EDITO
Edito du Mois/ Guinée 2018 ! Par Alpha Kabinet Doumbouya
Sur le chrono, minuit a sonné. Tous les guinéens, riches ou pauvres, se sont dits merci Allah pour m’avoir permis de franchir l&r ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


INFOS continue...

1
2
3
4
5
6
7

Page Noire: Le monde du Sport en deuil : Papa Camara du Hafia 77 s’est éteint !


Conakry, 04 jan (AGP)- La légende du football guinéen, Papa Camara est décédée, mercredi, 03 janvier 2018, dans une clinique de Gbessia, à Conakry, aux environs de 2h 28 mn TU.


En ce qui concerne les obsèques de l’ancien joueur du Syli et de Hafia 77, feront l’objet d’un communiqué, a indiqué un proche de la famille.


Paix à l’âme de Papa Camara. Amen !


AGP/04/01/018 MKC/ST

 
Les 10 détenus graciées par le président de la République ont recouvré leur liberté ce mardi à Conakry


Conakry, 17 août (AGP)- Les 10 condamnées qui étaient détenus à la Maison Centrale de Conakry (MCC), graciées par un décret du président de la République, Pr. Alpha Condé, ont effectivement recouvré leur liberté mardi, 16 août à Conakry.

Il est revenu au régisseur de la MCC, capitaine Soriba Bangoura et au Directeur National des Services de l’Administration Pénitentiaire (DNSAP), M. Naby Youssouf Sylla de procéder à l’application de ce décret de remise totale de peine, pris par le chef de l’Etat dans la perspective de la réconciliation nationale.

A noter, que ces 10 personnes dont trois militaires ‘’Béret Rouge de la garde rapprochée du leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), El hadj Cellou Dalein Diallo’’, avaient été condamnées par un mandat du dépôt en date du 6 avril dernier suite à un procès avec pour chef d’accusation, ‘’manifestation interdite et trouble à l’ordre public’’ à l’occasion de l’arrivée à Conakry du leader de ce parti le 3 avril dernier.

A préciser, que les 7 civils étaient condamnés à un an de prison ferme avec payement d’une amende de 1000.000 GNF chacun alors que les trois militaires, ont écopé chacun, deux ans de prison ferme avec une amende de 2000.000GNF.

A signaler, qu’à l’occasion de leur libération, ces ex-locataires de la MCC ont, à tour de rôle, remercié le chef de l’Etat, pour sa grâce avant de remercier le ministre d’Etat aux Travaux Publics et Transports, El hadj Bah Ousmane, pour son implication personnelle au dénouement de cette affaire.

Dans la même lancée, le directeur de campagne du leader de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana a dit, que ce geste du président de la République est une note de soulagement pour eux.

‘’Nous saluons cet acte, car il va dans le sens d’apaiser le climat politique et social dans notre pays et de faciliter le dialogue entre les différents acteurs de la vie politique guinéenne, a-t-il ajouté.
AGP/17/8/011 ABC/ST

 
Km36/Le nouveau marché de Sanoyah-km36 sera inauguré ce samedi


Coyah, 23 mai (AGP)- Le nouveau marché de Sanoyah-km 36, réalisé par le groupement Guinèmali (aide aux femmes en langue soussou) et mis à la disposition des autorités du district de Sanoyah, Commune Rurale (CR) de Manéah, préfecture de Coyah, sera inauguré samedi, 24 mai, sous la présidence du premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana, a-t-on appris de source informée.

Ce marché qui compte 78 boutiques et 500 places pour les marchands est réalisé dans un ancien magasin de la Ferme Agropastorale d’Arrondissement (FAPA) d’alors. Un magasin qui servait de lieu de stockage de semences, d’intrants et autres outillages agricoles, du temps de la première République.

En vue de permettre aux commerçants et marchands d’occuper les lieux sans aucune discrimination, la présidente dudit groupement, M’Mamy Sylla a affirmé que «les places seront accordées à tous ceux ou à celles qui souhaitent y vendre quelque chose. Mais, il sera accordé à tous, un délai de 72 heures pour occuper la place qui lui sera octroyée. Ce délai passé, ladite place sera attribuée à une autre personne désireuse».

Ce marché, selon toujours la présidente, sera baptisé «Marché de la Réconciliation M’Mamy Sylla», a-t-on révélé.
AGP/23/05/014 HML/JPO/AB/ST

 
L'AGP et ses travailleurs en danger permanent


Conakry, 4 juil (AGP)- Les locaux de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) sont dans un état piteux et très sale avec des réalités qui crèvent les yeux, au quartier Almamiya dans la commune de Kaloum à Conakry, à moins qu’on ne veuille pas se rendre compte de la situation critique de cet organe de presse pourtant appelé, «Mère des medias».

Vieille de 54 ans, cette Agence est engloutie dans la précarité. Elle est logée dans un immeuble à 8 étages, dont les 5 derniers sont à usage d’habitation. Choses, d’ailleurs, qui rendent son environnement invivable. Des déchets par-ci et autres encombrants physiques par là. Bref, l’accès est plus que difficile. Des chenilles, insectes nuisibles, cafards et parasites y défilent intempestivement à l’œil nu.

Avec l’usure de la tuyauterie, qui date de l’ère coloniale, les eaux usées des toilettes des 6 autres étages, dont 5 à usage d’habitation, se déversent régulièrement dans les locaux de ce service public, situé aux premier et deuxième étages de l’immeuble colonial, mettant ainsi en danger permanent la santé et la vie des travailleurs (journalistes et autres techniciens).

L’AGP manque de toilettes adéquates. Les chaises anglaises qui s’y trouvent sont cassées, les tuyaux d’évacuation bouchés, le tout sous tendu par un manque criard d’eau.

Voilà, en peu de mots, les réalités de l’AGP au moment où l’on parle de la riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. Avec les pieds dans la boue, le personnel de l’AGP court de gros risques d’infection et de maladies, telles que la tuberculose et le choléra.

Raison pour la quelle, la nouvelle Direction générale, depuis son installation, n’a cessé d’introduire des requêtes auprès des autorités, en vue de trouver un siège digne d’une Agence de presse.
Le monde des médias évolue, mais l’AGP traine le pas par un manque de soutiens financier et technique en sa faveur. SOS AGP !!!
AGP/04/07/014 CM/ABD/JPO/ST

 
Fin de la Campagne Football Académie de Cellcom pour le bonheur de 18 jeunes guinéens admis pour le centre de Barcelone


Conakry, 05 fév (AGP)- La finale de la Campagne Football Académie de Cellcom a connu son épilogue, jeudi, 04 février 2016, au Stade de la Mission dans la commune de Kaloum à Conakry, en présence du ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique (CSPH), Siaka Barry, entouré du DG de Cellcom, John Vassikaran, et de plusieurs personnalités du monde du sport en Guinée.





Durant six mois, à travers le pays, les jeunes ont redoublé d’ardeurs dans une ambiance festive avec les cadres de la campagne Football Académy de Cellcom sous la houlette de son directeur Stéphane Lezou sur les terrains, pour être retenus parmi les dix-huit joueurs qui devront faire leur stage durant un mois à Barcelone.





Pour participer à cette campagne lancée depuis six mois, l’abonné Cellcom devait activer *65#OK. Cette action a permis d’avoir plus d’un millier de joueurs qui ont participé à la présélection organisée dans tout le pays, sous l’œil vigilant des détecteurs professionnels en la matière, a-t-on expliqué.





C’est à l’issue de ces différentes compétitions que la finale s’est jouée, jeudi, 04 février, permettant enfin, d’avoir l’équipe des dix-huit joueurs qui feront le voyage de Barcelone, à partir du 27 février prochain.





Marqué par cette volonté de Cellcom Guinée d’aider la jeunesse guinéenne, le ministre des CSPH, Siaka Barry, s’est dit enchanté par l’organisation d’un tel événement.





«Je voudrais adresser un remerciement à l’endroit de ceux qui ont bien voulu organiser un tel événement. Ce qui m’enchante de plus dans cette organisation, c’est le fait que monsieur le directeur général dise que l’organisation a visé l’ensemble du territoire national. Donc ça été un événement participatif, tant au niveau de la capitale, qu’à l’intérieur du pays. Ça montre une fois que Cellcom est une société responsable», a-t-il déclaré.





La cérémonie a pris fin par la remise des certificats aux joueurs qui se sont démarqués au cours de cette campagne à travers tous le pays, et qui devront effectuer le voyage de Barcelone.





Voici la liste des joueurs qui ont été sélectionnés à l’issue de cette grande finale :





1-Diakité Sankoumba


2-Ibrahima Diallo


3-Sow Mohamed


4-Ibrahima Terna Soumah


5-Saada Sané


6-Ousmane Coumbassa


7-Manga Fodé Sylla


8-Kalla Touré


9-Gilbert Chaloub


10-Souleymane Barry


11-Ibrahima Camara


12-Mohamed Kouyaté


13-Mohamed Lamine Doukouré


14-Dabo Ibrahima Kalil


15-Naby Julien Camara


16-Camara Ismael Deen


17-Moussa Camara


18-Alsény Cissé.


AGP/05/02/016 AKT//ST

 
Le Monde de la Cutlture en deuil!


Selon nos confrères de Guinéenews: Souleymane Koly de Kotéba est décédé ce vendredi à Conakry.






Le grand réalisateur, chorégraphe, musicien et scénariste guinéen Souleymane Koly est décédé ce vendredi 1er août 2014 des suites d’une crise cardiaque à son domicile à Lambadji( banlieue de Conakry), a-t-on appris de sources proches du ministère de la culture. Koly a eu une soudaine attaque cardiaque après avoir fini de prendre son petit déjeuner, nous précise-t-on.




Sa dépouille mortelle a été conduite à l’hôpital  sino-guinéen de Kipé où le gouvernement est attendu pour les dispositions à prendre.

à N'Zérékoré en 1944, Souleymane Koly partit en France dix huit ans plus tard pour faire ses études. En 1971 il rejoint la Côte d'Ivoire, devenue désormais sa seconde patrie africaine, où il fonda en 1974 l’Ensemble le Koteba d’Abidjan.

Scénariste, réalisateur, chorégraphe et musicien , Souleymane Koly a eu une carrière administrative bien remplieen Côte d’Ivoire. Il fut directeur du Département des Arts et Traditions populaires à l'Institut National des Arts, puis, expert chargé d'études à la Direction du Plan de 1973 à 1984.

Depuis 2010, Il était le conseiller principal chargé du develloppement culturel international au ministère de la Culture  de Guinée. Parallèhttp://guineenews.org/wp-admin/post-new.phplement, il préparait activement la célébration des quarante ans du Koteba.

Paix à l'âme du Grand artiste!












 
Le premier ministre a officiellement lancé mercredi à Conakry, les travaux d’élaboration du plan quinquennal 2011-2015


Conakry, 25 août (AGP)- Le premier ministre, chef du gouvernement, M. Mohamed Saïd Fofana a officiellement lancé ce mercredi, 24 août à Conakry, les travaux d’élaboration du plan quinquennal de développement économique 2011-2015 de la Guinée.

La rencontre a regroupé près de 250 participants venus des départements ministériels, des institutions internationales, des régions administratives et des Organisations de la Société Civile (OSC).

Ces travaux ont pour objectif, d’élaborer dans les meilleurs délais, des plans et des politiques appropriés en vue d’amorcer un développement économique et social harmonisé du pays.

Plusieurs thèmes ont été débattus au cours de cette rencontre notamment, l’historique de la planification et analyse rétrospective de la situation économique et social du pays, le cadre organisationnel, le chronogramme, la structure et le canevas du plan quinquennal.

A cette occasion, le ministre du Plan, Dr Souleymane Cissé a rappelé quelques plans de développement utilisés par les précédents gouvernements qui, selon lui, ont été fortement influencés par la mal gouvernance et l’environnement international.

Il s’agit entre autres, des Programmes d’Ajustement Structurel (PAS) initiés de l’extérieur et les Stratégies de Réduction de la Pauvreté (SRP) axées sur les aspects sociaux et l’allègement de la dette.

Dr Cissé a indiqué, que la Guinée a besoin de renouer avec le système de planification stratégique pour imprimer une nouvelle dynamique à l’essor économique et social, afin de répondre efficacement aux attentes de sa population.

‘’Ce plan quinquennal permettra, de mieux appréhender les problèmes auxquels se heurtent les efforts de développement mais aussi, de définir les priorités et de mettre en œuvre des actions afin de valoriser les immenses potentialités humaines et naturelles du pays’’, a déclaré le ministre.

Le premier ministre, M. Mohamed Saïd Fofana a de son côté souligné, que l’Etat a l’obligation d’accomplir les tâches essentielles pour la transformation économique notamment, la planification, l’élaboration des plans et politiques de développement et leur mise ne œuvre.

Il a précisé, que les futurs plans de développement doivent être élaborés sur la base des cinq axes prioritaires défini par le président de la République, Pr. Alpha Condé, à savoir : la bonne gouvernance, la lutte contre la pauvreté, le développement des infrastructures, le développement et l’expansion économique ainsi que la défense et la sécurité.
AGP/25/8/011 AND/JPO/ST

 
Discours du président de la République à l’occasion de l’an 1 de son investiture à la magistrature suprême


Conakry, 21 déc (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a tenu un discours radiotélévisé mardi, 20 décembre, adressé à la Nation guinéenne, à l’occasion de l’an 1 de son investiture à la magistrature suprême de son pays, le 21 décembre 2011.

Dans ce discours, le chef de l’Etat a fait un bilan détaillé des 12 premiers mois de sa mandature de cinq ans. Bilan qui touche tous les secteurs de la vie de la nation.

Voici l’intégralité dudit discours :

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, chers invités, hôtes étrangers qui vivez parmi nous !

C’est un réel bonheur pour moi de vous recevoir cet après-midi pour partager ensemble ces quelques heures qui nous séparent du 1er anniversaire de l’investiture que le peuple de Guinée a bien voulu me confier.

Aujourd’hui, je veux exposer franchement et clairement où nous, en tant que pays, avons été, où nous sommes à présent, et où nous allons dans le futur.
La Guinée a connu 50 années difficiles. Dans ces moments d’épreuves, avec les jeunes et les femmes, nous nous sommes battus pour transformer notre présent en un futur de liberté et de prospérité.

Depuis une année donc, à travers des élections libres et transparentes, les guinéennes et guinéens ont institué un régime du peuple par le peuple et pour le peuple auquel ils aspiraient fortement, et pour lequel ils ont consenti de lourds sacrifices. Nous tenons ici à rappeler au peuple que ce pouvoir est le sien, cette victoire de la démocratie est la sienne. C’est le juste résultat de son combat.

L’année qui finit bientôt n’a pas été facile. Nous revenons de loin. Notre passé a été sombre et divisé. Notre avenir doit être comme une seule nation, un seul pays, partagé par tous pour le bénéfice de tous. Étape par étape vers une vie meilleure : telle est notre ambition. L’année 2011 a été meilleure que 2010. L’année 2012 doit être meilleure que 2011.

Pendant cette première année, il nous a fallu poser les fondations d’un véritable Etat de droit, d’une administration plus performante et du retour de notre pays sur la scène internationale.

Tout au long de cette année, nous avons du faire des choix difficiles et prendre des initiatives audacieuses. Le commencement du développement des infrastructures et de l’énergie, le nouveau code minier, la reforme de l’armée, et les nombreuses réformes structurelles entreprises étaient des préalables nécessaires au changement souhaité par les guinéennes et les guinéens.

Sans vous, qui avez su faire preuve de compréhension, de patience, d’abnégation et de patriotisme, rien de tout cela n’aurait été possible. Et nous n’aurions pas été en mesure de relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés. Je vous ai promis le changement.

Avec votre soutien, je créerai les conditions d’une vie décente pour tous, sans discrimination aucune. Et, surtout je donnerai l’espoir que nos fils et filles vivront mieux que nous dans une Guinée réconciliée avec elle-même, avec son histoire, une Guinée prospère et solidaire.

L’année 2011 a donc été une année d’efforts, de travail incessant et de mutations. A l’image de la préparation d’un champ, nous avons réussi durant les 12 mois derniers, à défricher, labourer et semer les graines qui annoncent d’abondantes moissons.

En cette fin d’année, les premières pousses sortent de terre. Déjà, notre situation financière et macroéconomique s’est notablement améliorée.

En effet, le 23 novembre dernier, la Banque Mondiale et le FMI nous ont félicités pour le respect de nos engagements, et des mesures que nous avons prises pour le redressement de notre économie. Le labeur et les difficultés n’ont pas été vains. Des résultats qui augurent d’un lendemain meilleur ont été atteints :

-le déficit budgétaire qui était de 13% a été ramené à 2%,

-à notre arrivée, les réserves en devises, de la Banque Centrale, couvraient à peine 8 jours d’importation, aujourd’hui elles peuvent couvrir 5 à 6 mois d’importation,

-L’inflation a été stabilisée et le taux de croissance passe de 1.5% à environ 5%, dans les quatre prochaines années
-Les mesures d’incitation (mise à disposition des engrais et d’outillage agricole dont les tracteurs ainsi que l’encadrement technique des paysans) ont permis une augmentation de 8% de production en cours.

-Nous avons réintégré toutes les institutions financières internationales et nous espérons atteindre bientôt le point d’achèvement de l’initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Ce programme du FMI nous permettra de concrètement voir réduite notre dette de deux-tiers en effet. Cette dette de 3 milliards 100 millions de dollars sera réduite de 2 milliards 400 millions de dollars courant 2012.

Les transformations en cours et l’assainissement de l’environnement des affaires ont renouvelé la confiance de nos partenaires étrangers. Ils viennent de plus en plus nombreux en Guinée, motivés par les mesures prises contre la corruption et notre nouvelle politique de partenariat gagnant-gagnant.

Nos partenaires étrangers sont rassurés par nos initiatives de renforcement de la transparence dans l’octroi des marchés publics et ils ont apprécié la mise en place du Guichet Unique ainsi que la création de l’Agence pour la Promotion des Investissements (API). Grâce à nos réformes, les formalités liées à la création d’une entreprise en Guinée prennent aujourd’hui moins de 10 jours, alors qu’il en fallait deux mois par le passé.

Dans le secteur minier, un des piliers de notre économie, nous avons entamé une réforme de fond visant, d’une part, à accélérer le développement de nos mines, longtemps restées dormantes, et d’autre part à assurer des revenus plus importants pour l’ Etat, pour les entreprises et pour les populations.

Il s’agit de mieux défendre des intérêts de la Guinée en créant des conditions attractives pour les investisseurs. Il était important de revoir l’ensemble des contrats miniers.

J’ai commencé le travail d’assainissement par un diagnostic du secteur minier en associant tous les acteurs nationaux. Je me suis ensuite informé au niveau international pour identifier les meilleures pratiques qui existaient à travers le monde.

Nous sommes ainsi arrivés à un nouveau Code minier, qui constitue un compromis positif entre, d’un côté les intérêts légitimes du peuple de Guinée, véritable propriétaire des ressources et de l’autre côté nos partenaires que sont les sociétés minières. Nous pouvons être fiers d’avoir eu l’ambition, le courage et la détermination d’établir un code innovant, à la pointe des nouvelles normes d’équité, de développement durable et de transparence, qui déjà fait figure de référence pour d’autres pays miniers.

Grace à ce nouveau code, la Guinée va enfin être en mesure de mettre à profit les immenses ressources naturelles dont nous disposons.

Les dizaines de milliards de dollars, qui vont être investis en 10 ans vont propulser l’économie guinéenne à une toute autre échelle. Les retombées directes et indirectes de ces investissements miniers vont générer des milliers d’emplois, stimuler un important transfert de technologie et permettre une importante amélioration des conditions de vie des populations.

L’adoption du Code minier constitue la première étape d’un processus, qui comprend en second lieu la mise en place, étape par étape, d’un cadre précis de révision des contrats existants. Ce document appelé « due process », en anglais, vient d’être finalisé par nos équipes techniques.

Il permet de clarifier pour nos partenaires étrangers la méthodologie à travers laquelle chaque contrat sera analysé en conformité avec le nouveau code minier et dans le souci de protéger les investissements de nos partenaires tout en respectant et en garantissant les droits et les responsabilités de part et d’autre.

Plus que les mines, le développement des infrastructures et de l’énergie apportera des changements visibles dans la vie des Guinéennes et Guinéens et assurera une évolution durable de notre économie.

Ces énormes projets de construction de routes, de chemins de fer, d’usines de transformations qui accompagnent naturellement des activités minières vont engendrer des milliers d’emploi qualifiés et bien rémunérés. Nous pouvons d’ores et déjà citer :

-La construction du chemin de fer « trans-guinéen », qui permettra de relier Conakry à Bamako par le train en augmentant considérablement la quantité des échanges tout en réduisant leurs coûts.

-L’agrandissement et la modernisation des ports de Conakry et de Kamsar vont nous doter de ports modernes d’une capacité nous permettant de devenir le leader sous régional et les partenaires privilégiés de nos voisins.

-La construction des Ports de Matakan et de Benty va assurer l’exportation de nos minerais par les bateaux de 300.000 tonnes, et nous permettre aussi d’être très compétitifs face à la concurrence d’autres pays miniers.

Je sais combien le problème de l’électricité n’épargne personne en Guinée. Pas plus tard qu’il y a deux semaines une coupure est survenue au Palais du peuple alors même que je m’adressais à la jeunesse. Les jeunes, réunis à l’occasion du salon de l’emploi, n’ont pas manqué de me rappeler qu’ils comptent personnellement sur moi, et qu’ils ne souhaitent par exemple plus devoir préparer les examens à la lumière des lampadaires autour de l’aéroport parce que leur famille n’as pas d’électricité à la maison.

Cette situation dure depuis trop longtemps et n’est plus acceptable. Bientôt les améliorations seront visibles. Vous avez été nombreux à suivre l’arrivée des groupes thermiques. 125 mégawatts supplémentaires suivent et vont permettre d’améliorer la desserte en électricité des foyers de la Ville de Conakry d’ici en 2012.Cela signifie que les populations de Conakry auront de l'électricité à plus de 16 heures par jour.

Pour vraiment remédier au problème, il nous faut faire un travail de fond, acquérir de nouvelles capacités tout en améliorant les réseaux de distribution.

Je sais que cela prend du temps, mais c’est le temps de bien faire. Plus de solutions bâclées, qui ne durent que le temps d’une campagne électorale ! Dans ce domaine comme dans d’autres, l’aléatoire et le bricolage peuvent être pire que le manque. Nous méritons de vraies alternatives économiques et écologiques, telles que des énergies propres.

La solution définitive du problème d’électricité dans notre pays se trouve dans la construction de barrages hydroélectriques. Les travaux de Kaléta ont déjà démarré par la construction de la route d’accès. Nous avons nous même financé le lancement des études et des travaux qui seront réalisés par une des plus grandes entreprises spécialisées de la Chine.

Je peux aujourd’hui vous annoncer qu’après des décennies de faux départs et d’annulations, le barrage de Fomi va enfin être réalisé et que le financement a été obtenu grâce au dynamisme et à la mobilisation des jeunes issus de la diaspora guinéenne en Europe et en Amérique du Nord.

Le premier ministre se rend dans la semaine en Haute Guinée pour inaugurer la mise en place de système d’éclairage solaire dans les rues de Kankan et va officiellement annoncer aux autorités locales le démarrage des travaux de Fomi pour janvier 2012.

Les études des mini-barrages de Zegbéla, Mongo et Foutah sont elles aussi en cours. Pour Souapiti et Amariya, situés sur le fleuve Konkouré comme Kaléta, la recherche de financement est engagée.

Tous ces grands travaux doivent s’accompagner d’une nouvelle culture de travail, axée sur des résultats. J’ai demandé aux Ministres concernés de s’assurer que les entreprises qui exécutent les travaux maintiennent leurs équipes 24h/24 en roulement 3 fois 8. Par exemple l’Echangeur du pont 8 novembre et la route Kissosso/Dabompa doivent se réaliser dans les meilleurs délais sans en sacrifier la qualité.

Notre ambition de jeter les bases d’une vraie démocratie suppose aussi la reforme du secteur de défense et de sécurité, que j’ai résolument entamée dès mon investiture. Je dois saluer nos forces armées, qui ont partagé cette vision républicaine et accepté toutes les mesures de cette grande réorganisation. Aujourd’hui, l’armée est dans les casernes, mobilisée et motivée pour la professionnalisation et la modernisation de ses forces.

Mon projet est de renouer avec la tradition d’une armée guinéenne, qui faisait la fierté de l’Afrique. Je souhaite d’une part lui donner les moyens d’être une armée véritablement républicaine capable d’assumer sa fonction traditionnelle de défense de l’intégrité du territoire. Et d’autre part, je souhaite la voir aller plus loin en s’impliquant aussi dans le développement économique et social du pays.

Déjà, l’armée est fortement impliquée, à travers le Bataillon du Génie Militaire, dans la réalisation des routes et la construction de diverses infrastructures telle que la route d’accès au site du barrage hydroélectrique de Kaleta.

Le recensement biométrique en cours va favoriser le suivi de la formation à la retraite de chaque soldat et de chaque officier. Désormais, chaque avancement en grade doit correspondre au préalable une exigence de formation.

Le départ à la retraite de 4.200 éléments se fera avec un plan d’accompagnement pour chaque homme. La fin de service dans l’armée comme dans la fonction publique en général doit bientôt être perçue comme une nouvelle opportunité et non comme un désespoir.

Dans quelques jours, nous serons en 2012. 2012 sera pour la Guinée, l’année de la floraison et l’année de la transformation. C’est au cours de cette année 2012 que nous sentirons tous, de façon tangible, une amélioration progressive de notre mode de vie. C’est en effet en 2012 que nous moissonnerons les récoltes semées en 2011.
Toutes ces réalisations que je viens d’énumérer, et j’en ai laissé beaucoup, ne constituent que les premières et fragiles germinations. Elles sont fragiles. Elles ont besoin de notre attention. Nous devons les entretenir, les arroser et les multiplier pour avoir un bon champ et une belle récolte.

Je connaissais les difficultés de la tâche, mais ce que j’ai trouvé est pire que ce que j’avais imaginé. Notre pays, la société, l’économie et l’Etat étaient en agonie. Notre pays était blessé et malade. Donc je continuerai à demander des efforts pour que les récoltes à venir soient à la hauteur des graines germées.

Pour autant nous ne devons pas relâcher nos efforts. De nouveaux chantiers nous attendent et trois priorités se dégagent:

-Renforcer l’unité nationale,
-Changer et améliorer la vie quotidienne des populations,
-Transformer l’économie et attirer les investissements internationaux.

Pour renforcer l’unité nationale, je veillerai personnellement à la poursuite du dialogue politique multipartite que j’ai initié en recevant les leaders politiques le 15 novembre dernier.

