EDITO
Ce qui devrait être…/ Par Alpha Kabinet Doumbouya-DG
Le chef de Quartier est le premier responsable sur qui repose le sort du citoyen, sa sécurité et sa quiétude. Il est éga ... LIRE LA SUITE >


INTERVIEW
«Il n’y aurait pas d’élection présidentielle en 2020 !», une prévoyance de Bafodé Cissé

OPINION
Devoir de Mémoire : l’Agression impérialo-portugaise du 22 novembre 1970 contre la République de Guinée/ Par Dr Aboubacar Sidick SAMPIL
Un fait, des hommes et l’histoire La date anniversaire de l’agression impérialo-portugaise nous offre l’opportunité ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


INFOS continue...

1
2
3
4
5
6

Le reste de tous les procès verbaux attendu ce jeudi midi au siège de la CENI à Conakry


Conakry, 11 nov (AGP) – Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Général Siaka Toumany Sangaré a révélé mercredi dans une déclaration à la presse que le reste de tous les procès verbaux de la région administrative de N’zérékoré, en retard parviendrait ce jeudi au siège de son institution à Conakry.

Le président de la CENI qui a commencé mardi soir à diffuser à compte goutte les résultats du second tour de la présidentielle, estime à dimanche la publication des résultats provisoires avant celle de la Cour suprême qui, en proclamera les résultats définitifs.

A noter qu’après la publication mardi soir, des premiers résultats partiels de 17 circonscriptions électorales, le président de la CENI a publié mercredi soir les résultats de 10 autres circonscriptions électorales ci-dessous :


Commune de Matam
Cellou Dalein 23 428 voix soit 33,80%
Alpha Condé 45 912 voix soit 66,20%

Commune de Ratoma
Cellou Dalein 171 759 voix soit 67%
Alpha Condé 84 591 voix soit 33%

Boké
Cellou Dalein 55 882 voix soit 59,09%
Alpha Condé 36 695 voix soit 40,91%

Dubréka
Cellou Dalein 23 664 voix soit 38,85%
Alpha Condé 37 255 voix soit 61,65%

Dinguiraye
Cellou Dalein 22 588 voix soit 69,70%
Alpha Condé 9 821 voix soit 30,30%

Lelouma
Cellou Dalein 41 890 voix soit 95,66%
Alpha Condé 1 900 soit 4,34%

Mamou
Cellou Dalein 88 450 voix soit 88,39%
Alpha Condé 10 500 voix soit 10,61%

Pita
Cellou Dalein 75 081voix soit 96,13%
Alpha Condé 3 019 voix soit 3,87%

Tougué
Cellou Dalein 37 283 voix soit 96,49%
Alpha Condé 1 358 voix soit 1,51%

Kankan
Cellou Dalein 6727 voix (pourcentage non communiqué)
Alpha Condé 93675 voix (pourcentage non communiqué)

AGP/11/11/010 MFD/AB/ST

 
Interview «L’AGM comprend 104 antennes et plus de 15.000 membres», dixit son président Moussa Soumaré


Conakry, 19 août (AGP)- Le président de l’Association Guinée en Mouvement, a accordé une interview exclusive au correspondant communal de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) à Dixinn, pour parler de la vie de son groupement et de la situation sociopolitique de la Guinée.

C’était dimanche, 14 août 2016, au siège de sa structure dans la commune de Dixinn, à Conakry.

El hadj Moussa Soumaré, homme d’affaires et entrepreneur guinéen, est le président de l’Association Guinée en Mouvement (AGM).

AGP : Combien de membres que compose l’AGM à nos jours ?

El hadj Moussa Soumaré : L’AGM a 104 antennes implantées à travers le pays et plus de 15.000 adhérents. Ses antennes sont réparties dans les 5 communes de la ville de Conakry, dont 18 à Matoto. Elles sont également réparties dans les Régions Administratives (RA), dans les préfectures et dans les sous-préfectures de l’intérieur du pays.

AGP : Hors le soutien des actions du gouvernement de la 3ème République, Een tant que président de l’AGM, quelle est la politique mise en place pour l’accompagnement de vos membres ?

El hadj Moussa Soumaré : L’AGM a commencé d’abord à sensibiliser les populations à assainir les lieux publics et privés, en vue de permettre aux gens de connaître notre association.

En suite, nous avons formé nos membres dans l’agriculture pour leurs permettre de comprendre que le développement d’un pays doit toujours commencer par l’agriculture, car elle fait partie du secteur primaire. Et, au jour d’aujourd’hui, cela marche très bien à Forécariah, à Boké, à Lélouma, à Faranah, à Kindia, à Lola et à Macenta.

Comme en Guinée, ceux qui travaillent sont difficilement vus par les autorités, c’est pourquoi nos membres qui évoluent dans l’agriculture sont appuyés par nos propres moyens. Puisque nous n’avons pas d’aide extérieure. Seulement l’année dernière à Forécariah, le premier ministre, Mohamed Saïd Fofana nous avait fait un don. A Macenta, la Direction Préfectorale de l’Agriculture aussi nous avait fait un don en intrants agricoles et en herbicide.

Mais aussi, nous avons formé les jeunes membres de notre association que nous- mêmes avons eu à financer, dont 45 évolus actuellement dans les institutions en Guinée. Nous avons créé une société de sécurité, appelée AGM sécurité pour l’emploi des jeunes de notre association.

En fin, nous avons mis à la disposition des femmes membres de notre association un fonds de micro finance, dont nous-mêmes avons donné, pour leur permettre de financer leurs activités.

AGP : Que pensez-vous de la manifestation politique l’Opposition républicaine en Guinée ?

El hadj Moussa Soumaré : Je crois que l’opposition guinéenne est en train de voir qu’aujourd’hui le peuple de Guinée n’a pas besoin de manifestation et de trouble. Mais plutôt, le peuple a besoin de la paix, de l’unité, quelque soit celui qui est au pouvoir. Le pays a besoin de la stabilité politique pour qu’il se développe.

La Guinée vient de sortir d’une élection présidentielle libre, transparente et démocratique. Ça prouve que ceux qui ont perdu, l’on perdu. Ils n’ont qu’à accepter leur défaite et attendre la prochaine élection. Si un jour Dieu leur donne le pouvoir, d’autres aussi vont leurs écouter. Le peuple n’a plus besoin de manifestation, de casse des biens publiques et privés et de tuerie.

L’Opposition républicaine n’a pas un programme de société, c’est pourquoi elle appelle à la manifestation de rue. Elle est en train de comprendre que le mot d’ordre d’aller en manifestation ou en marche à répétition n’apportera rien au peuple de Guinée.

AGP : Quelle appréciation faites-vous du report de la tenue des élections locales en Guinée, qui était prévue pour octobre prochain ?

El hadj Moussa Soumaré : Quand j’entends parfois certains membres de l’Opposition dirent que les accords signés entre l’Opposition et l’Etat n’ont pas été respectés, mais si on regarde aujourd’hui dans les 5 communes de Conakry et ceux de l’intérieur du pays, l’Opposition est représentée. C’est l’un des points importants de ces accords.

Toutes les questions liées aux élections locales en Guinée doivent être analysées et soumises à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), car cette institution chargée d’organiser les élections est composée de, non seulement de la Mouvance présidentielle, mais aussi, de l’Opposition. Je sais que s’il y a le report de la tenue des élections locales en Guinée, c’est que nous sommes dans une crise économique.

Et cette crise aujourd’hui est mondiale. Donc, ce n’est pas seulement en Guinée. Si l’Etat n’a pas les moyens financiers, si les partenaires au développement n’ont pas réagi positivement en donnant les moyens à l’Etat guinéen, il faut en ce moment, que ces élections soient reportées jusqu’à ce qu’on trouve les moyens nécessaires. Et cela ne veut pas dire qu’il n’aura pas d’élections locales.

AGP : Je vous remercie !

El hadj Moussa Soumaré : C’est moi qui vous remercie.

AGP/19/08/016 JG/ST

 
Le gouvernement guinéen a rendu un hommage à la DN du Trésor Public, Mme Aïssatou Boiro morte assassinée


Conakry, 14 nov (AGP)- Le gouvernement guinéen a organisé mardi, 13 novembre au Palais du peuple à Conakry, des cérémonies de recueillement et de souvenir en hommage à la Directrice Nationale du Trésor Public, Mme Aïssatou Boiro, assassinée vendredi, 09 novembre dernier par des inconnus à l’aide d’armes de guerre.

Cette journée de mardi avait été déclarée auparavant par le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, ‘’Journée de deuil national’’ en la mémoire de la défunte.

La dépouille mortelle a été exposée ce jour au Palais du peuple, en présence du chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, qui avait à ses côtés le premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana et les membres du gouvernement.

En plus des parents de la défunte, on notait également à ces cérémonies, la présence des représentants des institutions nationales et internationales, ses amis et autres collaborateurs, tous venus rendre un dernier hommage à Aïssatou Boiro.

A l’occasion, le ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances, Kerfalla Yansané a indiqué dans son intervention, que Mme Boiro était la personnification de l’engagement, de la droiture et de la rigueur, révélant qu’elle a participé à la mise en place du système méticuleux de contrôle des dépenses publiques, qui a permis de déjouer les diverses tentatives de fraude.

‘’Mais cela lui a malheureusement valu la haine. Elle est morte parce qu’elle refusait tout compromis entre l’intérêt public et les intérêts sordides des groupes mafieux’’, a expliqué le ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances.

Il a ensuite déclaré, que cette disparition est loin de décourager les travailleurs honnêtes, avant d’ajouter que, l’assassinat de Mme Boiro doit amener tous les agents de l’Etat à reprendre le flambeau de la droiture et de l’honneur, afin que la corruption et l’impunité soient à jamais bannies de la société guinéenne.

Pour sa part, le représentant du Fonds Monétaire International (FMI) en Guinée, Aziz Wann a indiqué, que Aïssatou Boiro était, non seulement, l’image d’une Guinée chaleureuse et hospitalière, mais aussi, d’une Guinée qui change.

Ainsi, le représentant du FMI a fait part d’un des souhaits de la défunte, celui de faire de l’Administration guinéenne, une administration exemplaire et son engagement total pour permettre l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

Pour le représentant de l’Union Européenne (UE) en Guinée, Philipe Van Dame, la meilleure façon de rendre hommage à Mme Aïssatou Boiro, est de suivre ses œuvres dans l’intérêt de toute la Nation.

Au nom de la famille Boiro, Aliou Boiro a remercié le gouvernement pour avoir organisé cette cérémonie, qui, selon lui, témoigne de l’affection des uns et des autres pour la défunte.

En exprimant toute l’émotion de la famille, Aliou Boiro a invité chacun à accepter cette volonté de Dieu.

Ce fut ensuite le tour du Secrétaire général aux Affaires Religieuses, El hadj Abdoulaye Diassy, de faire des prières pour la regrettée, avant que le président de la République ne se recueille sur le corps de la dépouille mortelle.

A signaler qu’après le Palais du Peuple, la dépouille a fait escale à la Basse militaire, où elle a été embarquée à bord d’un hélicoptère à destination de Koundara, sa préfecture natale pour son inhumation.
AGP/14/11/012 ST/FDF/ST

 
Nomination du Général Sékouba Konaté comme Haut Représentant de l’UA pour l’opérationnalisation de la FAA


Conakry, 8 déc (AGP)- Le président de la Commission de l’Union Africaine (UA), M. Jean Ping, a nommé mardi, 7 décembre, le président de la Transition, ministre de la Défense Nationale de la République de Guinée, Général d’Armée Sékouba Konaté, en qualité de Haut Représentant de l’UA pour l’Opérationnalisation de la Force Africaine en Attente (FAA) et cumulativement, comme responsable de la Planification et la Gestion Stratégique des Opérations de Soutien à la Paix de l’UA.

La FAA est l’un des principaux piliers de l’Architecture continentale de paix et de sécurité, telle que prévue par le protocole relatif à la création du conseil de paix et de sécurité de l’UA.

Elle a pour mandat, d’entreprendre des opérations de soutien à la paix, ainsi que des missions d’intervention dans des cas de génocide, de crimes de guerre ou de crime contre l’humanité conformément à l’acte constitutif de l’UA.

Né en juin 1964 à Conakry, le Général d’Armée Sékouba Konaté a suivi une formation d’officier à l’Académie royale de Meknès au Maroc, à l’école d’application de l’infanterie de Montpellier et à l’école des troupes aéroportées de Paris en France ainsi qu’à l’école de guerre en Chine.

Il a également servi dans le contingent de maintien de la paix de la CEDEAO en Sierra Léone. Il a assuré d’importantes responsabilités au sein de l’armée guinéenne, ayant notamment commandé le Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA).
AGP/8/12/010 MC/AB/ST

 
Média : Maroc/Tenue d’un Forum des Agences de Presse de l’Afrique Atlantique et de l’ouest


Conakry, 20 oct (AGP)- Tenu les 13 et 14 octobre 2014 à Casablanca le Forum des Agences de Presse de l’Afrique Atlantique et de l’ouest a débouché sur un document appelé "l’Appel de Casablanca".

Ce document est le cri de cœur de toutes les Agences de Presse en Afrique, pour attirer l’attention des Pouvoirs Publics sur elles, et la place qu’elles occupent dans le monde des médias, que ce soit en Afrique ou ailleurs. Les Agences de Presse sont laissées pour compte et ne bénéficient pas souvent des mêmes privilèges que les médias publics comme la Radio et la Télévision.

Le document ‘’L’Appel de Casablanca’’ est rédigé à Casablanca par les représentants de 15 Agences de Presse de l’Afrique Atlantique et de l’ouest dont l’AGP. Ces Agences sont considérées comme Membres Fondateurs de l’organisation faitière dénommée ‘’Fédération des Agences de Presse africaines’’ qui vient de naitre à Casablanca (au Maroc). Voici l’intégralité de ‘’ l’appel de Casablanca’’, ci-dessous:

‘’Forum atlantique des Agences de Presse Africaines’’

Appel de Casablanca pour la contractualisation des rapports avec les pouvoirs publics

Le Forum atlantique des Agences de presse africaines, réuni les 13 et 14 octobre 2014 à Casablanca, lance un appel aux pouvoirs publics pour la contractualisation des rapports qui lient les Agences de presse africaines à leurs Etats respectifs.

Cette contractualisation est seule à même de permettre de fixer le cap, de définir la vitesse des réformes et de déterminer les objectifs. Les partenaires, Agence de presse et Etats, liés par des droits et des devoirs, peuvent travailler ensemble en synergie et en efficience avec une vision et une visibilité partagées pour un service public d’information moderne et à haute valeur ajoutée.

Les défis technologiques et professionnels qui se posent aux Agences de presse africaines nécessitent une programmation budgétaire pluriannuelle qui leur permet de fixer leurs objectifs avec précision et d’avoir une pleine conscience de leurs droits et devoirs à l’égard des pouvoirs publics et de la société.

La souveraineté nationale des Etats en matière d’information impose, aujourd’hui, de considérer les agences de presse comme des acteurs stratégiques de premier ordre dans la bataille de l’information qui embrase le monde.

Les citoyens africains ont le droit légitime de bénéficier d’un service public d’information de qualité traitée par des professionnels rigoureux, et exerçant dans la dignité, au fait de leur responsabilité en tenant en compte des principes éthiques et déontologiques.

Cet appel vient couronner le processus de création de la Fédération atlantique des Agences de presse africaines "FAAPA", qui se veut une plateforme professionnelle de mise à niveau matérielle et immatérielle des Agences africaines pour qu’elles puissent relever les défis multiformes de la mondialisation qu’impose le 21ème siècle à notre continent
Casablanca, Le 14 octobre 2014
AGP/20/10/14 AKD/FDF

 
Tenue a jeudi dernier à Conakry de la 19ème et dernière réunion
du GIC-G


Conakry 14 fév (AGP)- Le premier ministre, chef du Gouvernement, M. Mohamed Saïd Fofana a présidé le 10 février dans un hôtel à Conakry, les travaux de la 19ème Réunion du Groupe International de Contact sur la Guinée (GIC-G) une première après les élections.

Selon les organisateurs, cette session qui la première réunion depuis le retour de la Guinée à l'ordre constitutionnelle avait pour objectif, d’élaborer un plan d'assistance à la Guinée qui vient d'amorcer une étape décisive de son évolution.

Dans son discours d'orientation, le co-président du GIC-G, M. Ibrahima Fall a exprimé la volonté de son organisation à oeuvrer aux cotés de la Guinée qui doit poursuivre ses efforts dans le sens de la consolidation du processus démocratique et de la construction d'un Etat prospère et solidaire.

Il a souhaité que les élections législatives se passent dans les meilleures conditions que les premières avant de dire le souhait du GIC-G de voir le président se mettre à la tache en faveur des guinéens dans le cadre du renforcement de la concorde nationale.

De son côté, le chef du gouvernement a indiqué, que la Guinée est entrain de se libérer de la pression provoquée par le dur régime des sanctions auxquelles elle était soumise avant d’énumérer les défis à relever dans le cadre de la politique du changement et d'ouverture prôné par le chef de l’Etat.
AGP/14/2/011 MYS/ST

 
Page Noire

La Guinée a rendu mercredi, un dernier hommage au Général Antoine Kankodouno


Conakry, 3 juin (AGP)- La Guinée a rendu mercredi, 1er juin au palais du peuple à Conakry, un dernier hommage au défunt gouverneur de la région administrative de Kankan, Général Antoine Fara Kankodouno, décédé samedi, 28 mai des suites de maladie à la Clinique Pasteur de Bamako en République du Mali où il a été évacué d’urgence.

La crème de l’administration guinéenne, les forces de sécurité et de défense, les parents, amis et alliés ont rendu un hommage mérité au gouverneur Kankodouno avant le départ de sa dépouille mortelle pour Mongo dans la préfecture de Gueckédou.

Les obsèques ont été marquées par la lecture de l’oraison funèbre, faite par le Colonel Abou Kéita de la Gendarmerie Nationale. Une oraison qui retracé le parcours du défunt, de sa naissance en 1958 en passant par son incorporation au sein de la Gendarmerie Nationale en octobre 1982, son évolution en grade, au cours de 31 ans 5 mois et 27 jours de service.

Egalement son élévation au grade de Général de Brigade, le 15 janvier 2010, les différentes formations au plan national et à l’étranger (Saint Cyr en France) jusqu’à sa nomination au poste de Gouverneur de la région administrative de Kankan, le 26 juin 2009 avant d’être confirmé à ce poste par le président de la 3ème République, Pr Alpha Condé.

Par la suite, le message du gouvernement a été délivré par le ministre des Affaires Politiques et de la Décentralisation, M. Alhassane Condé. Un message qui révèle le passé brillant du défunt suivi de témoignages dont ceux du directeur général de la Société Aurifère de Guinée (SAG), M. Christian R.et du Conseiller spécial du président de la République en matière de Défense et de Sécurité, Général Bouréma Condé.

Sous la musique funèbre de la fanfare de l’armée, les membres du gouvernement, des responsables d’institutions nationales et internationales, la famille et les forces de défense et de sécurité, se sont tour à tour recueilli sur le cercueil de l’illustre disparu.

La cérémonie a pris fin à l’esplanade du palais du peuple par l’embarquement de la dépouille pour l’aéroport international de Conakry-Gbèssia en direction de son village natal de Mongo où il sera enterré, situé à moins de 12 km de la commune urbaine de Gueckédou.
AGP/3/6/011 JPO/ST

 
Diplomatie : tenue d’une journée «Portes Ouvertes sur la Guinée» à Shepherd Universty en Virginie Occidentale


Conakry, 24 oct (AGP)- L’ambassadeur de la République de Guinée aux Etats-Unis d’Amérique, Mamady Condé était, mardi, 18 octobre, 2016, l’hôte de Shepherd University, pour une Journée Portes ouvertes sur la Guinée, rapporte Alsény Ben Bangoura du site d’informations AlloConkry.


Shepherd University est un établissement public d’Enseignement supérieur vieux de plus de 130 ans, situé à 1h30 de voiture du District de Columbia, dans un endroit pittoresque de Virginie Occidentale.


La Virginie de l’Ouest ou West Virginia en anglais, est un Etat conservateur et rural du Sud des Etats-Unis connu pour ses mines de charbon, son paysage montagneux et la culture des Appalaches.


C’est en 1863 qu’il s’est séparé de Virginie, Etat confédéré durant la guerre de Sécession, ayant rejeté l’idée de quitter l’Union, objectif alors poursuivi par les sécessionnistes du Sud en vue de maintenir l’esclavage qui fut aboli en 1865 grâce à la victoire des abolitionnistes du Nord sous la direction du président Abraham Lincoln, assassiné en avril de la même année.


Spécialisé dans les Arts libéraux, les Sciences naturelles et l’Administration des affaires, Shepherd University compte environ 4000 étudiants venant en majorité de Virginie Occidentale et des Etats voisins, à savoir la Pennsylvanie et le Maryland, la Virginie, le Kentucky et l’Ohio. Egalement dans l’effectif, des étudiants d’origine africaine en nombre réduit, à moins de 100.


A l’instar de leurs concitoyens des autres Universités américaines, les étudiants de Shepherd savent très peu de l’Afrique et le peu qu’ils savent du continent noir est superficiel. Une perception qui, pour la plupart du temps, ne reflète pas la réalité d’une Afrique diverse et de plus en plus dynamique.


Pour pallier cette situation, la Direction de l’Université en charge des Affaires internationales, en collaboration avec un de ses anciens étudiants, l’ivoirien Sidiki Diabaté, a créé récemment un programme qui consiste à inviter chaque année un ambassadeur étranger pour parler de son pays dans le cadre d’une journée “Portes ouvertes”.


Ainsi après la Côte d’Ivoire, le choix est tombé cette année sur la République de Guinée, un pays très mal connu des américains, par ailleurs stigmatisé par la récente épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola.


L’ambassadeur Mamady Condé, qui a effectué le déplacement avec plusieurs de ses proches collaborateurs, a profité de ce moment privilégié pour échanger avec les étudiants et enseignants sur la Guinée, découvrir le campus, partager les mets guinéens et jeter les jalons pour une future collaboration devant permettre à des jeunes guinéens d’étudier à Shepherd.


Sur place, M. Condé a fait une présentation générale du pays, en mettant en exergue son histoire et sa géographie. Il s’est appesanti sur le rôle pionnier qu’a joué la Guinée dans le processus de décolonisation du continent en tant que premier pays francophone d’Afrique au Sud du Sahara à accéder à l’indépendance proposée par la France en 1958. Une situation qui, a-t-il martelé, n’a pas été appréciée par la puissance colonisatrice qui chercha à nuire au nouvel Etat indépendant, par tous les moyens.


Le diplomate guinéen a également abordé le dernier développement de la situation sociopolitique de la Guinée, «marquée par un retour à l’ordre constitutionnel, après plusieurs décennies de régimes militaires ayant laissé le pays exsangue. Des élections démocratiques ont finalement permis, en 2010 et en 2015, la désignation du professeur Alpha Condé. Personnalité historique de l’opposition et septuagénaire qui se voit désormais confier la tâche de rebâtir la Guinée, alors qu’un profond contraste existe entre la situation actuelle et les ressources énormes du pays».


L’ambassadeur Condé a estimé, que «la Guinée bénéficie aujourd’hui d’une stabilité sans précédant qui permet de mettre en valeur ses nombreuses ressources naturelles, dont des réserves énormes de bauxite, de minerais de fer, de diamants, d’or, de sel, d’énergie hydroélectrique et probablement aussi de pétrole».


En outre, a t-il ajouté, «le pays recèle des possibilités de croissance considérables, dans les domaines de l’agriculture et des pêches. Dans ces conditions, s’offrent des possibilités pour de réels investissements et des activités commerciales».


La présentation du diplomate guinéen a été illustrée par deux vidéos, dont la première portait en grande partie sur les grands chantiers du pays. La seconde sur la problématique de l’éducation, le chômage des jeunes, ainsi que les enjeux et défis de la santé, des secteurs névralgiques de premier plan.


Le clou de cette journée, “Portes Ouvertes sur la Guinée’’, a été un diner avec les mets guinéens, suivi d’un spectacle et de la remise de cadeaux symboliques par l’ambassadeur Condé aux principaux responsables de l’Université Shepherd.


Des enseignants et étudiants interrogés par la suite estiment, à l’unanimité, que «l’exposé de l’ambassadeur Condé, qui a été suivi d’une séance de questions-réponses, a ouvert leurs yeux et enrichi leur connaissance sur la Guinée».


Témoignage inédit de cette étudiante en fin de cycle, pour qui «la Guinée parait être un “endroit incroyable” qu’elle rêve de visiter un jour.


AGP/24/10/016 ABB/AKD/ST

 
Publireportage : La société de téléphonie mobile Cellcom Guinée lance le tarif flexible pour tous ses abonnés


Conakry, 12 juil (AGP)- Le directeur Marketing et Commercial de Cellcom Guinée, AsherThierry Alone a annoncé, au cours d’une rencontre qu’il a eu avec les journalistes, jeudi, 07 juillet 2016, à Conakry, le lancement d’un tarif innovant et abordable pour rapprocher davantage ses clients.


La couleur rouge dans les sociétés de téléphonie en République de Guinée est représentée par Cellcom. Cette couleur fait la différence, elle symbolise l’amour, l’énergie, le désir et bien d’autres choses attrayantes.


«Comme on le dit, ce n’est pas la couleur qui fait la différence, mais c’est la couleur qui représente la différence. Cette différence représente alors la flexibilité qui est innovante, abordable pour tous les abonnés en leur facilitant la communication et la rendre plus accessible», a fait savoir directeur Marketing et Commercial de Cellcom Guinée, Asher Thierry Alone.


Le tarif flexible est donc rouge et elle est Cellcom, a-t-il insisté, avant de donner plus de détail sur la flexibilité de ce tarif Cellcom.


«Aujourd’hui, nous lançons le Cellcom flexible qui donne la possibilité au client de changer son tarif à chaque moment, il donne l’option de choisir un tarif pour chaque besoin. C’est à dire flexible, ce service est personnalisé et flexible à chaque moment», a déclaré Asher Thierry Alone.


Pour bénéficier de cette offre abordable, il est loisible au client de faire le choix sur son tarif préféré du moment. Pour appeler pendant la journée, il suffit de faire *603# et vous avez le tarif Cellcom 6yli à 6 GNF/seconde. Faites la même chose pour aussi appeler hors réseau Cellcom, 6yli à 6 GNF/seconde.


Pour les appels de la nuit, cette tarification permet au client d’activer le Service Extra aussi petit à 2 GNF/seconde en faisant *602#.


Ce processus est aussi valable pour appeler pendant le week-end en faisant *602# à 2 GNF/seconde.


Pour pouvoir communiquer aussi avec les bonus Cellcom, il suffit de faire *601# pour seulement 8 GNF/seconde.


AGP/12/07/016 AKT/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée


La trentième (30ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 24 juillet 2014 de 09h 10 à 09h 40’.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 850,7593 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N°692-Conakry-Téléphone:(+224)30412651–Téléphax:(+224)30414898; Télex: 22225 BAREG-GE

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du 28 novembre 2014


La quarante huitième (48ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi, 27 septembre 2014 de 09h40mn à 10h.

La séance a réuni la BCRG et quatorze (14) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 985, 0655 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Carnet du Reporter : Manque d’infrastructures administratives adéquates à Labé, le gouverneur Sadou Kéita garde espoir


Conakry, 26 sept (AGP)- Des infrastructures de la préfecture de Labé, présentent une image peu reluisante, due essentiellement au manque d’entretien, a constaté l’AGP en mission dans la localité.

Du Camp militaire El hadj Oumar Tall aux Villas des Hôtes en passant par l’Ecole primaire El Hadj Oumar Tall du quartier Nadhel et autres infrastructures administratives non les moindres, le constat est alarmant.

Mais le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Sadou Keita dit qu’il reste optimiste et très confiant, quant à la réalisation et la reconstruction par les autorités de la 3ème République, des bâtiments administratifs dignes de ce nom à Labé non seulement, mais aussi dans toutes les préfectures relevant de sa région.

‘’La Guinée est venue de loin. Tous les problèmes auxquels elle est confrontée aujourd’hui, constituent l’héritage laissé par les prédécesseurs. Manque d’infrastructures adéquates, maque d’eau potable, manque de courant électrique et manque d’emploi, seront bientôt pour les guinéens un simple souvenir’’, a expliqué le gouverneur.

Sadou Keita a souligné, que le pays vient à peine de regagner la confiance des investisseurs étrangers, ce, après la mise en place de l’Assemble Nationale.

Selon lui, les trois premières années du premier mandat du Pr Alpha Condé sont passées, en grande partie, dans la gestion des crises. Tant mieux ! Depuis la session inaugurale de cette Assemblée Nationale, le pays n’a pas connu de troubles qui pourraient empêcher les partenaires à l’accompagner. Seule la maudite fièvre hémorragique Ebola qui ralentit, ces derniers temps, des activités d’intérêt national.

Parlant du Camp militaire El hadj Oumar Tall de Labé, M. Keita a dit que le projet de Reforme du Secteur de Défense et de Sécurité (RSDS) suit son cours normal, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. En tout cas, à Labé, a-t-il affirmé, aucun militaire n’est désormais dans la rue portant armes. Et tous les mouvements sociopolitiques sont exclusivement gérés, sans bavures, par la Police et la Gendarmerie.

‘’Donc avec le projet de reforme, l’espoir est par rapport à la reconstruction de toutes les Garnisons militaires du pays’’, a-t-il noté.

En ce qui concerne les Villas des Hôtes de Labé, le gouverneur de région reconnait l’état de délabrement avancé des bâtiments, faute d’entretien et de suivi. Mais, fera-t-il remarquer, la rénovation de ces villas se trouverait dans le programme d’investissement de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) 2010-2025.

Quant à la reconstruction d’autres infrastructures qui ne répondent plus aux normes, Sadou Keita a dit, que l’Etat n’est pas en reste car, le Programme de Développement Local (PDL) et le Plan d’Investissement Annuel (PIA) constituent les moyens pour relever ce défi. Et avec les démarches du régime en place, l’espoir est grand, a-t-il ajouté.
AGP/26/09/014 CM/KS/AKD/ST

 
Publireportage : Poursuite de la campagne d’un an d’appel gratuit offert aux abonnés Cellcom !!


Conakry, 12 avril (AGP)- La société de téléphonie Cellcom poursuit sa campagne ‘’un an d’appel gratuit’’ pour le bonheur de ses fidèles abonnés, lancé depuis mardi, 16 février 2016, conscient de la cherté de la vie en Guinée, a lancé cette campagne, en vue de réduire les coûts de la communication pour ses abonnés, en vue de rendre celle-ci abordable que possible.


Pour le huitième tirage du mardi, 12 avril 2016, 100 nouveaux clients bénéficieront chacun un an d’appel totalement gratuit vers les numéros Cellcom.


Quelques heureux gagnants joint aux téléphones ce sont exprimé au micro de l’agent de Cellcom : Il s’agit de monsieur Balla Guilavogui du numéro 655 617 153, éleveur à Kissidougou « surpris à l’annonce du tirage de son numéro, ah bon merci je suis très content » ensuite poursuivant, il n’a pas tari d’éloge envers la société Cellcom en passant de la fiabilité de son réseaux et de l’attention toute particulière qu’elle prête envers ses abonnés en les offrants des cadeaux.


Le second, Mamadou Saliou Niane du numéro 657 969 696, commerçant à Madina , content ne pouvant contenir sa joie a bénie à son tour Cellcom pour tout ce qu’il fait pour les abonnés.


Pour bénéficier, il suffit d’accumuler au moins 20.000 GNF de crédit par semaine.


Pour le directeur Marketing, Asher Terry Alone dira que Cellcom partage le quotidien de ses abonnés « nous avons pour objectif de réduire les dépenses téléphoniques, afin de leur permettre d’investir dans les autres dépenses familiales. Nous mettons cette promotion à la disposition de nos abonnés pour que les chanceux profitent des appels Cellcom gratuits pendant un an».


Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/12/04/016 AKT/ST

 
La marche de l’opposition acceptée par le gouvernement


Conakry, 18 avr (AGP)- Le porte parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, par sa voix a livré mercredi, 17 avril un communiqué dans lequel il est rédigé que ‘’le gouvernement guinéen respecte la décision de l’opposition d’organiser une manifestation de rue ce jeudi 18 avril 2013’’.

Selon le même communiqué le gouvernement affirme que : ‘’Même s’il regrette que l’opposition en appelle si souvent à la rue, avec toutes les violences que cela peut entraîner, hélas, pour nos concitoyens, et tous les désagréments que cela peut comporter.

Dans tous les cas, le gouvernement reconnaît sans ambiguïté, les droits et libertés des citoyens, notamment ceux liés à l’expression libre et légale des opinions, y compris par les manifestations’’.

En conséquence, le gouvernement restera toujours fidèle à nos principes constitutionnels.

Toutefois, le gouvernement tient à rappeler un certain nombre de principes et d’évidences qui s imposent à toute société démocratique et à tout Etat de droit :

Le gouvernement garantira (dans toute la mesure de ses possibilités et capacités) la jouissance réelle et effective de tous les droits et toutes les libertés démocratiques, notamment les libertés d’opinion, d’expression et de manifestation. Cependant, il n’acceptera et ne tolérera aucun acte de violence d’où qu’il vienne, et quels qu’en soient les motifs et ne cédera à aucun chantage et ne tolérera aucun acte illégal.

Toutefois, il met en garde ceux qui veulent créer des situations de conflit pour pouvoir s’en plaindre après ; il attire l’attention de la communauté nationale et internationale sur un certain nombre d’indicateurs qui traduisent une volonté manifeste de créer le désordre et un climat de violence en Guinée.

Le gouvernement s’y refuse catégoriquement, car il est et demeure le gouvernement de tous les Guinéens, quelles que soient leurs opinions politiques, leurs origines ou toute autre appartenance singulière ; il est fortement attaché aux valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit, rappelle que dans tout Etat démocratique, le respect des droits fondamentaux et de la loi restent les garanties primordiales pour tous les citoyens.

Le gouvernement invite tous les acteurs politiques à agir dans le strict respect de nos lois et à faire preuve de responsabilité, dans l’exercice de leurs droits et libertés ; il décline toute responsabilité face à des volontés manifestes de créer une situation de trouble et de violence. Il réaffirme solennellement et sans ambiguïté sa ferme volonté de garantir l’expression des Droits et libertés, dans le strict respect de la loi, et entend veiller sur le respect des Droits Humains de chaque citoyen Guinéen et toutes les personnes vivant en Guinée.

Il rappelle qu’il est du devoir de l’État de garantir l’exercice des libertés, mais dans les cadres fixés par nos lois, notamment le respect des autres droits et libertés tout en s’engageant à ne jamais entraver la liberté de jouissance de ces droits et libertés démocratiques, affirme ici solennellement et fermement qu’il ne tolérera aucun acte de violence, aucune violation des lois, quels que soient les auteurs, les motifs et les prétextes. Il invite enfin chacun à faire preuve de responsabilité.

Fidèle à sa volonté de construire en Guinée une société de paix, de démocratie et de prospérité, le gouvernement de la République, soucieux d’être un gouvernement au service de tous les guinéens, compte le rester, pour que la Guinée demeure unie et égalitaire.
AGP/18/4/013 BPP/AGP

 
Interview

A peine élu vice-président du JASEMA, M. Koné se prête aux questions de la presse étrangère

Réalisée à Lomé par le site AfrikMag


Conakry, 17 août (AGP)- A l’ occasion du lancement officiel du Réseau des Journalistes Africains pour la Sécurité Maritime (JASEMA), vendredi, 12 août dernier, à Lomé, la capitale togolaise, la Rédaction du quotidien panafricain Afrikmag a rencontré le premier vice-président de ce Réseau, Koné Ibrahima (KI).


Avec lui, elle a passé au peigne fin plusieurs questions relatives à la création de ce réseau, dont les enjeux, les objectifs, le rôle du réseau et tant d’autres questions. Lisez…


Afrikmag : Vous êtes à Lomé dans le cadre du lancement du réseau panafricain, JASeMa (Journalistes africains pour la sécurité maritime). Vos impressions en tant que premier vice-président de ce réseau ?


KI : Je vous remercie. Effectivement, je suis à Lomé pour le lancement du réseau JASEMA. Mes impressions sont bonnes dans la mesure où l’accueil était très chaleureux de la part de nos confrères togolais. Nous sommes venus de 15 pays africains et vu l’engouement de la part des autorités togolaises, c’est très important. Nous avons eu à travailler pour la mise en place du bureau exécutif et le lancement a été fait par le ministre togolais de la communication, des sports et de la formation civique, Guy Madjé Lorenzo. Après la délégation a été reçue par le Premier ministre. Cela dénote réellement pour moi, de la volonté du gouvernement d’accompagner le réseau dans ses objectifs. Il faut aussi dire que, le réseau a répondu à l’appel du Président togolais, Faure Gnassingbé.


De façon brève, présentez-nous le réseau, et parlez-nous de ses objectifs!


M.Koné : Il faut comprendre que les problèmes de l’insécurité sur les mers et océans se posent avec acuité ces dernières années. Entre autres problèmes la piraterie maritime, la pêche illicite, le trafic humain, de drogues et d’armes, et le phénomène des passeurs sont quelques-unes des menaces qui font chaque jour de la méditerranée un “cimetière bleu”. C’est pourquoi aujourd’hui, la mission du réseau, est de sensibiliser les populations, les utilisateurs, les acteurs de la sécurité maritime.


Donc retenez que le principal objectif du JASEMA est de sensibiliser les journalistes et les populations sur les thématiques relatives à la mer, de promouvoir les meilleures pratiques allant dans le sens de la protection des ressources que regorge la mer, et de permettre aux Etats d’engrainer d’énormes bénéfices qu’offrent l’exploitation des mers et océans.


Notre mission n’est pas de juger, mais d’apporter les informations qu’il faut à la population ; dire aujourd’hui les méfaits que nous connaissons de la pêche illicite, les méfaits que nous connaissons de la piraterie en haute mer, les méfaits que nous connaissons en jetant les produits toxiques dans la mer. Comme le disait le ministre Lorenzo, il y a des bateaux sans permis qui viennent racler le fond marin ; on tue la couche d’ozone pour la reproduction des poissons.


Et il faut savoir que, le Golfe de Guinée est une zone très poissonneuse et à cause de cette richesse en poisson, elle fait la convoitise de toutes les grandes industries en matière de pêche. En passant par l’Asie du Sud, le nord européen, vous rencontrerez toutes formes de bateaux dans nos eaux et de façon illégale. (…).


Alors quand c’est illégal, c’est de la piraterie, et le continent perd des milliards. Je vous donne l’exemple de la Guinée ; il y avait de la pêche illégale dans les eaux guinéennes où des bateaux viennent pêcher du poisson et l’état guinéen n’avait pas de mesures coercitives là-dessus.


Face à cette pêche illégale, l’Union européenne (UE) a pris des sanctions contre la Guinée, en mettant l’importation du poisson venant de la guinée sur la liste noire de l’UE. C’est une perte pour l’économie de la Guinée. Pour pallier à ce problème, prenons le Togo et la Côte d’ivoire, regarder seulement la baie, vous constaterez que, réellement avec l’avancée de la mer, on a des villages, des routes bâties à coups de milliards qui disparaissent ; alors si nous, hommes de médias, responsables politiques, ne prenons pas des initiatives pour apporter des corrections à cela, ce serait une grande perte pour le continent dans les années à venir.


Voilà pourquoi nous avons jugé bon, d’être autour du Chef de l’Etat togolais, son gouvernement et le peuple pour l’encourager sur les belles initiatives prises qui ont également conduit à l’organisation du sommet sur la sécurité maritime.


Afrikmag : La majorité des pays présents au lancement du réseau sont de l’Afrique occidentale. Votre réseau ne concerne que cette partie de l’Afrique, ou ce sont tous les journalistes d’Afrique qui sont concernés par le JASEMA?


KI : C’est vrai. Mais je dois vous dire que, tous les pays qui sont arrivés au lancement du réseau sont africains. Comme je le disais tantôt, il faut qu’il y ait un point de départ ; dans toute activité humaine, on ne commence pas par tout le monde. C’est un début pour le réseau ; ce sont les africains qui ont lancé le réseau de journalistes africains, ceux qui ne sont pas là viendront plus tard, nous allons les envoyer des messages, des courriers. Nous irons à Addis-Abeba, siège de l’Union africaine présenter le travail qui est abattu; déjà treize pays sur les 52 sur le continent, ce n’est pas petit; le nombre de départ n’est pas à négliger.


Au Togo, le gouvernement et le chef de l’Etat se sont mobilisés pour nous, bien que nous n’avons reçu de financement mais, le soutien moral est là ; Moi en quittant Lomé, je passerai par la Côte d’Ivoire, je vais discuter avec les ivoiriens, celui qui est au Sénégal discutera avec les sénégalais ainsi de suite en vue d’amener plus de pays dans le réseau ; pour l’instant, le temps n’est pas favorable puisque, le sommet aura lieu en Octobre prochain à Lomé ; sur ce, il faut aller vite, d’abord accompagner le sommet etc.


Afrikmag : Quelle est la durée du mandat de ce bureau ?


KI : Le réseau, est composé de treize membres représentant les treize pays présents au lancement. Je vous informe que, le secrétariat général est revenu au Togo, la présidence, les finances aussi. Ce n’est pas fini, tous les pays présents sont représentés, comme moi qui occupe le poste de Vice-présidence etc. Et il y a la place au sein du bureau pour les autres pays qui prendront le train en marche. Il faut comprendre que le secrétariat va tenir compte des différentes langues parlées sur le continent dans le secrétariat central. Mais, le français et l’anglais restent la langue de travail pour le réseau.


Afrikmag : Qu’est-ce qui a motivé la création de ce réseau ?


KI : Les motivations sont simples, c’est une question d’actualité ; si nous voyons tout ce qui se passe autour de nous, je veux dire l’immigration, des enfants, des jeunes qui meurent dans la mer, cela doit nous interpeller; si nous regardons aujourd’hui tout ce qui se passe sur nos côtes avec des villages entiers qui disparaissent à cause de l’avancée de la mer, aucun pays n’est épargné; avec les conflits sur le continent, la mer devient le lieu de trafic des armes, tout ceci nous amène à dire que, le problème est d’actualité et nous hommes de médias, ne devons pas rester en marge de ces dures réalités.


Figurez-vous que la pêche illicite fait perdre la somme faramineuse de 10 à 23 milliards de dollars aux pays africains ; 75 % des grandes pêcheries mondiales ont été surexploitées et sont en voie d’épuisement ; les mers et océans sont devenus des dépotoirs où sont déversés des produits toxiques qui déciment la faune et la flore marines.


Nous journalistes, nous serons là lors du sommet, et les conclusions qui en découleront, nous allons les vulgariser dans nos différents médias pour plus d’impact afin que, les gens comprennent les dangers auxquels ils s’exposent. Il faut qu’on change les habitudes envers la mer, et que le banditisme diminue et qu’un mécanisme soit créé afin de freiner le développement de la piraterie dans nos eaux ; Aujourd’hui, c’est clair que, la piraterie s’est déplacée de la Corne de l’Afrique vers les côtes ouest africaines.


Afrikmag : A court terme quelles mesures seront prises par ce réseau?


KI : Déjà, le réseau est mis sur pied, on va s’attaquer directement aux problèmes avec la vulgarisation pour ce qui est de l’importance du sommet, dire à la population ce qui va se passer du 10 au 15 octobre 2016 à Lomé, pourquoi les chefs d’états vont venir ici et qu’est-ce qu’il faut attendre de ce sommet.


Peut-être que, des pays diront en matière de sécurité, il faut former des brigades maritimes, bref il y aura des propositions et des solutions et celles-ci, nous allons les vulgariser.


En tout cas, les journalistes seront là pour donner de l’éclat, pour faire entendre et parler aussi au nom des sans voix, puisqu’il y aura un stand où tous les chefs d’état passeront pour des interviews en matière de sécurité maritime.


AGP/17/08/016 AfrikMag/AGP

 
Média/Les travailleurs de l’AGP réconfortent le moral de leur collègue Odette Saoromou, malade


Conakry, 9 juin (AGP)- Les travailleurs de l’Agence Guinéenne de Presse, tous ensemble, sous l’égide de leur Directeur général, Alpha Kabinet Doumbouya, ont réconforté, lundi, 9 juin, le moral de leur collègue, Odette Saoromou, malade depuis plus de trois semaines, des suites d’un accident de la circulation sur la Route Nationale N°1, Kindia-Coyah.

C’était à l’occasion du recensement biométrique des fonctionnaires et contractuels de l’Etat, au ministère de la Communication, dont les locaux de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG) Boulebinet, dans la commune de Kaloum, à Conakry, ont servi de cadre à cette opération.

Mme Odette Saoromou a, à cet effet, salué cette marque de sympathie manifestée par ses camarades de service, avant de les remercier, "du fond du cœur", pour ce geste qu’elle a dit, apprécier à sa juste valeur.
AGP/9/06/014 CM/JPO/ST

 
La Radio, ‘’ la Voix de l’Afrique’’ part en fumée


Conakry, 7 juin (AGP)- L’AGP a rencontré la semaine dernière le directeur fondateur de la radio, ‘’La Voix de l’Afrique’’, M. Aboubacar Camara, juste après un incendie qui a consumé toutes les installations de sa radio ainsi que sa bibliothèque contenant une documentation importante destinée à la formation des journalistes. C’était samedi, 28 mai dernier.

Voici l’interview de notre confrère que nous publions ci-dessous.

AGP : Présentez vous à nos abonnés et lecteurs ?

Aboubacar Camara : je suis Aboubacar Camara, chroniqueur scientifique, ancien animateur de l’émission ‘’Question réponse’’ à la Radio Nationale.

AGP : Comment est ce que cet incendie s’est- il produit ?

Aboubacar Camara : c’est un sinistre qui est dû à un court circuit électrique qui s’est produit dans la nuit du vendredi 27 mai à samedi 28 du même mois, dans les environs de 3 h du matin. On venait tout juste de fermer le réseau, parce que ces derniers temps on tournait à régime tendu, 24h/24.

Mais, avec un seul émetteur, j’avais donné consigne de laisser l’émetteur se reposer pendant 3 à 4 heures de temps, c'est-à-dire on ouvre le réseau pour lancer le courant de 5 heures jusqu’à 7 heures le matin en vue de marquer un temps de repos de 3 heures.

Alors l’application de la consigne devait commencer jeudi ; ce jeudi ça marché, c'est-à-dire que les techniciens ont travaillé normalement jusqu’ à 1h du matin avant de fermer et de reprendre le service à 5 h du matin.

Vendredi, c’est là où le destin nous attendait, on ferme à 1h du matin pour se coucher. Aux environs de 3h du matin, pendant que les techniciens et journaliste dormaient très fatigués, c’est en ce moment qu’il y a eu le court circuit.

AGP : Qu’est ce qui s’est passé ?

Aboubacar Camara : ce qui s’est passé, c’est que le studio a pris feu, suivi du parc informatique, la bibliothèque avant d’atteindre la salle de rédaction où étaient couchés les techniciens qui ont été réveillés par la fumée.

AGP : Quel est l’effet de l’ampleur de cet incendie ?

Aboubacar Camara : L’effet d’un incendie, un incendie c’est un sinistre, c’est une catastrophe, c’est une tragédie, son impact est lourd, parce que tout a brûlé, tout a été calciné, on n’a pu sortir aucune once de matériel même un morceau de papier, rien a été sauvé.

AGP : Quelle est l’image que l’on peut retenir de cette radio, la radio de la science, la radio des sciences ?

Aboubacar Camara : Comme tu l’as dit, c’est une radio de la science, une radio des sciences, c’est une radio qui a pour vocation, de vulgariser la science, diffuser la science, mettre la science à la portée du peuple pour permettre aux personnes de changer de comportement.

Sur le plan scientifique, la ligne éditoriale de notre radio, notre radio est une radio communautaire à vocation scientifique, donc nous mettons l’accent sur l’information scientifique et technique.

AGP : Quelle est l’ampleur des dégâts?

Aboubacar Camara : l’ampleur des dégâts est pharamineuse.

AGP : Quelle estimation faites vous du coût global de la catastrophe ?

Aboubacar Camara : C’est extrêmement difficile d’évaluer, il faut que comme le sinistre vient de se passer, il faut que j’ai le temps de réfléchir un peu, et faire recenser, répertorier tout ce qui a été perdu tout ce qui a été brûlé, parce que quand je pense a rien que la bibliothèque à laquelle je tiens beaucoup et qui constitue le cœur de ma fondation et celui de la radio.

Là nous avons des livres, des usuels, des encyclopédies de plusieurs types, j’ai cinq catégories d’encyclopédies et chaque volume par exemple : grand Larousse des douze volumes peuvent aller à peu près jusqu’à 10.000.000 de francs guinéens.

AGP : Quelle estimation du coût global de la catastrophe ?

Aboubacar Camara : dire que je peux évaluer ça maintenant, non c’est difficile pour moi pour le moment, je suis sur le choc.

Néanmoins, le parc d’informatique, tu as une forêt d’ordinateurs, là chaque ordinateur peut coûter entre 4 à 5.000.000 de francs multipliés par 40.

Dans le studio, il y avait un émetteur de 500w, çà c’est de l’or, un mixeur de 24 pistes.

AGP : Quelles dispositions ont été prises par les autorités en votre faveur ?

Aboubacar Camara : Le chef de quartier c’est une autorité ; il a réagi tout de suite. Le dernier à me rendre visite la nuit du vendredi, la nuit fatale, c’est le chef de quartier et dès qu’il y a eu le sinistre, tout le quartier est sorti mais aussi il était là.

J’ai aussi reçu la visite du président de l’URTELGUI, M. Boubacar Yacine Diallo, dès que je l’ai appelé séance tenante, il a répondu à l’appel et il est venu tout de suite avec un chèque d’1.000.000 de francs guinéens.

AGP : merci monsieur Camara et du courage

Aboubacar Camara : c’est moi qui vous remercie.
AGP/7/6/011 MBO/FDF/AB/ST

 
Le président de la République par intérim effectuera une visite ce mardi en Libye


Conakry, 31 août (AGP)- Sur invitation du Guide de la Jamahiriya libyenne, colonel Mohamar El Kadhafi, le président de la République par intérim, président de la Transition, ministre de la Défense Nationale, Général d’Armée, Sékouba Konaté, effectuera à partir de ce mardi, 31 août, une visite d’amitié à Tripoli en Libye pour prendre part à la commémoration du 41ème anniversaire de la Révolution libyenne le 1er septembre, a indiqué un communiqué de presse de la Présidence de la République de Guinée.

Le Général Konaté mettra ce voyage à profit pour faire une escale à Rabat au Royaume du Maroc où il profitera de l’occasion pour faire un contrôle médical, a précisé le communiqué.
AGP/31/8/010 AB/ST

 
MINISTERE D'ETAT CHARGE DE L'ENERGIE ET
DE L'ENVIRONNEMENT
. A VIS D'APPEL D'OFFRES International


 
Le président de la République et le Syli National étaient à Sékhoutouréya le 11 octobre


Conakry, 15 oct (AGP)- Après sa qualification face aux Super Eagles du Nigeria pour la phase finale de la 28ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de Football qui aura lieu du 20 janvier au 10 février 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale, l’équipe nationale guinéenne le Syli National et son encadrement ont été reçus au Palais Sékhoutouréya à Conakry le 11 octobre, par le président de la République, Pr. Alpha Condé, a indiqué le Bureau de Presse de la Présidence de la République de Guinée.

A l’occasion, le ministre des Sports, M. Aboubacar Titi Camara (ancien sociétaire de cette équipe) a remercié le chef de l’Etat, son gouvernement et le laborieux peuple de Guinée pour le ‘’puissant’’ accueil qui leur a été réservé, suite à leur brillante prestation contre le Nigeria le 8 octobre dernier à Abuja.

Il s’est dit très réconforté par cette marque de reconnaissance qui constituera certainement selon lui, une source de motivation pour le Syli National pour les prochaines compétitions.

Le ministre des Sports a aussi remercié toute l’équipe d’encadrement pour la qualité de leur détermination, de leur motivation et le sens élevé de patriotisme qui les a toujours animés pendant cette compétition.

M. Camara a mis l’occasion à profit, pour inviter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour créer de meilleures conditions de travail et de préparation pour le Syli National, afin de permettre à la Guinée, de remporter pour la première fois le trophée de la CAN.

En réponse, le président de la République, Pr. Alpha Condé a indiqué, que la jeunesse est le creuset de l’unité nationale ajoutant, que toute la Guinée se reconnait en cette équipe, sa victoire n’est l’apanage d’aucune région naturelle, c’est toute la Guinée qui s’y retrouve.

Le chef de l’Etat a souligné : ‘’si tous les guinéens se donnaient la main nous pourrions surmonter tous les obstacles car, c’est l’unité qui nous a permis de dire NON à la colonisation et OUI à l’indépendance.

Cette équipe patriotique doit absolument servir d’exemple aux générations montantes’’.

Il a ainsi invité les joueurs, à s’impliquer ‘’activement’’ dans l’éducation de leurs jeunes frères et sœurs.

Pr. Condé a exhorté toutes les structures éducatives, à la formation d’une nouvelle génération consciente, responsable et patriote, capable de refuser toute manipulation, tout en reconnaissant qu’il revient à l’Etat, de créer toues les conditions nécessaires pour la conservation de ces acquis.

Il a pour terminer, rassuré que l’Etat, en tenant compte des périodes difficiles qu’il traverse, ne ménagera aucun effort pour que la Coupe d’Afrique des Nations soit remportée par cette génération.

A retenir, que pour cette remarquable prestation du Syli National qui qualifie la Guinée pour la phase finale de la CAN 2012, chaque joueur a bénéficié de 20.000.000 GNF, offerts par le chef de l’Etat.
AGP/15/10/011 ST

 
Guinée/ Présidentielle 2015 : la caution de candidature fixée à 800 millions GNF


Conakry, 11 août (AGP)- Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Bakary Fofana a, à travers un communique rendu public lundi, 10 août, fixé le montant du cautionnement des candidats à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, à 800 millions de francs guinéens et le montant global des dépenses pouvant être engagées dans les campagnes électorales par candidat ou parti politique à 20 milliards de francs.





Dans le même communiqué, le président de la CENI a précisé, qu’un communiqué de la Cour Constitutionnelle fixera, dans les jours qui suivent, la date et le lieu de dépôt des dossiers de candidature.





Le montant du cautionnement à verser au Trésor Public contre un récépissé, est entièrement remboursable dans les 15 jours qui suivent la proclamation définitive des résultats, à tout candidat élu ou ayant recueilli au moins 5%t des suffrages valablement exprimés, a-t-on indiqué.


AGP/11/08/015 CM/FDF/ST

 
Guinée-Média/ La préfecture de Dalaba a désormais sa Radio Communautaire


Dalaba, 22 mars (AGP)- La préfecture de Dalaba en Moyenne Guinée possède depuis samedi, 12 mars 2016, sa Radio Communautaire créée grâce à la collaboration entre la communauté locale, la Direction Générale de la Radio Rurale de Guinée (DG/RRG), la Banque Mondiale (BM) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), a-t-on appris de source informée.





Elle a été inaugurée ce samedi par le ministre de la Communication, Rachid Ndiaye en présence du représentant de l’Unicef en Guinée, Dr Mohamed Ag Ayoya, et des populations de Dalaba, fortement mobilisées pour la circonstance.





Dotée d’un émetteur FM de 500w, d’une antenne de diffusion à quatre dipôles et d’un pylône de 35 mètres, cette Radio communautaire émet sur 99.1 Mhz.





Les équipements offerts par les partenaires sont composés d’un studio équipé de deux ordinateurs multimédias de 2000 Go, d’une table de mixage, d’un groupe électrogène de 13 Kva, d’une moto, de meubles et de matériels de climatisation.





Le ministre de la Communication a mis l’occasion à profit, pour rappeler le rôle fondamental joué par les radios avant et pendant la lutte contre la maladie de la fièvre hémorragique à virus Ebola.





Il s’est ensuite réjoui de l’installation de cette nouvelle Station de Radio qui, a-t-il espéré, «contribuera à l’élargissement de l’espace médiatique de Guinée et aidera à promouvoir le développement à la base des couches vulnérables, que sont les femmes et les enfants».





Dans son allocution de circonstance, le représentant de l’Unicef en Guinée, Dr Mohamed Ag Ayoya a félicité la communauté de Dalaba, notamment les ressortissants de la localité, qui ont fait montre de solidarité, d’organisation et de participation communautaire pour réaliser le magnifique bâtiment abritant la Radio de Dalaba».





Pour Dr Ayoya, cette radio, ainsi bien équipée par son institution, «est véritablement la voix des habitants de Dalaba. Elle dispose d’une grande couverture et pourra atteindre les populations qui se trouvent dans des zones très enclavées».





En plus de cette radio de Dalaba, cinq autres (05) sont en cours d’installation dans les préfectures de Lélouma, Koubia, Fria, Dubréka et dans les Îles de Loos. Elles recevront de la part de l’Unicef les mêmes équipements, dont le coût total est de trois milliards six cent quarante millions deux cent mille francs guinéens (3.640.200.000 GNF), a-t-on noté.


AGP/22/03/016 MKC/ST

 
‘’Le nouveau Code minier guinéen sera un outil de promotion du secteur’’, selon Nava Touré


Conakry, 3 mai (AGP)- Le président de la commission de révision du Code minier guinéen, M. Nava Touré a accordé un entretien à l’AGP le week-end dernier au cours duquel il a indiqué, que la première mouture du nouveau Code qui est disponible depuis janvier 2010, est aujourd’hui en phase de validation et de certification, conformément aux meilleures pratiques internationales.

Selon lui, le processus de révision de ce Code a enregistré un peu de retard, car il a fallu trouver le financement pour recruter un consultant international pour la certification et la rédaction des textes d’application dudit code, qui tient compte des intérêts nationaux, selon les orientations du Chef de l’Etat.

Parlant des attentes des guinéens de ce nouveau Code minier, il a révélé qu’en tant que loi minière, ce Code sera un outil de promotion du secteur minier guinéen au service du développement socio-économique du pays.

Evoquant la garantie que ce Code pourra conférer aux investisseurs du secteur, l’orateur a souligné qu’en tant que cadre légal, ce code minier définit les obligations des différentes parties contractantes.

Il a indiqué, que ce Code définit également les règles entre l’Etat et les détenteurs des permis et aussi, entre les opérateurs du secteur entant que professionnels.

Ce nouveau code minier permettra aux investisseurs d’évoluer dans un cadre transparent et stable.

A rappeler, que la commission de révision du Code minier guinéen a été mise en place en juin 2009 et financée en mars 2010 par l’Agence Française du Développement (AFD).
AGP/3/5/011 ABC/JPO/AB/ST

 
Afrique/ Des journalistes d’Agences de presse outillés en techniques de ‘’Visibilité dans les moteurs de recherche’’


Rabat (Maroc), 21 avril (AGP)- Dix-sept (17) journalistes, venus des Agences de presse africaines sont depuis lundi, 20 avril 2015, en formation sur ‘’le Journalisme web’’ à Rabat au Maroc, rapporte l’envoyé spécial de l’AGP.

Pour le compte de la journée de mardi, 21 avril, ils ont été outillés en technique de création de site web, fait la connaissance de l‘’historique et le fonctionnement des moteurs de recherche, l’Optimisation pour les Moteurs de Recherche ou Search Engine Optimisation (SEO), l’acquisition du vocabulaire du ‘’référenceur’’ chargé du référencement), la démarche SEO et les quatre (04) axes d’optimisation de référencement naturel.

Il a été aussi question d’apprendre comment créer un lien entre son site, les moteurs de recherche et d’autres sites web pour une large visibilité.

Des sous thèmes qui ont suscité plusieurs questions de compréhension chez les journalistes participants.

A rappeler, que cet atelier de formation, organisé par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en collaboration avec l’Agence Marocaine de Presse (MAP), a pour objectif, de permettre aux participants de comprendre les contraintes de l’écriture pour le web, maitriser les techniques de SEO, identifier les opportunités de fidélisation et de développement de la visibilité sur le web grâce aux médias sociaux (twitter, Facebook…).

Les travaux se poursuivent au Centre Africain de Formation pour les Journalistes (CAFJ) dans les installations de l’Agence Marocaine de Presse (MAP), à Rabat au Maroc.
AGP/21/04/015 ST

 
La notabilité de la sous-préfecture de Fouala chez le président de la République


Conakry, 7 mai (AGP)- Le président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé a reçue en audience, dans l’après midi du 4 mai dernier au Palais Sèkhoutouréya à Conakry, la notabilité de la sous-préfecture de Fouala préfecture de Beyla, venue lui remercier pour sa contribution qui a permis la réalisation de leur Mosquée.

A l’occasion, le porte-parole de la notabilité de Fouala, Ibrahima Fofana a rappelé, que le geste que le chef de l’Etat a posé lors de l’inauguration de la Mosquée de cette sous-préfecture est un signal fort, pour le Konia en général et Fouala en particulier.

Il a ensuite fait savoir au chef de l’Etat, que la lecture du Saint Coran et les prières qui ont été faites lors de l’inauguration de cette Mosquée, prouvent l’adhésion des populations de cette localité à son programme de développement.

Toutefois, M. Fofana a sollicité du président de la République, la réhabilitation de la route Beyla-Sinko-Fouala, longue de 86 Km en passant par Diaragbéréla et 65 Km en passant par Moussadou, ainsi que la mise à la disposition de la jeunesse de Fouala, de tracteurs pour participer à la campagne agricole.

En réponse, le président de la République, Pr Alpha Condé a remercié la délégation de Fouala, pour la visite avant d’indiquer, que le Konia a été de beaucoup pour l’implantation de son parti, le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG).

Pr Alpha Condé a alors promis, que son gouvernement apportera tout son appui à cette localité et a renouvelé son engagement, à œuvrer pour le développement socioéconomique de la Guinée à travers notamment, l’agriculture, les infrastructures et les télécommunications en rassurant la délégation, du bitumage de la Route Nationale (RN), Beyla-Nzérékoré.

Cette délégation des sages de Fouala a été introduite par le secrétaire général de la Chancellerie, commandant Mory Kourouma.
AGP/7/5/012 ST/FDF/ST

 
SOMMET AFRIQUE/ETATS-UNIS


Le Pésident de la République Pr. Alpha Condé et la 1ère Dame chez le couple OBAMA à Washington.

 
Siguiri : le chef de l’Etat fait un don de 100.000.000 GNF pour les travaux de reconstruction de la Grande Mosquée de la préfecture


Siguiri, 4 août (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé vient de donner 100.000.000 GNF pour les travaux de reconstruction de la Grande Mosquée de la préfecture de Siguiri, a rapporté le correspondant de l’AGP sur place.

En recevant ce don des mains du secrétaire général chargé des Affaires Administratives de la préfecture, le grand Imam, Elhadj Sory Magassouba et les sages de la localité ont d’abord remercié le donateur avant de faire des prières pour sa santé et le triomphe de ses idéaux de paix et de changement en Guinée.

Cette Mosquée, rappelle-t-on, dont la pose de la première pierre a eu lieu jeudi, 11 novembre 2004, encore en chantier, a un coût total de réalisation estimé à 3,5 milliards GNF et mesure 50m de long sur 30m de largeur, précise-t-on à la Ligue Islamique Préfectorale (LIP).

Depuis, des sacrifices consentis ont permis de réaliser 25% du volume des travaux de reconstruction de cette Mosquée.

‘’Ce don arrive a point nommé car, il y a longtemps que ce chantier était arrêté faute de moyens financiers’’, a dit un des sages de la localité.
AGP/4/8/011 ADC/CFS/AB/ST

 
Publireportage: Seulement 4 GNF par seconde vers tous les opérateurs


 
Présidentielle 2010 : Page de la Campagne électorale
L’alliance Arc-en-ciel entend mener une campagne paisible


Conakry, 18 oct (AGP)- L’Alliance arc-en-ciel au tour du Pr. Alpha Condé, entend mener une campagne électorale paisible dans les cinq communes de Conakry au compte du second tour de la présidentielle en Guinée, a affirmé la semaine dernière le directoire de campagne de ladite Alliance dirigé par Mme Saran Daraba Kaba présidente du parti, la Convention Démocratique Panafricaine (CDP).

La première étape de la tournée a été le stade de Bonfi dans la commune de Matam le12 octobre où l’Alliance a tenu un meeting d’information et de sensibilisation de ses militants et sympathisants autour de la sauvegarde et la promotion de la paix, de l’unité nationale et de la démocratie.

Cette étape a été suivie par celles du stade de Kenien dans la commune de Dixinn le 13, du stade de la mission à Kaloum le 14, la commune de Ratoma le 15 et du stade Kabinet Kouyaté dans la commune de Matoto le 16 octobre.

Ainsi la direction nationale du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) et la coordination de l’Alliance ont, dans un message commun, lancé un appel à leurs militants et sympathisants pour le respect de la dignité humaine en agissant dans l’ordre et la discipline.
AGP/18/10/010 CM/AB/ST

 
Afrique/ Poursuite à Rabat des travaux de renforcement de capacités professionnelles des journalistes d’Agence


Rabat (Maroc), 23 avril (AGP)- Les 17 journalistes venus de certaines, Agences de presse africaines, ont poursuivi, jeudi, 23 mars, 2015, à Rabat (Maroc), les travaux de renforcement de leurs capacités professionnelles en ‘’Ecriture web’’, rapporte l’envoyé spécial de l’AGP au Royaume Chérifien.

Pour la 4ème journée de l’atelier de formation, les journalistes-participants ont été édifiés sur plusieurs thématiques en rapport avec le ‘’Journalisme web’’, dont le thème principale du jour ‘’Mesurer et Optimiser la position d’un site chez les internautes et les clients’’.

Ce sont entre autres, ‘’Tableau de bord et indicateurs de performance pour le référencement naturel’’, ‘’Contenu de l’article : structuration du contenu, titre et interlignes présents dans le corps du texte, optimiser les images et les vidéos, faire vivre un article, comprendre ce que Google interprète quand il vient visiter un site’’.

Ils ont également bénéficié d’amples explications sur ‘’L’art du Netlinking, facteur clé de visibilité, ‘’les principaux indicateurs de la mesure d’audiences’’, ‘’outils de mesure de positionnement’’.

Ces thématiques ont été appuyées par des ateliers pratiques de ‘’prise en mains des outils du référenceur (suivi de positionnement, suivi du SEO, suivi du netlinting)’’, ainsi qu’avec ‘’Google analytics’’.

Les travaux se poursuivront vendredi, 24 avril, au Centre Africain de Formation pour les Journalistes (CAFJ) de l’Agence Marocaine de Presse (MAP) à Rabat, sur le thème principal de ce dernier jour de la formation, ‘’Exploiter les médias sociaux’’.

A rappeler, que cet atelier de formation, organisé par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en collaboration avec la MAP, regroupe des agenciers venus du Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Maroc, Mauritanie, Niger, et Togo.
AGP/23/04/015 ST/FDF

 
‘’Après mon investiture, aucune femme nourrice et en grossesse ne payera pas les frais des soins de santé’’, a déclaré le Pr. Alpha Condé


Conakry, 16 déc (AGP)- A l’occasion d’une manifestation de soutien au programme de société du président de la République, organisé mercredi, 15 décembre dans la cour du siège de la mairie de Matam par l’Association des Femmes des 5 Communes de la Ville de Conakry (AFCV-FE KEREN), le président de la République de Guinée, Pr. Alpha Condé a déclaré qu’après son investiture, aucune femme nourrice et en grossesse ne payera les frais des soins de santé en Guinée.

Ainsi la porte parole de ladite Association, Mme Hadja Fatoumata Touré a présenté les objectifs de son ONG qui selon elle, permettront la promotion et la redynamisation des associations de femmes dans leurs projets de développement notamment, la saponification, la teinture, le maraîchage, le commerce, le mareyage et l’entreprenariat.

Elle ainsi pris l’engagement d’accompagner le président de la République dans la concrétisation de son programme de société.

Elle dira également, que son ONG mènera avec l’appui du président, une politique de main tendue à l’égard de toutes les femmes de bonne volonté de toutes sensibilités confondues pour leur participation effective aux efforts de construction nationale dans la paix et dans l’unité nationale.

Dans sa réponse, le Pr. Alpha Condé a réitéré sa détermination d’apporter une assistance aux femmes, une des priorités de son programme de société, mais à condition qu’elles s’organisent pour que cette assistance ait un impact positif sur leur vie et celle de leurs familles respectives.

A cet effet, il a souligné, qu’une Banque d’Investissement des Petites et Moyennes Entreprises (BI-PME) sera créée pour faciliter le financement des projets afin de résoudre les difficultés auxquelles les femmes sont confrontées.

Concernant les mariages précoces des jeunes filles, le Pr. Président Condé a promis qu’une loi sera instaurée en Guinée interdisant le mariage des filles de moins de 17 ans en vue d’éviter les complications chez elles pendant la grossesse et l’accouchement.

Plusieurs autres points liés à l’allégement de la souffrance des populations ont été évoqués dont entre autres, la récupération des magasins de stockage de riz appartenant à l’Etat, la promotion de l’agriculture et la lutte contre le chômage.

A noter que la rencontre a connu la présence des plusieurs membres des conseils de mosquées et de quartiers ainsi que certains militants et sympathisants de l’alliance arc-en-ciel et du RPG.
AGP/16/12/010 CM/AB/ST

 
Publireportage :

Cellcom poursuit sa campagne d’un an gratuit pour le bonheur de ses abonnés!


Conakry, 29 mars (AGP)- La société de téléphonie Cellcom toujours à l’écoute à ses fidèles abonnés poursuit sa campagne d’un an gratuit pour le bonheur de ses abonnés en leur facilitant la vie dans la communication mais en vue de faire une bonne économie dans une conjoncture économique difficile.





Cette campagne, lancée depuis le 16 février dernier, durant 9 semaines permet à chaque abonné Cellcom de bénéficier d’un an d’appel gratuit !





Communiquer pendant 12 mois de façon illimitée grâce à la campagne un an d’appel gratuit !





La société de téléphonie Cellcom, prouve une fois de plus qu’elle se soucie du quotidien de ses abonnés, c’est pourquoi elle facilite l’accès à la communication pour accompagner chaque abonné dans ses différentes activités.




En effet, pour être un gagnant de la campagne un an d’appel gratuit de Cellcom, il suffit de cumuler au moins 20.000 GNF de recharges au cours de la semaine. Un tirage a lieu chaque mardi pendant toute la durée de la campagne ! Plus vous rechargez, plus vous avez de chances d’être dans le lot des gagnants.





Dans son sixième tirage, mardi 29 mars 2016, à son siège à Kaloum, 100 numéros qui ont été tirés au sort qui bénéficieront un an d’appel gratuit.





Ils viennent s’ajouté aux 500 heureux gagnants des semaines antérieur. Vous aussi, augmentez vos chances d’être dans la prochaine liste de gagnants de la campagne un an d’appel gratuit ! Rechargez au moins 20.000 GNF par semaine, en accumulant les recharges (par carte ou par transfert). Tous les gagnants reçoivent 1000 minutes par mois pendant 12 mois.





Quelques heureux gagnants du jour joint au téléphone se sont exprimé avec l’agent de Cellcom l’or du tirage:





Ismaël Maiga, bijoutier domicilié à Simbaya Secteur 7 dans la Commune de Ratoma perturbé par le choix de son numéro n’a pas retenu sa joie tout en remerciant la société Cellcom pour tous ce que la société fait pour le bonheur de ses fidèles abonnés.


De son coté, Mme Diallo Mariama Sylla, commerçante domicilié dans le quartier Petit Simabaya Commune de Matoto «contente,Héé Merci cellcom ,n’a pas pu contenir sa joie, en meme temps que sa belle sœur qui a elle aussi promise de rechargé son téléphone pour être a son tour une des heureuse gagnante, le meilleur réseau de téléphonie en Guinée « le numéro 1 c’est vous».





Cellcom, le N°1 c’est Vous!

AGP/29/03/016 Cellcom/AGP

 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’UNFPA reçoit 1 millions de dollars américains du gouvernement du Japon pour améliorer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive en République de Guinée


Conakry, 04 avril (AGP)- Le Fonds des Nations Unies pour la Population, l’UNFPA, areçu1 millions de dollars américains du Gouvernement Japonais pour soutenir les efforts du Gouvernement guinéen dans le cadre du relèvement du système de santé, notamment l’amélioration de l’accès des populations aux services de santé sexuelle et reproductive.

L’UNFPA est une des organisations internationales du Système des Nations Unies qui a fortement soutenu le gouvernement guinéen à travers le Ministère de la santé dans le cadre de la mise en œuvre du plan de relance et de résilience du système de santé post Ebola. L’initiative Mano River Union qui s’est traduite par le déploiement de 68 sages-femmes dans 34 structures de santé situées dans les zones les plus touchées et à la frontière avec le Liberia et la Sierra Leone est l’un des exemples palpables du partenariat UNFPA/Japon/Guinée, à la réponse face à la maladie à Virus Ebola.

La République de Guinée a lutté deux ans durant contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Cette crise sanitaire a fait plus de 2 500 morts en Guinée (pour 3 800 cas), dont 115 agents de santé. Au-delà des pertes en vies humaines, l’épidémie a eu un important impact socioéconomique et sanitaire dans le pays.

En effet, l’organisation des Etats Généraux de la Santé en mai 2015 a révélé que le système de santé guinéen est caractérisé par (i) une morbidité et mortalité encore élevée en particulier chez les groupes les plus vulnérables y compris le couple mère-enfant, (ii) une couverture insuffisante en service essentiels de santé dont la qualité est parfois douteuse, (iii) une offre de service de santé inefficiente et inéquitable.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le partenariat tripartite cité plus haut. Ainsi en 2016, le Japon renouvelle sa confiance dans les interventions de l’UNFPA en matière d’amélioration de l’accès aux services de santé de la reproduction en faveur des populations vulnérables comme il l’avait déjà fait en 2015 à hauteur de 992,908.87$.

Plus spécifiquement, cette assistance financière va renforcer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive incluant la disponibilité des médicaments essentiels, les fournitures des équipements et matériel médicaux, la lutte contre les MGF, la prévention des infections y compris Ebola et le renforcement des ressources humaines notamment en sages -femmes, le système d’information sanitaire et la chaine d’approvisionnement des intrants en santé de la reproduction.

Les 1 millions de dollars américains seront mis en œuvre par l’UNFPA à travers le Ministère de la Santé et couvriront les 3 régions de Labé, Kankan et Nzérékoré.





Pour plus d’informations contacter :

Dr. Kadiatou Sy, - Chargée du programme Santé de la Reproduction UNFPA-Guinée- Tel : 664397408 – Email : sy@unfpa.org

Mme Kaba Mariama Sire - Chargée de la Communication et des Relations Extérieures UNFPA Guinée - Tel : +224664 271118 – E-mail : mkaba@unfpa.org

Mr. Daiki TSUBOI-Chargé de la Coopération Economique à l’ambassade du Japon en Guinée -Tel : +224 664 55 66 49- Email: daiki.tsuboi@mofa.go.jp

 
Le président de la République du Niger a quitté Conakry ce dimanche pour Niamey


Conakry, 10 juin (AGP)- Au terme d’une visite de travail et d’amitié de 24heures en République de Guinée, le président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou a quitté Conakry ce dimanche 10 juin en début de matinée, pour Niamey.

Arrivé en République de Guinée, samedi, 9 juin, le chef de l’Etat nigérien a indiqué, qu’il est venu en Guinée pour rendre visite à son frère et ami, le président guinéen, Pr Alpha Condé avec qui, dit-il, il partage beaucoup de valeurs communes.

A rappeler, que les deux hommes d’Etat sont membres de l’International Socialiste.

Cette visite de Mahamadou Issoufou, s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre la République de Guinée et la République du Niger.

A l’aéroport international de Conakry-Gbéssia, il a été accueilli par son homologue guinéen, Pr Alpha Condé, en présence des représentants des institutions nationales, des chefs des missions diplomatiques, des représentants des organisations internationales, des membres du gouvernement, des forces de défense et de sécurité et de la communauté nigérienne vivant à Conakry.

Le président de la République du Niger a, à cette occasion, fait une déclaration dont voici un extrait :

‘’Je suis venu en Guinée pour rendre visite à mon frère et ami, le président Alpha Condé avec lequel, comme vous le savez, je partage beaucoup de valeurs communes. Et c’est tout à fait normal que je vienne échanger avec lui par rapport aux relations bilatérales entre le Niger et la Guinée.

Et puis, échanger également par rapport à la situation internationale, à la situation du continent. Vous savez, aujourd’hui, nous sommes face à de grands défis, en particulier dans la zone du sahel.

Nous avons des menaces auxquelles nos pays sont confrontés. Entre le Niger et la Guinée, nous avons des organisations sous régionales dont la CEDEAO. Donc, nous allons échanger avec le président Alpha Condé sur toutes ces questions bilatérales et multilatérales’’.

S’agissant de la résolution de la crise en République du Mali, Mahamadou Issoufou a proposé en ces termes :

‘’Vous savez, nous sommes très préoccupés par ce qui se passe au Mali, qui vit une double crise. Une crise au niveau de Bamako, où il y a eu un coup d’Etat et puis cette crise dans le Nord, où les mouvements armés ont pris possession. Des mouvements animés par des terroristes et par des trafiquants de drogue.

Par rapport donc à cette double crise au Mali, nous avons, au niveau de la CEDEAO, défini une position très claire. Cette position porte sur le retour à l’ordre constitutionnel et sur la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.
Nous sommes très fermes là-dessus.

Pour l’instant, un médiateur a été choisi. Il est en train de faire la médiation, mais toutes les options sont sur la table. L’idéal serait de trouver des solutions négociées à la double crise que traverse le Mali. Mais à défaut d’une solution négociée, une autre option serait celle des interventions par les armes, pour restaurer la démocratie et l’intégrité territoriale du Mali’’.

De l’aéroport international de Conakry, le cortège présidentiel s’est rendu à la Case de Belle Vue dans la commune de Dixinn, sous les ovations des populations de Conakry, fortement mobilisées pour la circonstance, avant de rejoindre le Palais du peuple à Kaloum, où un accueil chaleureux a été réservé aux deux hommes d’Etat.

Devant une foule nombreuse, les artistes ont offert un spectacle époustouflant, au Pr Alpha Condé et son hôte de marque qui en ont profité pour un bain de foule.

C’est dans cette ambiance que le gouverneur de la Ville de Conakry, Cdt Sékou Resco Camara a magnifié les efforts du président Mahamadou Issoufou pour la restauration de la paix dans la zone sahélienne, avant de l’élever au titre de citoyen d’honneur de sa ville. Une distinction que Pr Alpha Condé a remise à son compagnon de lutte politique.

A l’occasion, le Président Alpha Condé a fait un bref aperçu historique du parcours politique de son homologue nigérien, saluant son courage et son abnégation qui l’ont porté aujourd’hui au pouvoir.

Le chef de l’Etat guinéen a fait remarquer, que l’arrivée du Mahamadou Issoufou au pouvoir, a enregistré beaucoup de changement au niveau du peuple nigérien, qui, dira-t-il, n’a plus besoin de quémander le secours extérieur.

Pour sa part, le Président Mahamadou Issoufou a tout d’abord transmis le salut fraternel du peuple nigérien au peuple de Guinée avant de remercier le Conseil de la Ville de Conakry, pour l’avoir élevé au titre de citoyen d’honneur de la capitale.

Le Président nigérien a indiqué que c’est grâce au combat du Pr Alpha Condé, que la Guinée est libre. Dans ce contexte, il a précisé, que Pr Alpha Condé à la mission de reconstruire la Guinée et mener les guinéens vers le bonheur.

A l’issue de ce meeting au Palais du peuple, les deux présidents se sont retournés à la Case de Belle Vue, pour un tête-à-tête.
AGP/10/6/012 ST

 
Le Curriculum Vitae du président de la CENI, M. Siaka Toumany Sangaré


Conakry, 25 oct (AGP)- Nommé président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la République Guinée le 19 octobre dernier, par le président de la Transition, Général d’Armée Sékouba Konaté, Général Siaka Toumany Sangaré de nationalité malienne est née en 1954 à Yanfolila en République du Mali, marié et père d’1 enfant.

Nom : SANGARE

Prénom: Siaka Toumany

Date et lieu de Naissance: 1954 à Yanfolila.

Nationalité: malienne.

Situation de famille: marié, père d’un enfant.

Statut: militaire en activité dans l’Armée de l’air au grade de Général de Brigade.

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

Activités Electorales

Depuis le 19 octobre 2010, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la République de Guinée.

2003-2010, plusieurs conférences et missions relatives aux processus électoraux
(supervision/évaluation/observation) dont :

Avril 2010, mission d’assistance auprès de la Commission Electorale Indépendante de la République Centrafricaine (RCA).

Janvier-Février 2010, chef de la Mission d’Observation Sécuritaire de la CEDEAO au Togo.

Décembre 2009 : séminaire d’imprégnation des commissaires de la Commission Electorale Indépendante de la République Centrafricaine (RCA).

Novembre-Décembre 2009, mission d’évaluation du processus électoral à Madagascar.

Septembre 2009, animateur du séminaire de formation des commissaires de la Commission Electorale Nationale Indépendante du Tchad.

Juillet 2009, chef de la mission d’audit du Fichier électoral en Mauritanie.

Février 2009, mission d’évaluation du processus électoral en Algérie au compte de l’Union Africaine.

Janvier 2009, assistant technique de la CENI de la Guinée Conakry pour le compte de l’OIF.

Novembre 2008, mission d’observation des élections régionales du Venezuela.

Novembre 2008, mission d’observation des élections législatives de la Guinée Biseau pour le compte de l’OIF.

Octobre 2008, mission d’évaluation des processus électoraux de la Guinée Bissau et de la Guinée Conakry.

Mars-Avril 2008, assistant technique de la Commission Electorale Nationale Autonome du Benin à l’occasion des élections locales.

Septembre-Octobre 2007, chef de la mission d’observation sécuritaire des élections législatives du Togo pour le compte de la CEDEAO.

Août 2007, mission exploratoire du processus électoral du Togo pour le compte de la CEDEAO.

Mars- Avril 2007, mission d’observation de l’OIF des 1er et 2ème tours de l’élection présidentielle de la Mauritanie.

Février 2007 : mission d’observation de l’OIF de l’élection présidentielle du Sénégal.

Novembre et Décembre 2006 : Mission d’observation de l’OIF des 1er et 2ème tours des élections législatives et municipales de la Mauritanie.

Octobre 2006 : Mission exploratoire de l’OIF en Mauritanie.

Juillet et Octobre 2006, mission d’observation de l’OIF des 1er et 2ème tours des élections présidentielles et législatives de la RDC.

Mai 2006 mission d’observation du scrutin présidentiel au Tchad.

Avril 2006, mission d’évaluation de l’environnement politique et du processus électoral du Tchad.

Mars 2006, mission d’observation des 1er et 2ème tours de l’élection présidentielle au Bénin.

Septembre-Octobre 2005, conférence sur les pratiques constitutionnelles et politiques dans l’espace francophone à Cotonou : Communication sur les systèmes électoraux en Afrique, difficultés récurrentes et solution comparées.

Juillet 2005, mission d’évaluation du processus électoral de la Côte d’Ivoire au compte de l’OIF.

Février 2005 à juin 2006, expert électoral Consultant de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) auprès du Conseil Électoral Provisoire (CEP) d’Haïti.

Octobre 2004, mission d’évaluation du processus électoral de la Côte d’Ivoire.

Août-Septembre 2004, mission d’appui au CEP d’Haïti au compte de l’OIF.

Juillet 2004, mission d’évaluation des préparatifs de l’élection présidentielle au Cameroun (OIF).

Juin-Juillet 2004, mission d’évaluation du processus électoral d’Haïti (OIF).

Juin 2004, conférence internationale sur les élections au Rwanda (OIF).

Avril 2004, conférence sur la gestion de la Transition en République Démocratique du Congo (RDC) en qualité d’expert de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Juin 2003, observation de l’élection présidentielle au Togo au compte de l’Union Africaine.

Février 2003, conférence de l’Union Africaine sur la bonne gouvernance et les élections en Afrique à Pretoria (Afrique du Sud).

1997-1998, membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et président de la Sous Commission Sécurité au sein de ladite Commission.

1986-1992, administrateur de la Régie du Chemin de Fer du Mali.

1981-1983, chargé de cours de Droit International Aérien et Extra-atmosphérique au Centre de formation des magistrats de Bamako.

Activités Principales (MALI)

Depuis mars 2006, délégué général aux élections du Mali.

2002-2005, délégué général aux élections par intérim.

2001-2006, chef du Bureau Fichier Electoral de la Délégation Générale aux Elections.

2000-2006, inspecteur des Armées et Services.

1995-2000, secrétaire général du Conseil Supérieur de la Fonction Militaire, Conseiller Technique du ministre de la Défense.

1993-1995, sous-chef Administration et Finances de l’Etat Major Général des Armées.

1992-1993, inspecteur des Armées.

1991-1992, directeur Central de l’Intendance Militaire.

1986-1991, directeur central Adjoint de l’Intendance Militaire.

1985-1986, intendant Corps de Troupe à la Direction Centrale de l’Intendance Militaire.

1981-1985, directeur Central du Personnel, de l’Administration et des Finances de l’Armée de l’Air.

Formation

1980- 1990, stages et Séminaires en Informatique.

Plusieurs Certificats et Attestations obtenus.

1978-1980, Etudes Post universitaires à l’Ecole du Commissariat de l’Air de Salon de Province (France) et Formation d’officier.

Diplôme Obtenu, Diplôme de Commissaire de l’Air.

1974-1978, Etudes Universitaires à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) Option Sciences Economiques (Bamako).

Diplôme Obtenu : Maîtrise en Economie.

1971-1974, Etudes Secondaires au Lycée de Banankoro (Ségou) et au Lycée Askia Mohamed (Bamako).

Diplôme Obtenu, Baccalauréat 1ère et 2ème Partie.

1967-1971, Etudes Fondamentales du second Cycle à Yanfolila (Mali).

Diplôme Obtenu : Diplôme d’Etudes Fondamentales (DEF).

1962-1967, Etudes Primaires à Filamana (Mali).

Décorations

- 2008 : Chevalier de l’Ordre National du Bénin.

- 2006 : Commandeur de l’Ordre National du Mali.

- 2006 : Honneur et Mérite d’Haïti.

- 2004 : Chevalier de la Légion d’Honneur de France.

- 2000 : Officier de l’Ordre National du Mali.

- 1995 : Chevalier de l’Ordre National du Mali.

- 1991 : Médaille du Mérite Militaire.

- 1986 et 1992 : Médailles Commémoratives de Campagne.
AGP/25/10/010 AGP

 
Publireportage :

Le tarif national de Guinée chez Cellcom


Conakry, 05 mai (AGP)- Nous avons pensé à ce qui nous réunit, ce qui nous lie, ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui, en tant qu’être humain dans la nature, en tant que citoyen d’une même nation. Nous avons pensé à nos mœurs et traditions, nous avons trouvé une solution unique…qui rassemble.





Cellcom, ouvre la porte vers de nouveaux horizons, pour un monde plus facile et économique, avec Cellcom 6yli l’abonné adopte de nouvelles habitudes.





Désormais, l’abonné Cellcom ne se soucie plus de la destination de son appel, de la personne à appeler. Avec Cellcom 6yli la facturation est unique vers tous les opérateurs partout en Guinée.





Pourquoi Cellcom 6yli ?





La facturation nationale dénommée Cellcom 6yli vient de loin, 6yli qui est le nom de l’éléphant en dialecte soussou, l’éléphant qui représente l’un des symboles en Guinée, le nom de l’équipe nationale, et aussi le nom de la première monnaie guinéenne. Cette facturation porte le nom 6yli pour la force de l’éléphant, sa familiarité, son esprit de leader, sa stabilité, et sa façon de s’adapter à la savane, au désert et à la forêt. Ce nom est tiré aussi du chiffre 6, le 6 pour la délimitation de la Guinée par 6 pays limitrophes, aussi pour les 6 lettres avec lesquelles le nom de la Guinée est écrit, le 6 pour sa signification universelle (les 6 côtés du cube, les 6 cordes d’une guitare), Cellcom 6yli est le début d’une nouvelle ère dans la téléphonie.





L’objectif de Cellcom 6yli ?





Cellcom 6yli c’est pour consolider une fois encore notre position de leader dans l’innovation. Cellcom 6yli pour se rapprocher des guinéens en leur offrant l’essentiel… une tarification unique que seul Cellcom peut offrir.


Comment être dans la facturation 6yli ?





Une tarification à 6 GNF vers tous les opérateurs toutes taxes comprises, avec une activation gratuite en composant *661# pour rejoindre le tarif national avec un même but, une même performance et le regard vers un même horizon.


Alors vous n’êtes pas encore un abonné Cellcom ? Vous attendez quoi ? Rejoignez le mouvement! Rejoignez Cellcom !




Cellcom vous offre le meilleur service ! Les meilleurs produits et la meilleure valeur pour votre argent !




Pour plus d’informations et pour profiter de toutes leurs promotions en avant-première, rendez-vous sur leur page Facebook et sur leur site internet:


Facebook Cellcom Guinée: https://www.facebook.com/Cellcomgsm?fref=ts

Site : Internet: http://www.gn.cellcomgsm.com





Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/05/05/016 Cellcom/AGP

 
Mandiana: Les femmes leaders des Association également à l'école du planning familial


Formation de 20 femmes leaders des groupements/ associations et autres personnes en Planification familiale et lutte contre le mariage précoce.

Cette formation vise à : - identifier les grossesses à risques; - définir les concepts Planification familiale; - contraception et espacement de naissance.

 
COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA BANQUE CENTRALE DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE


La vingt huitième (28ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 10 juillet 2014 de 9h 10’ à 9h 40’.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) des quinze (15) Banques de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1 USD = 6 851,8124 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la Banque Centrale.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale

 
Assemblée générale ONU/ Le président Alpha Condé plaide en faveur du renforcement des infrastructures et des systèmes de Santé des trois Etats affectés par le virus Ebola


Conakry, 26 sept (AGP/AlloConakry)- Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé était, vendredi, 26 septembre, à New York, à la Tribune de la 69ème Session ordinaire de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), pour son discours sur la crise sanitaire que travers trois pays de l’Afrique de l’Ouest, dont son pays, la Guinée.

Dans son adresse, le chef de l’Etat guinéen a essentiellement plaidé en faveur du renforcement des infrastructures et des systèmes de Santé des trois Etats affectés par le virus Ebola (Sierra Leone, Libéria et Guinée), ainsi que l’assistance financière, matérielle et logistique, pour faire face à cette épidémie qui frustre les efforts de développement de son pays.

Voici l’intégralité de ce discours transmis à la Rédaction de l’AGP par AlloConakry :

Monsieur le Président,
Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement
Mesdames et Messieurs,

Il y a 14 ans, dans cette même salle, la communauté internationale, dans un élan prometteur, s’engageait à atteindre des objectifs concourant à l’horizon 2015, à l’éradication de la pauvreté et à l’avènement d’un monde de prospérité partagée dans un environnement de sécurité.

A une année de cette échéance, force est de reconnaître que l’humanité n’a pas su créer toutes les conditions indispensables au développement ambitionné.

Les fondements mêmes de notre Organisation risquent d’être ébranlés si des mesures ne sont pas prises pour faire face à l’immensité des défis à relever.

La pauvreté côtoie toujours les grandes pandémies, hypothéquant les lueurs d’espoir de la vie décente à laquelle ont droit nos populations.

L’agressivité de l’homme sur l’environnement, l’éloigne davantage de l’équilibre indispensable à son épanouissement et au développement durable.

Les droits fondamentaux sont encore piétinés ouvrant ainsi les vannes de l’intolérance, de la frustration et des crises sociales.

La paix et la sécurité, chancelantes dans maints pays, menacent plus que jamais, la stabilité de notre planète.

Il est indéniable que seule une approche globale et concertée nous conduira vers la société exempte des tares inhibitrices du véritable progrès.

Monsieur le Président,

En vous félicitant pour votre brillante élection, nous ne doutons guère que vous vous inscrirez dans la dynamique du nouveau partenariat mondial, tant souhaité et si nécessaire.

D’ores et déjà, nous vous assurons de notre soutien qui n’a d’ailleurs point fait défaut à votre prédécesseur, l’Ambassadeur John ASHE à qui nous rendons un vibrant hommage pour son leadership dans la recherche de solutions à nos questions de préoccupation.

Monsieur le Président,

Le devoir m’incombe d’évoquer avec vous, la grave crise sanitaire et humanitaire à laquelle la Guinée et d’autres États de la sous-région Ouest africaine font face.

Comme le savez, la fièvre hémorragique à virus Ebola continue de défier l’intelligence humaine et de menacer la sécurité internationale.

Depuis son apparition au mois de mars 2014, elle a fait et continue de faire plusieurs victimes. Le personnel de santé n’aura pas été épargné.

Face à la propagation fulgurante de l’épidémie , un Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union du Fleuve Mano s’est tenu à Conakry, le 1er août 2014.

Ce Sommet a adopté une stratégie commune de lutte contre la maladie et lancé un appel pressant à la communauté internationale en vue d’une réponse mondiale coordonnée.

Au plan national, mon Gouvernement a décrété ‘’la Déclaration d’urgence sanitaire’’ le 13 août. Le cordon sanitaire a été renforcé par l’institution obligatoire d’un contrôle médical à tous les postes frontaliers et tous les points de passage du pays, y compris les aéroports.

L’impact négatif de la fièvre hémorragique à virus Ebola sur l’économie nationale, s’est manifesté par le ralentissement des échanges commerciaux, la baisse de la productivité ainsi que le recul des activités dans les secteurs des transports, des investissements et du tourisme.

Au stade actuel, la Guinée a subi une perte de près de 2.5% sur les prévisions de croissance du PIB. Cette perte pourrait s’alourdir si des mesures idoines ne sont pas prises à temps pour endiguer l’épidémie.

D’autres conséquences néfastes pèsent également sur les pays affectés, notamment la fermeture des frontières et la libre circulation des populations, la suspension des vols et la stigmatisation des ressortissants des Etats touchés par la maladie.

L’épidémie Ebola nous rappelle l’impérieuse nécessité d’une approche globale pour contenir et vaincre cette terrible maladie.

Je voudrais ici, en ma qualité de Président en exercice de l’Union du Fleuve Mano, saluer la nomination d’un Coordinateur du Système des Nations Unies et rendre un vibrant hommage à l’action de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), du CDC/ Atlanta, de Médecins sans Frontières (MSF) sans oublier les autres partenaires bilatéraux qui ne ménagent aucun effort pour appuyer les mesures coordonnées des pays atteints afin d’éradiquer le virus Ebola.

C’est pourquoi mon gouvernement a accueilli avec une réelle satisfaction la Résolution 2177, coparrainée par 134 Etats membres et adoptée à l’unanimité des membres du Conseil de Sécurité ainsi que celle relative au déploiement de la Mission des Nations Unies pour l’Action d’Urgence contre Ebola.

Je voudrais rendre hommage à l’élan de solidarité qui ne cesse de se manifester à l’égard des pays affectés par l’épidémie et exprimer notre gratitude à tous les Etats et Organisations qui nous ont apporté leur aide.

Des besoins pressants s’imposent à nos pays pour davantage impulser notre action afin de lutter efficacement contre Ebola.

Ces besoins s’inscrivent dans des domaines divers comme le renforcement des infrastructures et des systèmes de santé, l’accroissement du personnel sanitaire, une assistance financière, matérielle et logistique dont le déficit inhibe nos efforts.

Nous devons, dans un élan solidaire, œuvrer ensemble pour vaincre et isoler Ebola mais non les pays affectés.

Monsieur le Président,

Le développement durable reste la clé de voûte de l’épanouissement harmonieux de l’humanité.

La communauté internationale a l’obligation de mettre fin à la pauvreté qui tenaille encore près de deux milliards d’êtres humains dont la plupart vivent en Afrique.

Au- delà de l’aspect économique et social, c’est une question de dignité humaine. C’est une question de justice et d’équité. Nous n’avons donc pas le droit de reculer encore moins de baisser les bras.

Certes, des progrès inégaux ont été accomplis dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Les frontières de l’analphabétisme ont reculé bien que des efforts restent à faire pour atteindre la qualité et la parité requises, dans la conquête du savoir.

Le rôle indispensable des femmes dans la transformation de la société s’est davantage accru. Et pourtant la santé familiale, l’accès à l’eau, aux soins de base et à la protection sociale, méritent encore plus d’investissement et d’engagement politique.

Pire, le fossé numérique tarde à se combler faute de politique adéquate d’appropriation et de transfert de la science et des Nouvelles Technologies.

Toutefois, des résultats encourageants ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme et le VIH-SIDA, en dépit de la hantise de la maladie qui habite des millions de personnes qui n’ont pas encore accès aux antirétroviraux.

Monsieur le Président,

Les multiples défis qui assaillent notre monde, dictent une réponse urgente, globale et concertée.

Dans cette quête collective pour le bien-être, l’Afrique en particulier renoue avec la croissance mais peine à la traduire en véritable moteur de développement.

Pourtant, éradiquer la pauvreté n’est point une sinécure. L’Afrique nouvelle que nous ambitionnons, doit promouvoir les transformations structurelles devant lui permettre de se doter d’économies robustes et diversifiées afin d’assurer les réinvestissements dans les industries du futur à valeur ajoutée, respectueuses de l’environnement.

Dans ce cadre, le Sommet sur le Climat organisé en marge de la présente session autorise l’espoir de l’adoption d’un Accord contraignant lors de la Conférence internationale prévue à Paris, en 2015.

Il va sans dire que ces mesures se bâtiront sur le socle d’un secteur privé dynamique, sous-tendu par des institutions fortes, garantes de la bonne gouvernance, elle-même creuset du développement inclusif.

C’est en cela que, malgré un contexte impitoyable de crise systémique et de raréfaction de ressources extérieures, dû au non-respect des engagements tenus, l’Afrique pourra effectivement s’insérer dans le système international, se faire confiance et accroître le commerce intra-africain pour influer sur le flux des échanges mondiaux.

C’est en cela aussi que notre continent saura, en comptant d’abord sur ses propres forces, réduire sa vulnérabilité et construire la résilience par des stratégies cohérentes et la recherche de financements innovants, capables d’accélérer son plein épanouissement.

Monsieur le Président,

Consciente de tous ces défis, la Guinée s’est irréversiblement inscrite dans la dynamique de promotion de la démocratie et de l’Etat de droit, socle du développement durable.

Ce faisant, depuis notre accession à la Magistrature Suprême du pays en 2010, nous avons entrepris des actions qui touchent tous les domaines de la vie de la Nation.

Dans ce cadre, la réforme du secteur de la défense et de la sécurité garantit le rôle républicain de nos forces armées, accroissant leur participation au processus de maintien de la paix dans le monde. L’indépendance du système judiciaire est désormais consacrée. Le cadre macro-économique assaini et compétitif, renforce la crédibilité de la Guinée sur la scène internationale.

Admise à l’initiative de transparence des industries extractives (ITIE), la Guinée dispose aujourd’hui, d’un des codes miniers les plus attrayants. Mieux, la révision de tous les contrats permet de rendre l’environnement plus sécuritaire pour les investisseurs et nous assure d’un développement profitable aux populations guinéennes tout en préservant notre écosystème.

Bien entendu, le développement du secteur minier s’appuiera sur la promotion de l’Agriculture afin d’assurer notre sécurité alimentaire en 2017 et léguer aux générations futures, les ressources nécessaires pour façonner le monde de leur espérance.

La croissance que nous voulons ascendante, sera d’autant plus porteuse qu’elle favorisera la création d’emplois décents pour les jeunes et l’autonomisation des femmes, deux franges qui constituent la richesse et la source intarissables de tout progrès.

Monsieur le Président,

Notre soif inextinguible d’assurer le bien-être de nos populations, ne saurait être assouvie que dans un environnement de stabilité, exempt de crises et de conflits.

Le multilatéralisme, seule alternative à la matérialisation de nos objectifs, est d’autant impérieux , que nos Etats, grands ou petits, forts ou faibles, sont déterminés à apporter leur contribution à l’édification de la société mondiale plus juste et plus équitable, au sein d’une ONU reformée et apte à répondre aux besoins de l’humanité.

Dans cette optique, l’Afrique, continent le plus secoué, devra assumer ses responsabilités en mutualisant ses efforts dans le cadre d’une intégration régionale plus forte, maillon essentiel d’un partenariat mondial de paix plus dynamique et plus pragmatique.

C’est pourquoi, nous devons nous impliquer davantage dans la lutte contre le terrorisme, l’extrémisme et l’intolérance, le trafic illicite des armes légères et de petit calibre qui nourrit la criminalité transfrontalière et l’insécurité maritime, autant de fléaux qui plombent le développement.

Il est venu le temps d’être, enfin, les véritables bâtisseurs de notre destin. L’Etat de droit, le respect de tous les droits humains et la bonne gouvernance, demeurent des réalités intangibles qu’il nous appartient de promouvoir.

Aussi, l’opérationnalisation de l’Architecture de Paix et de Sécurité ainsi que la capacité africaine de réponse rapide aux crises, consolideront-elles notre crédibilité dans la stabilisation du continent.

Je voudrais mettre un accent particulier sur le calvaire inadmissible que vivent nos frères Palestiniens.

La Guinée qui a toujours exprimé, sans ambiguïté, sa solidarité inconditionnelle à la juste cause palestinienne, condamne avec fermeté, les actes abominables commis par Israël dans la Bande de Gaza qui ploie sous le joug d’un embargo cruel et avilissant.

Mon pays demeure convaincu que toute solution viable et durable au Moyen-Orient, passe nécessairement par la création de deux Etats vivant côte à côte, dans des frontières sûres et internationalement reconnues, sur la base de celles d’avant 1967.

Monsieur le Président,

Nous aurons bientôt l’occasion de faire le bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

A la veille de ce rendez-vous et alors que nous avons décidé, au cours de notre 68ème session de planter le décor pour les Objectifs du Développement Durable, il demeure évident que la matérialisation de cette légitime ambition reste tributaire à la fois de moyens appropriés pour sa mise en œuvre et de la prise en compte des priorités des pays pauvres, notamment ceux africains.

C’est pourquoi, la Guinée, membre du Comité du Haut Panel appelle de tous ses vœux à une plus grande attention à la Position commune africaine pour l’agenda post-2015.

Cela est d’autant plus vrai que si l’Afrique va bien, le monde se sentira mieux. Car cette Afrique nouvelle, plus ambitieuse et plus prometteuse, consciente de son riche potentiel économique et humain, est désormais prête à assumer ses responsabilités.

Monsieur le Président,

Notre Organisation, l’ONU, en dépit de ses impératifs de démocratisation, demeure la seule alternative à l’éclosion et à l’affirmation du partenariat mondial inclusif, afin de donner à l’humanité tous les outils indispensables à l’émergence de la société universelle, capable de matérialiser le rêve de prospérité nourri par nos populations.

La Guinée, de par sa vocation de chantre de la liberté, de la dignité et de la solidarité, s’investira aux côtés des autres peuples pour le triomphe des nobles idéaux de paix et de sécurité, fondements d’une coopération internationale viable et durable, gage de tout développement humain.

Le Secrétaire Général BAN Ki-moon qui a placé toute son action et toute son énergie dans le creuset d’une réponse adéquate de l’ONU à tous les défis qui nous assaillent, mérite notre gratitude et notre respect.

Nul doute que ses efforts baliseront l’avenue de l’indispensable refondation du système international, pour que l’ONU soit en harmonie avec ses objectifs premiers de promotion de la paix et de la sécurité, du respect des libertés et des droits fondamentaux, dans un monde de démocratie, d’équité et de progrès pour tous.

Je vous remercie

Le Professeur Alpha Condé à la tribune de la 69ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations-unies, le 26 septembre 2014
AGP/26/09/014 AlloConakry/AGP

 
Publireportage :

Un an d’appel gratuit offert aux abonnés Cellcom !!


Conakry, 17 fév (AGP)- Cellcom a le plaisir d’informer son aimable clientèle du lancement, mardi, 16 février 2016 de la nouvelle campagne ‘’un an d’appel gratuit’’.





En effet, conscient de la cherté de la vie dans le monde en général et particulièrement en Guinée, Cellcom s’est attelé à la tâche de créer une campagne qui réduit les coûts de la communication et les rendre aussi abordable que possible. Cette nouvelle campagne fait bénéficier aux clients un an d’appel gratuit.




Pour bénéficier d’un an d’appel gratuit, il suffit d’accumuler au moins 20.000 GNF de crédit par semaine. La chance est offerte à près de 100 personnes par semaine, de bénéficier d’une année d’appel totalement gratuite.




Cellcom est reconnue pour sa générosité envers ses abonnés, cependant, c’est une grande première en Guinée qu’un opérateur de téléphonie offre un an d’appel gratuit à ses abonnés. Cellcom est à l’écoute de ses abonnés et recherche toujours de meilleures offres pour les accompagner dans leur vie.




Selon le Directeur Général de Cellcom Guinée, John Vasikaran, c’est une manière pour nous, d’être reconnaissant envers nos clients fidèles, mais aussi d’accueillir les nouveaux abonnés Cellcom. Parce que Cellcom partage le quotidien de ses abonnés, nous avons pour objectif de réduire les dépenses téléphoniques, afin de leur permettre d’investir dans l’éducation des enfants, dans les dépenses familiales. Nous mettons cette promotion à la disposition de nos abonnés pour que les chanceux profitent des appels Cellcom gratuits pendant un an.




Cellcom, offre aujourd’hui des plans tarifaires qui défient toute concurrence, depuis l’instauration des différentes taxes, nous avons décidé de maintenir nos prix en prenant à notre charge les taxes, afin que les abonnés Cellcom ne ressentent pas le coût élevé de la communication.





Sur nos produits 4 GNF vers tous les opérateurs, Cellcom prend en charge les taxes et revois l’activation à 400 GNF au lieu de 600 GNF. Sur la tarification à 8 GNF la seconde vers tous les opérateurs, Cellcom prend également en charge toutes les taxes, ainsi les abonnés peuvent communiquer sans se soucier des taxes à préciser John Vasikaran.




Encore une nouvelle promotion de folie pour les abonnés Cellcom ! Rechargez au moins 20.000 par semaine pour bénéficier d’un an d’appel totalement gratuit !


Alors vous n’êtes pas encore un abonné Cellcom? Vous attendez quoi ? Rejoignez le mouvement! Rejoignez Cellcom !




Cellcom vous offre le meilleur service ! Les meilleurs produits et la meilleure valeur pour votre argent !!




Pour plus d’informations et pour profiter de toutes leurs promotions en avant-première, rendez-vous sur leur page Facebook et sur leur site internet:

Facebook Cellcom Guinée: https://www.facebook.com/Cellcomgsm?fref=ts

Site internet: http://www.gn.cellcomgsm.com

Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/17/02/016 Cellcom/AGP

 
Média/L’UPF-Guinée prépare activement les 43èmes Assises de Dakar


Conakry, 6 juin (AGP)- Les membres de la Section guinéenne de l’Union de la Presse Francophone (UPF-Guinée) se sont concertés, jeudi, 5 juin, à son siège, à Conakry, sous la direction de leur président, Naman Camara.

Cette réunion avait pour objectifs, de rendre compte des activités menées depuis le début de 2014, de préparer la participation de la section guinéenne aux 43ème Assises de l’UPF, prévues du 19 au 23 novembre prochain à Dakar, au Sénégal, sous le thème «Jeunes et Médias : les défis du numérique».

Après avoir été introduit par le secrétaire général de l’UPF-Guinée, Jean Pierre Ouendéno, le président de l’UPF Guinée, Naman Camara a informé ses mandants, du niveau d’évolution d’un projet visant à la formation et à la mise sur pied d’un Réseau des journalistes parlementaires. Ce qui a pour objectif, de former des journalistes imprégnés des questions d’un Parlement.

Partant, le président a informé ses collègues que ce projet est jusqu’ici confronté à un manque de financement. Malgré cela, l’UPF-Guinée ne compte pas s’arrêter en chemin car, l’organisation à Conakry d’un atelier régional afin de mettre en place un Réseau des journalistes parlementaires, à l’instar des autres pays de la sous région, ne fera que spécialiser les hommes des médias qui en ont tant besoin.

Par rapport aux préparatifs des 43èmes Assises de l’UPF à Dakar, une commission de réflexion, composée de quatre membres, présidée par le Directeur général de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP), Alpha Kabinet Doumbouya a été mise en place pour se pencher sur la thématique que la la délégation guinéenne va présenter, une fois à Dakar.

Cette commission est composé entre autres, du secrétaire général de Rédaction de l’AGP, Jean Pierre Ouendéno en même temps secrétaire général de l’UPF-Guinée, du directeur de publication du Journal ‘’Le Populaire’’, Alpha Abdoulaye Diallo et de Amara Cissé du Centre de Formation et de Perfectionnement du ministère de la Communication.

En plus de cette Commission, une autre chargée d’entamer les démarches auprès des autorités et personnes de bonne volonté, en vue d’une participation massive et qualitative de la Guinée à ces Assises. Cette dernière est composée des quatre membres de la Commission de réflexion plus le président de l’UPF-Guinée.

Les membres ont convenu que la Commission reste ouverte en ce sens que, tout journaliste qui pourrait aider à l’aboutissement des démarches, en vue d’une participation massive et qualitative à Dakar, est la bienvenue en son sein.

Le président de la section guinéenne s’est réjoui de la volonté des uns et des autres, d’honorer la Guinée lors de ces assises.

«J’ai réuni tous les membres de notre section pour qu’ensemble, nous commencions, dès maintenant, à nous préparer afin que notre pays soit valablement représenté lors de cette rencontre des professionnels de médias. La Commission qui vient d’être mise en place se mettra rapidement au travail pour que nous puissions soumettre, avant le 20 juin à l’UPF, une proposition de thème que nous allons présenter à Dakar», a déclaré, Naman Camara.

C’est sur une note de satisfaction et d’espoir pour une participation de qualité, que les membres de la Section guinéenne de l’UPF ont pris congé, les uns des autres.
AGP/6/06/014 AND/JPO/ST

 
‘’Je salue votre patriotisme ainsi que les efforts et les sacrifices consentis pour engager notre pays sur la voie du changement. Votre courage a porté ses fruits’’, a déclaré le PRG


Conakry, 2 jan (AGP)- Je salue votre patriotisme ainsi que les efforts et les sacrifices consentis pour engager notre pays sur la voie du changement. Votre courage a porté ses fruits, a déclaré le président de la République de Guinée (PRG), chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, le 31 décembre 2012 à l’occasion du nouvel an 2013, dans son adresse à la Nation, dans laquelle il a dressé un bilan de l’année écoulée, rappelé le cap qu’il a fixé, tout en clarifiant les priorités pour le pays.

Après avoir présenté ses meilleurs vœux au peuple de Guinée pour l’année 2013, le chef de l’Etat a indiqué, qu’aujourd’hui, la Guinée est à un moment particulier de son histoire, soulignant que les deux années qui viennent de s’écouler, depuis la transition démocratique de 2010, ont permis à la Nation ‘’solidaire’’ dans l’effort, de renforcer son unité et de poser les jalons de son renouveau.

Pr Condé a pour ce fait, salué le patriotisme ainsi que les efforts et les sacrifices consentis par les uns et les autres pour engager le pays sur la voie du changement.

Il a mis un accent sur le fait qu’ensemble, avec le travail et la détermination du gouvernement, de grandes avancées sur le plan social, économique et politique ont été réussies.

Voici l’intégralité de cette adresse à la Nation du président la République, transmis par le Bureau de Presse de la Présidence de la République :

Guinéennes, Guinéens,

Chers Compatriotes, A chacun d’entre vous, à vos familles, à tous ceux qui vous sont chers et proches, à tous les guinéens de l’extérieur, aux etrangers qui vivent avec nous, je présente mes meilleurs vœux pour l’année 2013.

Que cette nouvelle année soit pour toutes et tous, une année de paix, de santé et de succès dans tous ce que vous entreprenez.

La célébration de la nouvelle année, un moment de joie et de concorde nationale, m’offre l’opportunité de m’adresser à vous, de dresser un bilan de l’année écoulée, de rappeler le cap que j’ai fixé, tout en clarifiant les priorités pour notre pays.

Aujourd’hui, notre pays est à un moment particulier de son histoire.

Les deux années qui viennent de s’écouler depuis la transition démocratique de 2010 ont permis à notre Nation solidaire dans l’effort, de renforcer son unité et de poser les jalons de son renouveau.

Je salue votre patriotisme ainsi que les efforts et les sacrifices consentis pour engager notre pays sur la voie du changement. Votre courage a porté ses fruits.

Avec le travail et la détermination du gouvernement, nous avons ensemble réussi de grandes avancées sur le plan social, économique et politique.

A cet effet nous avons engagé de profondes réformes.

En deux années seulement, nous avons réussi là où des décennies de mal gouvernance ont échoué.

J’avais pris l’engagement de replacer l’avenir des guinéennes et des guinéens au cœur de l’action gouvernementale et de tout mettre en œuvre pour améliorer les conditions de leur vie.

Ce grand chantier républicain est vaste et ambitieux.

Mais il est réalisable. Les premiers succès enregistrés en témoignent. Ils sont la preuve tangible que le cours du changement en Guinée est bel et bien entamé.

Il se traduit notamment sur le plan social par la création depuis janvier 2011 de 42.900 emplois directs dans le secteur formel.

Grâce aux réformes structurelles, les services publics concernés sont désormais capables de fournir des données statistiques fiables sur l’emploi.

Le changement intervenu se traduit également par la baisse du prix des denrées de première nécessité.

Le prix du sac de riz importé est ainsi passé de 250 000 à 180 000 francs guinéens.

En 2012 l’accès à l’électricité dans les foyers s’est considérablement accru. Les chefs-lieux des 33 préfectures du pays sont désormais éclairés grâce à un programme d’énergie solaire.

Sur le plan des infrastructures, nous avons achevé plusieurs chantiers, et avons reconstruit ou réhabilité plusieurs routes avec un impact direct sur la circulation des biens et des personnes.

Les travaux de bitumage des voiries des villes comme Kissidougou, Dabola, Kouroussa, Siguiri, Mandiana, Kérouané, Labé, Mamou, Dalaba, Pita, Dinguiraye et Nzérékoré sont en cours.

Concernant les grandes infrastructures énergétiques, le chantier du barrage de Kaléta a démarré.
Les centrales thermiques de Tombo 3 et Tombo 5 ont été réhabilitées et de nouvelles centrales thermiques ont été acquises.

Un protocole d’accord a été signé en vue de la réalisation du barrage Fomi.

Le changement sur le plan social, ce sont aussi les 100 nouveaux bus de grande capacité mis en circulation à Conakry sous l’égide de la Sotragui pour faciliter le transport de la population urbaine.

Une autre réalisation est illustrée par la connexion imminente de la Guinée au reste du monde à travers la fibre optique.

Cette relation de nos concitoyens et de nos entreprises à l’internet facilitera les échanges commerciaux et l’accès à l’information.

C’est dans le souci d’impulser une réelle politique de décentralisation que pour la première fois nous avons célébré la fête de l’indépendance ailleurs que dans la capitale, à Boké précisément.

En 2013, nous le ferons à N’zérékoré et nous mettrons par la suite d’autres villes à l’honneur.

En peu de temps, la Guinée a déjà rattrapé un lourd retard.

Comment ne pas évoquer avec vous les grands moments qui ont jalonné l’année 2012, mobilisé notre Nation toute entière et participé au rayonnement de la Guinée ?

Il y a quatre mois, nous avons atteint le Point d’achèvement de l’Initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

Cela a permis l’allègement de notre dette extérieure de 2.1 milliards de dollars!

Ce succès a été obtenu grâce à vos sacrifices et aux efforts déployés par le gouvernement en quelques mois seulement, alors que le processus était bloqué depuis plus d’une dizaine années. Le succès de notre pays, repose sur la bonne gouvernance et les performances macroéconomiques réalisées depuis 2011.

Sur ce dernier chapitre les chiffres parlent d’eux-mêmes : la croissance a plus que doublé, l’inflation a été réduite de moitié, le déficit budgétaire divisé par trois, les réserves de change maintenues à trois mois d’importation, les recettes de douane multipliées par trois, et une stabilité monétaire sans précédent.

Il y a quelques jours, la Guinée a franchi une nouvelle étape cruciale. Nous avons enfin signé avec la Commission européenne l’accord pour le 10ème Fonds européen de développement (FED).

D’un montant total de 235 millions d’euros, cette enveloppe financière va permettre à la Guinée de réaliser des investissements essentiels dans les services sociaux de base, que sont la santé, l’eau, l’assainissement, et de bâtir les infrastructures routières indispensables à la circulation des personnes et des biens.

Cet accord du 10ème FED marque aussi la reprise totale de la coopération entre la Guinée et l’Union européenne, qui avait été suspendue en 2008 et n’avait repris depuis que partiellement.

Les succès marquant de l’année 2012, sont intimement liés à l’enracinement de la démocratie dans notre pays.

Ils montrent que la parole et la signature de la Guinée, dans les enceintes internationales, sont désormais reconnues et respectées.

Malgré les obstacles inhérents à son histoire politique, la Guinée approfondit son apprentissage démocratique.

La mise en place d’un calendrier électoral, dans le prolongement de la recomposition paritaire de la Commission Electorale Nationale Indépendante, a permis à nos partenaires extérieurs de constater notre attachement profond au pluralisme politique et à la réhabilitation du suffrage universel.

Chers Compatriotes,

Je veux saluer votre engagement et votre sagesse, grâce auxquels, dans les moments parfois difficiles, notre pays a su préserver l’essentiel : la paix et la cohésion sociale.

Il y a bien sûr des divergences inhérentes aux débats contradictoires, essence même de la démocratie.

Mais je tiens à féliciter tous les acteurs politiques pour les efforts fournis pour la mise en place d’un système électoral dont la CENI et le Code Electoral constituent le socle de voûte.

Les prochaines élections législatives dont la transparence et l’équité seront totales, vont permettre au peuple souverain de choisir ses représentants à l’Assemblée Nationale.

Les députés vont se constituer en majorité et en opposition parlementaire.

La Guinée aura enfin une représentation nationale digne de ce nom pour mener un débat démocratique libre, consensuel ou contradictoire, mais toujours constructif.

Je veillerai particulièrement à la définition et à la mise en œuvre d’un statut de l’opposition dont la voix sera entendue et prise en compte dans la gestion des affaires publiques.
L’année 2012 a été aussi l’année d’un dialogue social exemplaire entre les syndicats, le gouvernement et le patronat.

Je suis heureux que les acteurs sociaux de notre pays aient pu aboutir, après un très long processus, à un accord tripartite le 14 décembre dernier.

Cet accord établit pour la première fois dans notre pays un Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG).

D’un montant de 440 000 francs guinéens mensuels, ce salaire doit contribuer à améliorer les conditions de vie de milliers de travailleurs des secteurs public et privé.

Parmi les autres acquis sociaux, cet accord permettra une augmentation de la valeur du Point d’indice des salaires dans la fonction publique de 50% d’ici à fin 2013, et consacrera également la mise en place d’un système d’assurance maladie obligatoire.

Ce dialogue est la preuve que lorsque nous fournissons les efforts ensemble, nous pouvons, ensemble, dans la concertation, en partager les fruits.

Pour améliorer les conditions de travail et lutter contre le gaspillage des deniers publics, un assainissement du fichier de la fonction publique a également permis de détecter plus de 5.000 cas d’irrégularités et de fraudes.

Cet assainissement permettra d’assurer avec plus de rigueur le Programme de recensement biométrique de la Fonction publique dès janvier 2013, et de moderniser les critères de sélection des compétences à travers notamment, l’organisation de concours ouverts principalement aux jeunes.

L’Etat a ainsi mis en place pour 2013 le recrutement sur concours de 518 jeunes dans la Fonction Publique.

Pour garantir les droits et les devoirs des employés et employeurs, nous devons réaliser une mise à niveau de nos outils législatif et réglementaire.

J’ai instruit, en novembre 2012, la mise en place de la Commission Consultative du Travail et des Lois Sociales pour qu’elle examine entre autres le Code du Travail dont la refonte doit garantir le droit des travailleurs, mais également la promotion de l’entreprise et la création d’emploi.

Jeunes de Guinée, vivant ici et ailleurs,

L’avenir de notre pays se bâtit aujourd’hui en ouvrant les portes de l’emploi aux jeunes générations, en consolidant le marché du travail à travers le renforcement du secteur privé, mais aussi en réformant l’école et en améliorant d’une manière générale la formation.

Ce sont là les piliers de ma grande bataille pour la jeunesse.

L’effort dans ce domaine recouvre la formation technique et professionnelle, créatrice d’emploi pour les jeunes.

Les formations proposées doivent concerner autant les jeunes scolarisés que ceux en situation d’apprentissage dans les petites et moyennes entreprises et dans l’informel.

Le soutien à l’éducation concerne aussi notre système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique qui souffre depuis des années d’un sous-investissement chronique en matière d’infrastructures, d’équipements et de formation.

Il est également mal adapté au marché du travail d’où un taux d’accès à l’enseignement supérieur extrêmement faible.

J’ai demandé au Premier ministre et au gouvernement de lancer dans les meilleurs délais une étude approfondie et participative sur le système éducatif guinéen en général et sur l’enseignement supérieur en particulier.

Notre Université doit former, produire les savoirs et les savoir-faire, indispensables à la maîtrise de notre processus de développement.

Chers Compatriotes,

L’amélioration des conditions de vie repose sur un accès plus élargi aux services sociaux de base.

L’accès à l’eau potable est un besoin vital.

Notre pays avec son potentiel naturel, les investissements adéquats et une gestion rigoureuse peut fournir l’eau potable à tous ses habitants.

Nous connaissons tous les liens entre la qualité de l’eau et la plupart des maladies qui sévissent dans nos villes et dans nos campagnes.

L’investissement pour l’accès à l’eau est un investissement à impacts multiples. D’ores et déjà, le gouvernement a lancé les travaux d'alimentation en eau potable des villes de Boké et Télimélé, ils seront achevés en 2013.

Il a également mobilisé le financement nécessaire à la réalisation des travaux d'alimentation en eau potable des villes de Lola, Yomou, Gaoual, Lélouma et Tougué. Les travaux démarreront en 2013.

En milieu rural, l’eau est un enjeu tout aussi vital. L’objectif est que chaque village de plus de 300 habitants de notre pays puisse bénéficier, à terme, d’un point d’eau potable.

La politique de santé est tout aussi primordiale. Ma première décision après mon investiture a été de signer le décret sur la gratuité des actes médicaux liés au don de la vie.

Cette année, les Hôpitaux et les Centres de santé ont enregistré une progression de 10% des accouchements.

En matière de réduction de la mortalité infantile, 309 000 enfants de moins d’un an ont été vaccinés, soit une couverture de 90%.

Pour assurer la stabilisation, macroéconomique, un préalable au développement durable de la Guinée, nous devons privilégier cinq secteurs clés : l’agriculture, l’artisanat, les infrastructures, l’énergie et les mines.

Le socle de notre nouvelle politique agricole est la mise en place progressive d’un secteur productif et rentable, favorisant l’autosuffisance alimentaire, la transformation des exploitations familiales en véritables entreprises agricoles, le développement des cultures de rente, la transformation des produits agricoles et la généralisation de pratiques agricoles productives et soucieuses de la protection de l’environnement.

L’activité agricole concerne sept Guinéens sur dix. Ils représentent une large majorité de notre population et ils ont été trop longtemps les laissés pour compte des politiques gouvernementales.

Avec leurs maigres moyens, ils produisent 75% de notre besoin en riz. Ils sont donc au cœur de notre stratégie de développement

L’Agence Nationale des Statistiques Agricoles et Alimentaires et les organisations internationales gouvernementales ont évalué la production de l’année dernière à 1,8 millions de tonnes de riz paddy.

Grâce aux deux dernières campagnes agricoles, nous pouvons envisager d’atteindre prochainement l’autosuffisance en riz. En même temps, nous devons assurer la diversification de notre alimentation en faisant une place à d’autres cultures comme celles du manioc, du maïs, de l’igname, de la pomme de terre, des légumes et des fruits.

Par ailleurs, pour favoriser la participation des organisations paysannes à la gouvernance du secteur agricole, des élections à tous les niveaux de la Chambre Nationale d’Agriculture seront organisées en 2013.

Le secteur de l’élevage poursuit les mêmes priorités de sécurité alimentaire, d’accroissement des revenus des éleveurs et de préservation de l’environnement.

La promotion des femmes et le soutien à l’artisanat sont tout aussi essentiels pour renforcer durablement notre tissu économique et social.

Développer l’accès au micro-crédit d’une teinturière à Labé, d’un ébéniste à Conakry, d’une coiffeuse à Boké, d’une couturière à Kankan, ou d’un maçon à Nzérékoré, c’est vital pour soutenir l’économie des familles, réduire la pauvreté et, au-delà, renforcer le dynamisme des territoires locaux.

Concernant les mines, nous avons entamé une vaste réforme visant à normaliser et à consolider un secteur qui, pendant des décennies, a souffert du manque de transparence et d’une incertitude chronique.

Outre l’adoption d’un nouveau Code Minier, la réforme en cours du Cadastre, et la production de textes d’application, la Guinée a mis en place une Commission Technique de Revue des Contrats Miniers, avec le soutien d’institutions et de cabinets internationaux pour la promotion de la transparence et la protection des intérêts légitimes du pays.

Pour développer le secteur minier guinéen, et valoriser enfin nos énormes ressources au profit des populations, nous avons relancé un dialogue stratégique avec les partenaires investisseurs.

Le gouvernement mène une série de négociations sur les principaux grands projets miniers. Toutes les Conventions seront soumises à l’examen de l’Assemblée Nationale dont le rôle aujourd’hui est assuré par le Conseil National de Transition (CNT).

Dans ce domaine aux enjeux complexes et vitaux, je veux procéder en ayant pour boussole les seuls intérêts de la Guinée d’aujourd’hui et des générations futures.

La valorisation de nos richesses minières repose aussi sur la réalisation de grandes infrastructures ferroviaires, portuaires et énergétiques. Nous nous y attelons sans relâche depuis 2011. Certains de ces projets verront le jour en 2013.

Doter la Guinée d’infrastructures de transport viables et efficaces est indispensable pour attirer les investisseurs.

Cette année, les investissements réalisés au niveau de l’aéroport de Conakry ont permis de doubler sa capacité annuelle d’accueil !

Le port de Conakry, à travers un partenariat public privé, a aménagé 12 hectares de terre-plein pour le stockage des conteneurs. En 2013, la réalisation de nouveaux quais permettra d’assumer la vocation sous régionale du Port autonome de Conakry.

L’énergie est un facteur indispensable au développement et à l’expansion économique.

Ces deux dernières années, nous avons dû concentrer nos efforts sur des mesures d’urgence comme la réhabilitation des Centrales Thermiques et Hydroélectriques, ou l’amélioration du transport et de la distribution et ainsi que la fourniture régulière des groupes thermiques en carburant.

Cette phase a permis une amélioration notable de la desserte à Conakry et dans les chefs-lieux de régions administratives. Des efforts ont été fournis également pour étendre le réseau de transport, de distribution et améliorer le recouvrement.

Nous avons également acquis des capacités supplémentaires de production énergétique d’une puissance de 100 mégawatts.

Nous entamons maintenant la seconde phase de notre politique énergétique : celle du développement des grands projets hydroélectriques dont le premier, Kaléta, d’une puissance de 240 Mégawatts a été lancé en 2012.

Des études pour la réalisation du barrage hydroélectrique de Souapiti et de quelques mini- centrales à l'intérieur du pays seront engagées au début de 2013.

Chers Compatriotes,

Il n’y a pas de développement économique et social, sans un Etat légitime et impartial, sans une administration compétente et crédible.

J’ai engagé la réforme de l’Etat dont la première phase concerne les secteurs de sécurité et de défense. Les premiers résultats se font déjà sentir dans l’organisation et le fonctionnement des Forces de défense et de sécurité.

La vigueur et le rythme de ces réformes vont être maintenus.

J’ai également érigé la lutte contre la corruption et le renforcement de l’Etat de droit en priorité. L’instauration d’un Etat de droit passe par une justice indépendante et équitable pour tous.

L’année 2013 sera celle de la Justice. Je mesure plus que quiconque la nécessité d’établir une justice respectée des justiciables et équitable entre les parties.

C’est pourquoi nous allons mettre en place un programme global de la gouvernance judiciaire qui prendra en compte les aspects institutionnels, humains, infrastructurels et financiers.

Cela est indispensable pour asseoir la dignité du juge et garantir la bonne administration de la justice.

Dans ce domaine comme dans tant d’autres, la Guinée vient hélas de loin.

Pour nos droits en tant que citoyens et pour la sécurité des investissements dans notre pays, il nous faut une justice forte et crédible.

Les résolutions des états généraux de la justice seront appliquées de manière progressive et déterminée.

La modernisation de l’administration est nécessaire pour que l’Etat retrouve son efficacité, son intégrité et sa représentativité. En effet, l’administration a en charge le bon fonctionnement de l’Etat.

La plupart de nos administrations fonctionnent dans le mépris des textes, dans le non-respect des missions et attributions des structures, sans tenir compte des instances de concertation et de coordination statutaires.

Elles n’accordent aucune considération quant à l’obligation de fournir un service de qualité aux usagers et aux citoyens.

J’ai donné des instructions au Premier ministre à cet effet pour que dès le début de cette année, les membres du gouvernement veillent à la bonne application des textes et des principes qui régissent le fonctionnement de l’administration publique.

Comme je l’ai fait pour la réforme des secteurs de sécurité et de défense, je veillerais moi-même à la mise en œuvre de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’administration.

L’Etat, c’est l’organisation politique et juridique de notre Nation.

En plus de ses prérogatives régaliennes de souveraineté, de sécurité et de représentation, il doit, par la qualité de son administration, défendre l’intérêt général, les droits et libertés.

Le service public doit bénéficier d’abord aux citoyens et promouvoir le développement économique.

L’Etat doit être le garant de la transparence et de la bonne gestion. L’Etat que nous souhaitons bâtir ne doit obéir à aucun cadre idéologique.

Tout en s’inspirant de notre passé, lointain et proche, il doit être capable de faire face aux enjeux du présent et aux défis du futur.

Guinéennes, Guinéens,

Chers Compatriotes,

Le changement en Guinée est en cours. Notre pays a déjà franchi avec succès une phase importante de sa transition.

Pas à pas, nous rattrapons un lourd retard. Notre Nation stabilisée et redressée s’est créé les conditions pour prendre un nouveau départ. Elle a gagné en sérénité.

Elle a gagné en crédit. Elle a gagné en confiance. La Guinée a désormais sa place dans le concert des Nations.

Ma détermination à construire pour vous, et avec vous, une Guinée émergente est plus forte que jamais.

Ma responsabilité et mon devoir de chef d’Etat sont de faire avancer notre Nation pour que chaque Guinéen puisse vivre dans les meilleures conditions possibles.

Rien n’arrêtera notre pays sur la voie de son développement.

Guinéennes, Guinéens,

Où que vous soyez, en ville ou à la campagne, ici où à l’étranger, je vous souhaite encore une fois bonne et heureuse année 2013.

Que Dieu protège et bénisse la Guinée.
AGP/2/01/012 ST/FDF/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée jeudi 04 décembre 2014


La quarante neuvième (49ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 04 décembre 2014 de 09h20mn à 09h50mn.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 990, 9366 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Patrimoine immobilier de l’Etat: l’UFDG promet de dresser sa liste



www.agpguinee.com /26/5/2014 Conakry- ‘‘le Président  de L'UFDG Cellou Dalein Diallo a acheté sa maison et c’est la Société Générale des Banques en Guinée (SGBG) qui lui avait fait à l’époque un crédit et je vous apprends qu’il a fini de payer cette maison’’ c’est en ces termes que le vice-président de l’UFDG s’est expliqué samedi devant ses militants suite à la publication par l’agent judiciaire de l’Etat de la liste du patrimoine immobilier de l’Etat, incriminant son leader, a appris Afrinews.org

‘’Les gens ont acheté les terrains dans les règles de l’art. Pourquoi l’agent judiciaire de l’Etat a oublié la SIG (ndlr, allusion faite aux militants du parti au pouvoir qui habitent sur les lieux). Maintenant tout le monde doit se justifier même Alhassane Condé (ndlr, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation) qui est à Kipé doit être sur la liste et se justifier’’ affirme t-il.

Faute de quoi, menace le président du groupe parlementaire de l’UFDG ‘’la boîte à pandore est ouverte, nous allons mettre une commission en place et faire la liste et remettre à M. Goureissy sow (ndlr, agent judiciaire de l’Etat)’’ a joute t-il.

Deux leaders politiques guinéens à savoir Sidya Touré de l’UFR et Cellou Dalein Diallo de l’UFDG figurent sur la liste publiée en début de semaine dernière par l’agent judiciaire de l’Etat. Les deux anciens premier ministres du feu Général Lansana Conté affirment avoir acquis leur villa dans la légalité et disent détenir les documents justificatifs.

SOURCES: Afrinews

 
Le reste de tous les procès verbaux attendu ce jeudi midi au siège de la CENI à Conakry


Conakry, 11 nov (AGP) – Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Général Siaka Toumany Sangaré a révélé mercredi dans une déclaration à la presse que le reste de tous les procès verbaux de la région administrative de N’zérékoré, en retard parviendrait ce jeudi au siège de son institution à Conakry.

Le président de la CENI qui a commencé mardi soir à diffuser à compte goutte les résultats du second tour de la présidentielle, estime à dimanche la publication des résultats provisoires avant celle de la Cour suprême qui, en proclamera les résultats définitifs.

A noter qu’après la publication mardi soir, des premiers résultats partiels de 17 circonscriptions électorales, le président de la CENI a publié mercredi soir les résultats de 10 autres circonscriptions électorales ci-dessous :


Commune de Matam
Cellou Dalein 23 428 voix soit 33,80%
Alpha Condé 45 912 voix soit 66,20%

Commune de Ratoma
Cellou Dalein 171 759 voix soit 67%
Alpha Condé 84 591 voix soit 33%

Boké
Cellou Dalein 55 882 voix soit 59,09%
Alpha Condé 36 695 voix soit 40,91%

Dubréka
Cellou Dalein 23 664 voix soit 38,85%
Alpha Condé 37 255 voix soit 61,65%

Dinguiraye
Cellou Dalein 22 588 voix soit 69,70%
Alpha Condé 9 821 voix soit 30,30%

Lelouma
Cellou Dalein 41 890 voix soit 95,66%
Alpha Condé 1 900 soit 4,34%

Mamou
Cellou Dalein 88 450 voix soit 88,39%
Alpha Condé 10 500 voix soit 10,61%

Pita
Cellou Dalein 75 081voix soit 96,13%
Alpha Condé 3 019 voix soit 3,87%

Tougué
Cellou Dalein 37 283 voix soit 96,49%
Alpha Condé 1 358 voix soit 1,51%

Kankan
Cellou Dalein 6727 voix (pourcentage non communiqué)
Alpha Condé 93675 voix (pourcentage non communiqué)

AGP/11/11/010 MFD/AB/ST

 
Guinée : Sidya Touré et Jacques Diouf nommés respectivement haut représentant du chef de l'Etat et conseiller spécial du président de la République (Décret)


Conakry, 04 jan (AGP)- Le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré et l’ex-directeur de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Jacques Diouf, ont été nommés, respectivement haut représentant du chef de l'Etat et conseiller spécial du président de la République de Guinée.





C’était samedi, 02 janvier 2016 par un Décret du président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, rendu public ce jour à travers les ondes de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG).


AGP/04/01/016 ST

 
Veille de Ramadan en Guinée : le président de la République offre 600 sacs de riz aux femmes balayeuses de Conakry


Conakry, 13 mai (AGP)- Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé vient d’offrir six cent (600) sacs de riz aux six cent (600) femmes balayeuses des cinq communes de Conakry, rapporte l’AGP.


La remise de ce don aux bénéficiaires a été faite par le gouverneur de la Ville de Conakry, Général Mathurin Bangoura, jeudi, 12 mai 2016, dans les installations du Gouvernorat.


Ce don du chef de l’Etat guinéen, Pr Alpha Condé, s’inscrit dans le cadre de l’allégement du panier de la ménagère pendant le mois de Ramadan, un mois de jeûne et d’abstinence chez les musulmans entre le lever et le coucher du soleil, qui s’annonce pour le 06 juin prochain.


Selon le gouverneur de Conakry, «c’est une manière pour le chef de l’Etat, d’encourager ces femmes dans le travail qu’elles accomplissent sous le soleil, et la pluie, dans le souci d’aider le Gouvernorat à nettoyer la ville de Conakry».


Se disant très satisfaites du don du président de la République, les différentes représentantes des femmes balayeuses des cinq communes de Conakry ont vivement remercié Pr Alpha Condé, pour avoir pensé à elles, surtout à l’approche du Ramadan.


A noter, qu’une autre remise de 400 sacs de riz aura lieu, vendredi, 13 mai, au Port Autonome de Conakry (PAC). Un don du président Alpha Condé aux dockers du port de Conakry, a informé le gouverneur de Conakry.


AGP/13/05/016 TA/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) du jeudi 06 novembre 2014


La quarante cinquième (45) séance du Marché interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 06 novembre 2014 de 09h 30mn à 9h 50mn.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.
Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 970, 9891GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale

________________________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Le gouvernement a tenu son 1er Conseil ordinaire hier jeudi à Conakry


Conakry, 14 jan (AGP)- Le nouveau gouvernement de la 3ème République de la Guinée a tenu son premier Conseil ordinaire des ministre hier jeudi, 13 janvier sous la présidence effective du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

Ce conseil avait à son ordre du jour plusieurs points inscrits dont entre autres, la présentation des membres du gouvernement, le message du chef de l’Etat et le compte rendu du 1er Conseil interministériel tenu mercredi, 12 janvier sous la présidence du premier ministre, chef du gouvernement, M. Mohamed Saïd Fofana.

Dans son message, le président de la République a renouvelé ses remerciements à l’endroit du peuple de Guinée pour l’avoir porté à la tête du pays.

Il a aussi exhorté les membres du gouvernement à la solidarité et à l’entente en vue de consolider la bonne gouvernance et les droits de l’homme pour leur permettre d’atteindre les objectifs visés.

Ce conseil a défini les attributions et les mandats des ministres pour éviter tout conflit de compétence à l’avenir.

Il a fait des recommandations qui fixent jour de la tenue du Conseil interministériel aux mardis et les Conseil des ministres aux jeudis.

Il a été également recommandé, d’apporter un appui au Génie militaire pour lui permettre de prendre une part active dans la construction du pays.

Voici le compte-rendu de ce Conseil :

La toute première session ordinaire du Conseil des Ministres s’est tenue sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, ce jeudi 13 janvier 2011 de 10 h à 12h 25.

L’ordre du jour de cette session était le suivant :
1- Présentation des membres du Conseil
2- Message de SE Monsieur le Président de la République
3- Compte-rendu du Conseil interministériel
4- Décisions et recommandations
5- Divers

Il était 10h 00 lorsque Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat est entré dans la salle du petit palais où il avait été précédé par Monsieur le Premier Ministre et tout son Gouvernement.

Dès après discussion et adoption de l’ordre du jour, le Conseil est passé au 2ème point de l’ordre du jour consacré au message du Chef de l’Etat.

A l’entame de ses propos liminaires, le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, a renouvelé ses remerciements à l’endroit du Peuple de Guinée qui lui a fait confiance en le portant à la magistrature suprême.

Il a ensuite félicité le peuple de Guinée qui a fait montre de maturité politique suite à l’organisation des premières élections libres, justes et transparentes dans notre pays.

Son Excellence Monsieur le Président de la République a exhorté les membres du Gouvernement à l’entente et à la cohésion. « Nous ne voulons pas de clans dans ce Gouvernement » a-t-il martelé à l’attention des membres du Conseil. « Puisque nous avons promis le changement, je cite, nous devons tous regarder dans la même direction, travailler ensemble. » fin de citation.

Son Excellence Monsieur le Président de la République a rappelé qu’il a été élu sur un programme précis qu’il entend honorer. Il a aussi rappelé que nous héritons d’une situation très catastrophique pendant que les populations sont impatientes.

Relativement au 3ème point de l’ordre du jour qui portait sur le compte rendu du Conseil interministériel tenu le mercredi 12 janvier 2011, il est revenu à Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement de faire partager par le Conseil, les principales articulations des recommandations dudit Conseil Interministériel. Il a été complété par Monsieur le Premier Ministre.

Le 4ème point de l’ordre du jour a été consacré à des débats approfondis sur divers problèmes, en particulier ceux liés à la bonne gouvernance, à la consolidation de l’état de droit et aux questions économiques et sécuritaires avec un accent particulier sur la lutte contre la pauvreté.
Après un débat fructueux sur tous les points de l’ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes suivies de recommandations :

Le Conseil Interministériel se tient tous les mardis. Quant au Conseil des Ministres, il aura lieu tous les jeudis à partir de 10 heures précises.

1- Pour accélérer le recouvrement des créances de l’Etat, un délai maximum d’un mois est concédé à tous ceux qui lui doivent. Ce point fera l’objet d’un communiqué particulier du Conseil ;

2- Le Gouvernement a décidé d’appuyer le génie militaire afin qu’il prenne une part plus active au développement économique de notre pays en particulier dans le secteur des travaux publics ;

3- Le Conseil a instruit les ministres pour qu’ils contribuent à la réduction du train de vie de l’état en adoptant des comportements compatibles avec l’éthique du Changement que notre peuple attend de tous ses serviteurs à commencer par les membres du gouvernement.

4- C’est aux membres du Gouvernement de donner l’exemple de l’équité, de la ponctualité, du service public bien fait. Son Excellence le Professeur Alpha CONDE a rappelé que le respect de l’heure est ce par quoi l’on donne du crédit à une administration de développement. Je cite « je suis élu pour le Changement, il n’y aura donc pas de place à mes côtés pour la complaisance » fin de citation a conclu le chef de l’état sur ce point ;

5- Le Conseil a invité la Ministre en charge du secteur du Tourisme à prendre les dispositions utiles pour que nos hôtels reviennent dans le portefeuille de l’Etat, et que nos aires protégées soient mieux gérées pour rentabiliser ce secteur ;

6- Le Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction a été instruit de diligenter le recensement du patrimoine bâti et non bâti de l’état qui a fait l’objet d’une privatisation indue pour son retour dans le portefeuille de l’Etat ;

7- Pour favoriser le développement de la pêche maritime qui passe par la protection de nos eaux territoriales, une commission interministérielle comprenant les ministres en charge des Finances, de la pêche et celui délégué à la Défense nationale a été mise en place. Elle devra rendre compte de ses travaux au cours du prochain Conseil ;

8- Le Conseil a instruit le Ministre d’Etat en charge des Travaux Publics et des Transports et le Ministre Délégué des Transports à entreprendre les travaux d’assainissement du Port Autonome en vue d’accroître sa capacité pour une exploitation plus rationnelle ;

9- Le Conseil, après avoir fustigé l’importation des voitures épaves, source de pollution, a invité le Ministre Délégué des Transports à proposer un barème fixant la limite d’âge de tout véhicule d’occasion importé ;

10- Le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances à faire observer les procédures de passation de marché et à faire respecter le principe de l’unicité de caisse de l’état ;

11- Par rapport à la relance de notre Coopération, le Conseil invite le Ministre des Affaires Etrangères et celui en charge de la Coopération Internationale à renforcer la coopération avec les pays amis qui entretiennent avec notre pays de vieilles relations d’amitié et avec lesquels des contentieux mineurs, quand il en existe, méritent d’être rapidement réglés. Le Conseil a par ailleurs approuvé le principe de l’organisation d’une Conférence internationale des bailleurs de fonds sur la Guinée ;

12- Le Conseil est reconnaissant aux pays amis et aux partenaires institutionnels de la Guinée qui sont décidés à accompagner notre programme d’urgence, visant à prendre les questions d’eau, d’électricité et de maîtrise de l’inflation à bras le corps ;

13- Pour encourager les pays amis et ses partenaires au développement, Son Excellence le Professeur Alpha CONDE, Président de la République, Chef de l’Etat a rappelé que notre administration doit faire peau neuve et cela dans les plus brefs délais ; il y a urgence qu’avant la fin du trimestre, que les mesures structurelles soient prises dans tous les départements ministériels, pour que les collaborateurs des Ministres soient désignés dans la plus grande transparence en évitant le copinage, l’ethnocentrisme ou la chasse aux sorcières en favorisant la promotion des bons cadres hier brimés pour cause de sensibilité différente.

Le Conseil remercie les pays amis ainsi que le Groupe de Contact désormais Groupe des Amis de la Guinée, pour son engagement à nos côtés tout au long du processus électoral, engagement qui se poursuit sur le plan de la coopération et de la mobilisation des bailleurs de fonds et des partenaires.

Pour terminer Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat a donné de larges informations sur la situation politique aux plans africain et international.

La Session a pris fin à 12h 25
Le Conseil des Ministres
AGP/14/1/011 CM/AGP

 
Arrêté N°____4037______/MC/CAB/2010 du ministre de la communication
Relatif à la couverture médiatique de la campagne
du second tour de l’Election Présidentielle
Du 19 septembre 2010



CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES.

Article 1er : Les dispositions du présent Arrêté concernent les deux candidats retenus pour le second tour conformément à l’arrêt de la Cour Suprême et habilités à faire la campagne médiatique sur les antennes de la Radiodiffusion et de la Télévision nationales relayées par la RKS, les Stations de Radios Rurales, les Radios Communautaires, ainsi que dans les colonnes du Journal Horoya et sur les files de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP).

Article 2 : La campagne médiatique pour le second tour de l’Election Présidentielle du 19 septembre 2010 court du 05 septembre au vendredi 17 septembre 2010 à 00 heure.

Article 3: Dans le cadre de la couverture de l’actualité liée à l’Election Présidentielle, les organes de presse veillent à respecter les règles d’objectivité, d’impartialité, d’équilibre et d’égal accès.

CHAPITRE II : ORGANES DU SERVICE PUBLIC.

II.1. Conditions d’accès et couverture médiatique :

Article 4 : Les médias du service public, (Radiodiffusion et Télévision nationales, le quotidien national, Horoya, l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) sont tenus aux principes de neutralité et d’égalité de traitement entre les deux candidats retenus pour le second tour.

- De veiller à un accès égal des candidats aux médias du service public,

- De s’interdire dans les programmes consacrés aux jeux, aux annonces publicitaires, aux dédicaces et aux animations toute allusion en faveur ou en défaveur de tout acteur politique directement ou indirectement lié à la Campagne.

Article 5: Le Ministère de la Communication organise une réunion d’information pour faire connaître aux candidats ou à leurs représentants, aux médias nationaux et étrangers, aux observateurs étrangers et aux partenaires nationaux et internationaux toutes dispositions prises.

Article 6: A la suite de cette réunion d’information, un tirage au sort est organisé par le Ministère de la Communication en présence d’un Huissier de Justice. Ce tirage au sort déterminera les dates et l’ordre de passage des deux Candidats dans les médias du Service public.

- L’ordre de passage des émissions du premier jour est arrêté en présence des candidats ou de leurs représentants.

- Pour les jours suivants, il est procédé à une permutation rotative. Ainsi pour le 2ème jour, le candidat passé la veille en premier lieu, passera en dernier lieu, l’intervention passée en second lieu, passe en premier lieu le lendemain et ainsi de suite…

- L’ordre de diffusion des interventions, les heures d’accès et d’enregistrement aux Studios de la RTG, les tranches horaires disponibles sont communiquées aux candidats ou à leurs représentants le jour même de la cérémonie du Tirage au Sort.

- Les résultats du tirage au sort seront publiés au Journal officiel de la République.

Article 7: Des équipes multimédias au nombre de quatre (2 par candidat) sont chargées de couvrir les manifestations publiques organisées par les Candidats à travers les Circonscriptions électorales de la République de Guinée.

II.2. Genres d’intervention, langues d’expression et décors.

Article 8 : Les déclarations du candidat ou de son représentant à la télévision nationale ne seront pas illustrées.

a) Les meetings et les manifestations : Les meetings et les manifestations publiques doivent être couverts sans parti pris par les médias du Service Public.

b) Déclarations : Elles sont prononcées par le candidat ou son représentant.
c) Interview : Le candidat ou son représentant peut faire intervenir une ou plusieurs personnes de son choix (au maximum dix).

d) Débats contradictoires : Face à Face en direct.

Article 9 : Quel que soit le genre retenu, les candidats ou leurs représentants ne peuvent :

- Faire apparaître des lieux officiels dans leurs éléments de décor ;

- Recourir à une illustration sonore comportant tout ou partie de l’hymne national ;

- Faire usage du drapeau guinéen, ou de la combinaison des trois couleurs : rouge, jaune, vert ;

- Recourir à un quelque moyen d’expression ayant pour effet de tourner en dérision les autres candidats concurrents.

Les candidats sont tenus d’informer le Conseil National de la Communication du genre d’intervention choisi au plus tard vingt-quatre heures avant la séance d’enregistrement.

Article 10 : Au cours des interventions, tout candidat ou son représentant doit s’abstenir de tenir des propos malveillants, déshonorants, ethnocentriques et amoraux, contraires à nos valeurs de civilisation ou de nature à porter atteinte à l’Unité Nationale.

Article 11 : Il est retenu pour tous les candidats un fond unique de décor à la Télévision nationale, compatible avec les normes, l’espace et les possibilités techniques actuelles des Studios de la RTG.

Article 12 : II est loisible à chaque Candidat de choisir librement ses symboles : Logo, effigie, papillon, couleur etc., devant s’ajouter au décor commun. Toutefois, seule l’image de l’intervenant apparaîtra sur l’écran.

Article 13 : Outre le français, les langues d’expressions sont choisies librement par les Candidats ou leurs représentants parmi les langues nationales actuellement utilisées à la RTG.

II.3. Production – Réalisation :

Article 14: Les enregistrements des émissions sont effectués dans les locaux de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG) à Koloma (Conakry).

Article 15: La réalisation de chacune des interventions à la Radiodiffusion et à la Télévision est assurée par la Radiodiffusion Télévision Guinéennes (RTG).

Article 16: II est loisible aux candidats ou à leurs représentants de se faire assister par un ou deux conseillers qui ne peuvent cependant se substituer aux personnels de la RTG responsables de la réalisation de l’intervention, ni modifier les conditions techniques de l’enregistrement et du montage. Ces personnes ainsi que celles participant à l’intervention ont seules accès au studio.

Elles ne peuvent en aucun cas être choisies parmi le personnel des organes d’information du service public, quelles que soient leurs fonctions auprès des partis ou alliances de partis.

Leur identité doit être communiquée au Ministère de la Communication et au Conseil National de la Communication par les partis ou alliances de partis, vingt-quatre (24) heures avant les séances d’enregistrement.

Article 17 : Le repérage, la sélection et le montage des séquences des manifestations sont effectués sur la base des instructions écrites fournies par le Candidat ou son représentant sur une fiche spéciale, à concurrence du temps imparti. Cette fiche libellée «FICHE DE MONTAGE» doit être conjointement signée par le Candidat ou son représentant, par le Journaliste-chef de la Mission multimédia et le chef des studios.

Article 18:

- Des équipes de la RTG sont chargées de l’enregistrement et du montage des émissions des Candidats.

- Après l’enregistrement et le montage, une fiche libellée «BON A DIFFUSER » est signée conjointement par le candidat ou son représentant et le technicien-responsable des studios de la RTG.

Article 19: Les journalistes des Langues Nationales de la RTG seront mobilisés pour traduire les messages des candidats ou de leurs représentants aux membres du CNC lors des séances de visionnage.

II.4. Temps d’antenne et diffusion :

Article 20 : Le temps d’antenne à la Radiodiffusion et à la Télévision nationales, mis à la disposition des candidats est arrêté ainsi qu’il suit :

- DIX (10) MINUTES PAR JOUR ET PAR CANDIDAT A LA TELEVISION NATIONALE.

- DIX (10) MINUTES PAR JOUR ET PAR CANDIDAT A LA RADIODIFFUSION NATIONALE.

- Les émissions relatives à la campagne pour le second tour de l’élection présidentielle du dimanche 19 septembre 2010, sont diffusées tous les jours à 21H30mn après le journal télévisé de 20H30mn sur l’ensemble du réseau de la RTG, synchronisé avec la RKS, les Stations des Radios Rurales et des Radios Communautaires.

- Lorsque le CNC s’oppose pour violation flagrante de la Loi à la diffusion de l’émission d’un candidat ou de son représentant, celui-ci peut à sa demande, utiliser le temps d’antenne prévu pour la rediffusion d’une émission déjà diffusée. Le recours du candidat est la Cour Suprême.

Les déclarations des candidats à la Radiodiffusion seront celles de la Télévision nationale, les deux (2) médias étant synchronisés.

Article 21: Les Stations des Radios Rurales et Communautaires sont tenues de s’abstenir de programmer ou de diffuser des commentaires liés à la Campagne Officielle pour l’Election Présidentielle.

La diffusion de communiqués, d’annonces de manifestations, de meetings publics des Candidats et des émissions de sensibilisation et d’éducation civique est autorisée mais sans parti pris et sans le moindre commentaire.

Article 22: Les émissions sont diffusées dans le délai légal de déroulement de la campagne pour le second tour de l’élection présidentielle.

Article 23: En cas d’incident de diffusion affectant une partie ou la totalité des émissions, le Conseil National de la Communication décide de la reprise partielle ou totale des émissions affectées par l’incident de diffusion.

En cas de contestation, le litige est porté devant la Cour Suprême.

Article 24: Les enregistrements des émissions diffusées sont conservés pendant quarante-cinq (45) jours puis déposés dans les archives de la Radiodiffusion et Télévision Guinéenne (RTG).

Article 25: Toutes les opérations techniques relatives aux émissions de la campagne sont coordonnées par le Directeur Général de la RTG.

Article 26: Chaque intervention à la RTG est obligatoirement précédée et suivie d’annonces indiquant les prénoms, nom et qualité du Candidat auquel l’intervention est attribuée et à quel titre elle l’est.

Les annonces d’émissions du Candidat sont écrites directement sur l’écran à l’aide d’un synthétiseur d’écritures sur fond de couleur lisible et avec des caractères identiques pour les candidats en lice.

Le temps nécessaire à la diffusion de ces annonces n’est pas précompté sur le temps d’antenne alloué au Candidat.

Article 27: Outre les temps d’antenne, il sera organisé par le Ministère de la Communication en accord avec la CENI et le CNC deux débats contradictoires d’une durée de 90 mn chacun, entre les deux candidats, sur les antennes de la RTG.

Les modalités pratiques de ces face-à-face sont fixées par le Ministère de la Communication, en accord avec les deux candidats.

Article 28: Dans la presse écrite, il est réservé à chaque candidat une page de «Horoya» et deux pages du bulletin de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) pour publier son programme.

II.5. Incidents Techniques et Contentieux :

Article 29 : En cas d’incident technique indépendant du candidat ou de son représentant, le temps d’enregistrement est augmenté d’une durée égale à celle de l’incident.

- Si un candidat ou son représentant est seul responsable de défaillance dans le créneau d’enregistrement à lui imparti à la RTG, il ne pourra en aucune façon bénéficier d’une tranche nouvelle d’enregistrement, de montage ou d’émission.

- Lorsque pour une raison ou pour une autre, un candidat ou son représentant a renoncé à utiliser toute ou partie de sa tranche horaire à la RTG, les émissions de l’autre candidat seront alors diffusées.

- Tout incident est consigné dans un Registre spécial à la RTG pour être porté aussitôt à la connaissance du CNC avant ses séances quotidiennes de visionnage.

- Aucune copie d’émission enregistrée, liée à la campagne électorale en cours, ne doit se faire sans l’avis du Président du CNC.

CHAPITRE III: DISPOSITIONS FINALES

Article 30: Pendant la période sus indiquée, les Organes de Presse du Service Public sont astreints à l’observation d’une grande rigueur dans la collecte, le traitement, la programmation et la diffusion de l’information.

A cet égard, ils sont tenus de respecter les textes législatifs et règlementaires régissant la profession.

III.1. Des interdits :

Article 31 : Les Organes de Presse doivent notamment :

1. S’interdire la diffusion de chansons, jeux, spots, communiqués, proverbes, récits satiriques et caricatures qui sont de nature à inciter à la haine ou à mettre en péril la cohésion nationale.

2. Eviter la diffusion de sondage d’opinion sur les candidats.

3. Limiter leurs productions relatives à l’élection présidentielle à la couverture factuelle de l’actualité. Par conséquent, les genres d’opinions tels que l’éditorial, le commentaire, la chronique, le billet, et tous autres genres tendant à faire l’éloge ou à tourner en dérision un homme politique, un parti politique, un regroupement de partis politique ou mouvements politiques sont prohibés.

Article 32: La publication de tout encart de propagande dans le Journal «Horoya» et sur les files de l’AGP est interdite durant la période de la campagne.

Article 33: A partir de la veille du scrutin à 00 heure, la diffusion par quelque moyen médiatique que ce soit de messages relatifs à la campagne est interdite.

Article 34: Avant la fermeture complète du dernier Bureau de vote, il est formellement interdit aux agents des médias du Service public et privé, de diffuser ou de communiquer un quelconque résultat partiel ou définitif du scrutin. En tout état de cause, il leur est demandé de se conformer scrupuleusement au Code électoral en vigueur

Article 35: Les Directeurs de publication des organes de presse s’abstiendront de produire des publications erronées ou partisanes sur les deux candidats au second tour à l’élection présidentielle du dimanche 19 septembre 2010.

Article 36: Dès la fin du scrutin du dimanche 19 septembre 2010, tous les enregistrements des émissions diffusées au cours de la campagne électorale présidentielle seront archivés par le Ministère de la Communication. Un dépôt légal est effectué au CNC.




Article 37: L’interprétation ou la modification des articles du présent arrêté conformément à la Loi relève de la seule compétence du Ministère de la Communication.

Article 38: Aucune émission relative à la campagne officielle de l’élection présidentielle ne sera diffusée ni la veille, ni le jour du Scrutin.

III.2. Sanctions :

Article 39 : Les personnels journalistique et technique des médias du Service public sont astreints à tout moment à l’obligation de réserve et au respect du secret professionnel.

Tout manquement à une des dispositions du présent arrêté sera sanctionné par la Loi en vigueur.

Article 40: Le présent Arrêté régularisant et règlementant la campagne médiatique officielle pour le second tour de l’élection présidentielle du 19 septembre 2010, abrogeant toutes dispositions antérieures contraires, sera enregistré et publié au Journal Officiel de la République.




Conakry, le……………………………….





LE MINISTRE





Aboubacar SYLLA

 
INTERVIEW  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  OPINION  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro