémorandum dans lequel, il a demandé qu’un accord de principe soit trouvé sur un certain nombre de points dont entre autres, la restructuration de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la révision du fichier électoral et le rétablissement des conseils communaux et communautaires dissouts.

Le collectif a estimé, que la CENI doit être renouvelée en vue de garantir son indépendance, sa neutralité et sa crédibilité avant d’exiger, l’annulation du protocole d’entente signé le 16 juin dernier entre le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) et la CENI sur la gestion du processus électoral.

S’agissant de la révision du fichier électoral, le collectif des partis politiques a indiqué, que cette opération ne concernera pas tout le corps électoral mais seulement, les citoyens qui, pour une raison ou une autre, ne se sont pas faits inscrire ou ont été mal recensés et ceux qui doivent être radiés du fichier pour décès et autres motifs.

Il a également exprimé d’autres préoccupations dont, l’accès égal et équilibré de tous les partis politiques aux médias publics et la neutralité de l’Administration publique dans les débats politiques.

En réponse, le MATD, Dr Condé a affirmé, que l’objectif du gouvernement est d’organiser à la fin de cette année, des élections législatives libres, transparentes et crédibles en vue de doter la Guinée d’une Assemblée Nationale et de mettre fin à une transition qui a trop duré.

Il a rappelé, l’importance du dialogue et du consensus entre les différents acteurs de la vie politique dans l’instauration de la démocratie et de l’Etat de Droit en Guinée.

Dr Condé dira en substance, que son département reste ouvert à toutes les discutions et propositions allant dans le sens de l’achèvement dans les meilleurs délais du processus électoral.

Il a souligné, que les revendications faites par le collectif méritent réflexions de la part du gouvernement et des autres acteurs concernés par le processus en vue de trouver rapidement un consensus permettant d’aller aux élections dans un climat apaisé.

Le ministre a ainsi ajouté, que le gouvernement examinera tous les points soulevés afin de trouver des réponses à soumettre audit collectif dans les prochains jours.

Le porte parole du collectif, El hadj Moussa Solano, président du PUP s’est réjoui de l’ouverture d’un dialogue direct entre le gouvernement et l’opposition qui doit, selon lui, aboutir à la mise en place d’un cadre de concertation permanent.

Il a ensuite martelé, que la crédibilité des prochaines élections dépendra du consensus trouvé entre les différents acteurs sur toutes les questions liées au processus.
AGP/17/8/011 AND/ABC/ST

 

Tenue jeudi dernier à Conakry de la 4ème Session ordinaire du Conseil des ministres


Conakry, 14 fév (AGP)- La 4ème Session ordinaire du Conseil des ministres s’est tenue jeudi, 10 février de 12 h à 14h 30 à Conakry, sous la haute présidence du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, autour de l’ordre du jour suivant :

1- Message du président de la République
2- Compte rendu de la Session ordinaire du Conseil Interministériel du mardi, 8 février.

• Compte rendu de la Commission Interministérielle chargée d’examiner la situation des barrages routiers
• Compte rendu de la Commission Interministérielle relatif à l’examen des dossiers de certains Hôtels publics et du Centre Médical International (ex hôtel Gbessia).

3- Décisions et Recommandations

4- Divers

Au titre du 1er point relatif au message du président de la République, le chef de l’Etat a invité les membres du Gouvernement à ne jamais oublier que le régime est désormais constitutionnel et non d’exception, le changement au nom duquel Pr Alpha Condé a été élu, appelle une rupture totale d’avec la mal gouvernance.

Les groupes mafieux qui ont presque paralysé les pouvoirs publics d’hier doivent être combattus sans faiblesse. Pour le réussir, l’unité d’action gouvernementale doit demeurer constante.

Tout acte pris par les régimes précédents et contraires à la constitution doit faire l’objet d’un examen rapide afin que la Guinée retrouve assez vite le chemin d’une gouvernance normale.

Le chef de l’Etat a enfin appelé le Gouvernement, à l’accélération des réformes structurelles contenues dans son projet de société approuvé par l’immense majorité des guinéens.

Au titre du 2ème point, il est revenu au premier ministre de faire un compte-rendu détaillé des principales recommandations de la 5ème Session du Conseil Interministériel du mardi, 8 février dernier.

C’est dans ce cadre que les ministres en charge de la Fonction Publique, du Plan, de la Défense, de l’Information, du Contrôle Economique, du Tourisme ont rendu compte de leurs travaux.

Après de fructueux débats, le Conseil des ministres a pris les décisions et recommandations qui suivent :

1- Pour diligenter les travaux de restructuration des départements ministériels, le Conseil a mis en place un Comité d’arbitrage dont le rapporteur le ministre en charge de la Fonction Publique et composé ainsi qu’il suit : président : le premier ministre ; membres : un du cabinet du président de la République, les ministres en charge des Finances, de l’Administration du Territoire, du Plan, du Budget et le secrétaire général du Gouvernement.

2- Il sera désormais intégré dans l’ordre du jour de tout Conseil Interministériel, un point relatif au suivi des décisions prises. Ainsi sur la base de notes d’information provenant des départements concernés, le Conseil prendra connaissance du niveau d’application desdites décisions.

3- Par rapport aux débiteurs de l’Etat qui doivent plus de 900 milliards de francs guinéens, le délai d’un mois à eux consentis, prenant fin ce lundi prochain, le ministre en charge du Contrôle Economique et Financier va procéder à la publication progressive des noms et prénoms de ces débiteurs ‘’récalcitrants’’ dès la semaine prochaine ; cette disposition sera accompagnée de mesures conservatoires et restrictives diverses comme la saisie des biens.

4- Le Conseil a adopté le plan de communication du Gouvernement proposé par le ministre de l’Information, plan de communication qui prend en compte les charges indispensables devant permettre de combler le déficit de communication dont pâtit la bonne lecture des actions du Gouvernement.

Toutefois, il a invité le ministre de l’Information à procéder à un inventaire exhaustif des équipements dont le département a bénéficié pendant la période de transition.

5- Le Conseil a décidé à partir de ce jour, de la levée de tous les barrages routiers sur toute l’étendue du territoire nationale excepté ceux des frontières. Des mesures d’accompagnement destinées à mieux assurer la sécurité des citoyens sont déjà prises.

6- Le ministre délégué à la Défense Nationale a été invité à procéder à l’inventaire des équipements reçus par les forces armées pendant la période d’exception pour une utilisation plus judicieuse de nos moyens de défense et de sécurité à nos frontières.

7- En rase campagne, la Gendarmerie Nationale et la Douane vont, au moyen de leurs unités mobiles, assurer les contrôles routiers inopinés conformément à leurs missions traditionnelles sans entraver la circulation des véhicules, des passagers et de leurs biens.

8. Le Conseil a invité le ministre d’Etat à la Sécurité, à procéder au retrait des cartes d’identité nationale dont disposent des non guinéens résidant dans le pays, qui viole la législation en vigueur.

9-Le Conseil a entériné l’initiative prise par le premier ministre, d’engager le dialogue social à travers la mise en place de commissions paritaires afin de mieux faire partager la situation économique catastrophique dont le Gouvernement a hérité.

10- Le Conseil a invité les ministres des Affaires Etrangères et celui des Finances à éclaircir la situation des salaires versés au compte de certaines ambassades non encore fonctionnelles mais dont les cadres sur place en Guinée, percevaient des émoluments en devises.

11- Le Conseil a décidé de reprendre certains établissements hôteliers publics en vue de les faire reconstruire ou rénover, que e sont, l’hôtel du Niger, l’hôtel Kaloum, l’hôtel Camayenne.

Quant à l’hôtel RIVIERA Royal, le Conseil a décidé la révision du contrat en vue de le remettre à niveau à partir d’un Cahier de charges qui sera élaboré à cet effet.
S’agissant de l’ex hôtel Gbessia, le Conseil a décidé de faire examiner l’ensemble des questions liées au retour de cet établissement dans le patrimoine de l’Etat en tant que réceptif hôtelier.

12- Le Conseil a invité le premier ministre et les départements en charge de l’assainissement du climat des investissements en Guinée, à prendre les dispositions qui s’imposent pour que tout investisseur qui le désire puisse obtenir en moins de 10 jours, l’ensemble des documents dont il a besoin pour s’installer légalement. Cette disposition pratique doit être appliquée avant la fin du mois de mars 2011.

13- Le Conseil a décidé de créer un haut Commissariat à la Réforme Administrative en vue de diligenter la restructuration de l’administration publique qui a besoin d’être modernisée.

Au titre des divers, le Conseil a félicité le ministre de la Pêche pour les dispositions prises en vue d’approvisionner de manière progressive les villes de l’intérieur en poisson frais et engage toutes les parties prenantes impliquées dans la bonne poursuite de cette opération, à tout mettre en œuvre pour régler les problèmes de transport et de conservation du poisson frais auquel ce département est confronté.

Après avoir informé le Conseil des nombreuses dispositions que les amis et partenaires de la Guinée sont entrain de prendre pour l’accompagner dans l’accomplissement de son programme de lutte contre la pauvreté et la mal gouvernance, pour l’emploi des jeunes, le président de la République a donné de larges informations sur la situation politique africaine et internationale.

Auparavant, la 5ème Session ordinaire du Conseil Interministériel s’était effectivement tenue mardi, 8 février de 10h à 14h 30 à Conakry, sous la présidence du premier ministre, chef du Gouvernement, M. Mohamed Saïd Fofana au tour de 4 points inscrits à l’ordre du jour à savoir, 1- message du premier ministre, chef du Gouvernement, 2- communications des membres du Gouvernement, 3- compte rendu de la ministre délégué aux Guinéens de l’Etranger et 4- les divers.

Au titre du 1er point, le M Fofana a passé en revue les nombreux sujets de préoccupations qui assaillent le Gouvernement avant de rappeler, que la mise en œuvre du programme du président de la République, appelle le renforcement de la solidarité dans l’action gouvernementale.

Il a mis l’accent sur la nécessité de mieux communiquer pour donner plus de visibilité aux actions du Gouvernement. Il a ensuite procédé à la relecture des décisions du dernier conseil des ministres.

Au titre du point, relatif aux communications des membres du Gouvernement, le Conseil a entendu successivement les ministres en charge de la Fonction Publique, du Plan, du Commerce, de l’Information, de l’Energie, et des Guinéens de l’Etranger.

Des recommandations pressantes allant dans le sens de la rupture d’avec la gouvernance passée ont été faites.

Au titre des divers, le Conseil Interministériel, après avoir entendu la communication du ministre de l’Agriculture, celle du ministre délégué à la Défense Nationale a procédé à un échange fructueux de points de vue sur diverses questions d’intérêt national.
AGP/14/2/011 DDD/ST

 
Guinée : le président de la République reçoit l’artiste Sékouba Bambino Diabaté au Palais Sèkhoutouréya


Conakry, 25 nov (AGP)- Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, a reçu en audience, mardi, 24 novembre 201 au Palais Sèkhoutouréya à Conakry, l’artiste-musicien, Sékouba Bambino Diabaté en provenance de Bamako, rapporte le Bureau de Presse de la République (BPP).





L’artiste-musicien guinéen était venu remercier le chef de l’Etat, pour tout le soutien qu’il lui a apporté lors de la prise d’otages survenue, vendredi, 13 novembre dernier, à l’Hôtel Radisson de Bamako au Mali. Un hôtel dans lequel se trouvait Sékouba Bambino au moment de l’attaque d’où il en est sorti saint et sauf.





A l’issue de cette audience, la star guinéenne, Sékouba Bambino, qui était en compagnie d’Antonio Souaré, PDG de Guinée-Games et du Horoya Athlétique Club, a déclaré :





«Je suis venu rassurer le peuple de Guinée et le président de la République, que je me porte bien. Parce que, quand ce drame se produisait, le président de la République m’avait appelé, au nom du peuple de Guinée, pour m’encourager et me motiver. Et je remercie le peuple malien qui est resté à côté de moi et m’a soutenu et sauvé de cette situation. Je remercie le l’armée malienne aussi qui m’a beaucoup aidé».





A préciser, que l’artiste international, Sékouba Bambino était également accompagné par le jeune Souleymane, qui a marché de Bamako à Conakry pour apporter un message de soutien au président Alpha Condé :





«J’ai pris des engagements pour Pr Alpha Condé. Le premier engagement est que quand il va être réélu au premier tour de la présidentielle 2015, je vais marcher de Bamako à Conakry. Le deuxième engagement, si Pr Alpha Condé finit son mandat, je marcherai encore de Bamako à Conakry pour venir lui serrer la main. Et le dernier engagement est que quand je vais me marier et que Dieu me donne un enfant, il sera l’homonyme du Pr Alpha Condé», a-t-il dit.


AGP/25/11/015 BPP/AGP

 
Présidentielle 2010 : 2ème tour - Le président de la Transition a voté dans son quartier résidentiel de Boulbinet


Conakry, 7 nov (AGP)- Le président de la République par intérim, président de la Transition, Général Sékouba Konaté, s’est acquitté tôt ce matin de son devoir civique au bureau de vote du collège Boulbinet 2 dans son quartier résidentiel de Boulbinet dans la commune de Kaloum où il s’est fait recensé.

Les deux candidats se sont également acquittés de leur devoir civique, l’un Cellou Dalein Diallo dans son quartier résidentiel à Dixinn dans la commune du même nom et l’autre, le Pr Alpha Condé dans son quartier résidentiel de Mafanco dans la commune de Matam.
AGP/7/11/010 AB/ST

 
MINISTERE D'ETAT CHARGE DE L'ENERGIE ET
DE L'ENVIRONNEMENT
. A VIS D'APPEL D'OFFRES International


 
Média : Maroc/Tenue d’un Forum des Agences de Presse de l’Afrique Atlantique et de l’ouest


Conakry, 20 oct (AGP)- Tenu les 13 et 14 octobre 2014 à Casablanca le Forum des Agences de Presse de l’Afrique Atlantique et de l’ouest a débouché sur un document appelé "l’Appel de Casablanca".

Ce document est le cri de cœur de toutes les Agences de Presse en Afrique, pour attirer l’attention des Pouvoirs Publics sur elles, et la place qu’elles occupent dans le monde des médias, que ce soit en Afrique ou ailleurs. Les Agences de Presse sont laissées pour compte et ne bénéficient pas souvent des mêmes privilèges que les médias publics comme la Radio et la Télévision.

Le document ‘’L’Appel de Casablanca’’ est rédigé à Casablanca par les représentants de 15 Agences de Presse de l’Afrique Atlantique et de l’ouest dont l’AGP. Ces Agences sont considérées comme Membres Fondateurs de l’organisation faitière dénommée ‘’Fédération des Agences de Presse africaines’’ qui vient de naitre à Casablanca (au Maroc). Voici l’intégralité de ‘’ l’appel de Casablanca’’, ci-dessous:

‘’Forum atlantique des Agences de Presse Africaines’’

Appel de Casablanca pour la contractualisation des rapports avec les pouvoirs publics

Le Forum atlantique des Agences de presse africaines, réuni les 13 et 14 octobre 2014 à Casablanca, lance un appel aux pouvoirs publics pour la contractualisation des rapports qui lient les Agences de presse africaines à leurs Etats respectifs.

Cette contractualisation est seule à même de permettre de fixer le cap, de définir la vitesse des réformes et de déterminer les objectifs. Les partenaires, Agence de presse et Etats, liés par des droits et des devoirs, peuvent travailler ensemble en synergie et en efficience avec une vision et une visibilité partagées pour un service public d’information moderne et à haute valeur ajoutée.

Les défis technologiques et professionnels qui se posent aux Agences de presse africaines nécessitent une programmation budgétaire pluriannuelle qui leur permet de fixer leurs objectifs avec précision et d’avoir une pleine conscience de leurs droits et devoirs à l’égard des pouvoirs publics et de la société.

La souveraineté nationale des Etats en matière d’information impose, aujourd’hui, de considérer les agences de presse comme des acteurs stratégiques de premier ordre dans la bataille de l’information qui embrase le monde.

Les citoyens africains ont le droit légitime de bénéficier d’un service public d’information de qualité traitée par des professionnels rigoureux, et exerçant dans la dignité, au fait de leur responsabilité en tenant en compte des principes éthiques et déontologiques.

Cet appel vient couronner le processus de création de la Fédération atlantique des Agences de presse africaines "FAAPA", qui se veut une plateforme professionnelle de mise à niveau matérielle et immatérielle des Agences africaines pour qu’elles puissent relever les défis multiformes de la mondialisation qu’impose le 21ème siècle à notre continent
Casablanca, Le 14 octobre 2014
AGP/20/10/14 AKD/FDF

 
Labé : un jeune sunnite se voit retirer sa femme pour avoir célébré le baptême de son enfant dans la sobriété


Labé, 08 août (AGP)- Un jeune arabisant, Mamadou Nassirou Diallo, originaire de la Commune Rurale (CR) de Sannoun, dans la préfecture de Labé, en Moyenne Guinée, vient d’être séparé de sa femme bien aimée pour, dit-on, «avoir célébré le baptême de son enfant dans la sobriété», rapporte l’AGP dans la région.


Les pages de cette histoire inédite s’écrivent actuellement dans la Commune Urbaine (CU) de Labé, où notre reporter a rencontré le jeune sunnite, orphelin de père, Mamadou Nassirou Diallo, ingénieur électromécanicien, diplômé de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.


Cet universitaire guinéen justifie sa décision qui a provoqué la colère de sa belle famille par une recommandation divine.


«La jurisprudence islamique a notifié, que le baptême d’un enfant doit se faire de la manière la plus simple. Le reste n’est que secondaire, car le Prophète (PSL) et ses compagnons faisaient les baptêmes de leurs enfants de la manière la plus simple. C’est pourquoi, j’ai, aussi, agi de la sorte», a-t-il expliqué.


Face à l’intransigeance de ses beaux-parents, représentés à Labé par El hadj Ibrahima Balassa Baldé, ancien adjoint au maire de la CU et membre du Bureau fédéral UFDG, Mamadou Nassirou Diallo est monté au créneau pour solliciter la médiation des autorités religieuses de la Région.


«Je ne demande qu’une seule chose. Que ma belle-famille me laisse vivre avec ma femme selon ma compréhension de l’Islam. Mon épouse était d’accord avec moi, d’organiser ce baptême avec la plus grande simplicité. Mais, lorsque j’ai rencontré son oncle pour lui faire part de la cérémonie et de mon intention, ce dernier m’a mis en garde. Il m’avait même prévenu, qu’il n’allait pas assister au baptême si je m’entêtais à le simplifier.


Quelques jours après, il m’a renvoyé les noix de cola que j’avais déposées pour faire part à sa famille. En plus, tellement qu’il était fâché, il m’a dit de ne rien prévoir pour sa famille sur la chèvre à immoler. Moi aussi, j’ai fais le baptême comme je le souhaite. Puisqu’il n’est pas venu, je n’ai rien prévu pour lui», a avoué le ‘’fanatique religieux’’».


Malgré ses multiples appels, aucun chef religieux de la place n’a levé le petit doigt pour rétablir ce jeune dans ses droits. Le seul qui a pris la parole sur les antennes d’une radio privée de la place est un proche de l’Imam de Labé. Thierno Mamadou Dian ‘’Abadjada’’ Diallo a tout simplement voulu donner raison aux deux tendances divergentes à la fois.


En tout cas, il a expliqué que «le choix du jeune Mamadou Nassirou Diallo, d’organiser des cérémonies de baptême dans la sobriété est bien fondé, mais que c’est toujours intéressant de garder des repas copieux pour faire plaisir à des hôtes de marque».


Les auditeurs de la Radio GPP FM Foutah sont restés sur leur faim, quant à savoir si cet incident est suffisant, au regard de la religion, pour provoquer le divorce entre Mamadou Nassirou Diallo et son épouse qui lui a donné son premier enfant de la vie ?


En attendant d’avoir une réponse claire, qui ne souffre d’aucune ambiguïté, il est bon de signaler, qu’à Koula-Mawndé, un foyer incandescent de la Culture islamique très fréquenté dans la Région, les cérémonies de baptême s’organisent toujours dans la sobriété.


Certains lettrés arabes soutiennent également, qu’«il n’est pas licite de manger les repas de baptême».


Cet incident relance tout de même le débat sur la manière d’organiser les cérémonies de mariages et de baptêmes dans ce contexte socioéconomique très difficile, et qui se passe de tout commentaire.


AGP/08/08/016 ISD/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du 13 novembre 2014


La quarante sixième (46ème ) séance du Marché interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 13 novembre 2014 de 09h 30mn à 10h.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.
Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 980, 1063GNF.
Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale

________________________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Aperçu du rapport du GMMP sur l’égalité des sexes et OMD


Conakry, 16 sept (AGP)- Selon des recherches effectuées lors du Projet Mondial de Monitorage des Médias (GMMP) dans les grands quotidiens, la télévision et les émissions de radios de 108 pays à travers le monde, il a été relevé 3% seulement des reportages sur la pauvreté, 2% sur l’éducation, 25% sur le VIH/Sida, 3% sur l’environnement et 1% sur les partenariats internationaux qui soulignent les questions d’égalité et d’inégalité des sexes.

En Guinée Conakry, les travaux de recherches du GMMP qui ont été coordonnés par le point focal Femmes Médias et Développement (FAMEDEV), furent centrés sur 2 journaux de la presse écrite à savoir, le Diplomate et le Démocrate, la radio nationale et la Télévision nationale.

Ici, les recherches effectuées ont montré que, seulement 8% des reportages sur la pauvreté, 9% des reportages sur l’éducation, 39% des reportages sur le VIH/Sida, 4% des reportages sur l’environnement et 19% des reportages sur les partenariats internationaux ciblent essentiellement les femmes.

En outre, les recherches du GMMP démontrent que seulement 5% des reportages sur la pauvreté, 5% des reportages sur l’éducation, 16% des reportages sur le VIH/Sida, 3% des reportages sur l’environnement et 1% des reportages sur les partenariats internationaux, combattent clairement les stéréotypes sexistes.

A noter que sur les cinq OMD sélectionnés, les reportages des médias d’informations sur le VIH et le Sida sont ceux qui, en moyenne, dans le monde entier, tiennent le plus compte de la spécificité homme-femme.

En plus des résultats cités plus haut, voici d’autres résultats du GMMP enregistrés en 2010 :

- Avec un score de 44%, les femmes s’approchent de la parité en ce qui concerne les personnes interrogées pour donner un avis général dans les nouvelles. Par contre, un expert sur cinq seulement est une femme.

- Les femmes sont présentées différemment des hommes dans les nouvelles : leur âge est indiqué deux fois plus souvent que celui des hommes, elles apparaissent en photo une fois et demie de plus que leur congénères masculins et les reportages ne reflètent pas la réalité, car ils ne présentent pas les femmes dans les postes professionnels ou d’autorité qu’elles occupent réellement.

- Les femmes ne présentent que 37% des reportages dans la presse écrite, la radio et la télévision combinées.

- Les reportages présentés par les journalistes féminines sont pratiquement deux fois plus susceptibles de combattre les stéréotypes sexistes que ceux présentés par les hommes.

- Les préjugés sexistes que l’on observe dans les médias d’information traditionnels (télévision, radio et presse écrite) sont transposés dans les ‘’nouveaux’’ médias d’information (Internet).

Le niveau des préjugé et le même dans les nouveaux médias que dans les médias traditionnels, voire parfois pire.

Les résultats de recherches du GMMP seront débattus le 29 septembre 2010 lorsque les rapports nationaux, régionaux et internationaux du GMMP seront publiés.

On s’intéressera tout particulièrement aux statistiques sur l’évolution de la présence des femmes dans les nouvelles depuis 1995, l’évolution des reportages sur les différents thèmes ventilés selon le sexe des journalistes et des présentateurs, et l’évolution de la qualité des reportages dans la perspective de l’égalité des sexes.

On présentera aux professionnels des médias et à la Société civile un plan d’action pour des médias d’information respectant l’égalité des sexes.

Le GMMP est le plus vaste et le plus long projet de recherche longitudinale engagé qui existe sur la parité des sexes dans les médias.

L’objectif ultime du projet est de parvenir à une représentation juste et équilibré des hommes et des femmes dans les médias d’information et à travers ces derniers.

Le GMMP est coordonné par l’Association Mondiale pour la Communication Chrétienne (WACC), un réseau de communication international basé au Canada et au Royaume-Uni qui encourage la communication pour favoriser le progrès social, en collaboration avec Médias Monitoring, une organisation basée en Afrique du Sud chargée de l’analyse des données.

Le projet bénéficie du soutien du Fonds de Développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM).
AGP/16/9/010 GMMP/AGP

 
Média/L’UPF-Guinée prépare activement les 43èmes Assises de Dakar


Conakry, 6 juin (AGP)- Les membres de la Section guinéenne de l’Union de la Presse Francophone (UPF-Guinée) se sont concertés, jeudi, 5 juin, à son siège, à Conakry, sous la direction de leur président, Naman Camara.

Cette réunion avait pour objectifs, de rendre compte des activités menées depuis le début de 2014, de préparer la participation de la section guinéenne aux 43ème Assises de l’UPF, prévues du 19 au 23 novembre prochain à Dakar, au Sénégal, sous le thème «Jeunes et Médias : les défis du numérique».

Après avoir été introduit par le secrétaire général de l’UPF-Guinée, Jean Pierre Ouendéno, le président de l’UPF Guinée, Naman Camara a informé ses mandants, du niveau d’évolution d’un projet visant à la formation et à la mise sur pied d’un Réseau des journalistes parlementaires. Ce qui a pour objectif, de former des journalistes imprégnés des questions d’un Parlement.

Partant, le président a informé ses collègues que ce projet est jusqu’ici confronté à un manque de financement. Malgré cela, l’UPF-Guinée ne compte pas s’arrêter en chemin car, l’organisation à Conakry d’un atelier régional afin de mettre en place un Réseau des journalistes parlementaires, à l’instar des autres pays de la sous région, ne fera que spécialiser les hommes des médias qui en ont tant besoin.

Par rapport aux préparatifs des 43èmes Assises de l’UPF à Dakar, une commission de réflexion, composée de quatre membres, présidée par le Directeur général de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP), Alpha Kabinet Doumbouya a été mise en place pour se pencher sur la thématique que la la délégation guinéenne va présenter, une fois à Dakar.

Cette commission est composé entre autres, du secrétaire général de Rédaction de l’AGP, Jean Pierre Ouendéno en même temps secrétaire général de l’UPF-Guinée, du directeur de publication du Journal ‘’Le Populaire’’, Alpha Abdoulaye Diallo et de Amara Cissé du Centre de Formation et de Perfectionnement du ministère de la Communication.

En plus de cette Commission, une autre chargée d’entamer les démarches auprès des autorités et personnes de bonne volonté, en vue d’une participation massive et qualitative de la Guinée à ces Assises. Cette dernière est composée des quatre membres de la Commission de réflexion plus le président de l’UPF-Guinée.

Les membres ont convenu que la Commission reste ouverte en ce sens que, tout journaliste qui pourrait aider à l’aboutissement des démarches, en vue d’une participation massive et qualitative à Dakar, est la bienvenue en son sein.

Le président de la section guinéenne s’est réjoui de la volonté des uns et des autres, d’honorer la Guinée lors de ces assises.

«J’ai réuni tous les membres de notre section pour qu’ensemble, nous commencions, dès maintenant, à nous préparer afin que notre pays soit valablement représenté lors de cette rencontre des professionnels de médias. La Commission qui vient d’être mise en place se mettra rapidement au travail pour que nous puissions soumettre, avant le 20 juin à l’UPF, une proposition de thème que nous allons présenter à Dakar», a déclaré, Naman Camara.

C’est sur une note de satisfaction et d’espoir pour une participation de qualité, que les membres de la Section guinéenne de l’UPF ont pris congé, les uns des autres.
AGP/6/06/014 AND/JPO/ST

 
Guinée/L’Opposition politique appelle à des «journées ville morte» : le gouverneur de Conakry rassure ses concitoyens


Conakry, 30 mars (AGP)- Le gouverneur de la Ville de Conakry, Général Mathurin Bangoura a rassuré, mardi, 29 mars 2016, les citoyens de sa ville, de vaquer librement à leurs activités habituelles et que toutes les dispositions sont prises pour leur sécurité.





Cette assurance, donnée à travers une déclaration rendue publique, mardi à Conakry, vient en réaction à l’appel de «ville morte» lancé par l’Opposition Républicaine guinéenne pour les journées du mercredi, 30 et jeudi, 31 mars.





Nous vous proposons le contenu de cette déclaration :





«Citoyennes et citoyens de la ville de Conakry,





Nous suivons depuis quelques jours sur les ondes des Radios privées et sur la presse en ligne, l’appel d’un groupe de partis politiques de l’Opposition, invitant les populations à observer des journées dites ville morte, les mercredi, 30 et jeudi, 31 mars 2016.





Citoyennes et citoyens de Conakry,





Je vous invite à rester confiants et sereins et vous demande de continuer à vaquer librement à vos activités habituelles. Toutes les dispositions sont prises pour la sécurité de tous.





Notre préoccupation à ce jour est de contribuer à l’assainissement de la ville, à la sécurité et au renforcement de la cohésion sociale entre les citoyens.





J’invite les acteurs politiques au dialogue et à l’apaisement.





Vive la paix !


Vive l’unité nationale !


Je vous remercie».


AGP/30/03/016 MYS/KS/ST

 
Le président de la République par intérim, regagnera Conakry ce jeudi dans l’après-midi


Conakry, 9 sept (AGP)- Au terme de sa visite d’Etat en Libye et au Maroc, le président de la République de Guinée par intérim, président de la transition, Général d’Armée Sékouba Konaté est attendu ce jeudi, 9 septembre dans l’après-midi à Conakry, précise un communiqué du Bureau de Presse de la présidence de la République.

Le Général Konaté sur invitation du Guide libyen, avait pris part à Tripoli, à la commémoration du 41ème anniversaire de la Révolution libyenne avant de se rendre au Maroc pour un contrôle médical.
AGP/9/9/010 ST

 
Fin vendredi à Rabat de la Session de formation des journalistes d’Agences de presse africaines


Rabat (Maroc), 24 avril (AGP)- La Session de printemps du séminaire de formation des journalistes des Agences de presse africaines, sur le thème, ‘’Le journalisme web’’, a prend fin, vendredi, 24 avril 2015 dans la soirée, au Centre Africain de Formation des Journalistes (CAFJ) de l’Agence Marocaine de Presse (MAP) à Rabat, rapporte l’envoyé Spécial de l’AGP au Royaume Chérifien.

Organisée par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en partenariat avec la MAP, la dernière journée de la formation, axée sur ‘’Exploiter les médias sociaux’’, a permis aux participants de développer et de se familiariser avec plusieurs sous-thèmes appuyés par des ateliers pratiques avec Twitter et Facebook.

‘’Différence entre medias sociaux et réseaux sociaux’’, ‘’Panorama des médias sociaux’’, ‘’ Quelques chiffres sur les réseaux sociaux’’, ‘’Les différents usages des réseaux sociaux par les journalistes’’, ‘’Réseaux sociaux et journalisme’’, ‘’Réseaux sociaux et journalisme : quels contenus mettre en avant’’, ‘’Twitter et journalisme’’, ‘’Followerwonk : identifier des comptes Twitter intéressants’’, ‘’Facebook et journalisme’’, ‘’Google Media Tools’’, ‘’YouTube pour les médias’’, ‘’ D’autres outils pour les journalistes’’, et ‘’Quels contenus mettre en avant sur Facebook ?’’, ont été entre autres thématiques qui ont nécessité d’amples explications de la part du formateur.
AGP/24/04/015 ST/FDF

 
Interview «L’AGM comprend 104 antennes et plus de 15.000 membres», dixit son président Moussa Soumaré


Conakry, 19 août (AGP)- Le président de l’Association Guinée en Mouvement, a accordé une interview exclusive au correspondant communal de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) à Dixinn, pour parler de la vie de son groupement et de la situation sociopolitique de la Guinée.

C’était dimanche, 14 août 2016, au siège de sa structure dans la commune de Dixinn, à Conakry.

El hadj Moussa Soumaré, homme d’affaires et entrepreneur guinéen, est le président de l’Association Guinée en Mouvement (AGM).

AGP : Combien de membres que compose l’AGM à nos jours ?

El hadj Moussa Soumaré : L’AGM a 104 antennes implantées à travers le pays et plus de 15.000 adhérents. Ses antennes sont réparties dans les 5 communes de la ville de Conakry, dont 18 à Matoto. Elles sont également réparties dans les Régions Administratives (RA), dans les préfectures et dans les sous-préfectures de l’intérieur du pays.

AGP : Hors le soutien des actions du gouvernement de la 3ème République, Een tant que président de l’AGM, quelle est la politique mise en place pour l’accompagnement de vos membres ?

El hadj Moussa Soumaré : L’AGM a commencé d’abord à sensibiliser les populations à assainir les lieux publics et privés, en vue de permettre aux gens de connaître notre association.

En suite, nous avons formé nos membres dans l’agriculture pour leurs permettre de comprendre que le développement d’un pays doit toujours commencer par l’agriculture, car elle fait partie du secteur primaire. Et, au jour d’aujourd’hui, cela marche très bien à Forécariah, à Boké, à Lélouma, à Faranah, à Kindia, à Lola et à Macenta.

Comme en Guinée, ceux qui travaillent sont difficilement vus par les autorités, c’est pourquoi nos membres qui évoluent dans l’agriculture sont appuyés par nos propres moyens. Puisque nous n’avons pas d’aide extérieure. Seulement l’année dernière à Forécariah, le premier ministre, Mohamed Saïd Fofana nous avait fait un don. A Macenta, la Direction Préfectorale de l’Agriculture aussi nous avait fait un don en intrants agricoles et en herbicide.

Mais aussi, nous avons formé les jeunes membres de notre association que nous- mêmes avons eu à financer, dont 45 évolus actuellement dans les institutions en Guinée. Nous avons créé une société de sécurité, appelée AGM sécurité pour l’emploi des jeunes de notre association.

En fin, nous avons mis à la disposition des femmes membres de notre association un fonds de micro finance, dont nous-mêmes avons donné, pour leur permettre de financer leurs activités.

AGP : Que pensez-vous de la manifestation politique l’Opposition républicaine en Guinée ?

El hadj Moussa Soumaré : Je crois que l’opposition guinéenne est en train de voir qu’aujourd’hui le peuple de Guinée n’a pas besoin de manifestation et de trouble. Mais plutôt, le peuple a besoin de la paix, de l’unité, quelque soit celui qui est au pouvoir. Le pays a besoin de la stabilité politique pour qu’il se développe.

La Guinée vient de sortir d’une élection présidentielle libre, transparente et démocratique. Ça prouve que ceux qui ont perdu, l’on perdu. Ils n’ont qu’à accepter leur défaite et attendre la prochaine élection. Si un jour Dieu leur donne le pouvoir, d’autres aussi vont leurs écouter. Le peuple n’a plus besoin de manifestation, de casse des biens publiques et privés et de tuerie.

L’Opposition républicaine n’a pas un programme de société, c’est pourquoi elle appelle à la manifestation de rue. Elle est en train de comprendre que le mot d’ordre d’aller en manifestation ou en marche à répétition n’apportera rien au peuple de Guinée.

AGP : Quelle appréciation faites-vous du report de la tenue des élections locales en Guinée, qui était prévue pour octobre prochain ?

El hadj Moussa Soumaré : Quand j’entends parfois certains membres de l’Opposition dirent que les accords signés entre l’Opposition et l’Etat n’ont pas été respectés, mais si on regarde aujourd’hui dans les 5 communes de Conakry et ceux de l’intérieur du pays, l’Opposition est représentée. C’est l’un des points importants de ces accords.

Toutes les questions liées aux élections locales en Guinée doivent être analysées et soumises à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), car cette institution chargée d’organiser les élections est composée de, non seulement de la Mouvance présidentielle, mais aussi, de l’Opposition. Je sais que s’il y a le report de la tenue des élections locales en Guinée, c’est que nous sommes dans une crise économique.

Et cette crise aujourd’hui est mondiale. Donc, ce n’est pas seulement en Guinée. Si l’Etat n’a pas les moyens financiers, si les partenaires au développement n’ont pas réagi positivement en donnant les moyens à l’Etat guinéen, il faut en ce moment, que ces élections soient reportées jusqu’à ce qu’on trouve les moyens nécessaires. Et cela ne veut pas dire qu’il n’aura pas d’élections locales.

AGP : Je vous remercie !

El hadj Moussa Soumaré : C’est moi qui vous remercie.

AGP/19/08/016 JG/ST

 
Le chef de l’Etat promet 100 ordinateurs aux CS et la réparation de 200 forages


Conakry, 14 mars (AGP)- Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a promis aux femmes, la mise à la disposition de 100 ordinateurs aux Centres de Santé (CS) ainsi que la réparation de 200 forages non fonctionnels à travers le pays.

Il a tenu cette promesse le 8 mars dernier au Palais du peuple à Conakry, à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des Femmes (JIF).

Ce geste du président de la République s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre de son projet de société, qui met un accent particulier sur l’amélioration de l’accès des populations aux services sociaux de base notamment, l’accès à l’eau potable et aux services de santé de qualité.

Cette opération devrait commencer cette semaine à Conakry et se poursuivra dans toutes les préfectures du pays, a précisé le chef de l’Etat.

Les100 ordinateurs qui seront distribués servirons, d’après Pr Alpha Condé, à moderniser le système de fonctionnement des CS dans la collecte, le traitement et la sécurisation des données statistiques telles que, les naissances, les décès, les dépenses et les recettes, en vue de réduire progressivement le taux de mortalité due à l’accouchement en rendant effective la gratuité de la césarienne sur toute l’étendue du territoire guinéen, a indiqué le président de la République.
AGP/14/3/012 YT/AND/JPO/ST

 
Mohamed Camara, caméraman à la RTG est décédé, vendredi, 25 août 2017, à Kamsar (Boké)


 
Santé : «la tradition est un honneur, mais une tradition qui détruit la vie, nous devons nous en défaire», dixit Sanaba Kaba


Conakry, 19 fév (AGP)- La ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (ASPFE), Sanaba Kaba s’est rendue, dimanche, 06 février 2016, à Kodoma dans la préfecture de Gueckédou, pour marquer la Journée de tolérance zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines (MGF) et honorer la mémoire de Koumba Tonguiano, une fillette de 5 ans décédée des suites d’une opération clandestine d’excision, rapporte le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance en République de Guinée (Unicef Guinée).





Elle était accompagnée des partenaires de la Guinée dans la lutte contre ce phénomène, dont l’UNICEF, l’ambassade des Etats Unis, sans oublier les acteurs locaux venus nombreux se recueillir sur la tombe de la défunte.





Parlant des méfaits des Mutilations Génitales Féminines/Excision (MGF/E), la ministre guinéenne de l’ASPFE a déclaré, que «la tradition est un honneur, mais une tradition qui détruit la vie, nous devons nous en défaire».





Elle se rappelle : «Depuis toute petite, j’avais conscience de la gravité de cette pratique. J’ai grandi avec ma grand-mère, et lorsque j’étais à ses côtés, j’écoutais les causeries des femmes qui se plaignaient, qui expliquaient toutes les difficultés qu’elles avaient dans leur corps et dans leur vie conjugale. Je sais que c’est difficile de se défaire de la tradition parce que la tradition est un honneur. Mais une tradition qui détruit la vie, nous devons nous en défaire. Je remercie nos partenaires pour leur appui, et en premier lieu l’UNICEF, l’UNFPA, l’Ambassade des Etats Unis, qui nous ont permis, ces dernières années, de donner beaucoup plus de visibilités à cette lutte».


AGP/19/02/016 ST

 
Médias-Rabat/ Ouverture lundi de l’atelier de formation sur ‘’le Journalisme Web’’


Rabat (Maroc), 20 avril (AGP)- L’atelier de formation sur ‘’le journalisme Web’’ a ouvert ses travaux, lundi, 20 avril, au Centre Africain de Formation pour les Journalistes (CAFJ) dans les installations de l’Agence Marocaine de Presse (MAP), à Rabat au Maroc, rapporte l’envoyé spécial de l’AGP.

Organisé, la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA), l’atelier se déroule autour de plusieurs thèmes dont entre autres, ‘’Rédiger pour le web’’, ‘’Visibilité dans les moteurs de Recherche’’, ‘’Mesurer et optimiser’’, ‘’Exploiter les médias sociaux’’.

Il regroupe les journalistes d’Agence venus du Benin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mauritanie, Niger, Togo, Maroc.

Il a pour Objectif, ‘’Comprendre les contraintes de l’écriture pour le web, maîtriser les techniques d’Optimisation pour les Moteurs de Recherche ou Search Engine Optimisation(SEO), identifier les opportunités de fidélisation et de développement de la visibilité sur le web grâce aux médias sociaux (Twiter, Facebook….)’’.

Pour cette première journée, les participants ont planché sur ‘’Rédiger pour le web’’ : Panorama des différents types de contenus sur le web, identifier les contraintes du web, adaptation des principes de l’écriture journalistique au web, étude de cas atelier pratique d’écriture journalistique pour le web’’.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le président de la FAAPA, Khalil HACHIMI Idrissi, directeur général de la MAP.

La fin des travaux est prévue pour vendredi, 24 avril 2015, à Rabat.
AGP/20/04/015                     ST

 
Le président de la République a récemment reçu en audience à Conakry, le PDG de SSH WORLD Wide and Project


Conakry, 6 mars (AGP)- Le président de la République, Pr Alpha Condé a reçu en audience, le 2 mars dernier, au Palais Sèkhoutouréya dans la commune de Kaloum à Conakry, une délégation de la société marocaine SSH World Wide and Project, venue lui faire part de son intention d’investir dans le domaine agricole en Guinée, a rapporté le Bureau de Presse de la Présidence.

Dans cette perspective, ce consortium d’entreprises s’intéresse principalement à la production du riz, dans le but, d’aider davantage la Guinée dans son programme de lutte engagé pour une auto suffisance alimentaire en faveur de la population, en développant l’agriculture.

A l’issue de cette audience, le PDG de la société SSH World Wide and Project, Said Mouhyi a précisé, que leur entretien avec le chef de l’Etat, était axé sur leur arrivée en tant qu’investisseurs en Guinée et qu’ils sont intéressés par la production du riz.

Concernant ce projet agricole, M. Mouhy a dit déjà être en contact avec le département de l’Agriculture par ce que, selon lui, il travail déjà avec le ministre et le secrétaire général de ce ministère sur un projet concret dont les travaux sont lancés.
AGP/6/3/012 ST/JPO/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du jeudi, 20 novembre 2014


La quarante septième (47ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 20 novembre 2014 de 09h30 mn à 10h.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 982, 7695 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Guinée/ Présidentielle 2015 : la caution de candidature fixée à 800 millions GNF


Conakry, 11 août (AGP)- Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Bakary Fofana a, à travers un communique rendu public lundi, 10 août, fixé le montant du cautionnement des candidats à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, à 800 millions de francs guinéens et le montant global des dépenses pouvant être engagées dans les campagnes électorales par candidat ou parti politique à 20 milliards de francs.





Dans le même communiqué, le président de la CENI a précisé, qu’un communiqué de la Cour Constitutionnelle fixera, dans les jours qui suivent, la date et le lieu de dépôt des dossiers de candidature.





Le montant du cautionnement à verser au Trésor Public contre un récépissé, est entièrement remboursable dans les 15 jours qui suivent la proclamation définitive des résultats, à tout candidat élu ou ayant recueilli au moins 5%t des suffrages valablement exprimés, a-t-on indiqué.


AGP/11/08/015 CM/FDF/ST

 
Page de la Campagne électorale
2ème tour de l’élection présidentielle 2010 : le gouvernement suspend provisoirement la campagne du second tour en Guinée


Conakry, 13 sept (AGP)- A la suite de la montée de la tension entre les candidats au second tour de la présidentielle 2010 que sont, MM. Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, le gouvernement guinéen a, à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire tenu dimanche, 12 septembre dans l’après-midi, décidé de suspendre ‘’provisoirement’’ la campagne électorale en cours depuis déjà une semaine.

En effet, à une semaine de la tenue du scrutin du 19 septembre prochain, les militants des deux candidats se sont affrontés les 11 et 12 septembre dans la banlieue de Conakry, notamment dans les quartiers, Hamdallaye et Simbaya-Gare, faisant 1 mort, une cinquantaine de blessés et d’importants dégâts matériels.

Au vu de cette ‘’situation douloureuse’’, le gouvernement a pris des mesures urgentes et responsables au nombre desquelles, il a décidé de ‘’suspendre provisoirement la campagne en attendant de rencontrer ce lundi les deux candidats qui ont déjà marqué leur accord, d’interdire toute manifestation isolée et surtout de traduire devant les tribunaux, toute personne qui violerait l’interdiction de manifestations’’.

Sur les raisons des affrontements entre les militants des deux candidats, chacune des deux parties a rejeté la responsabilité sur l’autre.

Face à cette situation de désespoir du fait que les deux candidats avaient pourtant signé le 3 septembre dernier à Ouagadougou, à l’initiative du médiateur de la crise guinéenne, M. Blaise Compaoré, chef de l’Etat du Faso, un code de bonne conduite, les observateurs se sont interrogés sur le respect de la date du 19 septembre.

Toutefois, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), continue quant à elle, de réaffirmer sa détermination à organiser le scrutin à la date fixée.

En attendant l’issue de la rencontre ce lundi entre le gouvernement et les deux candidats, l’opinion reste encore perplexe, pourrait-on croire.

A Conakry, le tout nouveau gouverneur de la Ville, le chef de bataillon Sékou Resco Camara est monté au créneau dans une déclaration pour mettre en garde désormais contre tout fauteur de trouble mettant en cause ‘’la paix et la quiétude sociale’’ dans la capitale.
AGP/13/9/010 AB/ST

 
L’UPR s’est officiellement alliée samedi au RPG du Pr Alpha Condé


Conakry, 23 août (AGP)- L’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) de Elhadj Bah Ousmane et le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), ont signé samedi, 21 août à Conakry, un protocole d’alliance pour le second tour du scrutin présidentiel prévu le 19 septembre prochain.

Le quartier général du parti UPR sis à la Minière dans la commune de Ratoma a servi de cadre à cette rencontre en présence des militants et sympathisants des deux partis ainsi que quelques représentants des partis alliés au RPG.

Dans son intervention, le président de l’UPR, Elhadj Bah a dit que son alliance avec le RPG est le résultat de plusieurs contacts et négociations avec tous les responsables de son parti, contacts au cours desquels, le choix est tombé sur le RPG à cause de son programme visant non seulement à lutter contre les maux dont souffre le pays, mais aussi et surtout à rassembler les guinéens afin que le rêve tant attendu qu’est le développement du pays, connaisse le jour en Guinée, a-t-il précisé.

Quant au Pr. Alpha Condé président du RPG, il a souligné qu’à travers cette alliance, les uns et les autres doivent comprendre que ce n’est pas trois régions qui sont regroupées contre une, mais c’est l’ensemble des guinéens qui optent pour le changement sans distinction aucune. Une façon de mettre fin à l’utilisation de la machine de corruption et de détournement en vigueur dans l’administration guinéenne depuis plus d’une décennie, a-t-il ajouté.
AGP/23/8/010 CM/AB/ST

 
Mandiana/Signature d’un Pacte d’entente et de non violence entre les populations


Mandiana, 20 mai (AGP)- Les quatre jours de travaux du Forum de réconciliation des fils et filles duWassolon, organisé pour laver le linge sale en famille et non dans le sang, ont abouti à l’extinction des foyers de tension et à la signature d’un Pacte d’entente et de non violence entre toutes les populations de la préfecture de Mandiana, y compris les ressortissants de cette localité.

Ce désormais Code de conduite des mandianaka(population de Mandiana) se résume en 7 points qui consistent au respect scrupuleux des recommandations issues des différentes rencontres à savoir, promouvoir individuellement et collectivement la culture de la paix sur toute l’étendue de la préfecture, privilégier le règlement des conflits domaniaux, miniers, agricoles, ainsi que ceux liés aux mares et forêts par les sages des localités concernées, interdire formellement aux ressortissants d’intervenir négativement dans la gestion des conflits, interdire aux jeunes de contester les décisions rendues par les sages et les notables dans les collectivités, interdire la violation des Pactes historiques existant entre les communautés, mettre en place une structure de suivi de l’application du Pacte, et respecter individuellement et collectivement le contenu du présent Pacte.

Ce document a été signé par les maires des 12 Collectivités que compte la préfecture de Mandiana et les représentants des ressortissants de Wassolon et du Mandén.

Ledit forum, qui a passé aux peignes fin tous les problèmes qui assaillent Mandiana, a fustigée le comportement de certains fils ressortissants de la région qui s’immiscent dans les conflits et activent le feu entre les belligérants.

Les participants ont aussi insisté sur la résolution des conflits par la Justice coutumière et les parties en conflit se sont engagées, de façon solennelle, à déférer leurs différends au niveau des sages de leurs localités respectives. C’est le cas, notamment du conflit de mare qui opposait les villages de Sansando et Kikokarakoura depuis les années 80. Ces 2 parties ont enterré la hache de guerre devant des milliers de participants, en se jurant et serrant les mains avec des coulées de larmes. Elles ont promis de réveiller et d’entretenir les rapports de bon voisinage qui ont existé entre leurs ancêtres.

A rappeler, que de 2006 à ce jour, la préfecture de Mandiana, capitale duWassolon, a connu 20 conflits miniers, agricoles, mare, politiques et frontaliers avec les voisins maliens et ivoiriens. Ces différends ont enregistré 9 morts d’homme, plus de 50 blessés graves et des dégâts matériels inestimables.

A retenir, que seule la sous-préfecture de Saladou est restée sans conflit dans la circonscription de Mandiana.

LeDirecteur général des Douanes, colonel Toumany Sangaré a,à l’occasion, consentis tous ses efforts et moyens pour mettre les fils et filles de Mandiana autour d’une même table.

Ce fils du tiroir avec les femmes de Mandiana s’accroupiraient devant leurs parents pour leur demander pardon, de s’accepter et d’enterrer la hache de guerre et ses efforts ont vaincu les belligérants.
AGP/20/05/014 OS/AB/JPO/ST

 
Publireportage : Cellcom met sur le marché de nouvelles cartes de recharge pour le bonheur de ses clients


Conakry, 27 jan (AGP)- Le directeur Marketing de la société de téléphonie mobile Cellcom, Asher Terry Alone a annoncé, mardi, 26 janvier 2016, au cours d’un point presse, la mise sur le marché de nouvelles cartes de recharge plus performantes, garanties et sécurisés, pour le bonheur de ses clients.





«Ces nouvelles cartes de 5.000, 10.000, 20.000, 30.000, 50.000, 100.000, 200.000 et 450.000 GNF, avec une grande diversité des prix pour qu’elles soient accessibles à tous.





Aussi une nouvelle forme et dimension pour une utilisation plus efficace et facile pour les clients, recyclables à 100% et contribuent non seulement à la protection de l’environnement, mais aussi et surtout à la lutte contre les fraudeurs. Très attrayant avec plus d’images pour les jeunes, et pour le monde du travail.





Les anciennes cartes de recharges ne seront pas retirées du marché, cependant elles disparaîtront progressivement, car pour le lancement sur le marché, la Direction de la société a rencontré les revendeurs agrées, afin de mettre à leur disposition ces nouveaux produits» a commenté le directeur Marketing de la société de téléphonie mobile Cellcom, Asher Terry Alone.





Cellcom le Numéro 1 c’est vous


AGP/27/01/016 AKT/ST

 
Tenue le 26 juillet à Conakry de la Session ordinaire du Conseil des ministres


Conakry, 26 juil (AGP)- Le Conseil des ministres a tenu sa Session ordinaire, jeudi, 26 juillet de 10heures à 12h30, sous la présidence du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, autour de quatre points inscrits à son ordre du jour, 1- Message de monsieur le Président de la République, 2- Compte rendu de la Session ordinaire du Conseil Interministériel du mardi, 24 juillet, 3- Décisions, et 4- les Divers.

Dans son message, le président de la République, chef de l’Etat a invité le gouvernement, à poursuivre les travaux de rénovation ou de construction des Maisons de Jeunes.

Il est revenu sur les questions liées à l’assainissement des villes et particulièrement celle de Conakry.

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, le premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana a fait un compte rendu ‘’complet’’ de la dernière Session du Conseil interministériel, tenue mardi, 24 juillet.

Suite aux débats, deux décisions ont été prises, à savoir :

1- Les départements ministériels impliqués dans la gestion de la dette intérieure sont ont été invités, à procéder à un examen approfondi des dossiers des sociétés et entreprises concernées.

2- Le Conseil a invité les départements de l’Economie et des Finances, de l’Industrie et celui du Budget, à se concerter pour davantage assainir l’environnement institutionnel des affaires en République de Guinée.

Au titre des divers et tirant les leçons du Hadj de l’année dernière, le Conseil a échangé sur les préparatifs du prchain pèlerinage musulman.

Avant de lever la séance, le président de la République a invité le Conseil, à poursuivre la lutte contre l’impunité et la mauvaise gestion.
AGP/26/7/012 ST/FDF/ST

 
Page Noire-Guinée : la presse nationale en deuil, le journaliste Aboubacar Cissé n’est plus !


Conakry, 27 mars (AGP)- Le conseiller politique de l’Ambassade de Guinée à Genève en Suisse, Aboubacar Cissé est décédé, dimanche, 26 mars 2017, des suites d’un arrêt cardiaque à Genève.


Le défunt, Journaliste à la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG), qui a servi la diplomatie de son pays plus de 15 ans à travers le Ministère guinéen des Affaires Etrangères, entant que directeur du Bureau de presse de ce département, laisse derrière lui une veuve et cinq (05) enfants.


A cette douloureuse occasion, la Direction Générale de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) présente ses sincères condoléances à la famille éplorée et au monde des Médias.


Que l’Ame de M. Aboubacar Cissé repose en Paix. Amen !

 
Tenue jeudi, 3 mai à Conakry de la Session ordinaire du Conseil des ministres


Conakry, 4 mai (AGP)- La Session ordinaire du Conseil des ministres s’est tenue jeudi, 3 mai, de 10h à 12h, au Palais Sèkhoutouréya dans la commune de Kaloum à Conakry, sous la présidence du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, a rapporté le porte parole du gouvernement, Dirus Dialé Doré.

Cette Session avait 4 points inscrits à son ordre du jour à savoir : 1- Message du président de la République, 2- Compte rendu de la Session ordinaire du Conseil interministériel du mercredi 2 mai, 3- Décisions, 4-Divers.

Dans son message, le chef de l’Etat a invité le gouvernement, à prendre les dispositions qui s’imposent, en vue d’accroître le nombre de bus en circulation et de faciliter le déplacement des citoyens en toute sécurité.

Il est ensuite revenu sur la problématique de la campagne agricole en cours, avant d’inviter le gouvernement, à diligenter l’examen des dossiers liés au fonctionnement du système de microcrédits aux femmes.

Le président de la République a, par ailleurs, fustigé le mauvais fonctionnement du Comité paritaire sur les produits pétroliers avant d’encourager le gouvernement, à continuer d’améliorer le climat des investissements dans le pays.

Au titre du compte rendu de la Session ordinaire du Conseil interministériel du mercredi 2 mai, le premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana a donné les détailles de ladite Session, qui avait porté en grande partie sur la revue de la mise en œuvre des décisions antérieures des Conseils des ministres.

Suite aux débats ‘’fructueux’’, des décisions ont été prises.

Le Conseil a invité les ministres en charge de l’Energie, des Finances et du Contrôle Economique, à diligenter la mise en œuvre des recommandations de la 2ème table ronde sur le secteur de l’Energie.

Le Conseil a approuvé le projet de Plan Quinquennal, initié par le ministre du Plan, projet qui sera soumis au CNT.
Le Conseil a chargé le ministre du Contrôle et celui de l’Enseignement Supérieur, à poursuivre le travail d’assainissement des effectifs d’étudiants qui émargent dans les Universités publiques.

Avant de lever la séance, le chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a donné d’amples informations sur la situation politique sous régionale et africaine.
AGP/4/5/012 ST/FDF/ST

 
Santé : «les personnes responsables des MGF/E doivent savoir qu’elles répondront devant la Justice», Me Ckeick Sako


Conakry, 19 fév (AGP)- Le ministre guinéen de la Justice, Garde des Sceaux (JGS), Me Cheick Sako a, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les Mutilations Génitales Féminines et l’Excision (MGF/E), informé que les personnes responsables de ces pratiques doivent savoir qu’elles répondront devant la justice.





Du moins, c’est ce qui ressort de sa déclaration, rapportée par la Cellule de Communication du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance en République de Guinée (Unicef Guinée).





Nous vous proposons un extrait de cette déclaration :





«L’excision est un grave problème de santé publique qui nécessite, à la fois, une sensibilisation accrue et la répression contre les personnes reconnues coupables de mutilations génitales, à fortiori sur des enfants. Parallèlement à la procédure pénale, il est important d’accentuer la sensibilisation, en impliquant les associations de femmes et le personnel de santé, parce que l’excision n’apporte rien de positif. L’acte est interdit par les textes nationaux et internationaux et nous sommes fermes là-dessus. Les personnes qui en sont responsables doivent savoir, qu’elles répondront devant la Justice», a-t-il averti.


AGP/19/02/016 ST

 
COMMUNIQUE du Syndic Liquidateur de la BADAM-SA


COMMUNIQUE




Le Syndic Liquidateur de la Banque Africaine de Développement Agricole et Minier ‘’BADAM’’, informe l’ensemble des clients et autres créanciers ayant des avoir dans ladite banque, que les opérations de remboursement qui ont démarré le mardi 27 juin 2017 vont se poursuivre jusqu’au 31décembre 2017.


A cet effet tous ceux et celles qui sont intéressés par cette opération et qui n’ont pas encore été désintéressés sont priés de bien vouloir se présenter au bureau du Liquidateur sis à l’immeuble sall, au 5èm étage en face du marché Niger à Conakry, munis de leurs pièces d’identité ainsi que des documents justificatifs de leu compte bancaire ouvert dans les livres de la BADAM-SA.


Les autres Informations liées aux modalités de payement vous seront communiquées sur place.


LE SYNDIC LIQUIDATEUR

 
‘’La CEDEAO a pu faire pression sur les régimes difficiles afin qu’ils changent leurs méthodes’’, a déclaré l’ambassadeur James Gbeho


Conakry, 22 août (AGP)- ‘’En appliquant la politique de «tolérance zéro» contre le pouvoir obtenu ou maintenu par des moyens non constitutionnels, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à travers une association de sanctions et de diplomatie préventive, a pu faire pression sur les régimes difficiles afin qu’ils changent leurs méthodes’’, a récemment déclaré le président de la Commission de la CEDEAO, l’ambassadeur James Gbeho Gbeho.

En conséquence, au cours des trois dernières années, la CEDEAO a officiellement suspendu trois Etats membres notamment, la Guinée, le Niger et la Côte d’Ivoire avant de restaurer l’ordre constitutionnel et la légalité dans ces pays, avec la collaboration de la communauté internationale, dira M. Gbeho.

Il a rappelé qu’en réponse à multitude de guerres civiles et de conflits internes dans certains pays au cours des années 1980 et 1990, l’organisation a créé un groupe de contrôle de la paix (ECOMOG) dont les succès dans la résolution des conflits libérien et Sierra-léonais ont été internationalement salués comme des cas de réussite et une référence continentale.

Cependant, le succès de l’ECOMOG a été obtenu au pris de lourdes pertes en matériels et en vies humaines, et la trop grande concentration sur la paix et la sécurité a fait que, pendant une vingtaine d’années, la CEDEAO a négligé l’un de ses objectifs cardinaux, à savoir le développement et l’intégration économiques, a-t-il souligné.

Parallèlement, une force en attente dans le cadre d’un mécanisme régional de prévention et de gestion des conflits est en cours d’élaboration, bien que la contribution en troupes et les questions de financement demeurent les principaux défis à relever, a indiqué le président de la Commission de la CEDEAO.
AGP/22/8/011 ST/JPO/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée


La trente deuxième (32ème ) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 7 août 2014 de 09h15 à 09h 45’.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1 USD = 6 868, 2769 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG-GE

 
Discours du président de la République à l’occasion de l’an 1 de son investiture à la magistrature suprême


Conakry, 21 déc (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a tenu un discours radiotélévisé mardi, 20 décembre, adressé à la Nation guinéenne, à l’occasion de l’an 1 de son investiture à la magistrature suprême de son pays, le 21 décembre 2011.

Dans ce discours, le chef de l’Etat a fait un bilan détaillé des 12 premiers mois de sa mandature de cinq ans. Bilan qui touche tous les secteurs de la vie de la nation.

Voici l’intégralité dudit discours :

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, chers invités, hôtes étrangers qui vivez parmi nous !

C’est un réel bonheur pour moi de vous recevoir cet après-midi pour partager ensemble ces quelques heures qui nous séparent du 1er anniversaire de l’investiture que le peuple de Guinée a bien voulu me confier.

Aujourd’hui, je veux exposer franchement et clairement où nous, en tant que pays, avons été, où nous sommes à présent, et où nous allons dans le futur.
La Guinée a connu 50 années difficiles. Dans ces moments d’épreuves, avec les jeunes et les femmes, nous nous sommes battus pour transformer notre présent en un futur de liberté et de prospérité.

Depuis une année donc, à travers des élections libres et transparentes, les guinéennes et guinéens ont institué un régime du peuple par le peuple et pour le peuple auquel ils aspiraient fortement, et pour lequel ils ont consenti de lourds sacrifices. Nous tenons ici à rappeler au peuple que ce pouvoir est le sien, cette victoire de la démocratie est la sienne. C’est le juste résultat de son combat.

L’année qui finit bientôt n’a pas été facile. Nous revenons de loin. Notre passé a été sombre et divisé. Notre avenir doit être comme une seule nation, un seul pays, partagé par tous pour le bénéfice de tous. Étape par étape vers une vie meilleure : telle est notre ambition. L’année 2011 a été meilleure que 2010. L’année 2012 doit être meilleure que 2011.

Pendant cette première année, il nous a fallu poser les fondations d’un véritable Etat de droit, d’une administration plus performante et du retour de notre pays sur la scène internationale.

Tout au long de cette année, nous avons du faire des choix difficiles et prendre des initiatives audacieuses. Le commencement du développement des infrastructures et de l’énergie, le nouveau code minier, la reforme de l’armée, et les nombreuses réformes structurelles entreprises étaient des préalables nécessaires au changement souhaité par les guinéennes et les guinéens.

Sans vous, qui avez su faire preuve de compréhension, de patience, d’abnégation et de patriotisme, rien de tout cela n’aurait été possible. Et nous n’aurions pas été en mesure de relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés. Je vous ai promis le changement.

Avec votre soutien, je créerai les conditions d’une vie décente pour tous, sans discrimination aucune. Et, surtout je donnerai l’espoir que nos fils et filles vivront mieux que nous dans une Guinée réconciliée avec elle-même, avec son histoire, une Guinée prospère et solidaire.

L’année 2011 a donc été une année d’efforts, de travail incessant et de mutations. A l’image de la préparation d’un champ, nous avons réussi durant les 12 mois derniers, à défricher, labourer et semer les graines qui annoncent d’abondantes moissons.

En cette fin d’année, les premières pousses sortent de terre. Déjà, notre situation financière et macroéconomique s’est notablement améliorée.

En effet, le 23 novembre dernier, la Banque Mondiale et le FMI nous ont félicités pour le respect de nos engagements, et des mesures que nous avons prises pour le redressement de notre économie. Le labeur et les difficultés n’ont pas été vains. Des résultats qui augurent d’un lendemain meilleur ont été atteints :

-le déficit budgétaire qui était de 13% a été ramené à 2%,

-à notre arrivée, les réserves en devises, de la Banque Centrale, couvraient à peine 8 jours d’importation, aujourd’hui elles peuvent couvrir 5 à 6 mois d’importation,

-L’inflation a été stabilisée et le taux de croissance passe de 1.5% à environ 5%, dans les quatre prochaines années
-Les mesures d’incitation (mise à disposition des engrais et d’outillage agricole dont les tracteurs ainsi que l’encadrement technique des paysans) ont permis une augmentation de 8% de production en cours.

-Nous avons réintégré toutes les institutions financières internationales et nous espérons atteindre bientôt le point d’achèvement de l’initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Ce programme du FMI nous permettra de concrètement voir réduite notre dette de deux-tiers en effet. Cette dette de 3 milliards 100 millions de dollars sera réduite de 2 milliards 400 millions de dollars courant 2012.

Les transformations en cours et l’assainissement de l’environnement des affaires ont renouvelé la confiance de nos partenaires étrangers. Ils viennent de plus en plus nombreux en Guinée, motivés par les mesures prises contre la corruption et notre nouvelle politique de partenariat gagnant-gagnant.

Nos partenaires étrangers sont rassurés par nos initiatives de renforcement de la transparence dans l’octroi des marchés publics et ils ont apprécié la mise en place du Guichet Unique ainsi que la création de l’Agence pour la Promotion des Investissements (API). Grâce à nos réformes, les formalités liées à la création d’une entreprise en Guinée prennent aujourd’hui moins de 10 jours, alors qu’il en fallait deux mois par le passé.

Dans le secteur minier, un des piliers de notre économie, nous avons entamé une réforme de fond visant, d’une part, à accélérer le développement de nos mines, longtemps restées dormantes, et d’autre part à assurer des revenus plus importants pour l’ Etat, pour les entreprises et pour les populations.

Il s’agit de mieux défendre des intérêts de la Guinée en créant des conditions attractives pour les investisseurs. Il était important de revoir l’ensemble des contrats miniers.

J’ai commencé le travail d’assainissement par un diagnostic du secteur minier en associant tous les acteurs nationaux. Je me suis ensuite informé au niveau international pour identifier les meilleures pratiques qui existaient à travers le monde.

Nous sommes ainsi arrivés à un nouveau Code minier, qui constitue un compromis positif entre, d’un côté les intérêts légitimes du peuple de Guinée, véritable propriétaire des ressources et de l’autre côté nos partenaires que sont les sociétés minières. Nous pouvons être fiers d’avoir eu l’ambition, le courage et la détermination d’établir un code innovant, à la pointe des nouvelles normes d’équité, de développement durable et de transparence, qui déjà fait figure de référence pour d’autres pays miniers.

Grace à ce nouveau code, la Guinée va enfin être en mesure de mettre à profit les immenses ressources naturelles dont nous disposons.

Les dizaines de milliards de dollars, qui vont être investis en 10 ans vont propulser l’économie guinéenne à une toute autre échelle. Les retombées directes et indirectes de ces investissements miniers vont générer des milliers d’emplois, stimuler un important transfert de technologie et permettre une importante amélioration des conditions de vie des populations.

L’adoption du Code minier constitue la première étape d’un processus, qui comprend en second lieu la mise en place, étape par étape, d’un cadre précis de révision des contrats existants. Ce document appelé « due process », en anglais, vient d’être finalisé par nos équipes techniques.

Il permet de clarifier pour nos partenaires étrangers la méthodologie à travers laquelle chaque contrat sera analysé en conformité avec le nouveau code minier et dans le souci de protéger les investissements de nos partenaires tout en respectant et en garantissant les droits et les responsabilités de part et d’autre.

Plus que les mines, le développement des infrastructures et de l’énergie apportera des changements visibles dans la vie des Guinéennes et Guinéens et assurera une évolution durable de notre économie.

Ces énormes projets de construction de routes, de chemins de fer, d’usines de transformations qui accompagnent naturellement des activités minières vont engendrer des milliers d’emploi qualifiés et bien rémunérés. Nous pouvons d’ores et déjà citer :

-La construction du chemin de fer « trans-guinéen », qui permettra de relier Conakry à Bamako par le train en augmentant considérablement la quantité des échanges tout en réduisant leurs coûts.

-L’agrandissement et la modernisation des ports de Conakry et de Kamsar vont nous doter de ports modernes d’une capacité nous permettant de devenir le leader sous régional et les partenaires privilégiés de nos voisins.

-La construction des Ports de Matakan et de Benty va assurer l’exportation de nos minerais par les bateaux de 300.000 tonnes, et nous permettre aussi d’être très compétitifs face à la concurrence d’autres pays miniers.

Je sais combien le problème de l’électricité n’épargne personne en Guinée. Pas plus tard qu’il y a deux semaines une coupure est survenue au Palais du peuple alors même que je m’adressais à la jeunesse. Les jeunes, réunis à l’occasion du salon de l’emploi, n’ont pas manqué de me rappeler qu’ils comptent personnellement sur moi, et qu’ils ne souhaitent par exemple plus devoir préparer les examens à la lumière des lampadaires autour de l’aéroport parce que leur famille n’as pas d’électricité à la maison.

Cette situation dure depuis trop longtemps et n’est plus acceptable. Bientôt les améliorations seront visibles. Vous avez été nombreux à suivre l’arrivée des groupes thermiques. 125 mégawatts supplémentaires suivent et vont permettre d’améliorer la desserte en électricité des foyers de la Ville de Conakry d’ici en 2012.Cela signifie que les populations de Conakry auront de l'électricité à plus de 16 heures par jour.

Pour vraiment remédier au problème, il nous faut faire un travail de fond, acquérir de nouvelles capacités tout en améliorant les réseaux de distribution.

Je sais que cela prend du temps, mais c’est le temps de bien faire. Plus de solutions bâclées, qui ne durent que le temps d’une campagne électorale ! Dans ce domaine comme dans d’autres, l’aléatoire et le bricolage peuvent être pire que le manque. Nous méritons de vraies alternatives économiques et écologiques, telles que des énergies propres.

La solution définitive du problème d’électricité dans notre pays se trouve dans la construction de barrages hydroélectriques. Les travaux de Kaléta ont déjà démarré par la construction de la route d’accès. Nous avons nous même financé le lancement des études et des travaux qui seront réalisés par une des plus grandes entreprises spécialisées de la Chine.

Je peux aujourd’hui vous annoncer qu’après des décennies de faux départs et d’annulations, le barrage de Fomi va enfin être réalisé et que le financement a été obtenu grâce au dynamisme et à la mobilisation des jeunes issus de la diaspora guinéenne en Europe et en Amérique du Nord.

Le premier ministre se rend dans la semaine en Haute Guinée pour inaugurer la mise en place de système d’éclairage solaire dans les rues de Kankan et va officiellement annoncer aux autorités locales le démarrage des travaux de Fomi pour janvier 2012.

Les études des mini-barrages de Zegbéla, Mongo et Foutah sont elles aussi en cours. Pour Souapiti et Amariya, situés sur le fleuve Konkouré comme Kaléta, la recherche de financement est engagée.

Tous ces grands travaux doivent s’accompagner d’une nouvelle culture de travail, axée sur des résultats. J’ai demandé aux Ministres concernés de s’assurer que les entreprises qui exécutent les travaux maintiennent leurs équipes 24h/24 en roulement 3 fois 8. Par exemple l’Echangeur du pont 8 novembre et la route Kissosso/Dabompa doivent se réaliser dans les meilleurs délais sans en sacrifier la qualité.

Notre ambition de jeter les bases d’une vraie démocratie suppose aussi la reforme du secteur de défense et de sécurité, que j’ai résolument entamée dès mon investiture. Je dois saluer nos forces armées, qui ont partagé cette vision républicaine et accepté toutes les mesures de cette grande réorganisation. Aujourd’hui, l’armée est dans les casernes, mobilisée et motivée pour la professionnalisation et la modernisation de ses forces.

Mon projet est de renouer avec la tradition d’une armée guinéenne, qui faisait la fierté de l’Afrique. Je souhaite d’une part lui donner les moyens d’être une armée véritablement républicaine capable d’assumer sa fonction traditionnelle de défense de l’intégrité du territoire. Et d’autre part, je souhaite la voir aller plus loin en s’impliquant aussi dans le développement économique et social du pays.

Déjà, l’armée est fortement impliquée, à travers le Bataillon du Génie Militaire, dans la réalisation des routes et la construction de diverses infrastructures telle que la route d’accès au site du barrage hydroélectrique de Kaleta.

Le recensement biométrique en cours va favoriser le suivi de la formation à la retraite de chaque soldat et de chaque officier. Désormais, chaque avancement en grade doit correspondre au préalable une exigence de formation.

Le départ à la retraite de 4.200 éléments se fera avec un plan d’accompagnement pour chaque homme. La fin de service dans l’armée comme dans la fonction publique en général doit bientôt être perçue comme une nouvelle opportunité et non comme un désespoir.

Dans quelques jours, nous serons en 2012. 2012 sera pour la Guinée, l’année de la floraison et l’année de la transformation. C’est au cours de cette année 2012 que nous sentirons tous, de façon tangible, une amélioration progressive de notre mode de vie. C’est en effet en 2012 que nous moissonnerons les récoltes semées en 2011.
Toutes ces réalisations que je viens d’énumérer, et j’en ai laissé beaucoup, ne constituent que les premières et fragiles germinations. Elles sont fragiles. Elles ont besoin de notre attention. Nous devons les entretenir, les arroser et les multiplier pour avoir un bon champ et une belle récolte.

Je connaissais les difficultés de la tâche, mais ce que j’ai trouvé est pire que ce que j’avais imaginé. Notre pays, la société, l’économie et l’Etat étaient en agonie. Notre pays était blessé et malade. Donc je continuerai à demander des efforts pour que les récoltes à venir soient à la hauteur des graines germées.

Pour autant nous ne devons pas relâcher nos efforts. De nouveaux chantiers nous attendent et trois priorités se dégagent:

-Renforcer l’unité nationale,
-Changer et améliorer la vie quotidienne des populations,
-Transformer l’économie et attirer les investissements internationaux.

Pour renforcer l’unité nationale, je veillerai personnellement à la poursuite du dialogue politique multipartite que j’ai initié en recevant les leaders politiques le 15 novembre dernier.

Le dialogue politique tourne autour de la préparation et de l’organisation des élections législatives 2012. Comme je l’ai dit aux leaders des partis politiques, ma position m’oblige à rester au dessus de la mêlée, mais conformément à leur demande explicite, je veille à la bonne marche du dialogue et j’encourage les parties prenantes à l’écoute et au compromis indispensables pour trouver un accord.

Je souhaite, avec l’ensemble des guinéennes et guinéens, que les élections législatives se tiennent le plus rapidement possible en 2012. Et comme je l’ai déjà dit, sur la base d’un chronogramme consensuel prenant en compte le point de vue de toutes les parties impliquées.

Le renforcement de l’unité nationale passe par la réussite du processus de réconciliation nationale. Ce processus est difficile, mais indispensable pour la cohésion de notre nation et pour la construction de sa mémoire historique.

La Commission provisoire chargée de la réconciliation nationale, qui a été mise en place, co-présidée par l’Archevêque et l’Imam de la Grande Mosquée de Conakry, a tenu une rencontre le 15 décembre dernier.

Les deux vénérables religieux ont installé des groupes de dialogue dans toutes les préfectures et ont débuté leur collaboration avec des experts nationaux et internationaux pour guider et accompagner nos efforts. Leurs premières observations nous donnent l’espoir que nous sommes sur un bon chemin et la réconciliation dans notre pays est non seulement possible mais en route.

Je crois profondément que le changement tant attendu, pour être concret, doit se manifester et s’ancrer dans la vie quotidienne des guinéennes et des guinéens.

Par delà l’amélioration de la desserte en eau et en électricité, en plus de la construction de routes et de ponts ; d’autres secteurs clés doivent être davantage pris en compte durant l’année à venir : inclus l’agriculture et la mise en avant les femmes et les jeunes.

Mon but fondamental pour la Guinée est la souveraineté alimentaire. Nous devons, encore une fois, apprendre à produire ce que nous consommons et à consommer ce que nous produisons.

Le développement agricole est notre meilleur outil de lutte contre la pauvreté. Nous sommes un pays majoritairement agricole. 70% d’entre nous vivent du travail de la terre. Nous disposons de 6 millions d’hectares de terres cultivables, dont nous n’utilisons que 10%, tandis que nous importons le riz et les autres denrées, qui constituent l’essentiel de notre alimentation. Accroitre notre potentiel agricole nous permettra d ‘atteindre un triple objectif :

-Assurer la sécurité alimentaire de chaque famille
-Rééquilibrer notre balance commerciale en exportant plus que nous importons
-Devenir un des greniers du monde dans un contexte international où la nourriture devient un enjeu crucial

Dans un pays où 70% de la population à moins de 30 ans, les jeunes sont les premiers artisans du développement. D’autre part les femmes, qui traditionnellement sont le pilier de leur foyer, ont prouvé leur capacité d’entreprendre et d’assurer la redistribution de leurs revenus pour le bien-être de la communauté.

C’est pourquoi j’avais mis en place le Fonds de solidarité des femmes et le Fonds de solidarité des jeunes. Pour pérenniser ces différents fonds, une Agence nationale pour la micro finance a été créée.

Cette Agence va collaborer avec les institutions de microcrédits, et très bientôt, les premiers fonds seront débloqués pour encourager l’entreprenariat féminin et favoriser l’emploi jeune. Dans ce domaine, les efforts seront renforcés et amplifiés dans les mois à venir.

Pour les jeunes, le service civique et d’action pour le développement (SCAD) sera bientôt fonctionnel. C’est un engagement volontaire du jeune pour améliorer sa formation et exercer ses compétences. J’ai donné des instructions pour que le 1er Conseil d’Administration de ce service se tienne incessamment et examine le plan d’action pour le lancement effectif des activités. Les premiers jeunes volontaires non scolarisés, déscolarisés et diplômés sans emploi seront alors recrutés.

Mesdames, Messieurs, chers invités,

La lutte pour le changement a été le combat de tous : syndicats, partis politiques, société civile, jeunes et femmes. Toutes les couches sociales de notre pays se sont donné la main pour que la période d’exception aboutisse à l’établissement d’une démocratie véritable. Je garde dans mon esprit et dans mon cœur l’apport particulier de chacun.

Je profite de cette occasion pour féliciter et remercier les mouvements syndicaux pour le soutien qu’ils n’ont cessé d’apporter à mon action.

La commission tripartite mise en place pour étudier ensemble et proposer des mesures concrètes pour la définition du salaire minimum de la retraite et de l’assurance maladie est le meilleur exemple de la collaboration indispensable entre toutes les forces vives de notre nation.

Aux dirigeants et militants des partis politiques, je renouvelle mon engagement solennel à protéger les libertés dans le respect de la loi. Je leur demande de poursuivre leur mission d’éducation civique des militants et des populations, car il est important que le rôle de creuset des partis politiques pour la construction de la nation soit affirmé et promu.

Comme j’ai dit, étape par étape vers une vie meilleure : telle est notre ambition. A chaque étape, nous cherchons à faire deux choses simultanément : unifier notre nation, mais aussi la changer. En tant que Président, je suis chargé à la fois de la responsabilité de cette unité et de l’urgence de ce changement.
Je dois écouter et avancer. Je dois être à la fois « un homme pressé » et « un leader qui unifie son peuple ».

Ce double rôle requiert des qualités différentes. Le premier –d’unifier- a besoin d’un président pour rassembler, faire des compromis, aborder avec humilité la tâche d’associer différents intérêts ensemble, des mouvements et des personnes.
Je m’engage à faire cela. Je ferai de mon mieux pour combler les différences, accueillir des opinions contradictoires et de guérir les traumatismes de la division.
La seconde – qui consiste à changer la réalité quotidienne de la vie des gens pour le meilleur- le Président doit être résolu, déterminé et franc dans la poursuite de l’amélioration des services de base dont notre population a désespérément besoin.

Unité est un impératif politique profond. Mais l’amélioration de l’électricité, des routes, des infrastructures, des services de base et des emplois sont aussi très importants et représentent une urgence fondamentale pour les Guinéens qui ont vécu dans la pauvreté et les privations pendant trop longtemps.

La Guinée représente peut-être mieux que toute autre nation le paradoxe de l’Afrique: Des pays riches aux populations pauvres. Riche en ressources et potentiels ; pauvres dans les conditions de vie et réalités quotidiennes. Cela doit être changé et mon engagement pour le changement est absolu et déterminé.

Nous devons comprendre aussi que ces deux rôles sont, au niveau le plus profond, intimement liés : Si nous ne gardons pas notre Nation unie, nous n’aurons jamais l’espace politique de la changer. Mais si nous ne changeons pas quotidiennement la vie de notre peuple pour le meilleur, nous n’aurons jamais la réalisation physique nécessaire pour soutenir la politique. Les deux vont donc finalement ensemble. Ils se soutiennent mutuellement. Et moi, en tant que Président, je vais faire les deux, ensemble avec la même détermination et la même résolution.

J’ai lutté longtemps pour le changement, la liberté et la prospérité de notre pays. Je sais que l’une des conditions pour promouvoir la liberté et la prospérité est de rassembler tous les guinéens, toutes les guinéennes. Le temps que nous perdons dans les conflits politiques et sociaux peut être mieux utilisé pour bâtir l’avenir de nos enfants.

La richesse dont la Providence et la Nature ont doté notre pays nous permet d’être ambitieux, de nous projeter dans l’avenir en nous donnant les moyens d’être une nation émergente dans les années à venir. Cependant, ni la Nature ni la Providence ne peuvent développer la Guinée à notre place. Il nous faut retrousser nos manches et protéger nos premières pousses afin de les entretenir jusqu’à la récolte. J’ai hâte de voir la Guinée vivre à la hauteur de son potentiel. Cela passe par le travail, par l’unité, par la rigueur et par la solidarité.
AGP/21/12/011 BPP/AB/ST

 
Tenue jeudi à Conakry de la Session ordinaire du Conseil des ministres


Conakry, 21 sept (AGP)- Le Conseil des ministres a tenu sa Session ordinaire jeudi, 20 septembre de 10h à 12h à Conakry, sous la haute présidence du président de la République, chef de l’Etat Pr Alpha Condé, autour de l’ordre du jour suivant : 1- Message du président de la République, chef de l’Etat, 2- Compte rendu des Sessions du Conseil Interministériel des 11 et 19 septembre, 3- Décisions, et 4- les Divers, selon le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Dirus Dialé Doré.

Dans son message le chef de l’Etat a adressé ses félicitations aux organisateurs du Forum Economique de la Guinée, tenu la semaine dernière au Palais du Peuple à Conakry.

Il a toutefois, tenu à rappeler que la bonne gouvernance et la diversification de l’économie, principaux thèmes du Forum, sont des œuvres de longue haleine qui ne réussissent qu’avec la persévérance et une perpétuelle remise en question des acquis.

Revenant sur les insuffisances de l’Administration guinéenne, le président de la République a invité les membres du Gouvernement, à veiller à la ponctualité et à l’assiduité des travailleurs, qualités indispensables pour affronter les défis auxquels le peuple est confronté.

Au titre du compte rendu des Sessions du Conseil Interministériel des 11 et 19 septembre à la Primature, le premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana a donné des explications détaillées sur les déroulements desdites Sessions.

Ensuite, les débats ont porté essentiellement sur les leçons à tirer du Forum Economique.

Le Conseil fait remarquer, que le niveau élevé des communications présentées par d’éminentes personnalités au cours dudit Forum, a permis de mieux faire partager les contraintes auxquels le pays reste confronté, bien que, dit-on, les résultats atteints en si peu de temps soient remarquables.

Le Conseil a noté, que cette dynamique de lutte contre la mal gouvernance et la corruption, doit être poursuivie par des intellectuels et les hauts cadres de la nation, à travers une bonne stratégie de communication et d’information.
Dans les divers, le gouvernement a rappelé que tout recrutement à la Fonction Publique passe par voie de concours et doit répondre à des besoins spécifiques.
Le gouvernement a, par ailleurs, échangé sur plusieurs questions d’intérêt national, avant que le président de la République ne donne de larges informations au Conseil, sur la situation sous-régionale et africaine
AGP/21/9/012 ST

 
Carnet du reporter: Rabat, une ville séduisante et agréable !

Par Mamadouba Mamadama Camara


Rabat, 22 fév (AGP)- Rabat, au Royaume chérifien du Maroc, présente aux yeux des voyageurs, l’image d’une séduisante et agréable ville, à cause de la bonne organisation de la circulation routière, la civilité des conducteurs et la discipline observée par les usagers.





S’agissant de la propreté, elle a un niveau au-dessus de tout commentaire. Comme pour dire tout simplement, que le Royaume chérifien est au cœur du développement.





L’étranger qui y arrive pour la première fois, est attiré par la qualité du travail accompli par les autorités du pays, et les balayeurs qui font l’honneur du Maroc, en veillant même aux feuilles mortes des arbres.





Et mieux, pour éviter l’insalubrité, des poubelles sont installées partout, carrefours, devantures des bureaux et complexes hôteliers de la place, entre autres.





De Casablanca à Rabat, toutes les conditions sont réunies pour épargner la population des maladies. Rien n’y est négligé. De la propreté à la circulation routière, en passant par la sécurité. Chose qui rassure le voyageur et qui fait de cette cité, une ville agréable et séduisante où il fait bon vivre.


AGP/22/02/016 MMC/KS/ST

 
La Culture africaine de Guinée en deuil : Papa Yans est décédé vendredi à Conakry !


Conakry, 19 août (AGP)- La Culture africaine de Guinée a perdu un de ses plus grands mécènes, Sékou Yansané, alias Papa Yans pour les intimes, vendredi, 19 août 2016, à l’Hôpital de l’Amitié Sino-guinéenne, sis à Kipé dans la commune de Ratoma à Conakry, par suite d’un arrêt cardiaque, a-t-on appris de source familiale.





Désormais feu Papa Yans, très connu du monde culturel ouest africain, était manager et l’un des fondateurs du célèbre groupe traditionnel «Les Etoiles de Boulbinet».





Il laisse ainsi un grand vide, comme d’autre, mécènes, qui sera difficile à combler.


Que son âme repose en paix Amen !


AGP/19/08/016 AKT/ST

 
Boké : le peuple de Guinée fête les 54 ans de l’Indépendance Nationale


Kakandé (Boké), 2 oct (AGP)- La République de Guinée célèbre ce mardi, 2 octobre, dans le Kakandé (préfecture de Boké), les 54 ans de son accession à la souveraineté nationale, une occasion de grandioses manifestations et de réjouissances de l’ensemble des forces vives de la Nation, en présence de plusieurs hôtes de marque invités dont, les représentants des corps diplomatiques et consulaires accrédité dans ce pays, sous la présidence effective du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

Contrairement aux années précédentes, le président de la République, a décidé d’organiser cette fête nationale dans la préfecture de Boké, en vue de permettre la pose de base solide d’un développement.

Ainsi, la célébration de la fête de l’Indépendance Nationale est désormais tournante, dans le but de donner la chance à toutes les préfectures du pays, d’abriter ces manifestations et de bénéficier de la réalisation d’infrastructures sociales de base, synonyme de base de développement socioéconomique solide et durable, a-t-on estimé.

Ce 54ème anniversaire a enregistré dans la préfecture de Boké, une série de constructions d’édifices et de réalisations d’utilité publique notamment, la construction et la rénovation des symboles de l’Etat, d’infrastructures hôtelières, et d’autres centres de loisirs.

A retenir, que c’est la préfecture de N’zérékoré qui a été retenue pour abriter les festivités du 55ème anniversaire de l’indépendance de la République de Guinée.

Voici un rappel de quelques aspects des acquis de la Nation guinéenne sous la direction éclairée du père de l’Indépendance, Ahmed Sékou Touré et de l’artisan de l’Etat de Droit et de la démocratie en Guinée, Général président Lansana Conté.

Le 2 octobre 1958, la Guinée indique la voie aux autres colonies françaises par le ‘’Non’’ du 28 septembre

La Guinée a accédé à son indépendance le 2 octobre 1958 à la suite d’un Référendum le 28 septembre 1958 qui rejetait la communauté française proposée par le Général De Gaulle, ouvrant ainsi la voie à la Liberté aux autres colonies françaises.

Ce choix de la Guinée, qui intervient après une soixantaine d’années de colonisation, a été qualifié d’audacieux par les uns et responsable par les autres, par rapport au contexte historique de l’époque.
Ce fut sous la conduite de Sékou Touré, à travers le Parti Démocratique de Guinée (PDG), créé le 14 mai 1947.

Le peuple de Guinée venait ainsi de briser le mythe qui était à l’origine de la misère, de la dépersonnalisation et d’humiliation, qui l’empêchait dans son évolution.

La déclaration du président Sékou Touré à l’époque, selon laquelle ‘’Nous préférons la Liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage’’, traduisait la maturité politique et idéologique des cadres guinéens.

L’audace, la détermination et la qualité de la stratégie mise en place par les pères fondateurs de l’Indépendance de la Guinée et autres illustres devanciers, ainsi que l’adhésion totale des masses au programme de décolonisation du pays, ont mérité respect et reconnaissance.

Pour l’histoire, le 28 septembre 1958, le peuple de Guinée relève le premier défi en optant pour l’indépendance immédiate en votant ‘’Non’’ par 1.121.492 voix contre 56.955.

Le 29 septembre, la France a pris acte du vote de la Guinée, seul pays a dire Non parmi toutes les colonies françaises et le 12 décembre 1958, elle est admise à l’organisation des Nations Unies (ONU) comme 82ème pays membre.

Après donc l’accession de la Guinée à l’Indépendance, la réaction du gouvernement français ne se fit pas attendre.

La France appliquera au nouvel Etat guinéen des mesures de rétorsion à travers le départ massif de techniciens et fonctionnaires, la suppression de crédits bancaires et le transfert accéléré de fonds vers l’ancienne métropole; le gel de tous les avoirs guinéens domiciliés en France, l’arrêt des travaux et équipement et l’encouragement des planteurs français à aller s’investir en Côte d’Ivoire moyennant d’importants crédits.

La France n’a jamais pardonné la Guinée pour avoir donné le ton dans le régime colonial favorisant ainsi l’accession à l’Indépendance par cascade de ses anciennes colonies d’Afrique.

Dès lors, le gouvernement guinéen, fraîchement mis en place, a pris des mesures pour accueillir outre des étudiants, des professeurs, des ingénieurs et des médecins africains et européens, qui contribueront à consolider les bases du jeune Etat.

Au vu de tous ces actes, les autorités de la première République vont engager une rude bataille pour la consolidation des acquis de l’Indépendance Nationale.

L’un des premiers actes posés par le gouvernement a été la création le 1er novembre 1958 de l’Armée Nationale pour la défense de l’intégrité territoriale.

Plusieurs autres actes suivront cette création dont entre autres, la Loi cadre de 1964.

Le 3 avril 1984, le peuple de Guinée apporte son soutien à l’action de l’Armée Nationale qui venait d’opter pour une société libérale et démocratique sous la conduite du Colonel Lansana Conté.

L’adoption et la promulgation de Loi fondamentale et des lois organiques ont permis la création d’un système politique multipartite, la garantie de la liberté de presse, la mise en place d’institutions républicaines à savoir: l’Assemblée Nationale, la Cour Suprême, le Conseil National de la Communication (CNC) et le Conseil Economique et Social (CES).

La paix et la sécurité si chères au président de la République, sont devenues de nos jours une des préoccupations essentielles des populations guinéennes.

Les 54 ans de l’accession de la Guinée à l’indépendance nationale ont permis aux citoyens de connaître les bienfaits de la liberté et surtout d’affronter des obstacles auxquels le Général Charles De Gaule avait noté le 25 août 1958 dans son discours à Conakry, en disant que ‘’la Guinée tirera les conséquences de son choix’’.

La célébration de la fête anniversaire des 54 ans de l’accession de la Guinée à la souveraineté nationale, est placée cette année, sous le signe du ‘’changement’’, en vue de favoriser un développement socioéconomique durable du pays.
AGP/2/10/012 ST/FDF/AB/MAC/ST

 
L’AGP dans Caca (matière fécale) ce mercredi, 08 octobre 2014


 
Page de la Campagne électorale

2ème tour de l’élection présidentielle 2010 : Installation du directoire de campagne des partis politiques alliés à l’UFDG de Matam à Conakry


Conakry, 7 sept (AGP)- Les partis politiques alliés à l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) ont procédé lundi, 6 septembre dans la commune de Matam à Conakry, à l’installation de leurs directoires de Campagne au même moment, le leader de l’UFDG, El hadj Cellou Dalein Diallo sillonne les préfectures de la Guinée Forestière.

La cérémonie d’installation présidée par le directeur adjoint de campagne présidentielle de l’UFDG, coordinateur national de l’alliance, M. Issa Soumah, a connu la participation des militants des autres partis alliés dont entre autres, l’UFR, NGR, PUP.

A l’issue des travaux, le président du directoire de Matam et président du bureau de consensus, M. Sékou Oumar Tall de l’Union des Forces Républicaines (UFR) a sollicité de l’alliance, la prise à temps de toutes les dispositions pour mener une bonne campagne en impliquant pleinement les directoires.

A cette occasion, le coordinateur national de l’Alliance, M. Soumah a fortement apprécié la mise en place de ce directoire de campagne de la commune de Matam tout en invitant les partis alliés à travailler dans la cohésion et la transparence.

M. Soumah a expliqué brièvement le programme de l’UFDG de M. El hadj Cellou Dalein Diallo qui selon lui est débarrassé de toute coloration ethnique et qui est plutôt basé sur le développement économique de la nation et le rassemblement du peuple de Guinée autour d’un seul idéal.

Il a ensuite invité leurs militants au calme et à la retenue durant le processus en vue de parvenir à une élection apaisée et réussie.
AGP/7/9/010 AS/AB/ST

 
Le président de la République a déploré les actes de vandalismes et de destructions de biens publics perpétrés le 20 septembre à Conakry


Conakry, 24 sept (AGP)- Tout en déplorant les actes de vandalismes et les destructions des autobus de transport publics, patrimoine commun récemment acquis, pour soulager les travailleurs de la capitale, le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a, dans une adresse à la nation, vendredi, 21 septembre, appelé tous ces compatriotes, malgré les sentiments de révolte devant de tels actes qui, dit-il, n’honorent ni leurs auteurs ni le pays, à garder leur calme, à ne jamais répondre à ces provocations insensées et incompréhensibles.

Cette adresse du chef de l’Etat guinéen fait suite à la marche dite pacifique, organisée par le Collectif des Partis Politiques pour la Finalisation de la Transition et l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), le 20 septembre dernier, faisant plusieurs blessés et des dégâts matériels importants dans la Ville de Conakry.

Voici l’intégralité de l’adresse du président de la République à la Nation, transmise à la Rédaction de l’AGP par le Bureau de Presse de la Présidence de la République :

Mes chers compatriotes,

La construction d’un Etat de Droit est une quête quotidienne qui demande l’engagement et la bonne foi de tous les citoyens de ce pays.

Avant-hier, je signais le Décret promulguant la Loi sur la Règlementation de la CENI, avec une parité entre la majorité et l’opposition.

Cette Loi se situe dans la volonté des Institutions Républicaines de renforcer la démocratie.

Hier, l’opposition organisait une manifestation autorisée qui a été largement couverte par tous les organes de presse.

Les forces de l’ordre, malgré des provocations ça et là, malgré l’occupation anarchique de la voie publique non concernée par l’autorisation et bloquant la circulation, sont restées impassibles.

Je veux que la Guinée soit un havre de paix et de liberté.

Je veux que la sécurité publique soit garantie pour tous.

Je veux que toutes les Guinéennes, tous les Guinéens vivent en paix et en harmonie.

C’est pourquoi, tout en déplorant les actes de vandalismes et les destructions des autobus de transport publics, patrimoine commun récemment acquis pour soulager les travailleurs de la capitale, j’exhorte au calme.

Des citoyens ont vu leurs biens saccagés : des boutiques ont été vandalisées sans raison, des véhicules de particuliers détruits.

Ces actes sont de nature à porter atteinte à la cohésion et à l’unité nationale.

Ces actes sont inacceptables.

J’appelle tous nos compatriotes, malgré les sentiments de révolte devant de tels actes qui n’honorent ni leurs auteurs ni notre pays, à garder leur calme, à ne jamais répondre à ces provocations insensées et incompréhensibles.

La Guinée avance et avancera dans la paix, dans la voie du progrès.

Ces soubresauts, ces violences d’hier et de ce matin visent à créer un climat de tension pour paniquer la population et décourager les investissements. Il ne faut pas céder à ces provocations.

Hier, nous avons réussi le forum économique qui a rassemblé en deux jours des grandes personnalités de la Finance, des Affaires et de l’Economie.

Ce succès va amener des nouveaux investisseurs et créer des opportunités d’emploi pour les jeunes, des opportunités de croissance économique pour le pays.

Certains veulent nous distraire de ce travail laborieux fort apprécié à l’Intérieur et à l’Extérieur.

Mes chers compatriotes,

J’en appelle au calme et au travail. J’en appelle à la sérénité et à l’unité nationale.

Que ceux qui veulent marcher marchent mais que personne n’en profite pour créer des troubles et le désordre.

Sans la paix, sans l’unité nationale et la cohésion, il n’y a pas de développement.

Sans la paix et la sécurité des personnes et des biens, il n’y aura pas d’investissements.

C’est pourquoi, la paix est essentielle pour notre peuple.

J’y veillerai de toutes mes forces.
AGP/24/9/012 ST/FDF/ST

 
Page Noire :

Le cameraman du président Alpha Condé, Nanamoudou Traoré ‘’Doudou’’ n’est plus !


Conakry, 12 juin (AGP)- C’est avec consternation que la Guinée a appris dans l’après-midi du jeudi, 12 juin, le décès Nanamoudou Traoré ‘’Doudou’’, cameraman privé du président de la République, Pr Alpha Condé, des suites d’un arrêt cardiaque.

Né le 21 février 1967 à Siguiri, cameraman au Bureau de Presse de la Présidence de la République, Nanamoudou Traoré ‘’Doudou’’, un compagnon fidèle du président Alpha Condé, présent dans toutes ses manifestations politiques, depuis 1992, est décédé ce jeudi, 12 juin, alors qu’il était en plein exercice de son métier.

En cette douloureuse circonstance, le président de la République, Pr Alpha Condé, a adressé ses sincères condoléances à la famille éplorée et au monde de la presse, ainsi que celles du peuple et du gouvernement guinéen.

Le défunt laisse derrière lui, une femme et cinq enfants.
Que l’âme de Doudou Traoré repose en paix. Amen !
AGP/12/06/014 FSC/JPO/ST

 
Page noire :

Hadja Ténèn Mara, fervente militante du RPG/Arc-en-ciel, tire sa révérence à Dabola à l’âge de 98 ans


Hadja Ténèn Mara, connue sous le sobriquet, ‘’Double-Mara’’, est décédée dans la matinée du lundi, 18 avril 2016, aux environs de 10 heures TU, à l’Hôpital préfectoral, quartier Dabolakörö, Commune Urbaine (CU) de Dabola, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture.





Morte des suites d’une hypertension artérielle, ‘’Double-Mara’’, originaire de la sous-préfecture de Bissikirima, a commencé le militantisme en faveur du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) au début des années 1992. Ainsi, elle s’est sacrifiée, corps et âme, pour la cause de ce parti politique.





Fodéba Kanté, ancien secrétaire général du RPG à Dabola se souvient de Hadja Ténèn, sa camarade de lutte :





«C’était une vraie militante du RPG. Durant son combat, elle n’a jamais cédé aux provocations malgré les situations politiques. Depuis que j’ai fait sa connaissance, je n’ai pas eu connaissance de sa maladie, à plus forte raison son hospitalisation. Bref, elle était très généreuse, accueillante et ouverte à tout le monde. Nous prions pour le repos éternel de son âme…».





Aux dires de Fodéba Kanté, le chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé a promis d’envoyer une mission, vendredi, 22 avril 2016, pour les condoléances d’usage.





Par sa bravoure, sa détermination en faveur du RPG, Hadja Ténèn Mara a toujours été considérée par le président Alpha Condé comme sa maman.





A noter, que ‘’la célèbre Double-Mara’’, ancienne danseuse du rythme ‘’Boundjany’’, a été inhumée lundi, 18 avril, dans son Dabola natal.





Toute l’équipe de la rédaction de l’AGP présente à la famille éplorée et au RPG, ses condoléances les plus attristées. Que le Tout-puissant Allah lui accorde sa grâce éternelle. Amen !

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du jeudi 03 septembre 2015


La trente cinquième (35ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2015 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 03 septembre 2015 de 09h50 à 10h 30mn.





La séance a réuni la BCRG et quatorze (14) banques sur les quinze (15) de la place en activité.





Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :





1USD = 7 453, 5779 GNF.





Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.





La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.


La Banque Centrale


________________________________________________________________


Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Le président de la République de Guinée a adressé un message de condoléances à Sa Majesté Norodom Sihamoni du Cambodge


Conakry, 16 oct (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a adressé un message de condoléances au Roi du Cambodge, Sa Majesté Norodom Sihamoni, a rapporté le Bureau de Presse de la Présidence de la République.

Ce message du chef de l’Etat guinéen fait suite au décès de Sa Majesté Norodom Sihanouk, illustre père de l’actuel Roi du Cambodge, décès survenu le 14 octobre 2012.

‘’C’est avec une grande consternation et un profond regret que nous avons appris la triste nouvelle du décès survenu le 14 octobre 2012, de votre illustre père, Sa Majeste Norodom Shanouk.

La disparition de cet éminent homme d’Etat, grand bâtisseur et symbole de l’unité du peuple cambodgien, constitue une perte énorme pour votre pays et toutes les Nations éprises de paix; de liberté et de progrès’’, a indiqué Pr Alpha Condé.

A cette douloureuse occasion, le président de la République a adressé ses condoléances les plus émues, à la famille éplorée, au gouvernement et au peuple cambodgien.
AGP/16/10/012 ST/FDF/ST

 
AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro
https://www.jica.go.jp/senegal/french/