Le dialogue politique tourne autour de la préparation et de l’organisation des élections législatives 2012. Comme je l’ai dit aux leaders des partis politiques, ma position m’oblige à rester au dessus de la mêlée, mais conformément à leur demande explicite, je veille à la bonne marche du dialogue et j’encourage les parties prenantes à l’écoute et au compromis indispensables pour trouver un accord.

Je souhaite, avec l’ensemble des guinéennes et guinéens, que les élections législatives se tiennent le plus rapidement possible en 2012. Et comme je l’ai déjà dit, sur la base d’un chronogramme consensuel prenant en compte le point de vue de toutes les parties impliquées.

Le renforcement de l’unité nationale passe par la réussite du processus de réconciliation nationale. Ce processus est difficile, mais indispensable pour la cohésion de notre nation et pour la construction de sa mémoire historique.

La Commission provisoire chargée de la réconciliation nationale, qui a été mise en place, co-présidée par l’Archevêque et l’Imam de la Grande Mosquée de Conakry, a tenu une rencontre le 15 décembre dernier.

Les deux vénérables religieux ont installé des groupes de dialogue dans toutes les préfectures et ont débuté leur collaboration avec des experts nationaux et internationaux pour guider et accompagner nos efforts. Leurs premières observations nous donnent l’espoir que nous sommes sur un bon chemin et la réconciliation dans notre pays est non seulement possible mais en route.

Je crois profondément que le changement tant attendu, pour être concret, doit se manifester et s’ancrer dans la vie quotidienne des guinéennes et des guinéens.

Par delà l’amélioration de la desserte en eau et en électricité, en plus de la construction de routes et de ponts ; d’autres secteurs clés doivent être davantage pris en compte durant l’année à venir : inclus l’agriculture et la mise en avant les femmes et les jeunes.

Mon but fondamental pour la Guinée est la souveraineté alimentaire. Nous devons, encore une fois, apprendre à produire ce que nous consommons et à consommer ce que nous produisons.

Le développement agricole est notre meilleur outil de lutte contre la pauvreté. Nous sommes un pays majoritairement agricole. 70% d’entre nous vivent du travail de la terre. Nous disposons de 6 millions d’hectares de terres cultivables, dont nous n’utilisons que 10%, tandis que nous importons le riz et les autres denrées, qui constituent l’essentiel de notre alimentation. Accroitre notre potentiel agricole nous permettra d ‘atteindre un triple objectif :

-Assurer la sécurité alimentaire de chaque famille
-Rééquilibrer notre balance commerciale en exportant plus que nous importons
-Devenir un des greniers du monde dans un contexte international où la nourriture devient un enjeu crucial

Dans un pays où 70% de la population à moins de 30 ans, les jeunes sont les premiers artisans du développement. D’autre part les femmes, qui traditionnellement sont le pilier de leur foyer, ont prouvé leur capacité d’entreprendre et d’assurer la redistribution de leurs revenus pour le bien-être de la communauté.

C’est pourquoi j’avais mis en place le Fonds de solidarité des femmes et le Fonds de solidarité des jeunes. Pour pérenniser ces différents fonds, une Agence nationale pour la micro finance a été créée.

Cette Agence va collaborer avec les institutions de microcrédits, et très bientôt, les premiers fonds seront débloqués pour encourager l’entreprenariat féminin et favoriser l’emploi jeune. Dans ce domaine, les efforts seront renforcés et amplifiés dans les mois à venir.

Pour les jeunes, le service civique et d’action pour le développement (SCAD) sera bientôt fonctionnel. C’est un engagement volontaire du jeune pour améliorer sa formation et exercer ses compétences. J’ai donné des instructions pour que le 1er Conseil d’Administration de ce service se tienne incessamment et examine le plan d’action pour le lancement effectif des activités. Les premiers jeunes volontaires non scolarisés, déscolarisés et diplômés sans emploi seront alors recrutés.

Mesdames, Messieurs, chers invités,

La lutte pour le changement a été le combat de tous : syndicats, partis politiques, société civile, jeunes et femmes. Toutes les couches sociales de notre pays se sont donné la main pour que la période d’exception aboutisse à l’établissement d’une démocratie véritable. Je garde dans mon esprit et dans mon cœur l’apport particulier de chacun.

Je profite de cette occasion pour féliciter et remercier les mouvements syndicaux pour le soutien qu’ils n’ont cessé d’apporter à mon action.

La commission tripartite mise en place pour étudier ensemble et proposer des mesures concrètes pour la définition du salaire minimum de la retraite et de l’assurance maladie est le meilleur exemple de la collaboration indispensable entre toutes les forces vives de notre nation.

Aux dirigeants et militants des partis politiques, je renouvelle mon engagement solennel à protéger les libertés dans le respect de la loi. Je leur demande de poursuivre leur mission d’éducation civique des militants et des populations, car il est important que le rôle de creuset des partis politiques pour la construction de la nation soit affirmé et promu.

Comme j’ai dit, étape par étape vers une vie meilleure : telle est notre ambition. A chaque étape, nous cherchons à faire deux choses simultanément : unifier notre nation, mais aussi la changer. En tant que Président, je suis chargé à la fois de la responsabilité de cette unité et de l’urgence de ce changement.
Je dois écouter et avancer. Je dois être à la fois « un homme pressé » et « un leader qui unifie son peuple ».

Ce double rôle requiert des qualités différentes. Le premier –d’unifier- a besoin d’un président pour rassembler, faire des compromis, aborder avec humilité la tâche d’associer différents intérêts ensemble, des mouvements et des personnes.
Je m’engage à faire cela. Je ferai de mon mieux pour combler les différences, accueillir des opinions contradictoires et de guérir les traumatismes de la division.
La seconde – qui consiste à changer la réalité quotidienne de la vie des gens pour le meilleur- le Président doit être résolu, déterminé et franc dans la poursuite de l’amélioration des services de base dont notre population a désespérément besoin.

Unité est un impératif politique profond. Mais l’amélioration de l’électricité, des routes, des infrastructures, des services de base et des emplois sont aussi très importants et représentent une urgence fondamentale pour les Guinéens qui ont vécu dans la pauvreté et les privations pendant trop longtemps.

La Guinée représente peut-être mieux que toute autre nation le paradoxe de l’Afrique: Des pays riches aux populations pauvres. Riche en ressources et potentiels ; pauvres dans les conditions de vie et réalités quotidiennes. Cela doit être changé et mon engagement pour le changement est absolu et déterminé.

Nous devons comprendre aussi que ces deux rôles sont, au niveau le plus profond, intimement liés : Si nous ne gardons pas notre Nation unie, nous n’aurons jamais l’espace politique de la changer. Mais si nous ne changeons pas quotidiennement la vie de notre peuple pour le meilleur, nous n’aurons jamais la réalisation physique nécessaire pour soutenir la politique. Les deux vont donc finalement ensemble. Ils se soutiennent mutuellement. Et moi, en tant que Président, je vais faire les deux, ensemble avec la même détermination et la même résolution.

J’ai lutté longtemps pour le changement, la liberté et la prospérité de notre pays. Je sais que l’une des conditions pour promouvoir la liberté et la prospérité est de rassembler tous les guinéens, toutes les guinéennes. Le temps que nous perdons dans les conflits politiques et sociaux peut être mieux utilisé pour bâtir l’avenir de nos enfants.

La richesse dont la Providence et la Nature ont doté notre pays nous permet d’être ambitieux, de nous projeter dans l’avenir en nous donnant les moyens d’être une nation émergente dans les années à venir. Cependant, ni la Nature ni la Providence ne peuvent développer la Guinée à notre place. Il nous faut retrousser nos manches et protéger nos premières pousses afin de les entretenir jusqu’à la récolte. J’ai hâte de voir la Guinée vivre à la hauteur de son potentiel. Cela passe par le travail, par l’unité, par la rigueur et par la solidarité.
AGP/21/12/011 BPP/AB/ST

 
Guinée : le premier ministre, Mamady Youla envisage maîtriser les principaux équilibres macroéconomiques à un taux de croissance de 4% en 2016


Conakry, 12 mai (AGP)- Le premier ministre de la République de Guinée, chef du gouvernement, Mamady Youla a animé jeudi, 12 mai 2016, à Conakry, une conférence de presse pour parler de la politique générale et des perspectives de son gouvernement.


D’entrée de jeu, le premier ministre a rappelé quelques acquis qu’il a hérités du gouvernement précédant sous la houlette du président de la République, Pr Alpha Condé, notamment la mise en place de toutes les institutions de la République, la réforme de la justice et du secteur de la sécurité, le retour de la Guinée sur la scène internationale, l’atteinte du point d’achèvement des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), l’amélioration substantielle de la production et de la fourniture d’électricité, avec la construction du barrage de Kaléta.


Il a en suite parlé des difficultés rencontrées par la Guinée au cours des trois dernières années qui, selon lui, a entrainé une croissance nulle en 2015, avec un manque à gagner de près de 2900 milliards de francs guinéens sur les recettes intérieures.


Parmi ces difficultés, Mamady Youla a cité entre autres, «l’apparition de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola, qui a affecté tous les secteurs de croissance, la baisse du prix des matières premières sur le marché international (citant de passage l’effondrement du prix des minerais de fer qui est passé de 187 dollars la tonne en 2011 à 39 dollars en 2015, d’où une chute de près de 25%».


Face à cette situation, le premier ministre guinéen a annoncé un certain nombre de mesures prises par son gouvernement pour redresser l’économie nationale et amorcer le développement du pays, notamment l’amélioration de la gouvernance dans tous les secteurs, la maîtrise des principaux équilibres macroéconomiques en projetant un taux de croissance de 4% en 2016.


Aussi la poursuite du développement des secteurs de croissance et des infrastructures sociales de base, la mise en œuvre d’un programme accéléré de sécurité alimentaire et nutritionnel et le développement agricole durable pour la période 2016-2020.


M. Youla s’est réjoui des résultats qu’il a qualifié de tangibles, obtenus par son gouvernement en 4 mois de fonction, dont entre autres, «la levée des sanctions de l’Union Européenne (UE) sur la Guinée en matière de pêche permettant à au pays d’exporter ses produits halieutiques sur le marché européen, les conclusions satisfaisantes obtenues lors des 6ème et 7ème revues des programmes de coopération entre la Guinée et le Fonds Monétaire International (FMI) permettant à la Guinée de mobiliser les financements extérieurs, le lancement des travaux de construction du barrage hydroélectrique de Souapiti et de l’hôpital de Matoto, la rénovation en cours de l’hôpital de Donka, ainsi que la mise en œuvre de l’engagement du président de la République pour la gratuité de la césarienne et les accouchements par la remise aux structures sanitaires d’un stock de kits disponible pendant une période d’environs 6 mois».


Parlant des perspectives, le premier ministre a rappelé la tenue, au mois d’avril dernier, du séminaire du gouvernement qui, selon lui, a permis l’élaboration d’un programme de travail gouvernemental et la définition des missions des ministres axées sur les résultats, y compris des lettres de mission de chaque département ministériel et la mise en place prochaine d’un système informatisé pour le suivi-évaluation de la performance des Ministères.


Sans oublier le projet de renforcement des capacités de l’administration publique, à travers la formation et le recrutement de nouveaux agents avec toute assistance technique que cela implique.


AGP/12/05/016 AND/FDF/ST

 
Publireportage :

Cellcom lance une nouvelle campagne pour un accès moins cher des abonnés à l’internet


Conakry, 24 fév (AGP)- C’est incroyable mais vrai, Cellcom ne va jamais s’arrêter alors ! Après la réduction des coûts de la communication, et de la prise en charge des taxes sur la consommation téléphonique, Cellcom épate une nouvelle fois ses abonnés en mettant à leur disposition des forfaits à Prix choc.





Accéder à l’internet à seulement 1500 GNF pour 1 heure, c’est une première dans le monde de la téléphonie en Guinée et c’est seulement chez Cellcom. Les abonnés Cellcom ne sont pas au bout de leur surprise, car ces forfaits à Prix Choc sont les plus abordables en Guinée.





Des offres Internet à PRIX CHOC !





Toujours à l’écoute de ses millions d’abonnés, et pour répondre aux nombreuses demandes de réduction des tarifs de l’Internet, CELLCOM rend les prix de l’Internet abordables en proposant les meilleures offres du marché:





§ Pour 1 heure d’internet choc, composez *700*41# à seulement 1500 GNF


§ Pour 3 heures d’internet choc, composez*700*43# à seulement 2500 GNF


§ Pour 24 heures d’internet choc, composez *700*44# à seulement 4900 GNF





Dans son intervention, le Directeur Général de Cellcom Guinée, John Vasikaran a indiqué que c’est dans le but de rendre la télécommunication accessible à tous et mettre à la disposition des abonnés Cellcom les meilleurs services, que Cellcom Guinée lance ces forfaits Internet à un PRIX CHOC.





C’est donc devenu une habitude pour les abonnés Cellcom de se réveiller tous les matins avec un cadeau de la part de la société. Cellcom Guinée, toujours à la pointe de l’innovation, agit dans l’intérêt de sa clientèle, en offrant l’internet à Prix Choc, des Bonus d’appel, des SMS, et en prenant en charge les taxes sur la consommation téléphonique.





Accéder à Internet à PRIX CHOC chez CELLCOM devient un plaisir !





Les forfaits à prix choc viennent s’ajouter à ceux déjà sur le marché (3en1), qui offre en plus du forfait Internet des bonus SMS et appels.





A la différence du 3en1, Internet à un prix choc offre des forfaits à prix réduit accessible à tous.


Aujourd’hui, Cellcom offre les nouveaux forfaits Internet à PRIX CHOC, en plus de la prise en charge des taxes sur les produits 3en1 et sur les appels du 8 GNF la seconde ainsi que le 4 GNF vers tous les opérateurs! Les abonnés CELLCOM garderont le sourire à coup sûr pour longtemps.





Alors vous n’êtes pas encore un abonné CELLCOM? Vous attendez quoi? Rejoignez le mouvement! Rejoignez CELLCOM!





CELLCOM vous offre le meilleur service! Les meilleurs produits et la meilleure valeur pour votre argent!!




Pour plus d’informations et pour profiter de toutes leurs promotions en avant-première, rendez-vous sur leur page Facebook et sur leur site internet:




Facebook Cellcom Guinée: https://www.facebook.com/Cellcomgsm?fref=ts

Site internet: http://www.gn.cellcomgsm.com


CELLCOM, le N°1 c’est Vous!


AGP/24/02/016 Cellcom/AGP

 
Carnet du reporter: Rabat, une ville séduisante et agréable !

Par Mamadouba Mamadama Camara


Rabat, 22 fév (AGP)- Rabat, au Royaume chérifien du Maroc, présente aux yeux des voyageurs, l’image d’une séduisante et agréable ville, à cause de la bonne organisation de la circulation routière, la civilité des conducteurs et la discipline observée par les usagers.





S’agissant de la propreté, elle a un niveau au-dessus de tout commentaire. Comme pour dire tout simplement, que le Royaume chérifien est au cœur du développement.





L’étranger qui y arrive pour la première fois, est attiré par la qualité du travail accompli par les autorités du pays, et les balayeurs qui font l’honneur du Maroc, en veillant même aux feuilles mortes des arbres.





Et mieux, pour éviter l’insalubrité, des poubelles sont installées partout, carrefours, devantures des bureaux et complexes hôteliers de la place, entre autres.





De Casablanca à Rabat, toutes les conditions sont réunies pour épargner la population des maladies. Rien n’y est négligé. De la propreté à la circulation routière, en passant par la sécurité. Chose qui rassure le voyageur et qui fait de cette cité, une ville agréable et séduisante où il fait bon vivre.


AGP/22/02/016 MMC/KS/ST

 
Assemblée générale ONU/ Le président Alpha Condé plaide en faveur du renforcement des infrastructures et des systèmes de Santé des trois Etats affectés par le virus Ebola


Conakry, 26 sept (AGP/AlloConakry)- Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé était, vendredi, 26 septembre, à New York, à la Tribune de la 69ème Session ordinaire de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), pour son discours sur la crise sanitaire que travers trois pays de l’Afrique de l’Ouest, dont son pays, la Guinée.

Dans son adresse, le chef de l’Etat guinéen a essentiellement plaidé en faveur du renforcement des infrastructures et des systèmes de Santé des trois Etats affectés par le virus Ebola (Sierra Leone, Libéria et Guinée), ainsi que l’assistance financière, matérielle et logistique, pour faire face à cette épidémie qui frustre les efforts de développement de son pays.

Voici l’intégralité de ce discours transmis à la Rédaction de l’AGP par AlloConakry :

Monsieur le Président,
Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement
Mesdames et Messieurs,

Il y a 14 ans, dans cette même salle, la communauté internationale, dans un élan prometteur, s’engageait à atteindre des objectifs concourant à l’horizon 2015, à l’éradication de la pauvreté et à l’avènement d’un monde de prospérité partagée dans un environnement de sécurité.

A une année de cette échéance, force est de reconnaître que l’humanité n’a pas su créer toutes les conditions indispensables au développement ambitionné.

Les fondements mêmes de notre Organisation risquent d’être ébranlés si des mesures ne sont pas prises pour faire face à l’immensité des défis à relever.

La pauvreté côtoie toujours les grandes pandémies, hypothéquant les lueurs d’espoir de la vie décente à laquelle ont droit nos populations.

L’agressivité de l’homme sur l’environnement, l’éloigne davantage de l’équilibre indispensable à son épanouissement et au développement durable.

Les droits fondamentaux sont encore piétinés ouvrant ainsi les vannes de l’intolérance, de la frustration et des crises sociales.

La paix et la sécurité, chancelantes dans maints pays, menacent plus que jamais, la stabilité de notre planète.

Il est indéniable que seule une approche globale et concertée nous conduira vers la société exempte des tares inhibitrices du véritable progrès.

Monsieur le Président,

En vous félicitant pour votre brillante élection, nous ne doutons guère que vous vous inscrirez dans la dynamique du nouveau partenariat mondial, tant souhaité et si nécessaire.

D’ores et déjà, nous vous assurons de notre soutien qui n’a d’ailleurs point fait défaut à votre prédécesseur, l’Ambassadeur John ASHE à qui nous rendons un vibrant hommage pour son leadership dans la recherche de solutions à nos questions de préoccupation.

Monsieur le Président,

Le devoir m’incombe d’évoquer avec vous, la grave crise sanitaire et humanitaire à laquelle la Guinée et d’autres États de la sous-région Ouest africaine font face.

Comme le savez, la fièvre hémorragique à virus Ebola continue de défier l’intelligence humaine et de menacer la sécurité internationale.

Depuis son apparition au mois de mars 2014, elle a fait et continue de faire plusieurs victimes. Le personnel de santé n’aura pas été épargné.

Face à la propagation fulgurante de l’épidémie , un Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union du Fleuve Mano s’est tenu à Conakry, le 1er août 2014.

Ce Sommet a adopté une stratégie commune de lutte contre la maladie et lancé un appel pressant à la communauté internationale en vue d’une réponse mondiale coordonnée.

Au plan national, mon Gouvernement a décrété ‘’la Déclaration d’urgence sanitaire’’ le 13 août. Le cordon sanitaire a été renforcé par l’institution obligatoire d’un contrôle médical à tous les postes frontaliers et tous les points de passage du pays, y compris les aéroports.

L’impact négatif de la fièvre hémorragique à virus Ebola sur l’économie nationale, s’est manifesté par le ralentissement des échanges commerciaux, la baisse de la productivité ainsi que le recul des activités dans les secteurs des transports, des investissements et du tourisme.

Au stade actuel, la Guinée a subi une perte de près de 2.5% sur les prévisions de croissance du PIB. Cette perte pourrait s’alourdir si des mesures idoines ne sont pas prises à temps pour endiguer l’épidémie.

D’autres conséquences néfastes pèsent également sur les pays affectés, notamment la fermeture des frontières et la libre circulation des populations, la suspension des vols et la stigmatisation des ressortissants des Etats touchés par la maladie.

L’épidémie Ebola nous rappelle l’impérieuse nécessité d’une approche globale pour contenir et vaincre cette terrible maladie.

Je voudrais ici, en ma qualité de Président en exercice de l’Union du Fleuve Mano, saluer la nomination d’un Coordinateur du Système des Nations Unies et rendre un vibrant hommage à l’action de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), du CDC/ Atlanta, de Médecins sans Frontières (MSF) sans oublier les autres partenaires bilatéraux qui ne ménagent aucun effort pour appuyer les mesures coordonnées des pays atteints afin d’éradiquer le virus Ebola.

C’est pourquoi mon gouvernement a accueilli avec une réelle satisfaction la Résolution 2177, coparrainée par 134 Etats membres et adoptée à l’unanimité des membres du Conseil de Sécurité ainsi que celle relative au déploiement de la Mission des Nations Unies pour l’Action d’Urgence contre Ebola.

Je voudrais rendre hommage à l’élan de solidarité qui ne cesse de se manifester à l’égard des pays affectés par l’épidémie et exprimer notre gratitude à tous les Etats et Organisations qui nous ont apporté leur aide.

Des besoins pressants s’imposent à nos pays pour davantage impulser notre action afin de lutter efficacement contre Ebola.

Ces besoins s’inscrivent dans des domaines divers comme le renforcement des infrastructures et des systèmes de santé, l’accroissement du personnel sanitaire, une assistance financière, matérielle et logistique dont le déficit inhibe nos efforts.

Nous devons, dans un élan solidaire, œuvrer ensemble pour vaincre et isoler Ebola mais non les pays affectés.

Monsieur le Président,

Le développement durable reste la clé de voûte de l’épanouissement harmonieux de l’humanité.

La communauté internationale a l’obligation de mettre fin à la pauvreté qui tenaille encore près de deux milliards d’êtres humains dont la plupart vivent en Afrique.

Au- delà de l’aspect économique et social, c’est une question de dignité humaine. C’est une question de justice et d’équité. Nous n’avons donc pas le droit de reculer encore moins de baisser les bras.

Certes, des progrès inégaux ont été accomplis dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Les frontières de l’analphabétisme ont reculé bien que des efforts restent à faire pour atteindre la qualité et la parité requises, dans la conquête du savoir.

Le rôle indispensable des femmes dans la transformation de la société s’est davantage accru. Et pourtant la santé familiale, l’accès à l’eau, aux soins de base et à la protection sociale, méritent encore plus d’investissement et d’engagement politique.

Pire, le fossé numérique tarde à se combler faute de politique adéquate d’appropriation et de transfert de la science et des Nouvelles Technologies.

Toutefois, des résultats encourageants ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme et le VIH-SIDA, en dépit de la hantise de la maladie qui habite des millions de personnes qui n’ont pas encore accès aux antirétroviraux.

Monsieur le Président,

Les multiples défis qui assaillent notre monde, dictent une réponse urgente, globale et concertée.

Dans cette quête collective pour le bien-être, l’Afrique en particulier renoue avec la croissance mais peine à la traduire en véritable moteur de développement.

Pourtant, éradiquer la pauvreté n’est point une sinécure. L’Afrique nouvelle que nous ambitionnons, doit promouvoir les transformations structurelles devant lui permettre de se doter d’économies robustes et diversifiées afin d’assurer les réinvestissements dans les industries du futur à valeur ajoutée, respectueuses de l’environnement.

Dans ce cadre, le Sommet sur le Climat organisé en marge de la présente session autorise l’espoir de l’adoption d’un Accord contraignant lors de la Conférence internationale prévue à Paris, en 2015.

Il va sans dire que ces mesures se bâtiront sur le socle d’un secteur privé dynamique, sous-tendu par des institutions fortes, garantes de la bonne gouvernance, elle-même creuset du développement inclusif.

C’est en cela que, malgré un contexte impitoyable de crise systémique et de raréfaction de ressources extérieures, dû au non-respect des engagements tenus, l’Afrique pourra effectivement s’insérer dans le système international, se faire confiance et accroître le commerce intra-africain pour influer sur le flux des échanges mondiaux.

C’est en cela aussi que notre continent saura, en comptant d’abord sur ses propres forces, réduire sa vulnérabilité et construire la résilience par des stratégies cohérentes et la recherche de financements innovants, capables d’accélérer son plein épanouissement.

Monsieur le Président,

Consciente de tous ces défis, la Guinée s’est irréversiblement inscrite dans la dynamique de promotion de la démocratie et de l’Etat de droit, socle du développement durable.

Ce faisant, depuis notre accession à la Magistrature Suprême du pays en 2010, nous avons entrepris des actions qui touchent tous les domaines de la vie de la Nation.

Dans ce cadre, la réforme du secteur de la défense et de la sécurité garantit le rôle républicain de nos forces armées, accroissant leur participation au processus de maintien de la paix dans le monde. L’indépendance du système judiciaire est désormais consacrée. Le cadre macro-économique assaini et compétitif, renforce la crédibilité de la Guinée sur la scène internationale.

Admise à l’initiative de transparence des industries extractives (ITIE), la Guinée dispose aujourd’hui, d’un des codes miniers les plus attrayants. Mieux, la révision de tous les contrats permet de rendre l’environnement plus sécuritaire pour les investisseurs et nous assure d’un développement profitable aux populations guinéennes tout en préservant notre écosystème.

Bien entendu, le développement du secteur minier s’appuiera sur la promotion de l’Agriculture afin d’assurer notre sécurité alimentaire en 2017 et léguer aux générations futures, les ressources nécessaires pour façonner le monde de leur espérance.

La croissance que nous voulons ascendante, sera d’autant plus porteuse qu’elle favorisera la création d’emplois décents pour les jeunes et l’autonomisation des femmes, deux franges qui constituent la richesse et la source intarissables de tout progrès.

Monsieur le Président,

Notre soif inextinguible d’assurer le bien-être de nos populations, ne saurait être assouvie que dans un environnement de stabilité, exempt de crises et de conflits.

Le multilatéralisme, seule alternative à la matérialisation de nos objectifs, est d’autant impérieux , que nos Etats, grands ou petits, forts ou faibles, sont déterminés à apporter leur contribution à l’édification de la société mondiale plus juste et plus équitable, au sein d’une ONU reformée et apte à répondre aux besoins de l’humanité.

Dans cette optique, l’Afrique, continent le plus secoué, devra assumer ses responsabilités en mutualisant ses efforts dans le cadre d’une intégration régionale plus forte, maillon essentiel d’un partenariat mondial de paix plus dynamique et plus pragmatique.

C’est pourquoi, nous devons nous impliquer davantage dans la lutte contre le terrorisme, l’extrémisme et l’intolérance, le trafic illicite des armes légères et de petit calibre qui nourrit la criminalité transfrontalière et l’insécurité maritime, autant de fléaux qui plombent le développement.

Il est venu le temps d’être, enfin, les véritables bâtisseurs de notre destin. L’Etat de droit, le respect de tous les droits humains et la bonne gouvernance, demeurent des réalités intangibles qu’il nous appartient de promouvoir.

Aussi, l’opérationnalisation de l’Architecture de Paix et de Sécurité ainsi que la capacité africaine de réponse rapide aux crises, consolideront-elles notre crédibilité dans la stabilisation du continent.

Je voudrais mettre un accent particulier sur le calvaire inadmissible que vivent nos frères Palestiniens.

La Guinée qui a toujours exprimé, sans ambiguïté, sa solidarité inconditionnelle à la juste cause palestinienne, condamne avec fermeté, les actes abominables commis par Israël dans la Bande de Gaza qui ploie sous le joug d’un embargo cruel et avilissant.

Mon pays demeure convaincu que toute solution viable et durable au Moyen-Orient, passe nécessairement par la création de deux Etats vivant côte à côte, dans des frontières sûres et internationalement reconnues, sur la base de celles d’avant 1967.

Monsieur le Président,

Nous aurons bientôt l’occasion de faire le bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

A la veille de ce rendez-vous et alors que nous avons décidé, au cours de notre 68ème session de planter le décor pour les Objectifs du Développement Durable, il demeure évident que la matérialisation de cette légitime ambition reste tributaire à la fois de moyens appropriés pour sa mise en œuvre et de la prise en compte des priorités des pays pauvres, notamment ceux africains.

C’est pourquoi, la Guinée, membre du Comité du Haut Panel appelle de tous ses vœux à une plus grande attention à la Position commune africaine pour l’agenda post-2015.

Cela est d’autant plus vrai que si l’Afrique va bien, le monde se sentira mieux. Car cette Afrique nouvelle, plus ambitieuse et plus prometteuse, consciente de son riche potentiel économique et humain, est désormais prête à assumer ses responsabilités.

Monsieur le Président,

Notre Organisation, l’ONU, en dépit de ses impératifs de démocratisation, demeure la seule alternative à l’éclosion et à l’affirmation du partenariat mondial inclusif, afin de donner à l’humanité tous les outils indispensables à l’émergence de la société universelle, capable de matérialiser le rêve de prospérité nourri par nos populations.

La Guinée, de par sa vocation de chantre de la liberté, de la dignité et de la solidarité, s’investira aux côtés des autres peuples pour le triomphe des nobles idéaux de paix et de sécurité, fondements d’une coopération internationale viable et durable, gage de tout développement humain.

Le Secrétaire Général BAN Ki-moon qui a placé toute son action et toute son énergie dans le creuset d’une réponse adéquate de l’ONU à tous les défis qui nous assaillent, mérite notre gratitude et notre respect.

Nul doute que ses efforts baliseront l’avenue de l’indispensable refondation du système international, pour que l’ONU soit en harmonie avec ses objectifs premiers de promotion de la paix et de la sécurité, du respect des libertés et des droits fondamentaux, dans un monde de démocratie, d’équité et de progrès pour tous.

Je vous remercie

Le Professeur Alpha Condé à la tribune de la 69ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations-unies, le 26 septembre 2014
AGP/26/09/014 AlloConakry/AGP

 
Le Curriculum Vitae du président de la CENI, M. Siaka Toumany Sangaré


Conakry, 25 oct (AGP)- Nommé président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la République Guinée le 19 octobre dernier, par le président de la Transition, Général d’Armée Sékouba Konaté, Général Siaka Toumany Sangaré de nationalité malienne est née en 1954 à Yanfolila en République du Mali, marié et père d’1 enfant.

Nom : SANGARE

Prénom: Siaka Toumany

Date et lieu de Naissance: 1954 à Yanfolila.

Nationalité: malienne.

Situation de famille: marié, père d’un enfant.

Statut: militaire en activité dans l’Armée de l’air au grade de Général de Brigade.

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

Activités Electorales

Depuis le 19 octobre 2010, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la République de Guinée.

2003-2010, plusieurs conférences et missions relatives aux processus électoraux
(supervision/évaluation/observation) dont :

Avril 2010, mission d’assistance auprès de la Commission Electorale Indépendante de la République Centrafricaine (RCA).

Janvier-Février 2010, chef de la Mission d’Observation Sécuritaire de la CEDEAO au Togo.

Décembre 2009 : séminaire d’imprégnation des commissaires de la Commission Electorale Indépendante de la République Centrafricaine (RCA).

Novembre-Décembre 2009, mission d’évaluation du processus électoral à Madagascar.

Septembre 2009, animateur du séminaire de formation des commissaires de la Commission Electorale Nationale Indépendante du Tchad.

Juillet 2009, chef de la mission d’audit du Fichier électoral en Mauritanie.

Février 2009, mission d’évaluation du processus électoral en Algérie au compte de l’Union Africaine.

Janvier 2009, assistant technique de la CENI de la Guinée Conakry pour le compte de l’OIF.

Novembre 2008, mission d’observation des élections régionales du Venezuela.

Novembre 2008, mission d’observation des élections législatives de la Guinée Biseau pour le compte de l’OIF.

Octobre 2008, mission d’évaluation des processus électoraux de la Guinée Bissau et de la Guinée Conakry.

Mars-Avril 2008, assistant technique de la Commission Electorale Nationale Autonome du Benin à l’occasion des élections locales.

Septembre-Octobre 2007, chef de la mission d’observation sécuritaire des élections législatives du Togo pour le compte de la CEDEAO.

Août 2007, mission exploratoire du processus électoral du Togo pour le compte de la CEDEAO.

Mars- Avril 2007, mission d’observation de l’OIF des 1er et 2ème tours de l’élection présidentielle de la Mauritanie.

Février 2007 : mission d’observation de l’OIF de l’élection présidentielle du Sénégal.

Novembre et Décembre 2006 : Mission d’observation de l’OIF des 1er et 2ème tours des élections législatives et municipales de la Mauritanie.

Octobre 2006 : Mission exploratoire de l’OIF en Mauritanie.

Juillet et Octobre 2006, mission d’observation de l’OIF des 1er et 2ème tours des élections présidentielles et législatives de la RDC.

Mai 2006 mission d’observation du scrutin présidentiel au Tchad.

Avril 2006, mission d’évaluation de l’environnement politique et du processus électoral du Tchad.

Mars 2006, mission d’observation des 1er et 2ème tours de l’élection présidentielle au Bénin.

Septembre-Octobre 2005, conférence sur les pratiques constitutionnelles et politiques dans l’espace francophone à Cotonou : Communication sur les systèmes électoraux en Afrique, difficultés récurrentes et solution comparées.

Juillet 2005, mission d’évaluation du processus électoral de la Côte d’Ivoire au compte de l’OIF.

Février 2005 à juin 2006, expert électoral Consultant de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) auprès du Conseil Électoral Provisoire (CEP) d’Haïti.

Octobre 2004, mission d’évaluation du processus électoral de la Côte d’Ivoire.

Août-Septembre 2004, mission d’appui au CEP d’Haïti au compte de l’OIF.

Juillet 2004, mission d’évaluation des préparatifs de l’élection présidentielle au Cameroun (OIF).

Juin-Juillet 2004, mission d’évaluation du processus électoral d’Haïti (OIF).

Juin 2004, conférence internationale sur les élections au Rwanda (OIF).

Avril 2004, conférence sur la gestion de la Transition en République Démocratique du Congo (RDC) en qualité d’expert de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Juin 2003, observation de l’élection présidentielle au Togo au compte de l’Union Africaine.

Février 2003, conférence de l’Union Africaine sur la bonne gouvernance et les élections en Afrique à Pretoria (Afrique du Sud).

1997-1998, membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et président de la Sous Commission Sécurité au sein de ladite Commission.

1986-1992, administrateur de la Régie du Chemin de Fer du Mali.

1981-1983, chargé de cours de Droit International Aérien et Extra-atmosphérique au Centre de formation des magistrats de Bamako.

Activités Principales (MALI)

Depuis mars 2006, délégué général aux élections du Mali.

2002-2005, délégué général aux élections par intérim.

2001-2006, chef du Bureau Fichier Electoral de la Délégation Générale aux Elections.

2000-2006, inspecteur des Armées et Services.

1995-2000, secrétaire général du Conseil Supérieur de la Fonction Militaire, Conseiller Technique du ministre de la Défense.

1993-1995, sous-chef Administration et Finances de l’Etat Major Général des Armées.

1992-1993, inspecteur des Armées.

1991-1992, directeur Central de l’Intendance Militaire.

1986-1991, directeur central Adjoint de l’Intendance Militaire.

1985-1986, intendant Corps de Troupe à la Direction Centrale de l’Intendance Militaire.

1981-1985, directeur Central du Personnel, de l’Administration et des Finances de l’Armée de l’Air.

Formation

1980- 1990, stages et Séminaires en Informatique.

Plusieurs Certificats et Attestations obtenus.

1978-1980, Etudes Post universitaires à l’Ecole du Commissariat de l’Air de Salon de Province (France) et Formation d’officier.

Diplôme Obtenu, Diplôme de Commissaire de l’Air.

1974-1978, Etudes Universitaires à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) Option Sciences Economiques (Bamako).

Diplôme Obtenu : Maîtrise en Economie.

1971-1974, Etudes Secondaires au Lycée de Banankoro (Ségou) et au Lycée Askia Mohamed (Bamako).

Diplôme Obtenu, Baccalauréat 1ère et 2ème Partie.

1967-1971, Etudes Fondamentales du second Cycle à Yanfolila (Mali).

Diplôme Obtenu : Diplôme d’Etudes Fondamentales (DEF).

1962-1967, Etudes Primaires à Filamana (Mali).

Décorations

- 2008 : Chevalier de l’Ordre National du Bénin.

- 2006 : Commandeur de l’Ordre National du Mali.

- 2006 : Honneur et Mérite d’Haïti.

- 2004 : Chevalier de la Légion d’Honneur de France.

- 2000 : Officier de l’Ordre National du Mali.

- 1995 : Chevalier de l’Ordre National du Mali.

- 1991 : Médaille du Mérite Militaire.

- 1986 et 1992 : Médailles Commémoratives de Campagne.
AGP/25/10/010 AGP

 
26 mars 1984 - 26 mars 2016 : il y a 32 ans que le premier président de la Guinée indépendante, Ahmed Sékou Touré, est décédé à l’âge de 62 ans -

Une Synthèse de Sékou Traoré


Conakry, 25 mars (AGP)- Le premier président de la République de Guinée, Ahmed Sékou Touré, né le 09 janvier 1922, à Faranah en Haute Guinée, est mort le 26 mars 1984, à l’âge de 62 ans, dans une clinique de Cleveland aux Etats Unis d’Amérique, des suites de maladie. Il est resté à la tête de son pays du 02 octobre 1958, date de l'Indépendance obtenue de la France, jusqu’en 1984.





«Avant l'indépendance, Sékou Touré travaillait pour les services postaux (PTT) sans pouvoir accéder aux postes de responsabilités auxquels il aspirait, parce que bloqué dans son ascension professionnelle. Il reste simple responsable des postes, et s'investit dans le syndicalisme en devenant un des meneurs de la jeune génération guinéenne.





En 1945, il devient le secrétaire général du syndicat des postiers. Il participe à la fondation du Parti Démocratique de Guinée, antenne locale du Rassemblement Démocratique Africain (RDA), parti agissant pour la décolonisation de l'Afrique.





En 1956, il organise l’Union Générale des Travailleurs d’Afrique Noire (UGTAN), une Centrale syndicale commune pour l'Afrique-Occidentale française.





Il est un des dirigeants du RDA, travaillant étroitement avec son futur rival, Félix Houphouët-Boigny, qui devint en 1960 le président de la Côte d'Ivoire. En 1956, il est élu député de la Guinée à l'Assemblée Nationale française et maire de Conakry sous la bannière du RDA, positions qu'il utilise pour lancer des critiques pointues du régime colonial.





La métropole française est en pleine discussion sur la décolonisation qui s'annonce. C’est dans ce cadre que le président de la République Française, Général De Gaulle a entrepris un périple qui le conduira à Conakry pour défendre son Accord de communauté entre la France et ses colonies. Une visite qui n’a pas tourné en faveur du colonisateur, provoquant du coup un incident.


Pour Général De Gaulle et la France, cet incident organisé à l'instigation de Sékou Touré, lui vaudra une solide rancune de De Gaulle», rappelle-t-on.





Le 28 septembre 1958, les guinéens disent «Non» au Référendum gaulliste et choisissent l'Indépendance Totale, qu'ils obtiennent le 02 octobre 1958 avec Sékou Touré à la tête de la jeune nation.





La Guinée est la seule des colonies africaines de la France à voter pour l'indépendance immédiate plutôt que de continuer une association avec la France, tandis que le reste de l'Afrique francophone choisit l'indépendance deux ans plus tard, en 1960.





«Le refus de la Guinée de s'inscrire dans la coopération française suscite un certain nombre de difficultés pour le jeune Etat guinéen (rapatriement sans rappel des archives souveraines françaises et, surtout, rupture de très nombreux liens économiques).





De 1965 à 1975, il rompt toutes ses relations avec la France, ancienne puissance coloniale. Les frictions entre la France et la Guinée sont fréquentes. Des tentatives de renversement du président guinéen, dont il accuse les autorités françaises, d’être en complicité avec des pays africains.





L'indépendance de la Guinée démarre ainsi sur un conflit de séparation avec la France. En 1958, Sékou Touré refuse de poursuivre un pacte post-colonialiste avec la France, un non-alignement qui froissera le général de Gaulle jusqu'à la fin de son mandat.





Le 25 août 1958, après des visites triomphales à Madagascar, au Congo et en Côte d'Ivoire, le général de Gaulle est froidement reçu par Sékou Touré qui déclare dans son discours ‘’Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage’’. De Gaulle répond, ‘’l’indépendance est à la disposition de la Guinée..., la métropole en tirera, bien sûr, des conséquences’’.





L'indépendance de la Guinée est vécue comme une humiliation par les politiques français qui se vengent en fermant complètement la porte à la Guinée. Les liens diplomatiques sont définitivement rompus en 1965», explique-t-on.





Feu président Ahmed Sékou Touré va ainsi diriger pendant 26 ans à la tête de son pays (1958-1984). Dans les années 1960, il est le premier président africain à se rendre en visite officielle en République Populaire de Chine, qui apporte des aides financières à la Guinée.





Il a par ailleurs soutenu et accompagné les luttes de libération menées par la totalité des pays africains.





L’Homme politique, pressenti pour diriger l’Organisation de l'Unité Africaine (OUA), décède le 26 mars 1984, à l’âge de 62 ans, dans une clinique de Cleveland aux Etats Unis d’Amérique, suite à un malaise survenu le 25 mars.


AGP/25/03/016 ST/AKD/ST

 
AGENCE GUINEENNE DE PRESSE BULLETIN SPECIAL :
INVESTITURE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE




Son Excellence Professeur Alpha CONDE

Lundi 14 Décembre 2015

Une presse dynamique et professionnelle

au service de la Nation !

www.agpguinee.com

www.agpguinee.org

Siège : Anciens locaux ENELGUI

2ème Etage. 2ème boulevard ; 5ème avenue

BP : 1535 Conakry, République de Guinée.

La Patrie, le Professionnalisme et la Solidarité.

1. Edito ……...p2

2. La maison com-mune…..p3

3. Ode à la Républi-que …...p3

4. Le tiroir ...p4

5. Biographie...p5

6. Devoir de Mé-moire…..p6

7. L’histoire conti-nue …...p7-10

8. Rétroviseur….p11-17

9. Economie….P18

10. Nouveau quin-quennat …..p19

11. Santé ……..p20

12. Compli-ments ...p21

SOMMAIRE

EDITO

La Guinée change AL-Barka Alpha !

Merci mon Président !

Merci pour ton combat et ta conviction

Merci pour le courage et la persévérance

Surtout merci pour la patience

Ta patience !

La patience d’attendre avec la foi, que tu peux être président de la Guinée.

Oui, on peut être patient parfois et ne pas avoir la sagesse d’attendre

Tout comme on peut accepter d’attendre et ne pas être patient

Toi Alpha Condé, tu as su contenir les valeurs de cette mixture avec sagesse, même si l’usure du temps est pénible.

Sur le piédestal, ta conscience te murmure aujourd’hui, le mérite d’un peuple qui a cru.

Combien il est difficile de choisir parmi les meilleurs ?

Par ce biais, ton combat au cours de ton 1er mandat était, en retour, de mériter de la confiance de ce peuple conséquent, dont la voix a été l’expression sublime qui a trans-cendé les frontières.

Depuis le verdict électoral, tu n’es donc plus le même homme.

Alpha Président, le mérite est d’abord à ce peuple.

Le pacte ainsi scellé, ne fait pas cependant de toi le premier des guinéens, mais celui de qui désormais, le peuple de guinée attend, en tout premier lieu, la satisfaction de ses besoins primaires.

Tu es depuis 2010, celui qui a la lourde charge de conduire les guinéens, à faire de la Guinée ce qu’ils veulent qu’elle soit.

Rêvent-ils d’une Guinée de progrès, unie, toujours fière et débarrassée de la pau-vreté ?

Il n’y a pas de peuple qui ne caresse le rêve du bonheur et du bien être.

Mais souvent le fossé entre le rêve et la réalité est un énorme goulot d’étrangle-ment.

Un mur de glace qui, une fois brisé, honore le pacte avec ce peuple qui a mis entre tes mains, le mythique marteau du pouvoir et du pouvoir- faire.

Le mandat de 5 ans, a-t-il été un essai dans cette épreuve ou une chance de convaincre de ce qui avait promis à tes concitoyens?

En effet, la promesse n’est qu’une simple facture de persuasion brandie au peu-ple sous la forme de projet de société. Sa matérialisation est comme une contrainte.

Ta facture de promesses muée en exploits, visibles et palpables, t’aura permis de franchir le rubicond et de conforter la confiance devant ce peuple qui te renou-velle un second mandat.

En dépit de ta volonté, les guinéens sont conscients que les oeuvres humaines sont incomplètes parce qu’imparfaites, mais elles sont porteuses de symboles et permettent de distinguer leurs auteurs parmi les autres.

De cette voie, l’artisan rentre dans l’histoire par la grande porte et laisse à la pos-térité sa touche et sa marque, celle que toi-même appelle en terme simpliste ‘’Changement’’. La Guinée change, Merci mon Président. Allah Barka Alpha.

Par : Alpha Kabinet Doumbouya

PAGE 3

INVESTITURE PRG 2015

La République de Guinée est un pays de l’Afrique occidentale :

- Indépendance : 02 Octobre 1958.

- Devise : Travail- Justice-Solidarité.

- Le tricolore national est le Rouge, le Jaune et le Vert (verticalement disposés de la gauche vers la droite).

- La monnaie : Franc guinéen (GNF).

- Population : 11 176 026 habitants.

- Superficie : 245 857 Km²

Voici La chanson épique que les fils de ce pays ont en partage, symbole de fidélité à la mémoire des illustres bâtisseurs de la grande nation :

L’Hymne Nationale de la République de Guinée :

Peuple d'Afrique ! Le Passé historique !

Que chante l'hymne de la Guinée fière et jeune

Illustre épopée de nos frères

Morts au champ d'honneur en libérant l'Afrique !

Le peuple de Guinée prêchant l'unité

Appelle l'Afrique.

Liberté ! C'est la voix d'un peuple

Qui appelle tous ses frères à se retrouver.

Liberté ! C'est la voix d'un peuple

Qui appelle tous ses frères de la grande Afrique.

Bâtissons l'unité africaine

Dans l'indépendance recouvrée.

<< Il n’y a pas de peuple qui ne caresse le rêve du bonheur et du bien être... >>

Ancienne colonie française, la Répu-blique de Guinée doit son indépendan-ce tout d’abord au courage d’un hom-me, le syndicaliste Sékou Touré (1922-1984) et surtout à la volonté d’un peu-ple engagé autour des idéaux de liber-té et d’égalité entre les peuples de par le monde. Ainsi à la faveur d’un réfé-rendum proposé par la Métropole, sous la houlette du Général Charles de Gaulle, pour le OUI ou le NON à la Communauté française, les guinéens ont choisi le 28 Septembre 1958, leur indépendance totale après 60 dures années de colonisation.

Pour mémoire, voici un des extraits du Discours historique du Père de l’indé-pendances, prononcé devant le Prési-dent français le 25 Aout 1958 à l’As-semblée territoriale, actuel siège de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication ( La HAAC) :

« Dans la vie des nations et des peu-ples, il y a des instants qui semblent dé-terminer une part décisive de leur des-tin. Ou qui, en tout cas, s’inscrivent en lettre capitale, autour desquelles les lé-gendes s’édifient, marquant de manière particulière au graphique de l’évolution humaine des points culminants. Des sommets qui expriment autant de vic-toires de l’homme sur lui-même, autant de conquête de la société sur le milieu naturel qui l’entoure…. » A.S.Touré.

LA MAISON COMMUNE !

Ode à la République !

Ahmed Sékou Touré, 1er Président de la Guinée, Père de l’indépendance nationale

PAGE 4

Dans les Archives de l’AGP (Conakry 23 Janvier 2004), la Rédaction réchauffe quelques brèves présentations de la vie po-litique du pays.

Regard sur le parcours politique de la Guinée.

Par : Kandè Oumar Touré

La Guinée a connu ses premières expérien-ces dans le pluralisme politique avant l’in-dépendance nationale du pays, le 28 Sep-tembre 1958.

Il y avait alors, entre autres, le PDG-RDA (Parti Démocratique de Guinée- Rassem-blement Démocratique Africaine) né le 14 mai 1947 avec le syndicaliste Sékou Tou-ré ; le BAG (Bloc Africain de Guinée) de Koumandian Keïta (membre du syndicat national des enseignants) et de Barry Dia-wandou, le PRA (Parti du Renouveau Afri-cain) de Barry Ibrahima dit Barry III.

Tous ces partis politiques, est-il besoin de le souligner, sont nés sous le régime colo-nial français.

Par ailleurs, l’ambigüité des objectifs des uns par rapport aux autres face au régime colonial les a amenés à entretenir entre eux des luttes politiques violentes et parfois mê-me sanglantes.

L’administration coloniale, très astucieuse et fidèle à sa vieille politique de diviser pour régner, en profitera pendant long-temps.

Mais en définitive, les leaders de ces partis ont fini par s’entendre sur l’essentiel.

Ils ont rejeté la communauté française que leur a proposée en 1958 le référendum du Général Charles De Gaulle au profit de l’in-dépendance nationale, sans condition.

L’indépendance obtenue, le PDG-RDA ré-ussira à monopoliser le paysage politique en restant seul maître à bord.

Et ce fut l’avènement de la Révolution 26 mars durant. Jusqu’à la mort du président Ahmed Sékou Touré, le 26 mars 1984 à Cleveland aux Etats-Unis d’Amérique.

L’armée s’est alors emparée du pouvoir d’Etat évitant ainsi à la nation un bain de sang suite l’incapacité des autorités du parti unique d’organiser en douceur la relève au niveau de l’exécutif national.

De (1984 - 1992), la Guinée a vécu sous le régime d’exception avec sa tête Lansana Conté alors Colonel de son état. En 1990, naîtra une nouvelle constitution dans le pays.

NB : En 1993, la Guinée organise sa première élection présidentielle et la deuxième en 1998, toutes remportées par le candidat Lansana Conté (PUP). En 2008, le Président Conté dé-cède et le pays est dirigé par une junte militai-re, conduite par un Jeune capitaine, Moussa Dadis Camara.

En 2010, celui-ci est victime d’une tentative d’assassinat et sera évacué sur le Maroc pour les soins. Les affaires de l’Etat sont confiées au Numéro 2 du régime, Général Sékouba Konaté. C’est sous son règne qu’interviendra la fin de la période transitoire qui a débouché sur l’organisation de l’élection présidentielle de 2010, dont le scrutin donnera le Pr. Alpha Condé vainqueur pour un mandat de 5 ans qui s’est achevé en 2015.

LE TIROIR

PAGE 5

Biographie de M. Alpha Condé, leader du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG)

Alpha Condé est né le 04 mars 1940 à Boké, des feu Mamadou Condé, ancien interprète auprès du gouverneur et Saran Camara. Ad-mis au séminaire de Dixinn après son cycle à l’école primaire du centre, le jeune Alpha Condé poursuivra jusqu’en 4ème à l’école des «pères» et en 1956 déjà le voilà en route pour la France.

Les premiers pas, il les fait avec Bernard Kouchner et en 1958, il est déjà militant de la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire (FEANF).

Arrivent ensuite les études supérieures ; Alpha Condé choisit les sciences politiques. «Je vou-drais faire sciences politiques pour aller à l’E-cole Nationale d’Administration (ENA) de France».

Responsable aux relations extérieures de la FEANF en 1964, Alpha Condé connaitra une vie syndicale très animée. C’est en 1966 qu’il en devient le président et pendant plus de dix ans (1967-1978), il assure la coordination des groupes politiques au sein de cette fédération.

Pourtant, Alpha Condé était accusé dans les an-nées 60 d’être gauchiste parce que la FEANF était soutenue par les pays de l’Est. Mais il ré-torque pour dire : «la FEANF est un mouve-ment nationaliste qui, à part K. N’Krumah et un moment, J. Nyerere, Massamba Deba… com-battaient tous les régimes africains, en prônant l’indépendance nationale, l’Unité africaine et la démocratie, garante du développement écono-mique équilibré».

En France, Alpha Condé participe à la création et au lancement de l’organisation de la défense des droits de l’homme. La brochure rédigée à cet effet a été présentée au Président Sékou Touré par Jean Pierre Cotte.

Il faut dire que le Mouvement national démo-cratique a fait évoluer Alpha Condé dans la

En Janvier 1985, après la diffusion du discours du Chef de l’Etat le 31 décem-bre 1984, qui recon-naissait la liberté de Presse, le mouve-ment qu’Alpha Condé dirige crée le « Patriote».

Les évènements du 04 juillet ont été à la base de la publication d’une troisième brochure par le candidat du RPG. ‘‘Pour que l’espoir se meurt’’ en était le titre.

Cette brochure faisait donc appel à la reconnaissance et à la correction des er-reurs ‘’parce qu’il y avait une mise en cause du tissu social’’, dit-il.

L’offensive pour la conquête du pouvoir se met en branle avec la publication de la quatrième brochure : «Où allons-nous». Elle consacre la lutte pour le changement en Guinée. Pour ce faire, l’argumentaire répose sur la politique du gouvernement qualifiée d’antinationaliste.

Le 17 mai 1990, pour contribuer à la mi-se en ouvre du processus démocratique, Alpha Condé prend la tête d’un réseau clandestin. «J’avais dit que je viens en Guinée pour accélérer le processus dé-mocratique. Malgré toute la mise en scè-ne de certains suppôts du pouvoir, je suis rentré en Guinée, nous avons bousculé les textes d’application (lois organiques) qui sont entrées en vigueur en 1991 au lieu de 1996 comme initialement prévu».

Le Rassemblement du Peuple de Gui-née, dans sa quête du changement envi-sage de soulager le paysan et de sécuri-ser le travailleur.

(Article d’archive AGP)

PAGE 6

Dans les dédales de l’histoire de la Guinée, on ne finira jamais assez de louer le sacrifice que les dignes fils du pays ont consenti, parfois au prix de leur sang, pour bâtir cette Nation prospère et fière de son passé.

Au lendemain de la mutation politique intervenue en 1984, suite à la disparition inattendue du Père de l’indé-pendance, Ahmed Sékou Touré, le flambeau a été repris par une nouvelle équipe dirigeante, avec à sa tête un offi-cier supérieur de l’Armée nationale du nom de Colonel Lansana CONTE.

Se montrant comme un Coryphée de la paix, l’homme a tout d’abord essayé de mettre ses concitoyens en confian-ce à travers un discours qui a encore valeur de cité pour un peuple qui se veut résolu à aller de l’avant pour le progrès social. Voici le décryptage de ce bréviaire :

Discours programme du 22 décembre 1985 : Bâtir un Etat au service du développement

Par Mamadouba CAMARA

Le 22 décembre 1985, le Chef de l’Etat, le Général Lansa-na Conté, alors Colonel de son état, s’adressant à la Nation après une revue du passé de la Guinée, a déclaré citation :

«cette fois-ci, guinéens, vous ne vous sacrifiez pas pour le seul profit d’une poignée d’hommes, vous êtes maintenant responsables de votre avenir, c’est votre propre bonheur que vous allez construire».

Bâtir un Etat au service du développement : d’abord la Guinée, a besoin de fonctionnaires compétents au service exclusif du pays.

Des fonctionnaires efficaces appartenant à une équipe qui travaille de façon décisive pour un avenir radieux.

Pour cela, nous devons réformer l’administration, recenser les fonctionnaires et les travailleurs de l’Etat.

Parallèlement, sont définies les missions de chaque servi-ce, les structures appropriées, et les postes à pourvoir.

Selon le Chef de l’Etat, pour la grande majorité des fonc-tionnaires, la situation actuelle cumule les inconvénients.

Responsabilités, qualités bien rémunérées, demain ils fe-ront l’administration du redressement national.

Remettre l’économie en marche pour démarrer sur des ba-ses saines, il faut d’abord la révision entièrement, ensuite veiller à ce qu’elle ne dérape pas et pour cela, maintenir les équilibres nécessaires et enfin savoir où nous voulons aller, sinon d’autres nous feront aller là où nous ne voulons pas.

« Je propose aux guinéens un projet de développement que nous aurons à préciser et à réaliser tous ensemble.

Ce projet, c’est l’auto-suffisance pour tous les produits essentiels au bien-être : alimentation, logement, habil-lement.

Notre économie doit se roder, elle peut sans risques s’ouvrir brutalement à la concurren-ce étrangère ; elle s’engagera progressive-ment sur la voie du libéralisme.

Pour réussir dans ce redressement économi-que, il faut passer par l’assainissement mo-nétaire qui est un instrument de souveraine-té.

Autres projets à maîtriser, les dépenses pro-ductives : l’Etat doit maintenir les princi-paux équilibres économiques (budget, échanges extérieurs), produire et commer-cialiser guinéen.

L’intérêt de tous est que s’instaure en Gui-née un vrai commerce, travaillant sur de grandes quantités et pouvant donc se contenter de bénéfices raisonnables en ven-dant les marchandises à leur juste prix.

Solidarité et décentralisation : le choix d’u-ne société fondée sur les solidarités naturel-les mises en service du développement ; renforcer ces solidarités là où elles existent encore. C’est l’objet de la décentralisation ; des nouvelles collectivités qui s’administre-ront librement.

Parallèlement, au niveau des villes, des communes sont créées à partir des quartiers, ces nouvelles collectivités s’administrent librement et ont à leur disposition des res-sources suffisantes pour leur assurer une réelle autonomie financière.

Priorité aux micros-réalisations : routes ou puits, écoles ou dispensaires : nos paysans sont les meilleurs juges de leurs besoins. Unité nationale : un pays uni et un pouvoir «efficaces pour mieux atteindre ce double objectif. Faire de la Guinée un état de droit : sans excès ni vengeance, sans verser du sang. Les détentions arbitraires dont le seul objet est de soutirer l’argent à des inno-cents doivent cesser.

Les ministres de la justice et de la Sécurité ont une tâche impérieuse et urgente à rem-plir : faire de la Guinée un Etat de droit, un Etat respectueux des droits de l’homme et


DEVOIRS DE MEMOIRE !

PAGE 7

Guinée-Election présidentielle 2015 :

Ouverture de la campagne électorale

La campagne électorale pour l’élection présidentielle du dimanche, 11 septem-bre 2015 en République Guinée, a été lancée, jeudi, 10 septembre, à minuit, par un Décret du président de la Répu-blique.

Ainsi, les huit (08) partis en lice et leurs alliés sont partis à la conquête de l’élec-torat à Conakry et à l’intérieur du pays.

Ces 08 partis sont le RPG/Arc-en-ciel, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), l’Union des Forces Républicaines (UFR), le Parti de l’Es-poir pour le Développement National (P.E.D.N), Génération pour la Réconci-liation, l’Union et la Prospérité (GRUP), le Bloc Libéral (BL) et le Parti des Eco-logistes de Guinée (PEG), représenté par l’unique dame candidate pour le fauteuil présidentiel.

A propos, voici l’intégralité du discours d’ouverture de campagne prononcé par Pr Alpha Condé :

Guinéennes, Guinéens,

Chers compatriotes,

Je suis avec vous dans un village de notre beau pays. Ici, auprès des véritables cons-tituants du peuple de Guinée, je veux re-nouveler mon engagement d’être toujours à votre service.

Ces cinq dernières années, grâce à la confiance dont vous m’avez investi, grâ-ce à vos sacrifices et à vos efforts de tous

les instants, notre pays a marqué des points remarquables dans sa lutte pour la liberté et la prospérité.

En 2010, vous m’aviez confié la direc-tion d’un pays en crise, d’un Etat en faillite, des comptes publics en déficit, une monnaie faible et une armée désor-ganisée ;

Il y a cinq ans, notre pays était dans le gouffre et se débattait entre le désespoir et la survie. Nos femmes avaient perdu leur enthousiasme légendaire, nos jeu-nes n’avaient plus foi en l’avenir ; le désespoir et le découragement étaient le lot quotidien du peuple de Guinée.

Ensemble, avec vous et pour vous, nous avons parcouru du chemin, nous avons surmonté des obstacles, nous avons relevés des défis. Comme l’attes-te les chiffres et analyses des observa-teurs nationaux et internationaux, notre pays se porte mieux.

Aujourd’hui, la jeunesse a accès à une éducation de meilleure qualité rendu possible par la construction de nouvel-les infrastructures, l’amélioration de la qualité de l’éducation et la mise à dis-position gratuite de manuels scolaires.

Aujourd’hui, nos femmes dont la bra-voure et le courage n’ont jamais été pris à défaut, travaillent plus et travail-lent mieux. Elles travaillent plus et mieux parce que leurs initiatives sont soutenues par la mise en place et l’ac-cès facilité aux microcrédits.

L’HISTOIRE CONTINUE !

PAGE 8

Elles travaillent plus et vivent mieux grâce à la gratuité de l’accouchement. Elles vivent mieux et travaillent plus grâce aux campagnes de vaccination dont bénéfi-cient leurs enfants.

Ensemble, avec vous et pour vous, durant cinq ans, j’ai parcouru les villes et villages de notre beau pays. J’ai tenue à me rendre personnellement dans les sous-préfectures, districts et secteurs en milieu rural.

J’ai touché du doigt les effets du programme d’autosuffisance alimentaire ; la faim liée à la période de soudure a disparue.

L’engrais et l’outillage agricole à la disposition des paysans a permis un accroisse-ment notable de la production qui est passé pour le riz de 1,5 millions de tonnes en 2009 à 2 millions de tonnes en 2014. Le riz du pays, autrefois rare et cher, est deve-nu aujourd’hui abondant et à un prix abordable dans les marchés des villes et des villages de notre pays. Les terres cultivables, hier abandonnées et en jachère, sont redevenues des maraichers fertiles et des plantations fécondes en fruits.

La transformation de la vie rurale se fait aussi avec l’arrivée de l’éclairage public et de l’électricité. Pour cultiver mieux et plus, il faut vivre mieux ; le bien-être paysan est au coeur de notre politique de développement agricole et d’autosuffisance alimen-taire.

Ces cinq dernières années, la réhabilitation de 4 500 kilomètres et la construction de 2 680 kilomètres de pistes rurale favorisent la commercialisation des produits agri-coles, l’augmentation des revenus des familles paysannes, leur accès aux biens et services.

En parcourant notre pays, j’ai vue, ici et là, les effets de l’amélioration de la desserte en électricité. Le barrage de Kaléta et ses 240 MW, les 100 MW des Groupes ther-miques participent à l’amélioration des conditions de vie et à la relance des Petites et Moyennes Industries. La création des entreprises et de l’emploi reste la seule straté-gie durable de lutte contre la pauvreté. De nouvelles unités industrielles, de nou-veaux réceptifs hôteliers, de nouvelles banques privées ont vue le jour. En plus des emplois crées, toutes ces initiatives concourent à l’augmentation de la richesse natio-nale.

En cinq ans, la téléphonie s’est rependue de façon exponentielle sur tout le pays. De 4 millions 200 milles abonnés en 2010, nous sommes arrivés à 9 millions 400 milles abonnés en 2014 ; le nombre d’utilisateurs d’Internet est passé dans la même période de 30 milles à 2 millions.

L’HISTOIRE CONTINUE !

Durant cinq ans, avec vous et pour vous, notre monnaie s’est appréciée, l’inflation a baissée, la dette du pays a été réduite de 2/3 grâce à l’initiative PPTE. Aujourd-’hui, la gestion des finances publiques de notre pays obéit aux critères et principes agrées par les institutions financières in-ternationales. Les investisseurs travaillent dans un environnement juridique plus sûr et trouvent de plus en plus des avantages comparatifs à s’installer et à développer leurs affaires dans notre pays.

La stabilité des prix des produits de pre-mières nécessités comme le riz importé est dû également à cette bonne gestion.

La réforme de l’Etat a commencé par la réforme de l’armée. En effet, la fonction de défense est une mission cardinale de tout Etat qui se respecte. Les efforts de réforme en cours au sein de nos forces de défense et de sécurité produisent déjà des effets visibles tous les jours : les militai-res sont casernés et les relations entre mi-litaires et civils sont de plus en plus em-preint de confiance et de respect.

Notre vaillante armée ainsi réformée, et dirigée dans le souci de la protection de notre territoire et dans l’accomplissement de notre mission de solidarité africaine et internationale, est actuellement engagée aux côtés de nos frères du Mali.

Durant ces cinq ans, au moment même où notre pays s’apprêtait à prendre son en-vol, à sortir des affres de la pauvreté, à atteindre une croissance à deux chiffres, clé de voute de l’émergence, une terrible épreuve s’est imposée à nous : la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Cette pandémie qui a causée beaucoup de morts a fortement contribué à ralen-tir la croissance de notre économie et à bouleverser profondément nos plans de développement.

Dans cette épreuve, ensemble, avec vous et pour vous, nous avons lutté, pied à pied, contre l’isolement, contre la stigmatisation. Nous avons lutté pour sauver la vie de nos filles et fils. De cette épreuve, nous avons tiré quel-ques leçons pour l’avenir.

La première de ces leçons est la fai-blesse de notre système de santé. Cette faiblesse est systémique. Elle est liée aux infrastructures et équipements ; elle est liée à l’approvisionnement en médicaments ; elle est liée également à l’insuffisance de ressources humaines qualifiées. Le défi que cela nous impo-se est de faire de la santé une priorité nationale. Nous devons rebâtir notre système de santé en mettant en place des centres de santé communautaires d’un niveau plus élevé avec un person-nel plus qualifié ; des hôpitaux préfec-toraux et régionaux mieux équipés et des hôpitaux nationaux de référence.

Guinéennes, Guinéens,

Chers compatriotes,

Malgré les difficultés traversées, notre Guinée est un pays en mouvement vers le progrès social. Notre pays est désor-mais au rendez-vous avec son destin. Il doit choisir sa voie en tenant compte de ses forces et aussi en prenant en compte, modestement, ses faiblesses. Notre fierté doit être le résultat de no-tre travail et de notre effort.

PAGE 9

INVESTITURE PRG 2015

L’HISTOIRE CONTINUE !

Plus je parcours notre pays, plus je crois à son avenir, à son émergence.

Plus je visite les villes et villages de notre Guinée, plus je crois que les projets qui ont débuté il y a cinq ans feront de notre pays dans cinq ans un pays émergent qui tiendra sa place en Afrique de l’Ouest, jouera son rôle en Afrique et participera à l’é-mergence d’un monde de paix et de prospérité.

Ensemble, avec et pour vous, continuons la construction de la Guinée pour la liberté, la prospérité et le progrès social.

L’HISTOIRE CONTINUE !

PAGE 10

PAGE 11

Pleins feux sur les promesses de campagne pour la présidentielle en Guinée. La part de vérité du candidat du RPG en 1993.

La campagne pour la présidentielle de 2015 n’a été qu’une occasion pour le Pr Alpha Condé de rafraichir la mémoire de ses concitoyens sur ses ambitions et sa vision pour la Guinée.

L’homme politique qu’il fut, n’a jamais retourné ou troqué sa veste idéologique et ne s’est jamais dérouté du chemin de sa conviction politique. La preuve est que des années avant, Alpha Condé s’est déclaré nationaliste, exprimant des idéaux pour une ligne directrice qui semble s’afficher dans le temps comme une prophétie.

Dans les archives de l’AGP, le candidat Alpha Condé a confié en 1993 ce qui suit…..

« JE SUIS UN NATIONALISTE CONVAINCU…»

M. Alpha Condé, candidat présenté par le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), pendant la campagne électorale s’est déclaré l’homme du changement.

«Je suis l’homme du changement dans l’Unité et la prospérité de la Guinée».

M. Alpha Condé a déclaré que «si le RPG gagne les élections personne ne payera plus l’impôt».

Il a partout exprimé sa confiance en sa victoire aux élections présidentielles. Alors, dira M. Condé qu’il représente « la chance de replacer la Guinée sur la voie de la reconstruction économique, sociale et culturelle, sur la voie du progrès, du développement et de la sécurité.

Devant des foules en liesse, il a indiqué que la Guinée manque d’eau, d’électricité, de téléphone, toutes choses constituant la base du développement.

M. Alpha Condé en comparant les deux régimes précédents, a déclaré que : « la première République était l’enfer pour le peuple de Guinée, mais la deuxième République qui nous a promis le paradis n’a jamais tenu ses engagements. C’est seulement la troisième République, celle du RPG qui créera le paradis».

M. Condé a ajouté que ce sont des opportunistes et profiteurs qui ont adhéré au PUP. Ils ne l’ont pas fait par conviction politique.

C’est pourquoi le PUP, dira t-il, n’a aucune chance de gagner, ce en dépit des fraudes massives que le parti prépare pour créer le chaos dans notre pays.

.

RETROVISEUR

PAGE 12

RETROVISEUR

Guinée-Présidentielle 2015 :

Zoom sur les mots de campagne du Président Alpha Condé

Guinée-Présidentielle 2015/ Un parti une couleur, le palais du peuple était au couleur du RPG Arc-en-ciel dimanche

Par la Direction de Communication du RPG-Arc-en-ciel

Conakry, 21 sept (AGP)- Un parti une couleur, le Palais du peuple était au couleur du RPG Arc-en-ciel, dimanche 20 septembre 2015.

Les partis alliés, cadres du RPG, les militants et sympathisants venus des cinq communes de la capitale étaient massivement mobilisés pour réserver un accueil chaleureux au chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, can-didat à sa propre succession.

Au coeur de ce grand évènement, des prestations artistiques pour magnifier les réalisations déjà faites par Alpha Condé, candidat du RPG Arc-en-ciel.

D’entrée de jeu, le directeur de campagne du RPG Arc-en-ciel, Ibrahima Kassory Fofana a, tout d’abord remercié Pr Alpha Condé pour la confiance placée en sa personne pour conduire le parti à la victoire le 11 octobre 2015.

Il s’est, ensuite adressé aux partis alliés en ces termes : ‘’Nous avons le meilleur candidat et le meilleur bi-lan que la Guinée n’a jamais connue.

Pour la continuité du développement et du progrès, vous avez fait le bon choix’’.

Plus loin, Ibrahima Kassory Fofana a invité les militants du RPG Arc-en-ciel à se munir de leurs cartes d’é-lecteurs auprès des chefs secteurs et chefs de quartier, car selon lui, seul ce document prend en compte leurs voix pour réélire leur candidat.

Avant de clore son intervention, Dr Ibrahima Kassory Fofana dira aux militants du RPG Arc-en-ciel, «de ne pas céder à la provocation des adversaires, mais plutôt de rester mobilisés pour un seul objectif, ‘’Un coup KO’’», repris en choeur par les militants en guise de confiance. Visiblement satisfait de la mobilisation qui lui a été réservé, le candidat du RPG Arc-en-ciel a fait le tour du Palais du peuple, pour être au coeur de la foule venue lui réitérer son soutien. Pr Alpha Condé a mis un accent sur ‘’le changement qu’il a apporté à la Guinée et dans la vie des populations durant ce premier quinquennat, chose que ces prédé-cesseurs n’ont pas pu faire en 50 ans’’. Toujours acclamé par les militants, Pr Alpha Condé a tenu à rappeler, que «son deuxième quinquennat sera spé-cialement dédié aux femmes et aux jeunes», tout en rappelant, que «l’objectif de ce premier mandat était de sortir les guinéens de l’obscurité, c’est pourquoi Kaléta a été construit.

Les travaux du barrage de Souapiti seront aussi très bientôt lancés pour le bonheur des guinéens».

Le candidat du RPG Arc-en-ciel a invité les autres leaders à mener une campagne responsable, sans violen-ce, en précisant que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur.

Pr Condé a ensuite annoncé la tenue d’un grand concert international à Conakry le 26 septembre 2015pour saluer le courage du peuple de Guinée qui a fait face à l’épidémie d’Ebola, avant d’informer, que «le barra-ge Kaléta sera inauguré

le 28 septembre 2015».

PAGE 13

Guinée-Présidentielle 2015/ Alpha Condé, Le Bâtisseur s’engage aux côtés des fonctionnaires de Guinée

Par la Direction de Communication du RPG/Arc-en-ciel

Conakry, 08 octobre 2015

Aujourd’hui, je m’engage aux côtés des fonc-tionnaires de Guinée. Je partage avec vous chers agents de la République les valeurs les plus re-présentatives de la fonction publique : la compé-tence et l’intégrité. Ces valeurs reviennent peu à peu dans notre administration et tout le mérite vous revient.

Autant les usagers doivent retrouver la confiance dans l’administration guinéenne autant il me re-vient de faire en sorte que les rémunérations soient adaptées à vos situations de travail pour l’amélioration de la qualité du service rendu.

En dépit des ajustements structurels, nous avons initié d’importantes réformes administratives pour l’amélioration de la vie du fonctionnaire notamment la création d’un salaire minimum.

Malgré tout, la fierté d’appartenance des fonc-tionnaires à la fonction publique est aujourd’hui très forte.

Je me dois de renforcer cette fierté avec de nou-velles réformes qui vont améliorer vos conditions de vie et de travail.

C’est pourquoi dès le cours normal des choses, je m’engage à créer par la loi, une Couverture Ma-ladie Universelle (CMU) et à assurer l’effectivité de sa mise en oeuvre au profit de nos vaillants agents publics.

Cette Couverture Maladie Universelle portera sur les soins primaires et la prise en charge de médi-caments. Elle évoluera peu à peu.

Ce nouveau dispositif sera élargi au secteur de la culture.

En effet, nous ne pouvons plus nous permettre de voir nos artistes et nos personnalités culturelles disparaitre dans la négligence et l’isolement sani-taire total.

C’est pourquoi, en restructurant le sta-tut de l’artiste, nous allons assurer la couverture médicale des acteurs cultu-rels.

Par ailleurs, je m’engage dans une vi-sion plus globale de ce dispositif, à construire des services médicaux pour les fonctionnaires, agents permanents de l’Etat et ce, dans toutes les capitales régionales de notre pays.

Avec vous et tous ensembles, nous al-lons relever ce défi dans les 5 prochai-nes années.

Je m’y engage !

Alpha Condé, le Bâtisseur.

———————————————

Guinée-Présidentielle 2015/ En 3 ans et demi Pr Alpha Condé a fait baisser la dette de 66%

Par la Direction de Communication du RPG/Arc-en-ciel

Conakry, 17 sept (AGP)- "Mon cher président Alpha Condé, de la Répu-blique de Guinée, une fois élu, vous avez constaté que les caisses de l'Etat étaient vides et les dettes très-très élevées. Vous avez été contraint, avant de pouvoir recons-truire le pays, de mettre de l'ordre pour rétablir la crédibilité auprès de la communauté financière interna-tionale. En 3 ans et demi, vous avez fait baisser la dette de 66 %.

RETROVISEUR

PAGE 14

Vous avez diminué le service de la det-te au delà de 50 % du PIB en dessous de 12 %. Vous avez donc réduit le coût de la dette en rapport des exportations de 186 % à environ 45 %.

C’est énorme. Il y a quelques Chefs d'Etats de notre continent (Europe, ndlr) ou même d'outre-Atlantique qui pourraient s'inspirer de votre travail".

———————————

Guinée-Présidentielle 2015/

‘’Guinea is back’’ :

Plus qu'un slogan !

Conakry, 28 sept (AGP)- Guinea is back :

Guinea is back : plus qu'un slogan! Les réformes menées resteront dans l’histoire de la Guinée comme le tour-nant décisif ayant introduit la Guinée dans le cercle des démocraties où la séparation des pouvoirs est une réalité.

En voici quelques-unes : Adoption du Statut de la magistrature ; Installation, pour la première fois, du Conseil supé-rieur de la magistrature (alors qu’il existe sur papier depuis 1991) ;

Revalorisation du traitement salariale des magistrats ; Mise en place de la Cour Constitutionnelle ; Lancement des travaux de la nouvelle prison de Kènèndé.

«Pour la première fois en Guinée le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) a été saisi de plaintes contre des magistrats : sur 20 plaintes reçues, 9 sanctions ont été prononcées, dont une radiation.

Avant l’arrivée d’Alpha Condé, aucune sanction formelle n’avait été prononcée contre un magistrat».

INVESTITURE PRG 2015

Oui mon Président, Guinea is back !

Nous y croyons !

RETROVISEUR

Guinée-Présidentielle 2015/ La Guinée est de retour dans le monde des affaires. Oui, la Guinée is back !

Par la Direction de Communication du RPG/Arc-en-ciel

Conakry, 07 oct (AGP)-

Je m’adresse aujourd’hui aux opérateurs écono-miques et au monde des affaires. Depuis 5 ans et en dépit de la crise sanitaire effroyable de ces longs derniers mois, la Guinée est de retour dans le monde des affaires.

Oui, la Guinée is back !

Nous avons, avec toutes les difficultés et les per-turbations que cela a pu occasionner, passé des réformes de fond dans le secteur macroéconomi-que. Les indicateurs sont stables. Les signaux sont au vert. La confiance dans la Guinée re-vient. C’est aussi grâce à vous !

Le climat des affaires s’est amélioré. L’environ-nement est de plus en plus sain. Les facilités ad-ministratives, fiscales, juridiques doivent être renforcées et adaptées à vos besoins et à l’intérêt général du peuple de Guinée.

Je viens prendre des engagements fermes avec vous pour asseoir totalement un climat et un en-vironnement entièrement sains, souples et via-bles pour les affaires.

Un environnement dans lequel la corruption et le clientélisme seront bannis. Oui cela est possi-ble !

Je m’engage à instaurer une nouvelle approche basée sur la consultation et le dialogue avec vos instances faitières sur, non seulement les réfor-mes à mener mais aussi, sur le partenariat ga-gnant-gagnant que nous devons tous renforcer et solidifier.

Je dis Oui à un monde des affaires qui tient compte de l’intérêt du peuple guinéen !

Avec vous et tous ensembles nous allons relever ce défi dans les 5 prochaines années.

Je m’y engage ! (Suite Page 15)

PAGE 15

RETROVISEUR

C’est avec amour et considération que je me permets de m’adresser à la femme de Guinée. A nos mères, soeurs, filles, tantes, épouses…Vous êtes au coeur de la Guinée. Vous êtes la Guinée !

Placer la femme au coeur du développement a été l’un de mes objectifs pendant ce premier mandat. Nous avons ouvert plusieurs chantiers les 5 dernières années pour améliorer les conditions de vie de la femme guinéenne quelle que soit sa situation sociale. Nous avons rénové ou construit des Centres d’Autonomisation et d’appui à l’Autopromotion Féminine (CAAF) à Conakry, Kankan, Faranah, Kindia ou encore Labé. Nous avons formé des centaines de professionnelles et auxiliaires de justice en faveur de la protection des femmes. Nous avons fait adopter un Code de la famil-le pour remettre la femme guinéenne au coeur de la vie sociale de notre pays, en lui donnant une place plus importante.

Nous avons construit et rénové des marchés, des Centres d’apprentissage, des Cen-tres de Santé Infantiles (CSI), car qui dit femme dit mère et dit enfant. Des femmes ont été mises à des places de responsabilités à divers niveaux de la gouvernance de notre pays. Mais il convient d’en faire encore plus pour vous, femmes de Guinée.

Comme je l’ai toujours dit dans mes différentes tournées à l’intérieur du pays, le ren-forcement de la promotion de la femme est une priorité pour le prochain quinquen-nat.

Ainsi, je m’engage à renforcer votre autonomisation à travers l’accélération des pro-grammes de microcrédits, de formations qualifiantes, mais également le renforce-ment de vos capacités manuelles et techniques pour que vous puissiez participer au développement de l’approche Haute Intensité de Main d’oeuvre (HIMO) dans les projets publics.

Je m’engage à mener à terme les projets de construction et/ou la rénovation des hô-pitaux de la mère et de l’enfant dans les capitales régionales. Je m’engage à renfor-cer les mesures de lutte contre la violence faite aux femmes. Je m’engage à mettre aux responsabilités dans mes prochains gouvernements, davantage de femmes et ce, à des postes qui sont à ce jour non dédiés aux femmes.

Je m’engage enfin, à l’instar d’un pays comme le Rwanda, à imposer à ma majorité un quota de femmes dans les instances politiques et pour les candidatures aux diffé-rentes élections locales et nationales.

Avec vous et tous ensembles, nous allons relever ce défi dans les 5 prochaines an-nées.

Je m’y engage !

Alpha Condé, le Bâtisseur.

PAGE 16

Guinée/ Election présidentielle 2015 : «Il a fallu Alpha Condé pour donner de l'électricité»

Conakry, 12 septembre (AGP)- Depuis 49 ans, la Guinée attend le projet Kaleta, personne n’a ré-ussi à le faire! Il a fallu Alpha Condé pour donner de l'électricité. Aujourd’hui, les villes de Cona-kry, Dubréka, Coyah, Kindia, Forécariah, Fria, Mamou, Dalaba, Pita et Labé ont toutes de l'électricité.

Demain Alpha Condé donnera le barrage de Souapiti à la Guinée. Souapiti c’est deux fois la puissance de Ka-leta! Il ne peut y avoir d’autres choix que Alpha Condé.

"Alpha Condé, le progrès en marche".

Election présidentielle 2015/ Souvenez-vous des mines guinéennes !

Par la Direction de Communication du RPG/Arc-en-ciel

Conakry, 18 sept (AGP)- Souvenez-vous les mines guinéennes étaient caractérisées par :

- L’octroi excessif des titres miniers qui couvraient presque la quasi-totalité du terri-toire national ;

- Un code minier qui ne favorisait pas les intérêts de la Guinée ;

- L’exclusion de la Guinée de l’Initiative pour la Transparence des Industries Ex-tractives (ITIE).

Désormais, une nouvelle dynamique minière a été induite pour accroitre et consolider les apports de ce secteur au développement économique et social du pays. Parmi les mesures d’envergure adoptées, on peut citer :

- l’adoption d’un nouveau code minier conforme aux standards internationaux, assorti d’un travail rigoureux de restructuration du secteur ;

- l’approbation en cours des textes d’application de ce Code minier ;

- la réadmission de la Guinée à l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) en mars 2011et validée au début du mois de juillet 2014 ;

- la révision systématique de toutes les conventions minières antérieures au nouveau Code pour harmoniser leurs dispositions au dit Code ;

- la publication en ligne de tous les contrats miniers ;

- l’approbation en mars 2014 d’un nouveau schéma directeur pour le développement des infras-tructures minières auxiliaires de transport ;

- la signature des conventions relatives au cadre d’investissement minier avec les sociétés devant développer les mines du Simandou ;

- l’apurement du cadastre minier par l’annulation de 800 titres non fonctionnels ;

- la création de la Société Guinéenne du Patrimoine Minier (SOGUIPAMI) pour une meilleure gestion du portefeuille minier de l’Etat.

Le rêve de 50 ans est devenu réalité grâce à l’homme du 17

RETROVISEUR

PAGE 17

Le scrutin du dimanche, 11 octo-bre 2015

Guinée-Présidentielle 2015/ Le candi-dat sortant Alpha Condé a voté au quartier Boulbinet

Conakry, 11 oct (AGP)- Au compte du premier tour de l’élection présidentielle du dimanche, 11 octobre 2015 en Répu-blique de Guinée, le président de la Répu-blique, Pr Alpha Condé a accompli son devoir civique au Bureau de Vote N°7 (BV7) dans l’enceinte du Collège Sultan Mariama Traoré, au quartier Boulbinet dans la commune de Kaloum. C’était aux environs de 10 heures TU, rapporte le Bu-reau de Presse de la Présidence de la Ré-publique (BPP).

A sa sortie de l’isoloir, le président Alpha Condé a invité les guinéens à voter dans le calme en faveur de la paix et l’unité.

«J’appelle tous les guinéens à accomplir leurs devoirs civiques, c'est-à-dire qu’ils votent dans le calme, et qu’ils attendent les résultats. Et surtout qu’ils évitent toute provocation parce que la Guinée a besoin de paix, d’unité et de liberté».

Présidentielle 2015 : plus de 6 millions d’électeurs votent ce dimanche 11 octobre en Guinée

Présidentielle 2015 : plus de 6 millions d’électeurs ont voté ce dimanche 11 octobre en Guinée

Conakry, 11 oct (AGP)- Ils sont plus de 6 millions d’électeurs à se présen-ter, dimanche, 11 octobre 2015, dans le calme et la sérénité devant les dif-férents Bureaux de Vote (BV) pour s’acquitter d’un de leur devoir civi-que.

Femmes, hommes et jeunes se pressent de-vant les BV afin de choisir leur futur prési-dent de la République parmi les 8 candidats, dont le président sortant, Pr Alpha Condé.

Boubacar Diallo résidant au quartier Gbes-sia-Cité de l’Air commune de Matoto à Co-nakry, tout heureux ce matin après avoir vo-té. Il explique :

‘’Depuis 7h moins, je suis sur place pour élire le candidat de mon choix. J’ai été la cinquième personne à voter dans mon BV, le N°2 dans l’enceinte du lycée Gualéma Guillavogui 2’’.

Un autre électeur rencontré, Kerfala Condé se dit très content de la tenue de ce scrutin ce dimanche, 11 octobre, pour que le choix soit possible pour tous les guinéens et pour s’acquitter de cet exercice civique, qui est un devoir pour tout un chacun.

RETROVISEUR

Et si on parlait Bilan ?

Kaléta, Une force de frappe du président Alpha Condé !

Une analyse de Fodé Sita Camara

Conakry, 26 mai (AGP)- Aujourd’hui, l’espoir est permis. Les guinéens sont sortis de l’obscu-rité grâce à la réalisation du barrage hydroélec-trique de Kaléta, avec sa capacité globale de pro-duction estimée à 240 mégawatts.

Débutés le 4 avril 2012, les travaux d’aménagement du barrage hydroélectrique de Kaléta se sont achevés avec succès. Il est le plus grand barrage hydroélectrique ja-mais exécuté dans l’histoire de la Guinée. Réalisé par la société chinoise China Water Energie (CWE) pour un montant de 526 millions de dollars américains, ce bijou enlève du pied économique de notre pays la pertinente épine qui aura freiné le développement rapide tant sou-haité par les guinéens.

Ce défi remonte aux 1ères heures de l’indépendance, lorsque le colon est reparti avec des documents impor-tants permettant au capital humain guinéen de faire face aux mégaprojets en perspective. Aujourd’hui, c’est plus qu’un soulagement, ce manque à gagner qui répond aux détracteurs sur la prise de position de la guinée en 1958 à se sortir de la tutelle de la Métropole.

Ceci néanmoins, ne relève pas de la légende, car le ‘’Niger’’ qui va au-delà de nos frontière, abreuve des millions d’africains dans la sous région.

On sait également que tout ce qui se rapporte à l’eau, procure souvent du bonheur, comme le sentent les popu-lations guinéennes à travers le choix quelles ont porté sur la personne du Pr Alpha Condé.

Avec le barrage Kaléta, il ne fait pas de doute que c’est un nouveau départ qui s’annonce pour l’économie guinéenne.

PAGE 18

Nous auront à nos portes plus d’inves-tisseurs et de partenaires qui voient en guinée une opportunité à saisir.

Selon les spécialistes, la construction du barrage de Souapiti, viendra ap-puyer Kaléta pour son fonctionnement en toutes saisons. Car, cet autre barra-ge, dont les négociations de réalisation et les études de faisabilité sont avan-cées, permettra d’avoir un grand réser-voir de milliards de mètres cubes d’eaux.

Rappelons ici que l’ambition du Prési-dent de la République, le Pr. Alpha Condé depuis son arrivée au pouvoir était de venir à bout du problème d’eau et d’électricité en Guinée.

De sa propre analyse, la solution dura-ble au problème énergétique en Guinée, est la construction des barrages hydroé-lectriques et non le bricolage habituel.

C’est pourquoi, hormis ce barrage de Kaléta, d’autres sont attendus comme Souapiti, afin que le pays ait suffisam-ment d’électricité.

A rappeler que le barrage hydro-électrique de Kaléta a double vocations. Une partie pour la Guinée, et 30% de sa production orientés vers les pays voi-sins dans le cadre du projet d’intercon-nexion sous-régionale.

Par ailleurs, c’est dire que même si der-rière toutes ces réalisations, existent des raisons électoralistes, une chose reste évidente, la Guinée en avait vraiment besoin. Puisque depuis plus de 50 ans, elle n’a ni eau, ni électricité de façon courante.

Pourtant, elle regorge de potentielles ressources minières, et beaucoup de fleuves y prennent leurs sources. Ce qui lui a valu le qualificatif honorifique de « Château d’Eau de l’Afrique Occidentale ».

ECONOMIE

PAGE 19

Le nouveau Quinquenat

ALPHA PRESIDENT POUR UN NOUVEAU QUINQUENAT

Les Résultats définitifs de la prési-dentielle du 11 octobre 2015

Conakry, 11 déc (AGP)- Les résultats définitifs de la présidentielle du 11 oc-tobre 2015 ont donné une large victoi-re au Pr Alpha Condé dès le premier Tour avec 57, 84% des suffrages vala-blement exprimés.

Au total, il y avait 8 candidats retenus par la Cour Constitutionnelle qui sont partis à chance égale à cette présiden-tielle. Chacun d’eux a présenté son projet de société aux 6.042.634 élec-teurs dont 181.258 à l’étranger durant 30 jours de campagne électorale sur l’étendue du territoire national.

Il s’agit du Professeur Alpha Condé du RPG arc-en-ciel, candidat à sa propre succession, Mamadou Cellou Dalein Daillo de l’UFDG chef de file de l’Op-position, Sidya Touré de l’UFR, Lan-sana Kouyaté de PEDN, Dr Faya Lan-sana Millimono du BL, Georges Ghandi Faraguet Tounkara de l’UGDD, Papa Koly Kourouma de GRUP et Marie Madeleine Valery Dioubaté du PEG.

Après donc une campagne électorale civilisée, malgré qu’elle soit couron-née par un accrochage entre militants du RPG arc-en-ciel et ceux de l’UFDG, les électeurs se sont massive-ment rendus aux urnes le 11 octobre 2015 pour s’acquitter de leur devoir civique dans le calme et la sérénité. Une attitude que la communauté inter-nationale dans son ensemble a vive-ment appréciée.

Six jours après le scrutin, soit le 17 octobre 2015, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a proclamé les résultats globaux et totaux provisoires qui se présen-tent comme suit :

«Total général des bureaux de vote 14.482, total général des inscrits 6.042.634, total gé-néral des votants 4.131.046, total général des bulletins nuls 179.804, total général des suf-frages valablement exprimés 3.951.222, taux de participation 68, 36% ».

Les suffrages obtenus par candidat, Profes-seur Alpha Condé du RPG arc-en-ciel 57, 85%, Mamadou CellouDaleinDaillo de l’UFDG 31, 44%, Sidya Touré de l’UFR 6, 01%, Lansana Kouyaté de PEDN 1, 16%, Dr FayaLansanaMillimono du BL 1, 38%, Geor-ges GhandiFaraguetTounkara de l’UGDD 0, 50%, Papa KolyKourouma de GRUP 1, 31%, et Marie Madeleine Valery Dioubaté du PEG 0, 33%.

Samedi, 31 octobre 2015, la Cour Constitu-tionnelle à son tour, par la voix de son prési-dent Me Kelèfa Sall, donnera les résultats définitifs avec un très léger aménagement après avoir trouvé dans le calcul de la CENI, un oubli 20 voix valablement exprimés. Ce qui a donné un suffrage de 3.951.242.

Ainsi, les Résultats définitifs ont été livrés déclarant le Professeur Alpha Condé vain-queur avec 57, 84%, soit la majorité ab-solue des suffrages valablement exprimés. Et c’est parti pour le quinquennat 2015-2020.

SANTE !

PAGE 20

Par Mamadouba Conté

Le premier mandat du Président Pr Alpha Condé était bien parti dans le domaine de la santé, avec l’annonce de la gratuité de la cé-sarienne dans les tous hôpitaux du pays.

Mais en mi-mandat, soit en décembre 2013, un mal commun s’est invité en Guinée, qui a fini par troubler la situation socioéconomi-que du pays. Il s’agit de la fièvre hémorragi-que à virus Ebola qui, pour un premier temps, était qualifiée de mystérieux par mé-connaissance de ses symptômes par les spé-cialistes guinéens.

Quelques semaines plus tard, après les études faites à l’étranger des échantillons de sang prélevés sur les premières victimes, il s’est avéré que c’est le virus Ebola qui tuait cruellement les guinéens en Forêt.

Plus vite, le virus s’est rependu dans tout le pays. Mettant ainsi le gouvernement devant un fait accompli d’une crise sanitaire sans précédent avec des conséquences dévastatri-ces. Car aussitôt, les investisseurs ont quitté de peur qu’ils ne soient infectés par le virus.

Tous les grands projets ont été arrêtés, d’au-tres ont tourné au ralenti avec la mise en congé technique des travailleurs.

Face à ce danger, le gouvernement sous la conduite du Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé s’est mis à recherche des voies et moyens pour endiguer la mala-die. C’était donc une lutte nationale et internationale contre le mal commun, ayant quelques mois après, touché deux autres pays voisins à savoir, le Libéria et la Sierra Leone.

Avec l’aide de la communauté interna-tionale, la Guinée s’en sort vu que le dernier suspect est sorti du centre de traitement Ebola depuis plusieurs se-maines. Et à date, aucun autre cas n’a été notifié dans le pays.

Mais ce qu’il faut préciser, c’est le vi-rus Ebola a été un véritable mal pour le mandat du Professeur Alpha Condé. Deux ans de dures épreuves et malgré tout, des progrès louables ont été faits à la satisfaction de presque tous les guinéens. Maudite est cette maladie qui a endeuillé des milliers de gui-néens.

Ebola, le mal du mandat

<>.

BULLETIN SPECIAL :

INVESTITURE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

SON EXCELLENCE PROFESSEUR ALPHA CONDE

LUNDI 14 DÉCEMBRE 2015

PAGE 21

COMPLIMENTS

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§ §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

En ce jour mémorable, la Direction Générale de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) et son Personnel présentent leurs compliments à Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Professeur Alpha CONDE.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§ §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

Amine !!!

 
Société: Ben Bangoura convole en justes noces avec Fatmata Koroma à Hollywood, dans le Maryland


Près de 200 invités de marque, dont l’ambassadeur de la République démocratique du Congo, François Balumuene, Jan Du Plain ( President/CEO Du Plain Global Enterprises, Inc.) et le populaire animateur d’Afropop, George Collinet, se sont retrouvés aux côtés de Sheri Sesay Tufour, la dame d’honneur, Salif Justice et Mohamed Sako, les témoins, dans le cadre enchanteur de la maison d’hôtes au charme victorien, construite à Hollywood, dans le Maryland, par la mère de la mariée, Susan et son mari d’un second mariage, Jim Dexter.

Personnalités, parents et amis étaient venus assister à la cérémonie de mariage du guinéen Ben Bangoura et de l’américaine d’origine sierra-léonaise, Fatmata Koroma. Mais comment s’étaient-ils connus?

Dans un article consacré au mariage, un ami de longue date de Ben, le producteur-exécutif de l’émission Afropop Worldwide, Banning Eyre, fait le récit de leur rencontre et décrit l’atmosphère chaleureuse et joyeuse qui a prévalu en dépit de deux averses qu’un spectaculaire arc-en-ciel a vite fait oublier.

Banning Eyre a connu Ben en Guinée en 1993, lors d’un voyage de travail pour Afropop Worldwide. Ben n’a cessé de lui répéter que son objectif dans la vie était de venir aux Etats-Unis et de devenir journaliste. L’année suivante, Ben arrive à Boston où il va séjourner chez Banning. Il apprend l’anglais, établit des contacts, se familiarise avec l’American Way of Life. Lorsque Banning part vivre au Mali, Ben vient à Washington, se plongeant dans les milieux de la politique et du journalisme, pour parvenir ultimement à fonder sa propre société, le site Allo Conakry.

C’est lors du pique-nique annuel des ambassadeurs des pays membres de la CEDEAO, à la chancellerie libérienne, que Ben a fait la conaissance de celle qui allait devenir son épouse. Fatmata Koroma prenait des photos et Ben, pensant qu’elle était journaliste, a engagé la conversation. En fait, Fatmata n’était pas photographe de presse, mais une professionelle de la santé, directrice exécutive de Therapeutic Intervention Inc., et du Miss Culture USA. Le journaliste a invité la thérapeute, et le reste appartient à l’histoire.

Banning Eyre raconte, avec humour, dans son article la cérémonie religieuse, conduite par pasteur Raymond K Mani. La famille Koroma est profondément chrétienne, et Ben est un musulman dévôt. Lors de l’échange des voeux, le révérend Mani a demandé au marié de dire que “leur mariage était exclusivement un mariage chrétien”. Là Ben a tiqué. Mais avec une grande présence d’esprit, il a répondu: “ un mariage qui soit globalement accepté par Dieu”. Une réponse qui a satisfait le pasteur. “ Une réponse”, écrit Banning Eyre “ qui a permis à Ben de montrer qu’il était un homme de principe, adoptant la foi de sa nouvelle famille, sans abandoner la sienne”.

La réception sous une grande tente qui a suivi a été grandiose, avec l’entrée spectaculaire de tous les membres de la famille, dont James Koroma, le père de Fatmata. La mère de la mariée, Susan Dexter, gracieuse hôtesse, débordait de joie et de fierté.

Lors des échanges de toasts, un invité a rappelé que pendant la guerre civile en Sierra Leone, la Guinée avait accueilli et protégé de nombreux réfugiés, ajoutant “ce n’est donc pas la première fois que les deux pays ont fait quelque chose d’important”.

Dans sa conclusion, Banning Eyre écrit: “ Non seulement ce mariage inhabituel était-il un signe réconfortant de la solidarité africaine, transcendant les langues, les nationalités et les religions: c’était aussi une affirmation du rêve américain qui a toujours été une histoire d’ambition et d’accomplissements d’immigrants venus de terres lointaines”.

 
Diplomatie/ Les présidents, Pr Alpha Condé et Paul Kagamé en visite guidée à la Bluezone de Kaloum


Conakry, 09 mars (AGP)- Le président de la République du Rwanda, Paul Kagamé en compagnie du président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé, a eu droit mercredi, 09 mars 2016, à une visite guidée à la Bluezone de Kaloum, à Conakry, rapporte l’AGP.





Du centre de l’énergie solaire à la médiathèque en ligne, l’hôte de marque Paul Kagamé s’est rendu compte que la Guinée est sur la voie d’un bon apprentissage de la nouvelle technologie.





A l’occasion, le ministre guinéen de la Jeunesse, Moustapha Naïté a indiqué : «Le président Paul Kagamé est un grand Homme du continent africain, qui fait des choses extraordinaires pour son pays. Sa visité en Guinée, et découvrir des espaces de divertissement et de loisir comme la Bluezone pour la jeunesse, ce n’est qu’une fierté. Donc, les jeunes mesurent la portée de cette visite du président Paul Kagamé qui est une inspiration et un modèle pour la jeune génération. Et c’est important qu’il ait des échanges d’expériences entre la Guinée et le Rwanda».


AGP/09/03/016 CM/KS/FDF/ST

 
Afrique/ Poursuite à Rabat des travaux de renforcement de capacités professionnelles des journalistes d’Agence


Rabat (Maroc), 23 avril (AGP)- Les 17 journalistes venus de certaines, Agences de presse africaines, ont poursuivi, jeudi, 23 mars, 2015, à Rabat (Maroc), les travaux de renforcement de leurs capacités professionnelles en ‘’Ecriture web’’, rapporte l’envoyé spécial de l’AGP au Royaume Chérifien.

Pour la 4ème journée de l’atelier de formation, les journalistes-participants ont été édifiés sur plusieurs thématiques en rapport avec le ‘’Journalisme web’’, dont le thème principale du jour ‘’Mesurer et Optimiser la position d’un site chez les internautes et les clients’’.

Ce sont entre autres, ‘’Tableau de bord et indicateurs de performance pour le référencement naturel’’, ‘’Contenu de l’article : structuration du contenu, titre et interlignes présents dans le corps du texte, optimiser les images et les vidéos, faire vivre un article, comprendre ce que Google interprète quand il vient visiter un site’’.

Ils ont également bénéficié d’amples explications sur ‘’L’art du Netlinking, facteur clé de visibilité, ‘’les principaux indicateurs de la mesure d’audiences’’, ‘’outils de mesure de positionnement’’.

Ces thématiques ont été appuyées par des ateliers pratiques de ‘’prise en mains des outils du référenceur (suivi de positionnement, suivi du SEO, suivi du netlinting)’’, ainsi qu’avec ‘’Google analytics’’.

Les travaux se poursuivront vendredi, 24 avril, au Centre Africain de Formation pour les Journalistes (CAFJ) de l’Agence Marocaine de Presse (MAP) à Rabat, sur le thème principal de ce dernier jour de la formation, ‘’Exploiter les médias sociaux’’.

A rappeler, que cet atelier de formation, organisé par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en collaboration avec la MAP, regroupe des agenciers venus du Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Maroc, Mauritanie, Niger, et Togo.
AGP/23/04/015 ST/FDF

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du jeudi 11 décembre 2014


La cinquantième (50ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 11 septembre 2014 de 09h 20mn à 09h 50mn.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 7 002, 4060 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Dabola : les festivités du mois de l’enfant guinéen 2014 seront officiellement lancées ce 1er juin


Conakry, 30 juin(AGP)- Les festivités du mois de l’Enfant guinéen seront officiellement lancées, le dimanche, 1er juin 2014 dans la préfecture de Dabola, sous la présidence de la Première Dame de la République, Hadja Djènè Condé, a-t-on annoncé dans la capitale guinéenne.

Cette célébration qui se fait pour la 22eme fois consécutive en Guinée donnera l’occasion à la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Mme Sanaba Kaba, de faire une déclaration qui met l’accent sur certaines activités qu’elle juge nécessaire pour la prise en charge effective de l’Enfance dans le pays.

Il s’agit entre autres, de la révision de la politique nationale de l’enfance, la construction de deux écoles maternelles publiques à Boffa et à Coyah, la relance des centres d’encadrements communautaires et la finalisation du centre de réinsertion des enfants de rue de Yattaya dans la commune de Ratoma.

A celles-ci, s’ajoutent, la tenue de la session d’installation des nouveaux députés juniors ou le parlement des enfants de Guinée, la poursuite du programme de consolidation du système de protection, en prenant essentiellement appui sur un encrage communautaire et l’expérience de la formation initiale des éducateurs du préscolaire dans les écoles nationales des instituteurs (ENI).

En reconnaissant l’importance de ces activités, elle a cependant noté l’insuffisance du budget alloué par l’Etat à l’enfance. Avant de signaler que la participation communautaire reste moins visible dans le soutien aux cadres formels de l’éducation des enfants.

Tout au long de ce mois de juin, les enfants détenteurs de droit feront face aux obligataires de droit en vue d’un échange constructif dans le sens de l’amélioration de la budgétisation dans le domaine du préscolaire en Guinée, a ajouté, Mme Kaba.

C’est dans cette optique que « le département en charge des questions de l’Enfance s’emploiera à ce que les autorités au plus haut niveau, les communautés et les partenaires s’engagent à relever le niveau d’investissement aux plans budgétaire, pédagogique, infrastructurel, en vue de garantir le droit à l’éducation pour les enfants de 0 à 5 ans en Guinée ».

Car pour elle, offrir une éducation de qualité à nos enfants requiert l’engagement de tous pour en faire une priorité. Aujourd’hui, le taux d’éducation préscolaire est de 11,8 %. Un taux qui ne doit pas faire perdre de vue, les innombrables défis qui restent à relever. Des défis comme la prise en charge des éducatrices des enfants dans les centres d’encadrements communautaires, en milieu rural.

La ministre Sanaba Kaba a saisi cette opportunité pour saluer les efforts du gouvernement ainsi que ceux des partenaires et de la société civile en faveur de la promotion et de la protection des enfants guinéens.
AGP/30/05/014 AKT/JPO/FDF/AB

 
Le secrétaire général du PDG-RDA, favorable au renforcement des cadres nationaux de concertation, de dialogue politique et social


Conakry, 16 juin (AGP)- Le secrétaire général du Parti Démocratique de Guinée du Rassemblement Démocratique Africain (PDG-RDA), M. Mohamed Touré a animé mardi, 14 juin à la Maison de la Presse à Lansébounyi dans la commune de Matam à Conakry, une conférence de presse au cours de laquelle, il a fait connaître la position de son parti sur la situation politique du pays notamment, la révision de la liste électorale, le processus de réconciliation et la mise en place d’un dialogue national concerté entre les acteurs politiques du la Guinée.

‘’Aujourd’hui dans une situation de sortie de crise qui n’est pas encore entièrement maîtrisée, la nécessité s’impose de nous doter ou de renforcer des cadres nationaux de concertation, de dialogue politique et social, afin de faire face à des questions qui ne sont pas seulement celles de tel ou de tel parti politique mais, celles de toute la Nation ; il ne servira à rien de se focaliser sur des faux débats’’, a déclaré M. Touré indiquant, que ‘’les véritables enjeux se situent ailleurs’’.

Pour lui, il s’agit d’abord de se fixer une échéance précise et réaliste en tenant compte de l’avis des techniciens bien sûr et de la volonté des uns et des autres, de se doter le plus rapidement possible d’un parlement institutionnel sans lequel, on ne peut parler d’un Etat démocratique.

Sur la volonté du chef de l’Etat d’organiser les élections législatives au cours du dernier trimestre de l’année 2011, M. Touré sollicite un cadre concerté et consensuel avec la présence de tous les acteurs impliqués. ‘’Nous en appelons au sens de responsabilité des uns et des autres afin que chacun puisse transcender ses intérêts particuliers et ressentiments et de ne mettre en avant que l’intérêt de la Nation c'est-à-dire, l’organisation des élections libres et transparentes’’, a-t-il souligné.

Le secrétaire général du PDG-RDA a émis le souhait de connaître une grande représentativité des députés de son parti au sein du futur parlement, pour défendre la voix de la défense de l’indépendance politique, du développement économique, du progrès social, de l’intégration sous-régionale et du panafricanisme étant selon lui, le credo du parti.

L’établissement des collectivités décentralisées a-t-il rappelé, doit être un défi pour le pouvoir politique. Pendant la transition, le PDG-RDA avait voulu que les communales et les législatives soient organisées avant la présidentielle, pensant que la co-organisation des communales et des législatives éviterait des dépenses supplémentaires et des dérives découlant des stratégies basées sur l’ethnie.

Pour M. Touré, la réconciliation nationale est un des principaux défis de la nation. Il a fait savoir que lors du 14ème congrès du PDG-RDA tenu les 14 et 15 mai 2010, son parti en avait fait une nécessité.

Il a ainsi demandé, à identifier d’abord certaines problématiques en réunissant des groupes d’hommes pour faire face au processus de réconciliation soutenant que lorsqu’on parle de la réconciliation nationale, qu’il ne s’agit pas des problématiques de la première République, de la deuxième République ainsi que celles nées au cours de la transition et de l’élection présidentielle de 2010 mais qu’il faut se focaliser sur la jeunesse pour réussir cette réconciliation nationale tant souhaitée par tous les guinéens, a-t-il conclu.
AGP/16/6/011 DB/AB/ST

 
Nationales

Présidentielle 2010 : 2ème tour

Des échos encourageants parviennent au Desk Central de l’AGP


Conakry, 8 nov (AGP)- Comme si la déclaration commune d’apaisement des deux candidats en lice pour le second tour de l’élection présidentielle 2010 a été bien entendue et mise en application, les 4.142.000 d’électeurs de la Guinée ont décidé d’aller aux urnes dans le calme et la sérénité.

Ce calme et cette sérénité n’ont pas seulement été enregistrés dans la capitale mais aussi à l’intérieur du pays d’où les correspondants de l’AGP ont fait parvenir les échos du scrutin au Desk Central où une permanence a été assurée.

Qu’il s’agisse de Gaoual, préfecture à cheval entre la Moyenne Guinée et la Basse Guinée ou Yomou, préfecture au Sud Est de la Guinée Forestière, aucun incident ou dysfonctionnement caractérisé n’a été signalé.

De l’avis de nombreux correspondants de l’AGP, partout où ils sont postés, le déroulement de ce second tour a été nettement mieux organisé que le premier tour.

Au premier tour, rappelle-t-on, deux candidats sur 24 s’étaient démarqués, à savoir Elhadj Cellou Dalein Diallo avec 44% et Pr. Alpha Condé avec 18%.

Naturellement avec les Alliances formées autour des deux candidats à l’issue du premier tour, nul ne peut prétendre connaître le futur vainqueur avant la proclamation probablement mercredi, 10 novembre des résultats provisoires par la CENI.
AGP/8/11/010 AB/ST

Le président de la CENI a fait un constat a mi-journée le 7 novembre

Conakry, 8 nov (AGP)- Entretenu dans son bureau sis au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le président de l’institution chargée de l’Organisation des élections en Guinée, Général Siaka Toumany Sangaré a apporté quelques explications par rapport au déroulement du scrutin du second tour de l’élection présidentielle du dimanche, 7 novembre 2010.

Au début de son intervention, il a signalé l’existence d’un Centre de Coordination Intégré (CCI) au sein de la CENI. Un dispositif qui, selon lui, permet non seulement de sécuriser les procès verbaux au ramassage mais aussi, à la remontée des bureaux de vote en passant par les préfectures, les sous-préfectures et au niveau des Commissions Administratives de Centralisation (CAC).

‘’Ce dispositif, s’il fonctionne normalement, doit permettre d’avoir très tôt les résultats et de manière sécurisée’’, a rassuré le Général.

Après avoir sillonné 5 bureaux de vote dans la capitale, Conakry et d’après des informations qui lui ont été remontées de part et d’autre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, le président de la CENI en déduit que ‘’tout n’est pas rose. Le scrutin partout connaît des difficultés compte tenu du niveau de développement’’.

‘’A l’intérieur du pays, il y a eu des petits problèmes d’organisation et des petits matériels manquants. A l’extérieur, il y a eu des difficultés plus ou moins sérieuses en Espagne qui ont entravé un moment le déroulement du vote. C’est le seul cas majeur. Sinon à Paris, le problème qui se posait concernait la fluidité dans un bureau de vote mais cela a trouvé solution dans l’immédiat’’, a-t-il ajouté.

Concernant le vote des déplacés, le Général Sangaré a déclaré que celui-ci a commencé un peu tard car, les listes d’émargements n’ont pas été déposées à temps.

Mais ce qui a réconforté le Général Siaka Toumany Sangaré, c’est l’ouverture des différents bureaux de vote à temps et l’engouement chez les électeurs à venir massivement exprimer leurs voix surtout dans l’ordre et la discipline.

Pour la diffusion des résultats provisoires, le Général Sangaré a dit que le CCI dont il est à la tête, procédera à la proclamation des résultats de façon partielle afin de proclamer dans les meilleurs délais les résultats globaux provisoires.

Il a précisé que deux hélicoptères seront mis à la disposition de la CENI pour permettre la remontée rapide des résultats.
AGP/8/11/010 MFD/JKD/AB/ST

Les missions d’observations ont fait une déclaration commune quelques heures après le scrutin

Conakry, 8 nov (AGP)- Les missions internationales d’observation électorale de l’Union Africaine (UA), de l’Union Européenne (UE) et du Centre Carter, la mission d’évaluation technique de l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) et la mission d’information et de contacts de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ont livré un communiqué commun quelques heures après le scrutin présidentiel du second tour de ce dimanche, 7 novembre 2010 à la Maison de la Presse à Conakry.

Le communiqué a été porté à la connaissance de l’opinion nationale et internationale par M. Edem Kodjo de la mission d’observation électorale de l’Union Africaine en présence des représentants du corps diplomatique accrédité en République de Guinée.

Selon ce communiqué, lesdites missions d’observations saluent l’engagement des électeurs guinéens qui se sont rendus aux urnes en très grand nombre pour déterminer dans la paix, l’avenir de la Guinée.

Elles ont par ailleurs rappelée, l’impératif de transparence dans le traitement des résultats provisoires puis définitifs en assurant leur publication détaillée par bureau de vote.

Elles ont également appelé les deux candidats en lice et leurs militants à plus de responsabilité en vue de maintenir un climat apaisé dans l’attente des résultats complets et définitifs.

‘’Le processus électoral est loin d’être achevé avec la clôture des bureaux de vote et qu’il passe maintenant à la phase essentielle des opérations de décompte, de centralisation et de compilation des résultats il doit se poursuivre avec la plus grande vigilance’’, a conclu M. Kodjo, le porte-parole desdites missions d’observation.
AGP/8/11/010 MFD/AB/ST

Le vote s’est déroulé dans la calme et la sérénité dans la banlieue de Conakry

Conakry, 7 nov (AGP)- Les citoyens des quartiers de la haute banlieue de Conakry se sont très tôt rendus dimanche, 7 novembre 2010 aux urnes pour élire dans le calme et la sérénité, leur président de la République au cours de ce second tour de la présidentielle qui oppose le candidat de l’UFDG, M. Cellou Dalein Diallo au candidat du RPG, Pr. Alpha Condé.

Ainsi, devant les bureaux de vote N° 0015 du quartier Ansoumaniah Plateau (Dubréka), N° 0074 de Dabompa Plateau (Matoto) qui ont ouvert respectivement entre 6h30 et 7heures, les électeurs ont formé de longues files attendant de s’acquitter dans l’ordre et la discipline de leur devoir civique en présence des membres des bureaux de vote, agents de la FOSSEPEL et des observateurs nationaux et internationaux.

Dans le bureau de vote 032 secteurs 2 du quartier Coronthie dans la commune de Kaloum, le président M. Touré Alioune Dondon, s’est dit satisfait de l’esprit citoyen des électeurs qui se sont rendus aux urnes dès 7 heures dans le calme et la sérénité.

Toutefois, il a noté quelques difficultés liées à l’insuffisance de carte pour voter par dérogation qui a empêché les représentants de la FOSSEPEL et l’observateur national de voter, a-t-il en outre indiqué.
AGP/8/11/010 NS/AB/ST

Kaloum : le gouverneur a interpellé 4 jeunes électeurs qui n’ont pas l’âge de voter

Conakry 8 nov (AGP)- Le gouverneur de la Ville de Conakry, commandant Sékou Resko Camara a procédé à l’interpellation devant la Mairie de Kaloum, de 4 jeunes venus voter dimanche, 7 novembre mais qui n’ont pas l’âge de voter détenant en mains des fiches de dérogation et des cartes d’électeurs de leurs parents.

M. Aly Condé enseignant à Cameroun, l’un des témoins de l’événement a expliqué que ces quatre enfants âgés de 10 ans voir 12 ans, sont venus prendre des fiches de procuration au niveau du président de la Commission Electorale Communale Indépendante (CECI).

Au sortir de la Mairie, ces enfants munis de fiches de procuration ont été ainsi interpellés par des jeunes qui se trouvaient là en ce moment. C’est ainsi, le gouverneur informé de cette situation, s’est immédiatement rendu sur les lieux.

Aussitôt arrivé, il a donné des instructions aux agents de la FOSSEPEL de déposer ces quatre enfants à la direction de la Police Judiciaire (DPJ) à Kaloum pour une enquête supplémentaire.

Interrogé, le président de la CECI, M. Alkhaly Yansané a dit qu’il ne se reproche de rien par ce qu’il a délivré toutes les fiches de procuration dans les règles.
AGP/8/11/010 AMS/AB/ST

Gaoual: les 185 bureaux de vote étaient ouverts dès 7 heures

Gaoual, 8 nov (AGP)- Très tôt le matin du 7 novembre, le coup d’envoi du scrutin du second tour de l’élection présidentielle qui était tant attendu par les guinéens a été donné dans la préfecture de Gaoual.

Pour ce deuxième tour, la circonscription électorale de Gaoual a 185 bureaux de vote dont 22 dans la commune urbaine.

L’engouement était de taille dans les différents bureaux de vote, mais à cause du fait que certains électeurs ne remplissant pas les normes pour voter n’ont pas pu exercer leur droit civique.

En d’autres termes, cette catégorie d’électeurs qui n’avaient pas pu se faire enrôler lors du 1er tour et compte tenu des nouveaux règlements décidés par la CENI, elle n’a donc pas pu voter malgré sa volonté affichée de le faire.

A noter que Gaoual a reçu 24064 cartes Alpha numériques pour combler le déficit des cartes biométriques.

Les observateurs nationaux et internationaux qui se sont déployés partout dans la préfecture ainsi que le président de la Commission Administrative de vote, M. Makané Oularé, juge de paix représentant de la Cour Suprême, ont témoigné que ce second tour s’est déroulé dans les meilleures conditions.
AGP/8/11/010 MK/FDF/CM/AB/ST

Fria: les électeurs fortement mobilisés pour s’acquitter de leur devoir civique

Fria, 8 nov (AGP)- Après 4 mois d’attente, c’est très tôt au matin du 7 novembre que les électeurs de la préfecture de Fria se sont massivement rendus dans les différents bureaux de vote respectifs pour s’acquitter de leur devoir civique.

Pour la réussite de ce second tour, des dispositions ont été pratiquement prises au niveau préfectoral.

Le préfet, Cdt Mohamed Nabé a exhorté tous les acteurs préfectoraux du processus électoral à la neutralité et à l’impartialité afin de relever le défit de paix ainsi que l’ensemble des couches sociales des sous préfectures, des élus locaux, des présidents de quartier, des partis politiques pour la préservation de la paix, de l’entente, de l’unité national et de la quiétude dans la cité avant, pendant et après le scrutin du second tour.

Au niveau de la CENI, il y a eu des réaménagements de bureaux de vote, de 99 au premier tour à 118 au second tour. La répartition des matériels électoraux manquants, l’affichage des listes d’électeurs, la distribution des cartes Alpha numérique, la création des commissions d’acheminement des procès verbaux des bureaux de vote au niveau de la CESPI, de la CEPI et de la CECI jusqu’à la CENI.

Dans la circonscription préfectorale de Fria on compte 586 membres de bureaux de vote contre 480 au premier tour dont 236 accesseurs représentants les deux partis en liste pour 118 bureaux de vote contre 99 au premier tour repartis comme suit: Tormèlen 105 agents pour 21 bureaux de vote, Baguinè 55 agents pour 11 bureaux de vote, Baguini 65 agents pour 13 bureaux de vote et la commune urbaine 365 agents pour 75 bureaux de vote.

La réunion de la CEPI et de ses démembrements avec les chefs de quartier et district, autour d’une décision conjointe de la CENI, du MATAP et du ministère de la Décentralisation et du Développement Local, a eu à définir le rôle des chefs de quartier dans le processus électoral et à élaborer un tableau de répartition de la FOSSEPEL dans les bureaux de vote.
AGP/8/11/010 AVK/FDF/CM/AB/ST

Mandiana: le calme et la sérénité étaient de rigueur dans les différents bureaux de vote

Mandiana, 8 nov (AGP)- Dans la circonscription préfectorale de Mandiana, 84.367 électeurs étaient recensés, 47.882 ont voté avec la carte biométrique, 36.637 ont voté avec la carte Alpha numérique, 290 bureaux de vote pour 1450 membres du bureau.

Dimanche, 7 novembre matin, à 7 heures déjà, tous les 290 bureaux de vote étaient ouverts.

C’est dans le bureau de vote 91 de la commune urbaine que le préfet s’est acquitté de son devoir civique.

Après constat au niveau de 11 bureaux de vote et périphérie, aucune anomalie n’a été signalée comme pour démontrer que la population du Wassouloun est mature.
AGP/8/11/010 CAK/FDF/CM/AB/ST

Gueckédou: les bureaux de vote conformément aux instructions de la CENI ont été ouverts à 7 heures

Gueckédou, 8 nov (AGP)- Les bureaux de vote conformément aux instructions de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), ont été effectivement ouverts à 7 heures dimanche, 7 novembre dans la préfecture de Gueckédou, a rapporté le correspondant de l’AGP sur place.

Les opérations de vote ont été aussitôt lancées et se sont déroulées dans le calme, la discipline et la sérénité.

Les électeurs en toute liberté se sont acquittés de leurs devoirs civiques et ont regagné leurs domiciles respectifs.

Par rapport au taux de participation, il convient de signaler l’afflux massif des bureaux de vote par les électeurs avec un engouement traduisant toute la maturité du guinéen.

A signaler que la circonscription électorale de Gueckédou compte 391 bureaux de vote pour un électorat potentiel de 127.000 électeurs.
AGP/8/11/010 FFK/CM/AB/ST

Dalaba: le deuxième tour s’est déroulé dans un climat apaisé

Dalaba, 8 nov (AGP)- Le scrutin du second tour de l’élection présidentielle s’est déroulé dans un climat apaisé dans la préfecture de Dalaba où très tôt le matin, les électeurs avaient pris d’assaut les 159 bureaux de vote de la circonscription électorale dans une discipline remarquable, a rapporté le correspondant de l’AGP sur place.

A Dalaba, aucun incident n’a été signalé en présence des 76 agents de la FOSSEPEL qui ont été déployés au niveau des sous préfectures et de la commune urbaine.

A signaler que le gouverneur de la région administrative de Mamou, Colonel Issa Camara en compagnie du superviseur de la CENI pour le gouvernorat, est venu constater le déroulement du scrutin au niveau de certains bureaux de la commune urbaine.

Partout, il s’est dit très satisfait du climat de paix et de quiétude qui prévaut sur l’ensemble de la préfecture.
AGP/8/11/010 MLB/MMC/AB/ST

Kountia: des irrégularités et imperfections sont constatées

Coyah, 8 nov (AGP)- A l’instar des autres localités du pays, le quartier Kountia, commune de Coyah, les populations se sont également acquittées de leurs devoirs civiques malgré quelques irrégularités et imperfections constatées dans les bureaux N° 077 et 080, selon un correspondant universitaire de l’AGP dans cette localité.

Aux dires des membres de ces deux bureaux, parmi les matériels manquants, on cite de ciseaux, de la corde, des fiches de dérogation, des gilets et des badges pour les membres de bureau.

Sur place il a été constaté curieusement, l’absence d’agents de la FOSSEPEL à l’ouverture de certains bureaux toute chose qui ne garantissait pas la sécurité des bureaux de votes dans ce quartier où des jeunes s’étaient constitués en forces de défense en attendant l’arrivée de la FOSSEPEL.
AGP/8/11/010 DTS/MMC/AB/ST

 
Médias-Afrique/ «Notre volonté, est de créer de véritables liens pour donner un sens à la coopération Sud-sud…», rassure le président de la FAAPA

Par Mamadouba M. Camara


Rabat, 27 fév (AGP)- Le séminaire de formation sur «le journalisme économique et financier» a pris fin, vendredi, 26 février 2016, au Centre Africain de Formation des Journalistes (CAFJ) à Rabat (Maroc). C’est une initiative de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA), rapporte l’AGP.





Au compte de cette dernière journée de travaux intenses, les journalistes participants ont planché sur plusieurs thèmes, dont entre autres, ‘’Comprendre l’économie à travers la presse’’ et ‘’le poids de la finance dans un hebdomadaire d’informations générales’’.





Dans son allocution de circonstance, le président de la FAAPA, Khalil Hachimi Idrissi a déclaré : «La FAAPA est en train de devenir une très grande institution. Notre volonté est de créer de vrais liens pour donner un sens à la coopération Sud-sud, par le biais d’une synergie qu’on va développer à travers la confraternité dévouée à la formation des ressources humaines en voie de naissance. Entre nous, il ne s’agit pas de la politique, mais de la fraternité et du développement durables».





Le président de la FAAPA a estimé : «Il faut de l’audace, de la résolution et du rapprochement en vue de développer un plaidoyer pouvant mettre un terme à la pauvreté des Agences de presse africaines».





A l’heure, la FAAPA dispose d’une vision stratégique. Pour preuve, c’est une institution qui fonctionne avec des stratégies permettant aussi d’améliorer les compétences managériales des directeurs des Agences de presse, pour servir efficacement son lectorat. C’est pourquoi, elle recrute de façon rationnelle, assure la formation des ressources humaines, diversifie ses produits (Dépêches) pouvant accroître ses chiffres d’affaires.





Financée par l’apport des privés, d’après son président, la FAAPA développe une vision stratégique dédiée au grand public, ainsi que des relations objectives.


La fin de la cérémonie a été marquée par la remise des diplômes aux participants, qui se sont réjouis de la qualité des enseignements et expériences puisés de la rencontre.


AGP/27/02/016 MMC/ST

 
Le reste de tous les procès verbaux attendu ce jeudi midi au siège de la CENI à Conakry


Conakry, 11 nov (AGP) – Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Général Siaka Toumany Sangaré a révélé mercredi dans une déclaration à la presse que le reste de tous les procès verbaux de la région administrative de N’zérékoré, en retard parviendrait ce jeudi au siège de son institution à Conakry.

Le président de la CENI qui a commencé mardi soir à diffuser à compte goutte les résultats du second tour de la présidentielle, estime à dimanche la publication des résultats provisoires avant celle de la Cour suprême qui, en proclamera les résultats définitifs.

A noter qu’après la publication mardi soir, des premiers résultats partiels de 17 circonscriptions électorales, le président de la CENI a publié mercredi soir les résultats de 10 autres circonscriptions électorales ci-dessous :


Commune de Matam
Cellou Dalein 23 428 voix soit 33,80%
Alpha Condé 45 912 voix soit 66,20%

Commune de Ratoma
Cellou Dalein 171 759 voix soit 67%
Alpha Condé 84 591 voix soit 33%

Boké
Cellou Dalein 55 882 voix soit 59,09%
Alpha Condé 36 695 voix soit 40,91%

Dubréka
Cellou Dalein 23 664 voix soit 38,85%
Alpha Condé 37 255 voix soit 61,65%

Dinguiraye
Cellou Dalein 22 588 voix soit 69,70%
Alpha Condé 9 821 voix soit 30,30%

Lelouma
Cellou Dalein 41 890 voix soit 95,66%
Alpha Condé 1 900 soit 4,34%

Mamou
Cellou Dalein 88 450 voix soit 88,39%
Alpha Condé 10 500 voix soit 10,61%

Pita
Cellou Dalein 75 081voix soit 96,13%
Alpha Condé 3 019 voix soit 3,87%

Tougué
Cellou Dalein 37 283 voix soit 96,49%
Alpha Condé 1 358 voix soit 1,51%

Kankan
Cellou Dalein 6727 voix (pourcentage non communiqué)
Alpha Condé 93675 voix (pourcentage non communiqué)

AGP/11/11/010 MFD/AB/ST

 
AVIS D’APPEL D’OFFRES DE LA BANQUE CENTRALE DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE


Dans le cadre de l’exécution de son programme budgétaire 2015, la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) exprime des besoins parmi lesquels figure l’acquisition de cartouches d’encre pour imprimantes.
Le financement est assuré sur les ressources propres de la BCRG.

A cet effet, la Banque Centrale de la République de Guinée lance le présent appel d’offres et invite toutes les entreprises établies régulièrement en République de Guinée à y répondre en présentant leur soumission.

L’appel d’offres a pour objet la livraison à la Banque Centrale de cartouches d’encre pour imprimantes tels que décrit dans le présent cahier.

L’ensemble des prestations fera l’objet d’un lot unique.

- Lot unique : fourniture de cartouches d’encre pour imprimantes
La consultation est ouverte à toutes les sociétés spécialisées, petites et moyennes entreprises (PME), immatriculées au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM), ayant au moins trois (3) ans d’expérience dans la fourniture de cartouches d’encre pour imprimantes et localement installées en République de Guinée conformément aux Actes uniformes de l’OHADA.

Le dossier d’appel d’offres, rédigé en langue française, pourra être obtenu auprès de la Direction de la logistique de la BCRG contre paiement par chèque barré émis à l’ordre de la BCRG d’une somme de GNF 1.000.000 (un million de francs guinéens) non remboursable.

Les offres devront être présentées en quatre (4) exemplaires, dont un original et trois (3) copies, le tout rédigé en français dans une enveloppe anonyme et déposé au Secrétariat de la Direction de la logistique (BCRG 2ème étage, porte 236) au plus tard le 23 avril 2015 avant 16 heures, date limite de dépôt des offres.

Les soumissionnaires demeureront engagés par leurs offres jusqu’à quatre vingt dix (90) jours, à compter de la date limite et remise des offres.

Les offres seront ouvertes en séance publique le 24 avril 2015 par une commission de la Banque centrale mandatée à cet effet.

Les candidats devront strictement se conformer aux règlements d’appel d’offres joints au dossier sous peine de voir leur offre purement et simplement rejetée.

LA BANQUE CENTRALE

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée


La trente unième (31ème ) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 31 juillet 2014 de 09h 10 à 09h 35.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1 USD = 6 859, 6590 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
________________________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex : 22 225 BAREG- GE

 
La Culture africaine de Guinée en deuil : Papa Yans est décédé vendredi à Conakry !


Conakry, 19 août (AGP)- La Culture africaine de Guinée a perdu un de ses plus grands mécènes, Sékou Yansané, alias Papa Yans pour les intimes, vendredi, 19 août 2016, à l’Hôpital de l’Amitié Sino-guinéenne, sis à Kipé dans la commune de Ratoma à Conakry, par suite d’un arrêt cardiaque, a-t-on appris de source familiale.





Désormais feu Papa Yans, très connu du monde culturel ouest africain, était manager et l’un des fondateurs du célèbre groupe traditionnel «Les Etoiles de Boulbinet».





Il laisse ainsi un grand vide, comme d’autre, mécènes, qui sera difficile à combler.


Que son âme repose en paix Amen !


AGP/19/08/016 AKT/ST

 
Le parcours succinct de la présidente du CNC


Mme Martine Condé âgée de 62 ans est née au quartier Saint Alexis dans la préfecture de Siguiri, mariée et mère de trois enfants ; elle a sortie de l’Université d’Otawa au Canada avec une Maîtrise en Communication où elle a figuré au tableau d’honneur.

En 1970, elle obtient son Brevet de technicien supérieur, option secrétariat. En 1976, elle décroche son certificat de langue anglaise à l’Université de Cambridge en Grande Bretagne.

Sur le plan expérience, Mme Condé a été directrice de la Production Audiovisuelle et de Conseil en Communication (Stimulus communication qui a pignon sur rue à Conakry).

Directrice fondatrice en 2005 de la publication ‘’Le Miroir’’, membre fondatrice du journal ‘’Le Soleil’’ avec feu Aboubacar Condé.

Avec d’autres hommes des médias, elle a procédé au lancement de la Radio Soleil FM. Membre fondatrice du médium en ligne dénommé ‘’lescarnetsdeguinee.com’’.

S’agissant de la vie associative qui l’intéresse aussi à plus d’un titre, il faut signaler que la nouvelle responsable de l’instance de régulation des médias guinéens est membre de l’Association des Professionnelles Africaines de la Communication (APAC-Guinée) et membre de l’Association Guinéenne des Femmes Leaders AFL).

Par ailleurs, en tant qu’experte conseillère en Communication de 1997 à fin 2000, Martine Condé a œuvré à intégrer aux stratégies sectorielles de tous les départements ministériels, la composante communication. C’est elle qui a dirigé l’équipe chargée de l’élaboration du programme cadre d’appui à la presse publique et privée du ministère de l’Information.

Dans le monde du Cinéma, de 1985 à 1990, elle est Directrice d’Agence du Consortium Interafricain de Distribution, de Production et d’Exploitation Cinématographique à Bamako ensuite à Abidjan.

De 1983-1985, Chef du Service Prospection de Zama Publicité à Ouagadougou au Burkina Faso.

En 1983 toujours, elle est Consultante du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) dans le cadre de sa 8ème Edition, en participant à la création et l’organisation du 1er Marché International du Cinéma Africain (MICA).

Résultat, des lauriers dont « Un Cri dans le Sahel » Vidéo Beta 32 minutes (1994) ; Couleur Prix Regard de femmes » FESPACO 95 ; Prix de la Créativité du festival Vues d’Afrique 1995 (Montréal Canada), Mention spéciale jury « Regard sur les Télévisions Africaines » décerné par TV5, « Messages des Femmes pour Beijing» documentaire vidéo Béta 52 minutes couleur diffusé à la 4ème conférence mondiale sur les Femmes et à la conférence mondiale des Parlementaires à Bucarest (octobre 1995), Prix ACCT Vue d’Afrique 1996 Montréal Dak d’Or RECIDAK Dakar (1996).

‘’Etre Femme d’Aujourd’hui’’ (Guinée) vidéo Beta 26 minutes (1998), « Wanted Excision» (Guinée) vidéo Beta 23 minutes (1999),
‘’Solidarité avec la Guinée’’ video Beta 13 minutes (2000), PNUD-Guinée : « L’Affaire de Tous» vidéo Béta 22 minutes /PNUD- Guinée sur la scolarisation des filles, « Societe Civile, si on en parlait» video de 26 mm (2001).

Mme Martine Condé aussi est consultante internationale et prête ses services à divers organismes sur des questions liées entre autres, au Genre et à la Communication.

A noter que la nouvelle présidente du CNC a eu à travailler en partenariat avec, des départements ministériels en Guinée et ailleurs, des institutions telles le PNUD, IFES et l’USAID.
AGP/13/1/011 AMS/ST

 
Guinée/ Réconciliation Nationale : la Commission de réflexion à la recherche des voies appropriées


Conakry, 11 août (AGP)- La Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale (CPRN) en Guinée a conféré, mardi, 11 août 2015, à la Maison de la presse, avec les médias des services public et privé, sous la présidence de l’Imam Ratib de la Grande Mosquée Fayçal de Conakry, El hadj Mamadou Saliou Camara et l’Archevêque de Conakry, Mgr Vincent Coulibaly, rapporte l’AGP.





La rencontre a eu pour objectif, d’échanger avec les journalistes sur le bilan des Sessions d’information, tenues du 09 au 29 juillet dernier avec les parties prenantes au processus de réconciliation nationale.





Par le biais de la présente conférence, la Commission vise le partage de sa vision avec les hommes des médias, de même que les enjeux liés à l’obligation assignée aux personnalités mandatées pour murir sur un projet de grande envergure.





Dans cette bataille, à la fois délicate et glorieuse, la CPRN bénéficie de l’appui technique du Haut-commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).





Aux dires des responsables de la Commission, les consultations nationales se dérouleront suivant une approche participative et inclusive, qui associe les méthodes quantitatives et qualitatives. D’où, le choix de quatre (4) formes de consultations à savoir, les entretiens individuels, les entretiens des groupes focaux, les rencontres communautaires et les consultations par plateforme internet (Réseaux sociaux).





C’est pourquoi, dans une déclaration conjointe, la CPRN a sollicité l’implication effective des médias et des Organisations de la Société Civile (OSC) dans le cadre du processus de justice transitionnelle dans laquelle, la République de Guinée est engagée.





A l’analyse, les guinéens, soucieux de la réconciliation nationale, expriment déjà un souci commun, celui d’accorder une place de choix à la vérité, à la justice et aux réparations, dans le strict respect de la personne humaine.





Bref, des questions-réponses ont meublé la rencontre de la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale (CPRN) avec la presse nationale.


AGP/11/08/015 MMC/KS/FDF/ST

 
AVIS D’APPEL D’OFFRES DE LA BCRG DU MERCREDI, 06 AOUT 2014


Dans le cadre de l’exécution de son programme budgétaire 2014, la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) exprime des besoins parmi lesquels figure la fourniture des cartouches d’encre pour imprimantes de la BCRG.

Le financement est assuré sur les ressources propres de la B.C.R.G.

A cet effet, la Banque Centrale de la République de Guinée lance le présent appel d’offres ouvert et invite toutes les entreprises spécialisées à y répondre en présentant leur soumission.

L’Appel d’offres a pour objet la fourniture des cartouches d’encre pour imprimantes de la Banque centrale telles que décrites dans le présent cahier.

L’ensemble des prestations fera l’objet d’un lot unique :

‘’FOURNITURE DES CARTOUCHES D’ENCRE POUR IMPRIMANTES’’

La consultation est ouverte à toutes les sociétés spécialisées, ayant au moins trois (3) ans d’expérience dans la fourniture des cartouches d’encre pour imprimantes de la BCRG.

Le dossier d’appel d’offres, rédigé en langue française, pourra être obtenu auprès de la Direction de la Logistique de la B.C.R.G. contre paiement par chèque barré ou certifié de la somme de GNF 1 000 000 (un million de francs guinéens) non remboursable.

Les offres devront être présentées en quatre (4) exemplaires, dont un (1) original et trois (3) copies, le tout rédigé en français dans une enveloppe anonyme et déposé au Secrétariat de la Direction de la Logistique ( BCRG 2ème étage, porte N° 236) au plus tard le 05 septembre 2014 avant 16 heures, date limite de dépôt des offres.

Les soumissionnaires demeureront engagés par leurs offres jusqu’à quatre vingt dix (90) jours, à compter de la date limite de remise des offres.

Les offres seront ouvertes en séance publique le 08 septembre 2024 par une Commission de la Banque Centrale mandatée à cet effet.

Les candidats devront strictement se conformer aux règlements d’appel d’offres joints au dossier sous peine de voir leur offre purement et simplement rejetée.

La Banque Centrale
__________________________________________________Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 )30 41 26 51 ; Téléphax : (+224)30 41 48 98 Télex : 22 225 BAREG- GE

 
Publireportage :

La course pour être le Milliardaire chez Cellcom, c’est maintenant ou jamais!


Conakry, 11 jan (AGP)- Changez votre vie ! Réalisez tous vos rêves ! Profitez au maximum de la vie de luxe comme vous ne l’avez jamais imaginé ! Visitez les plus belles villes du monde ! Offrez-vous la maison dont vous avez toujours rêvé ! Achetez le dernier 4x4 flambant neuf sorti d’usine ! Oui ! Vous êtes le Milliardaire ! Et c’est maintenant ou jamais !





Gratuit ! Totalement gratuit, pas un seul franc pour tenter votre chance et être le prochain Milliardaire de Cellcom ! Vous rechargez une carte de 10.000 GNF et tout de suite vous êtes dans la course des gagnants pour remporter la somme de 1 Milliard GNF.





Vous n’avez plus que quelques semaines pour changer votre vie ! Imaginez-vous maintenant Milliardaire ! Après Ibrahima Diané le gagnant de la somme de 50.000.000 GNF, c’est maintenant votre tour, de profiter de 1 Milliard de GNF offert par Cellcom grâce à votre carte de recharge de 10.000 GNF. Vous rechargez 10.000 GNF vous communiquez à un cout qui défie toute concurrence et qui vous permet d’avoir un Milliard de GNF. Ça vaut le coup !





Aujourd’hui à quelques semaines de la fin de cette campagne dénommée Cellcom Milliardaire c’est le bon moment de tenter votre chance en rechargeant une carte de 10.000 GNF pour être le seul et l’unique gagnant de la somme de 1 milliard et être un Milliardaire.





Cellcom n’est pas à sa première expérience avec une telle campagne, qui offre de l’argent cash aux abonnés, la société de téléphonie a déjà offert 65 millions et 650 millions remporté par (Mr Diallo Abdoulaye en février 2013) lors de leurs différentes campagnes Millionnaires. La campagne Cellcom Milliardaire offre la chance à tous les abonnés qui rechargent 10.000 GNF d’avoir un cadeau et les précédentes campagnes ne concernaient que quelques abonnés chanceux.





Cellcom est reconnu pour sa grande générosité envers ses clients et elle vient de le prouver une fois de plus avec cette campagne.





Alors vous n’êtes pas encore un abonné Cellcom ? Vous attendez quoi ?





Rejoignez le mouvement ! Rejoignez Cellcom !


Cellcom vous offre le meilleur service, les meilleurs produits et la meilleure valeur pour votre argent. Rejoignez le mouvement, rejoignez Cellcom !





Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/11/01/016 Cellcom/AGP

 
Page noire :

Hadja Ténèn Mara, fervente militante du RPG/Arc-en-ciel, tire sa révérence à Dabola à l’âge de 98 ans


Hadja Ténèn Mara, connue sous le sobriquet, ‘’Double-Mara’’, est décédée dans la matinée du lundi, 18 avril 2016, aux environs de 10 heures TU, à l’Hôpital préfectoral, quartier Dabolakörö, Commune Urbaine (CU) de Dabola, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture.





Morte des suites d’une hypertension artérielle, ‘’Double-Mara’’, originaire de la sous-préfecture de Bissikirima, a commencé le militantisme en faveur du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) au début des années 1992. Ainsi, elle s’est sacrifiée, corps et âme, pour la cause de ce parti politique.





Fodéba Kanté, ancien secrétaire général du RPG à Dabola se souvient de Hadja Ténèn, sa camarade de lutte :





«C’était une vraie militante du RPG. Durant son combat, elle n’a jamais cédé aux provocations malgré les situations politiques. Depuis que j’ai fait sa connaissance, je n’ai pas eu connaissance de sa maladie, à plus forte raison son hospitalisation. Bref, elle était très généreuse, accueillante et ouverte à tout le monde. Nous prions pour le repos éternel de son âme…».





Aux dires de Fodéba Kanté, le chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé a promis d’envoyer une mission, vendredi, 22 avril 2016, pour les condoléances d’usage.





Par sa bravoure, sa détermination en faveur du RPG, Hadja Ténèn Mara a toujours été considérée par le président Alpha Condé comme sa maman.





A noter, que ‘’la célèbre Double-Mara’’, ancienne danseuse du rythme ‘’Boundjany’’, a été inhumée lundi, 18 avril, dans son Dabola natal.





Toute l’équipe de la rédaction de l’AGP présente à la famille éplorée et au RPG, ses condoléances les plus attristées. Que le Tout-puissant Allah lui accorde sa grâce éternelle. Amen !

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du jeudi 29 janvier 2015


La Quatrième (4ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2015 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 29 janvier 2015 de 09h15 à 09h 50mn.

La séance a réuni la BCRG et treize (13) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 7 134, 5202 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Page Noire :


Les familles Sow, Bah, Baldé, Barry, Diallo, Lam, Kane, Amis et alliés de Timbi-Madina, Timbi-Tounni, Dalaba, Dinguiraye et Dabola ont la profonde douleur de porter à votre connaissance le décès d’El hadj Thierno Hassane Sow, Ingénieur des ponts et chaussées, domicilier à Hamdallaye CBG.

Décès survenu dans la nuit du vendredi, 04 à samedi, 05 septembre 2015 vers 1 heure du matin des suites d’une courte maladie.



Le défunt a été notamment :



  • Conseiller technique à l’ACGP

  • Directeur national des Investissements routiers

  • Directeur général des Travaux publics

  • Chef division Infrastructure et équipement au Bureau central d’étude des projets

  • Conseiller technique du premier ministre Lansana Béavogui

  • Ingénieur chargé des Projets à OFAB-CBG.





Le programme des funérailles fera l’objet d’un communiqué ultérieur. Paix et repos à son âme Amen !!!

 
Le président de la République a récemment reçu en audience à Conakry, le PDG de SSH WORLD Wide and Project


Conakry, 6 mars (AGP)- Le président de la République, Pr Alpha Condé a reçu en audience, le 2 mars dernier, au Palais Sèkhoutouréya dans la commune de Kaloum à Conakry, une délégation de la société marocaine SSH World Wide and Project, venue lui faire part de son intention d’investir dans le domaine agricole en Guinée, a rapporté le Bureau de Presse de la Présidence.

Dans cette perspective, ce consortium d’entreprises s’intéresse principalement à la production du riz, dans le but, d’aider davantage la Guinée dans son programme de lutte engagé pour une auto suffisance alimentaire en faveur de la population, en développant l’agriculture.

A l’issue de cette audience, le PDG de la société SSH World Wide and Project, Said Mouhyi a précisé, que leur entretien avec le chef de l’Etat, était axé sur leur arrivée en tant qu’investisseurs en Guinée et qu’ils sont intéressés par la production du riz.

Concernant ce projet agricole, M. Mouhy a dit déjà être en contact avec le département de l’Agriculture par ce que, selon lui, il travail déjà avec le ministre et le secrétaire général de ce ministère sur un projet concret dont les travaux sont lancés.
AGP/6/3/012 ST/JPO/ST

 
Guinée-Politique/ Présidentielle 2015 : le président Alpha Condé désigné officiellement comme candidat du RPG/Arc-en-ciel à l’élection du 11 octobre


Conakry, 11 août (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé a présidé, mardi, 11 novembre 2015, au Palais du peuple de Conakry, la cérémonie de clôture des travaux de la Convention Nationale du RPG/Arc-en-ciel, à l’occasion de laquelle, il a été officiellement désigné candidat de ce parti à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, rapporte l’AGP.





C’était en présence du président de l’Assemblée Nationale (AN) de Guinée, honorable Claude Kory Kondiano, des membres du gouvernement, des représentants des institutions républicaines et des missions diplomatiques accréditées en Guinée.





Durant trois jours, les 127 Fédérations du RPG/Arc-en-ciel ont débattu des questions liées au bon fonctionnement du parti pour mieux préparer l’élection du 11 octobre 2015, mais surtout la désignation du Pr. Alpha Condé, comme candidat du parti à l’élection présidentielle prochaine.





Les 127 Fédérations et 936 membres, qui ont pris part aux travaux de cette Convention nationale du RPG/Arc-en-ciel, ont jugé positifs les cinq ans de leur candidat à la tête du pays. Chose qui leur a poussé à lui renouveler leur confiance pour un second mandant.





Plusieurs allocutions (des femmes, des jeunes, des mouvements de soutien et du Bureau Politique National du RPG/Arc-en-ciel), toutes axées sur le choix du candidat, ont marqué la cérémonie de clôture de cette Convention.





A l’occasion, le candidat désigné du RPG/Arc-en-ciel à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, Pr. Alpha Condé a, d’entrée, salué l’élection de Hadja Rabiatou Sérah Diallo à la tête du Conseil Economique et Social (CES) qui, selon lui, incarne la valeur de la femme africaine, particulièrement la femme guinéenne.





‘’Je remercie également les militantes et militants du parti qui ont sacrifié de gros efforts pour le rayonnement des valeurs et la mission que s’est fixé le parti depuis sa création jusqu’à nos jours. Moi, je ne présente pas mon bilan, c’est au peuple de le faire’’, a dit ensuite le président de la République.





Pour Alpha Condé, la maladie Ebola a amené à tirer beaucoup de leçons, dont notamment chercher à attirer les investisseurs vers le pays. Car, c’est l’investissement qui ferme les portes du chômage dans un pays. «Avec le RPG/Arc-en-ciel, la montagne sera déplacée», a-t-il ajouté.


AGP/11/08/015 MKC/KS/FDF/ST

 
Les résultats partiels de certaines préfectures de la Haute Guinée et de la Guinée Forestière ont été publiés jeudi à Conakry


Conakry, 12 nov (AGP)- Après la publication mercredi soir, des résultats partiels de 10 circonscriptions électorales, le président de la CENI a publié jeudi, 11 novembre dans la soirée, les résultats des préfectures de Kankan, Beyla, Yomou, Lola et N’Zérékoré ainsi que le résultat de la Commission Electorale d’Ambassade d’Allemagne.

Voici les détails desdits résultats partiels :

Kankan

Inscrits : 148004;

Votants : 103817 ;

Bulletins nuls : 3412;

Suffrage exprimé : 100402 ;

Taux de participation : 70,14%

Suffrage exprimé par candidat

Mamadou Cellou Dalein Diallo : 6727 soit 6,70%

Pr. Alpha Condé : 93675 pour 93,30%

Beyla

Inscrits : 95288

Votants : 57092

Bulletins nuls : 2453

Suffrage exprimé : 54639

Taux de participation : 57,34

Suffrage exprimé par candidat

Mamadou Cellou Dalein Diallo : 4827 pour 8,83%

Pr. Alpha Condé : 49812 pour 91,17%

Commission Electorale d’Ambassade d’Allemagne

Inscrits : 592

Votants : 388

Bulletins nuls : 3

Suffrage exprimé : 385

Taux de participation : 64,88%

Suffrage exprimé par candidat

Mamadou Cellou Dalein Diallo : 209 soit 54,29%

Pr. Alpha Condé : 176 soit 45,71%

Yomou

Inscrits : 51707

Votants : 24370

Bulletins nuls : 1763

Suffrage exprimé : 22607

Taux de participation : 47,13%

Suffrage exprimé par candidat

Mamadou Cellou Dalein Diallo : 3269 pour 14,47%

Pr. Alpha Condé : 19338 pour 85,53%

Lola

Inscrits : 75135

Votants : 36855

Bulletins nuls : 3703

Suffrage exprimé : 38152

Taux de participation : 49,11%

Suffrage exprimé par candidat

Mamadou Cellou Dalein Diallo : 4986 soit 15,04%

Pr. Alpha Condé : 28166 soit 84,96%

N’Zérékoré

Inscrits : 159973

Votants : 85576

Bulletins nuls : 4678

Suffrage exprimé : 80898

Taux de participation : 53,49%

Suffrage exprimé par candidat

Mamadou Cellou Dalein Diallo : 13219 soit 16,34%

Pr. Alpha Condé : 67679 pour 83,66%
AGP/12/11/010 FDF/ST

 
Publireportage : Découvrez cette semaine l’équipe des champions qui ira à Barcelone !


Conakry, 02 fév (AGP)- Ils ont activé ! Ils ont prouvé leur talent ! Ils sont finalistes ! Qui parmi eux se rendra à Barcelone pour un mois ? Qui parmi eux rencontrera des joueurs de l’équipe de Bracelone ? Qui de Naby Bangoura de Dixinn, de Manga Fodé Sylla de Sonfonia ou de Malick Keita de Kindia sera retenu dans l’équipe finale ?





En effet, après des mois de détection de jeunes talents ! La campagne Football Académie est à sa dernière ligne droite, ils sont au total 176 à s’affronter pour qu’enfin l’équipe finale soit connue. Les matchs de la grande finale se déroulent comme suit à compter du 02 février 2016. Des équipes réparties sur 4 matchs par jour s’affronteront jusqu’à la finale prévue le jeudi 04 février prochain.





Ces jeunes talents sont passés par plusieurs étapes de détection, pour cette grande finale tous les sélections se retrouveront ensemble sur le même terrain. Les joueurs des 5 communes de Conakry et ceux de l’intérieur du pays s’affronteront au stade de la mission Catholique de Kaloum pour qu’enfin l’équipe des champions soit connue.





L’équipe finale doit se rendre à Barcelone pour un stage d’un mois en football professionnel, où ils rencontreront des joueurs confirmés de l’équipe de Barcelone, mais aussi le privilège d’être détecté par des entraineurs professionnels.




Cellcom vous offre le meilleur service ! Les meilleurs produits et la meilleure valeur pour votre argent !




Pour plus d’informations et pour profiter de toutes leurs promotions en avant-première, rendez-vous sur leur page Facebook et sur leur site internet:

Facebook Cellcom Guinée: https://www.facebook.com/Cellcomgsm?fref=ts

Site internet: http://www.gn.cellcomgsm.com

Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/02/02/016 Cellcom/AGP

 
Guinée : SOS, la Mosquée Fayçal de Conakry sous les eaux de pluie





Conakry 13 juil (AGP)- La Mosquée Fayçal de Conakry, communément appelée Grande Mosquée, connait depuis des années des difficultés d’accueil à chaque période de grandes pluies. Imbibée d’eau de toute part, elle vieillie sous le poids de la quantité d’eau de pluie qu’elle accumule chaque année, sous le regard complice des décideurs.


D’année en année, les fissures et autres ouvertures favorisant le passage des eaux de pluie pour la salle des prières se font remarquer, alors qu’il y a deux ans ou moins, des travaux dits de rénovation ou d’entretien avaient été entrepris sur cette Mosquée des années 80.


Au jour d’aujourd’hui, les fideles musulmans, qui s’y rendent avec des tapis pour les prières quotidiennes, utilisent les extrémités de la salle des prières pour s’acquitter de leur obligation religieuse. Par contre, les autres sont tenus d’utiliser les carreaux ou encore les tapis sauvés des eaux par les muezzins.


Cette «Maison de Dieu» mérite de retenir l’attention de tout musulman guinéen et d’ailleurs, dans le but de la sauver d’un éventuel écroulement sous le poids des intempéries.


AGP/13/07/016 MYS/ST

 
PAGE NOIRE

Maciré Bijou SANKON

Adjudant des Services de Douane

N’EST PLUS


Née le 31 mai 1980 à Forécariah, décédée dans la nuit du jeudi, 10 au vendredi, 11 novembre 2011 à Conakry, des suites d’une courte maladie, laissant derrière elle, une fille de 10 ans.

Fille de Fodé Sankon ‘’Kalala’’ et de Maciré Fofana ‘’Nyinté’’.

Elle a été inhumée vendredi, 11 novembre après la prière de 14 heures au Cimetière de Koloma.

La cérémonie du grand sacrifice est prévue pour dimanche, 27 novembre 2011 au domicile de ses parents, au quartier Cité de l’Air dans la commune de Matoto à Conakry.

Prions pour le repos de son âme

Amen !

 
Interview

A peine élu vice-président du JASEMA, M. Koné se prête aux questions de la presse étrangère

Réalisée à Lomé par le site AfrikMag


Conakry, 17 août (AGP)- A l’ occasion du lancement officiel du Réseau des Journalistes Africains pour la Sécurité Maritime (JASEMA), vendredi, 12 août dernier, à Lomé, la capitale togolaise, la Rédaction du quotidien panafricain Afrikmag a rencontré le premier vice-président de ce Réseau, Koné Ibrahima (KI).


Avec lui, elle a passé au peigne fin plusieurs questions relatives à la création de ce réseau, dont les enjeux, les objectifs, le rôle du réseau et tant d’autres questions. Lisez…


Afrikmag : Vous êtes à Lomé dans le cadre du lancement du réseau panafricain, JASeMa (Journalistes africains pour la sécurité maritime). Vos impressions en tant que premier vice-président de ce réseau ?


KI : Je vous remercie. Effectivement, je suis à Lomé pour le lancement du réseau JASEMA. Mes impressions sont bonnes dans la mesure où l’accueil était très chaleureux de la part de nos confrères togolais. Nous sommes venus de 15 pays africains et vu l’engouement de la part des autorités togolaises, c’est très important. Nous avons eu à travailler pour la mise en place du bureau exécutif et le lancement a été fait par le ministre togolais de la communication, des sports et de la formation civique, Guy Madjé Lorenzo. Après la délégation a été reçue par le Premier ministre. Cela dénote réellement pour moi, de la volonté du gouvernement d’accompagner le réseau dans ses objectifs. Il faut aussi dire que, le réseau a répondu à l’appel du Président togolais, Faure Gnassingbé.


De façon brève, présentez-nous le réseau, et parlez-nous de ses objectifs!


M.Koné : Il faut comprendre que les problèmes de l’insécurité sur les mers et océans se posent avec acuité ces dernières années. Entre autres problèmes la piraterie maritime, la pêche illicite, le trafic humain, de drogues et d’armes, et le phénomène des passeurs sont quelques-unes des menaces qui font chaque jour de la méditerranée un “cimetière bleu”. C’est pourquoi aujourd’hui, la mission du réseau, est de sensibiliser les populations, les utilisateurs, les acteurs de la sécurité maritime.


Donc retenez que le principal objectif du JASEMA est de sensibiliser les journalistes et les populations sur les thématiques relatives à la mer, de promouvoir les meilleures pratiques allant dans le sens de la protection des ressources que regorge la mer, et de permettre aux Etats d’engrainer d’énormes bénéfices qu’offrent l’exploitation des mers et océans.


Notre mission n’est pas de juger, mais d’apporter les informations qu’il faut à la population ; dire aujourd’hui les méfaits que nous connaissons de la pêche illicite, les méfaits que nous connaissons de la piraterie en haute mer, les méfaits que nous connaissons en jetant les produits toxiques dans la mer. Comme le disait le ministre Lorenzo, il y a des bateaux sans permis qui viennent racler le fond marin ; on tue la couche d’ozone pour la reproduction des poissons.


Et il faut savoir que, le Golfe de Guinée est une zone très poissonneuse et à cause de cette richesse en poisson, elle fait la convoitise de toutes les grandes industries en matière de pêche. En passant par l’Asie du Sud, le nord européen, vous rencontrerez toutes formes de bateaux dans nos eaux et de façon illégale. (…).


Alors quand c’est illégal, c’est de la piraterie, et le continent perd des milliards. Je vous donne l’exemple de la Guinée ; il y avait de la pêche illégale dans les eaux guinéennes où des bateaux viennent pêcher du poisson et l’état guinéen n’avait pas de mesures coercitives là-dessus.


Face à cette pêche illégale, l’Union européenne (UE) a pris des sanctions contre la Guinée, en mettant l’importation du poisson venant de la guinée sur la liste noire de l’UE. C’est une perte pour l’économie de la Guinée. Pour pallier à ce problème, prenons le Togo et la Côte d’ivoire, regarder seulement la baie, vous constaterez que, réellement avec l’avancée de la mer, on a des villages, des routes bâties à coups de milliards qui disparaissent ; alors si nous, hommes de médias, responsables politiques, ne prenons pas des initiatives pour apporter des corrections à cela, ce serait une grande perte pour le continent dans les années à venir.


Voilà pourquoi nous avons jugé bon, d’être autour du Chef de l’Etat togolais, son gouvernement et le peuple pour l’encourager sur les belles initiatives prises qui ont également conduit à l’organisation du sommet sur la sécurité maritime.


Afrikmag : La majorité des pays présents au lancement du réseau sont de l’Afrique occidentale. Votre réseau ne concerne que cette partie de l’Afrique, ou ce sont tous les journalistes d’Afrique qui sont concernés par le JASEMA?


KI : C’est vrai. Mais je dois vous dire que, tous les pays qui sont arrivés au lancement du réseau sont africains. Comme je le disais tantôt, il faut qu’il y ait un point de départ ; dans toute activité humaine, on ne commence pas par tout le monde. C’est un début pour le réseau ; ce sont les africains qui ont lancé le réseau de journalistes africains, ceux qui ne sont pas là viendront plus tard, nous allons les envoyer des messages, des courriers. Nous irons à Addis-Abeba, siège de l’Union africaine présenter le travail qui est abattu; déjà treize pays sur les 52 sur le continent, ce n’est pas petit; le nombre de départ n’est pas à négliger.


Au Togo, le gouvernement et le chef de l’Etat se sont mobilisés pour nous, bien que nous n’avons reçu de financement mais, le soutien moral est là ; Moi en quittant Lomé, je passerai par la Côte d’Ivoire, je vais discuter avec les ivoiriens, celui qui est au Sénégal discutera avec les sénégalais ainsi de suite en vue d’amener plus de pays dans le réseau ; pour l’instant, le temps n’est pas favorable puisque, le sommet aura lieu en Octobre prochain à Lomé ; sur ce, il faut aller vite, d’abord accompagner le sommet etc.


Afrikmag : Quelle est la durée du mandat de ce bureau ?


KI : Le réseau, est composé de treize membres représentant les treize pays présents au lancement. Je vous informe que, le secrétariat général est revenu au Togo, la présidence, les finances aussi. Ce n’est pas fini, tous les pays présents sont représentés, comme moi qui occupe le poste de Vice-présidence etc. Et il y a la place au sein du bureau pour les autres pays qui prendront le train en marche. Il faut comprendre que le secrétariat va tenir compte des différentes langues parlées sur le continent dans le secrétariat central. Mais, le français et l’anglais restent la langue de travail pour le réseau.


Afrikmag : Qu’est-ce qui a motivé la création de ce réseau ?


KI : Les motivations sont simples, c’est une question d’actualité ; si nous voyons tout ce qui se passe autour de nous, je veux dire l’immigration, des enfants, des jeunes qui meurent dans la mer, cela doit nous interpeller; si nous regardons aujourd’hui tout ce qui se passe sur nos côtes avec des villages entiers qui disparaissent à cause de l’avancée de la mer, aucun pays n’est épargné; avec les conflits sur le continent, la mer devient le lieu de trafic des armes, tout ceci nous amène à dire que, le problème est d’actualité et nous hommes de médias, ne devons pas rester en marge de ces dures réalités.


Figurez-vous que la pêche illicite fait perdre la somme faramineuse de 10 à 23 milliards de dollars aux pays africains ; 75 % des grandes pêcheries mondiales ont été surexploitées et sont en voie d’épuisement ; les mers et océans sont devenus des dépotoirs où sont déversés des produits toxiques qui déciment la faune et la flore marines.


Nous journalistes, nous serons là lors du sommet, et les conclusions qui en découleront, nous allons les vulgariser dans nos différents médias pour plus d’impact afin que, les gens comprennent les dangers auxquels ils s’exposent. Il faut qu’on change les habitudes envers la mer, et que le banditisme diminue et qu’un mécanisme soit créé afin de freiner le développement de la piraterie dans nos eaux ; Aujourd’hui, c’est clair que, la piraterie s’est déplacée de la Corne de l’Afrique vers les côtes ouest africaines.


Afrikmag : A court terme quelles mesures seront prises par ce réseau?


KI : Déjà, le réseau est mis sur pied, on va s’attaquer directement aux problèmes avec la vulgarisation pour ce qui est de l’importance du sommet, dire à la population ce qui va se passer du 10 au 15 octobre 2016 à Lomé, pourquoi les chefs d’états vont venir ici et qu’est-ce qu’il faut attendre de ce sommet.


Peut-être que, des pays diront en matière de sécurité, il faut former des brigades maritimes, bref il y aura des propositions et des solutions et celles-ci, nous allons les vulgariser.


En tout cas, les journalistes seront là pour donner de l’éclat, pour faire entendre et parler aussi au nom des sans voix, puisqu’il y aura un stand où tous les chefs d’état passeront pour des interviews en matière de sécurité maritime.


AGP/17/08/016 AfrikMag/AGP

 
Guinée/ Une réunion de concertation convoquée à la HAC pour lundi prochain


Conakry, 05 juin (AGP)- La Haute Autorité de la Communication (HAC) convoque, lundi, 08 juin 2015, une réunion de concertation et d’échanges avec les responsables des médias de service public et privé, suite à la polémique que suscite la Décision N°08/SC/P/ du 1er juin 2015, portant règlementation des activités des médias de service public et du secteur privé pendant la période allant du 1er juin 2015 à la veille de l’ouverture de la campagne officielle pour l’élection présidentielle du 11 octobre 2015 en République de Guinée.

L’AGP rapporte le contenu de cet avis de réunion :

COMMUNIQUE

La Haute Autorité de la Communication tiendra le lundi 8 juin 2015 à 12 Heures, à son siège au palais du 25 Août ; une réunion d’information autour de la Décision N° 08 du 3 juin 2015 relative à la règlementation des activités des médias de service public et du secteur privé pendant la période allant du 1er juin 2015 à la veille de l’ouverture de la campagne officielle pour l’élection présidentielle du 11 octobre 2015.

Sont invités à y prendre part :

Tous les Directeurs d’organes publics et privés, les Bureaux de presse de la Présidence et de la Primature, la presse étrangère accréditée en Guinée, Les représentants des Institutions et Ministères concernés par les élections, à savoir :

- l’Institution nationale des Droits de l’Homme (INDH) ;
- la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI),
- e Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation,
- le Ministère de la Communication,
- le Ministère des postes et Télécommunication et des NTIC,
- le Ministère de la Justice,
- le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile,
- le Ministère des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques,
- la FOSSEPEL,
- les Organisations de la société civile, les Partis politiques légalement constitués,
- les partenaires au développement (bi et multilatéraux) et les ONG internationales partenaires.
- Vu l’importance de l’ordre du jour, la présence de tous et de toutes est vivement souhaitée.

Conakry, le 04 juin 2015

Pour la HAC
La Présidente

Mme Martine CONDE

 
Interview «L’AGM comprend 104 antennes et plus de 15.000 membres», dixit son président Moussa Soumaré


Conakry, 19 août (AGP)- Le président de l’Association Guinée en Mouvement, a accordé une interview exclusive au correspondant communal de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) à Dixinn, pour parler de la vie de son groupement et de la situation sociopolitique de la Guinée.

C’était dimanche, 14 août 2016, au siège de sa structure dans la commune de Dixinn, à Conakry.

El hadj Moussa Soumaré, homme d’affaires et entrepreneur guinéen, est le président de l’Association Guinée en Mouvement (AGM).

AGP : Combien de membres que compose l’AGM à nos jours ?

El hadj Moussa Soumaré : L’AGM a 104 antennes implantées à travers le pays et plus de 15.000 adhérents. Ses antennes sont réparties dans les 5 communes de la ville de Conakry, dont 18 à Matoto. Elles sont également réparties dans les Régions Administratives (RA), dans les préfectures et dans les sous-préfectures de l’intérieur du pays.

AGP : Hors le soutien des actions du gouvernement de la 3ème République, Een tant que président de l’AGM, quelle est la politique mise en place pour l’accompagnement de vos membres ?

El hadj Moussa Soumaré : L’AGM a commencé d’abord à sensibiliser les populations à assainir les lieux publics et privés, en vue de permettre aux gens de connaître notre association.

En suite, nous avons formé nos membres dans l’agriculture pour leurs permettre de comprendre que le développement d’un pays doit toujours commencer par l’agriculture, car elle fait partie du secteur primaire. Et, au jour d’aujourd’hui, cela marche très bien à Forécariah, à Boké, à Lélouma, à Faranah, à Kindia, à Lola et à Macenta.

Comme en Guinée, ceux qui travaillent sont difficilement vus par les autorités, c’est pourquoi nos membres qui évoluent dans l’agriculture sont appuyés par nos propres moyens. Puisque nous n’avons pas d’aide extérieure. Seulement l’année dernière à Forécariah, le premier ministre, Mohamed Saïd Fofana nous avait fait un don. A Macenta, la Direction Préfectorale de l’Agriculture aussi nous avait fait un don en intrants agricoles et en herbicide.

Mais aussi, nous avons formé les jeunes membres de notre association que nous- mêmes avons eu à financer, dont 45 évolus actuellement dans les institutions en Guinée. Nous avons créé une société de sécurité, appelée AGM sécurité pour l’emploi des jeunes de notre association.

En fin, nous avons mis à la disposition des femmes membres de notre association un fonds de micro finance, dont nous-mêmes avons donné, pour leur permettre de financer leurs activités.

AGP : Que pensez-vous de la manifestation politique l’Opposition républicaine en Guinée ?

El hadj Moussa Soumaré : Je crois que l’opposition guinéenne est en train de voir qu’aujourd’hui le peuple de Guinée n’a pas besoin de manifestation et de trouble. Mais plutôt, le peuple a besoin de la paix, de l’unité, quelque soit celui qui est au pouvoir. Le pays a besoin de la stabilité politique pour qu’il se développe.

La Guinée vient de sortir d’une élection présidentielle libre, transparente et démocratique. Ça prouve que ceux qui ont perdu, l’on perdu. Ils n’ont qu’à accepter leur défaite et attendre la prochaine élection. Si un jour Dieu leur donne le pouvoir, d’autres aussi vont leurs écouter. Le peuple n’a plus besoin de manifestation, de casse des biens publiques et privés et de tuerie.

L’Opposition républicaine n’a pas un programme de société, c’est pourquoi elle appelle à la manifestation de rue. Elle est en train de comprendre que le mot d’ordre d’aller en manifestation ou en marche à répétition n’apportera rien au peuple de Guinée.

AGP : Quelle appréciation faites-vous du report de la tenue des élections locales en Guinée, qui était prévue pour octobre prochain ?

El hadj Moussa Soumaré : Quand j’entends parfois certains membres de l’Opposition dirent que les accords signés entre l’Opposition et l’Etat n’ont pas été respectés, mais si on regarde aujourd’hui dans les 5 communes de Conakry et ceux de l’intérieur du pays, l’Opposition est représentée. C’est l’un des points importants de ces accords.

Toutes les questions liées aux élections locales en Guinée doivent être analysées et soumises à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), car cette institution chargée d’organiser les élections est composée de, non seulement de la Mouvance présidentielle, mais aussi, de l’Opposition. Je sais que s’il y a le report de la tenue des élections locales en Guinée, c’est que nous sommes dans une crise économique.

Et cette crise aujourd’hui est mondiale. Donc, ce n’est pas seulement en Guinée. Si l’Etat n’a pas les moyens financiers, si les partenaires au développement n’ont pas réagi positivement en donnant les moyens à l’Etat guinéen, il faut en ce moment, que ces élections soient reportées jusqu’à ce qu’on trouve les moyens nécessaires. Et cela ne veut pas dire qu’il n’aura pas d’élections locales.

AGP : Je vous remercie !

El hadj Moussa Soumaré : C’est moi qui vous remercie.

AGP/19/08/016 JG/ST

 
Le Conseil des ministres a tenu sa 15ème Session ordinaire ce jeudi à Conakry


Conakry, 12 août (AGP)- Le Conseil des ministres a tenu sa 15ème Session ordinaire ce jeudi, 11 août au palais Sèkhoutouréya à Conakry de 10 heures à 12h06mn, sous la présidence du président de la République, chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé autour de quatre points inscrits à son ordre du jour.

1- Message du président de la République,
2- Compte-rendu de la Session ordinaire du Conseil Interministériel du mardi 9 août,
3- Décisions
4- Divers

Au titre du premier point, le président de la République a déploré les lenteurs dans le suivi des dossiers au niveau de l’Administration Publique.

Pr. Alpha Condé a noté, qu’il est de la responsabilité de l’Administration Publique de poursuivre les réformes nécessaires à l’instauration d’un climat sain de collaboration entre les divers segments de l’économie nationale.

Le chef de l’Etat a demandé aux membres du gouvernement d’accepter le report des congés annuels, pour faire face aux urgences de cette période.

Au titre du second point, le premier ministre, chef du gouvernement, M. Mohamed Saïd Fofana a rendu compte des questions débattues lors du dernier Conseil Interministériel tenu mardi, 9 août à Conakry.

Après de fructueux débats, le Conseil des ministres a pris plusieurs décisions

1- Il a approuvé le Projet de Correctif Budgétaire 2011 devant être soumis au Conseil National de la Transition (CNT) pour examen et adoption ;

2- La mise en place prochaine d’une Commission Nationale Provisoire composée de religieux, de sages de toutes les régions naturelles en vue de jeter les bases d’une véritable réconciliation nationale ;

3- Le Conseil a invité les départements en charge de la Justice, de l’Habitat, de l’Economie et des Finances, le gouverneur de la Banque Centrale, à soumettre au gouvernement des propositions de réformes du secteur bancaire et foncier, pour faciliter l’accès de la population aux crédits immobilier et bancaire ;

4- Le Conseil a demandé aux membres du gouvernement de se rendre dans les préfectures dans le cadre du suivi de la campagne agricole et de la sécurisation des fonds obtenus suite à la vente des intrants agricoles subventionnés par l’Etat ;

5- Le Conseil a invité le ministre du Contrôle Economique, à mobiliser le corps des Inspecteurs et Contrôleurs d’Etat, pour le suivi du fonctionnement de l’Administration Publique en procédant au besoin, à des missions ponctuelles ;

6- Le Conseil invite les ministres en charge de l’Administration du Territoire et de la Fonction Publique, à prendre toutes les dispositions utiles en vue d’entreprendre le recensement biométrique de l’effectif de la Fonction Publique ;

7- Le ministre de la Santé est chargé de créer une Commission de mise en œuvre des recommandations des états généraux, pour une réforme du secteur médical et pharmaceutique afin, d’enrayer les pratiques abusives lors des soins et au cours des achats de produits pharmaceutiques ;

8- Le Conseil a approuvé le projet de tenue des états généraux du secteur privé pour la pleine participation de ce secteur, créateur d’emplois, à la mise en œuvre du projet de société amorcé avec l’avènement de la troisième République.

Avant de lever la séance et après avoir invité le gouvernement à renforcer sa cohésion, le chef de l’Etat, a donné de larges informations sur la situation politique africaine et internationale.
AGP/12/8/011 DDD/ST

 
Publireportage :

Un an d’appel gratuit offert aux abonnés Cellcom !!


Conakry, 17 fév (AGP)- Cellcom a le plaisir d’informer son aimable clientèle du lancement, mardi, 16 février 2016 de la nouvelle campagne ‘’un an d’appel gratuit’’.





En effet, conscient de la cherté de la vie dans le monde en général et particulièrement en Guinée, Cellcom s’est attelé à la tâche de créer une campagne qui réduit les coûts de la communication et les rendre aussi abordable que possible. Cette nouvelle campagne fait bénéficier aux clients un an d’appel gratuit.




Pour bénéficier d’un an d’appel gratuit, il suffit d’accumuler au moins 20.000 GNF de crédit par semaine. La chance est offerte à près de 100 personnes par semaine, de bénéficier d’une année d’appel totalement gratuite.




Cellcom est reconnue pour sa générosité envers ses abonnés, cependant, c’est une grande première en Guinée qu’un opérateur de téléphonie offre un an d’appel gratuit à ses abonnés. Cellcom est à l’écoute de ses abonnés et recherche toujours de meilleures offres pour les accompagner dans leur vie.




Selon le Directeur Général de Cellcom Guinée, John Vasikaran, c’est une manière pour nous, d’être reconnaissant envers nos clients fidèles, mais aussi d’accueillir les nouveaux abonnés Cellcom. Parce que Cellcom partage le quotidien de ses abonnés, nous avons pour objectif de réduire les dépenses téléphoniques, afin de leur permettre d’investir dans l’éducation des enfants, dans les dépenses familiales. Nous mettons cette promotion à la disposition de nos abonnés pour que les chanceux profitent des appels Cellcom gratuits pendant un an.




Cellcom, offre aujourd’hui des plans tarifaires qui défient toute concurrence, depuis l’instauration des différentes taxes, nous avons décidé de maintenir nos prix en prenant à notre charge les taxes, afin que les abonnés Cellcom ne ressentent pas le coût élevé de la communication.





Sur nos produits 4 GNF vers tous les opérateurs, Cellcom prend en charge les taxes et revois l’activation à 400 GNF au lieu de 600 GNF. Sur la tarification à 8 GNF la seconde vers tous les opérateurs, Cellcom prend également en charge toutes les taxes, ainsi les abonnés peuvent communiquer sans se soucier des taxes à préciser John Vasikaran.




Encore une nouvelle promotion de folie pour les abonnés Cellcom ! Rechargez au moins 20.000 par semaine pour bénéficier d’un an d’appel totalement gratuit !


Alors vous n’êtes pas encore un abonné Cellcom? Vous attendez quoi ? Rejoignez le mouvement! Rejoignez Cellcom !




Cellcom vous offre le meilleur service ! Les meilleurs produits et la meilleure valeur pour votre argent !!




Pour plus d’informations et pour profiter de toutes leurs promotions en avant-première, rendez-vous sur leur page Facebook et sur leur site internet:

Facebook Cellcom Guinée: https://www.facebook.com/Cellcomgsm?fref=ts

Site internet: http://www.gn.cellcomgsm.com

Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/17/02/016 Cellcom/AGP

 
Campagne agricole 2014 2015 : le gouvernement débloque 166 milliards GNF


Conakry, 15 mai (AGP)- Le gouvernement à travers le budget national de développement (BND) a débloqué un montant de 166 milliards de francs guinéens pour l’achat des intrants, des équipements et des produits phytosanitaires, pour le compte de la campagne agricole 2014-2015, a annoncé la ministre de l’Agriculture, Jacqueline Sultan, au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi, 14 mai 2014, à Conakry.

Au cours de cette conférence qui s’inscrit dans le cadre du lancement officiel de la campagne agricole 2014-2015, Mme Sultan a mis un accent particulier sur les acquis des campagnes des trois premières années du mandat du Pr Alpha Condé. Des acquis qui, selon elle, ont aujourd’hui un impact positif sur le prix des produits locaux, notamment le riz dont le prix d’un kilogramme n’a pas dépassé, depuis trois ans, 6 500 GNF.

Ce constat est éloquent dans la mesure où avant l’accession du Pr Alpha Condé au pouvoir, le kilogramme de riz local se négociait à près de 10.000 GNF.

Elle a ensuite souligné que l’agriculture fait partie des priorités du Président de la République aux côtés des mines, de l’énergie et des infrastructures.
« Qui parle d’agriculture en Guinée, parle de potentialités que regorge le pays ; car il y a 6 200 000 ha de terres agricoles, 1 100 cours d’eaux qui prennent leur source en Guinée et une forte pluviométrie ».

Avec ces atouts, la ministre Jacqueline Sultan estime qu’en plus du fait que la Guinée soit un scandale géologique, elle et ses collaborateurs voudraient faire du pays une puissance agricole. Puissance agricole à travers la nouvelle vision de son département consacrée à développer l’agriculture guinéenne afin qu’elle soit au niveau des pays de la sous-région, de ceux du continent.

Pour elle, c’est pour rendre réaliste cette volonté du Pr Alpha Condé que la mise en place de la Lettre de politique de développement agricole (LPDA) que s’inscrit dans un plan continental dénommé le Plan national d’investissement agricole. Ce plan national qui est aujourd’hui la feuille de route du développement agricole se décline en plusieurs programmes dont les priorités sont la riziculture et la diversification des cultures pour la sécurité alimentaire.

En ce qui concerne la campagne agricole 2014-2015, Mme le ministre a fait savoir qu’à date, 99% des intrants, des équipements et des produits phytosanitaires sont déjà disponibles au niveau des chambres préfectorales d’agriculture.

La particularité de cette campagne est que la riziculture et la culture maraichère ont été prises en compte, a-t-elle précisé.

Mme Jacqueline Sultan a rassuré de la prise de toutes les dispositions pour que la présente campagne réussisse et qu’il y ait beaucoup plus de performances en matière de productivité par rapport aux années précédentes.
AGP/15/05/014 CM/JPO/AB/ST

 
Média/Les travailleurs de l’AGP réconfortent le moral de leur collègue Odette Saoromou, malade


Conakry, 9 juin (AGP)- Les travailleurs de l’Agence Guinéenne de Presse, tous ensemble, sous l’égide de leur Directeur général, Alpha Kabinet Doumbouya, ont réconforté, lundi, 9 juin, le moral de leur collègue, Odette Saoromou, malade depuis plus de trois semaines, des suites d’un accident de la circulation sur la Route Nationale N°1, Kindia-Coyah.

C’était à l’occasion du recensement biométrique des fonctionnaires et contractuels de l’Etat, au ministère de la Communication, dont les locaux de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG) Boulebinet, dans la commune de Kaloum, à Conakry, ont servi de cadre à cette opération.

Mme Odette Saoromou a, à cet effet, salué cette marque de sympathie manifestée par ses camarades de service, avant de les remercier, "du fond du cœur", pour ce geste qu’elle a dit, apprécier à sa juste valeur.
AGP/9/06/014 CM/JPO/ST

 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’UNFPA reçoit 1 millions de dollars américains du gouvernement du Japon pour améliorer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive en République de Guinée


Conakry, 04 avril (AGP)- Le Fonds des Nations Unies pour la Population, l’UNFPA, areçu1 millions de dollars américains du Gouvernement Japonais pour soutenir les efforts du Gouvernement guinéen dans le cadre du relèvement du système de santé, notamment l’amélioration de l’accès des populations aux services de santé sexuelle et reproductive.





L’UNFPA est une des organisations internationales du Système des Nations Unies qui a fortement soutenu le gouvernement guinéen à travers le Ministère de la santé dans le cadre de la mise en œuvre du plan de relance et de résilience du système de santé post Ebola. L’initiative Mano River Union qui s’est traduite par le déploiement de 68 sages-femmes dans 34 structures de santé situées dans les zones les plus touchées et à la frontière avec le Liberia et la Sierra Leone est l’un des exemples palpables du partenariat UNFPA/Japon/Guinée, à la réponse face à la maladie à Virus Ebola.





La République de Guinée a lutté deux ans durant contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Cette crise sanitaire a fait plus de 2 500 morts en Guinée (pour 3 800 cas), dont 115 agents de santé. Au-delà des pertes en vies humaines, l’épidémie a eu un important impact socioéconomique et sanitaire dans le pays.





En effet, l’organisation des Etats Généraux de la Santé en mai 2015 a révélé que le système de santé guinéen est caractérisé par (i) une morbidité et mortalité encore élevée en particulier chez les groupes les plus vulnérables y compris le couple mère-enfant, (ii) une couverture insuffisante en service essentiels de santé dont la qualité est parfois douteuse, (iii) une offre de service de santé inefficiente et inéquitable.





C’est dans ce cadre que s’inscrit le partenariat tripartite cité plus haut.Ainsi en 2016, le Japon renouvelle sa confiance dans les interventions de l’UNFPA en matière d’amélioration de l’accès aux services de santé de la reproduction en faveur des populations vulnérables comme il l’avait déjà fait en 2015 à hauteur de 992,908.87$.





Plus spécifiquement, cette assistance financière va renforcer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive incluant la disponibilité des médicaments essentiels, les fournitures des équipements et matériel médicaux, la lutte contre les MGF, la prévention des infections y compris Ebola et le renforcement des ressources humaines notamment en sages -femmes, le système d’information sanitaire et la chaine d’approvisionnement des intrants en santé de la reproduction.





Les 1 millions de dollars américains seront mis en œuvre par l’UNFPA à travers leMinistère de la Santé et couvriront les 3 régions de Labé, Kankan et Nzérékoré.











Pour plus d’informations contacter :





Dr. Kadiatou Sy, - Chargée du programme Santé de la Reproduction UNFPA-Guinée- Tel : 664397408 – Email : sy@unfpa.org





Mme Kaba Mariama Sire - Chargée de la Communication et des Relations Extérieures UNFPA Guinée - Tel : +224664 271118 – E-mail : mkaba@unfpa.org





Mr. Daiki TSUBOI-Chargé de la Coopération Economique à l’ambassade du Japon en Guinée -Tel : +224 664 55 66 49- Email: daiki.tsuboi@mofa.go.jp

 
Page de la Campagne électorale
2ème tour de l’élection présidentielle 2010 : le gouvernement suspend provisoirement la campagne du second tour en Guinée


Conakry, 13 sept (AGP)- A la suite de la montée de la tension entre les candidats au second tour de la présidentielle 2010 que sont, MM. Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, le gouvernement guinéen a, à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire tenu dimanche, 12 septembre dans l’après-midi, décidé de suspendre ‘’provisoirement’’ la campagne électorale en cours depuis déjà une semaine.

En effet, à une semaine de la tenue du scrutin du 19 septembre prochain, les militants des deux candidats se sont affrontés les 11 et 12 septembre dans la banlieue de Conakry, notamment dans les quartiers, Hamdallaye et Simbaya-Gare, faisant 1 mort, une cinquantaine de blessés et d’importants dégâts matériels.

Au vu de cette ‘’situation douloureuse’’, le gouvernement a pris des mesures urgentes et responsables au nombre desquelles, il a décidé de ‘’suspendre provisoirement la campagne en attendant de rencontrer ce lundi les deux candidats qui ont déjà marqué leur accord, d’interdire toute manifestation isolée et surtout de traduire devant les tribunaux, toute personne qui violerait l’interdiction de manifestations’’.

Sur les raisons des affrontements entre les militants des deux candidats, chacune des deux parties a rejeté la responsabilité sur l’autre.

Face à cette situation de désespoir du fait que les deux candidats avaient pourtant signé le 3 septembre dernier à Ouagadougou, à l’initiative du médiateur de la crise guinéenne, M. Blaise Compaoré, chef de l’Etat du Faso, un code de bonne conduite, les observateurs se sont interrogés sur le respect de la date du 19 septembre.

Toutefois, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), continue quant à elle, de réaffirmer sa détermination à organiser le scrutin à la date fixée.

En attendant l’issue de la rencontre ce lundi entre le gouvernement et les deux candidats, l’opinion reste encore perplexe, pourrait-on croire.

A Conakry, le tout nouveau gouverneur de la Ville, le chef de bataillon Sékou Resco Camara est monté au créneau dans une déclaration pour mettre en garde désormais contre tout fauteur de trouble mettant en cause ‘’la paix et la quiétude sociale’’ dans la capitale.
AGP/13/9/010 AB/ST

 
Publireportage : Poursuite de la campagne d’un an d’appel gratuit offert aux abonnés Cellcom !!


Conakry, 12 avril (AGP)- La société de téléphonie Cellcom poursuit sa campagne ‘’un an d’appel gratuit’’ pour le bonheur de ses fidèles abonnés, lancé depuis mardi, 16 février 2016, conscient de la cherté de la vie en Guinée, a lancé cette campagne, en vue de réduire les coûts de la communication pour ses abonnés, en vue de rendre celle-ci abordable que possible.


Pour le huitième tirage du mardi, 12 avril 2016, 100 nouveaux clients bénéficieront chacun un an d’appel totalement gratuit vers les numéros Cellcom.


Quelques heureux gagnants joint aux téléphones ce sont exprimé au micro de l’agent de Cellcom : Il s’agit de monsieur Balla Guilavogui du numéro 655 617 153, éleveur à Kissidougou « surpris à l’annonce du tirage de son numéro, ah bon merci je suis très content » ensuite poursuivant, il n’a pas tari d’éloge envers la société Cellcom en passant de la fiabilité de son réseaux et de l’attention toute particulière qu’elle prête envers ses abonnés en les offrants des cadeaux.


Le second, Mamadou Saliou Niane du numéro 657 969 696, commerçant à Madina , content ne pouvant contenir sa joie a bénie à son tour Cellcom pour tout ce qu’il fait pour les abonnés.


Pour bénéficier, il suffit d’accumuler au moins 20.000 GNF de crédit par semaine.


Pour le directeur Marketing, Asher Terry Alone dira que Cellcom partage le quotidien de ses abonnés « nous avons pour objectif de réduire les dépenses téléphoniques, afin de leur permettre d’investir dans les autres dépenses familiales. Nous mettons cette promotion à la disposition de nos abonnés pour que les chanceux profitent des appels Cellcom gratuits pendant un an».


Cellcom, le N°1 c’est Vous!


AGP/12/04/016 AKT/ST

 
AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro