EDITO
Edito du Mois/ Guinée 2018 ! Par Alpha Kabinet Doumbouya
Sur le chrono, minuit a sonné. Tous les guinéens, riches ou pauvres, se sont dits merci Allah pour m’avoir permis de franchir l&r ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Guinée : Des enseignants en colère perturbent les cours depuis vendredi dans la Commune Urbaine de Lélouma

SommaireAccueil

Conakry, 10 fév (AGP)- Un mouvement de protestation, déclenché par un groupe d’enseignants en colère contre les autorités préfectorales de l’Education, perturbe le bon déroulement des cours dans la Commune Urbaine (CU de Lélouma depuis vendredi, 09 février 2018, rapporte le correspondant de l’AGP près le Gouvernorat de la Région Administrative (RA) de Labé en Moyenne Guinée.


Ce groupe, constitué en collectif des enseignants de Lélouma, a organisé ce vendredi, une marche pacifique pour protester contre l’affectation, jugée «arbitraire», à Mandiana du secrétaire général du Bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), Ansoumane Diallo, jusque-là conseiller général au Collège de la CU et favorable à la démarche radicale du syndicaliste Aboubacar Soumah.


Cette manifestation pacifique des enseignants de Lélouma est partie de la Place des Martyrs pour le Bloc administratif préfectoral, en passant par la Direction Préfectorale de l’Education (DPE).


Les manifestants exigeaient l’annulation de la décision signée du chef de Cabinet du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), El hadj Alhassane Diakité.


Ils dénonçaient aussi certains cadres en poste à la DPE de Lélouma, qu’ils accusent de rapporter les enseignants à leur chef de service. Il s’agit, entre autres, des sieurs Sony Right, Ibrahima Baldé et Hassimiou Barry, nommément cités dans le mémorandum des manifestants.


Dans ce document de 06 points de revendication, soumis aux responsables des Organisations Locales de la Société Civile (OLSC) qui tentent une médiation, les enseignants en colère dénoncent également le traitement de faveur que le directeur préfectoral de l’Education de Lélouma, Souleymane Kaba accorde à son épouse depuis qu’il a pris fonction dans la préfecture il y a 06 ans.


«Elle prend régulièrement son salaire alors qu’elle n’a pas enseigné depuis qu’elle est venue à Lélouma rejoindre son mari, Souleymane Kaba, directeur préfectoral de l’Education. Pendant ce temps, il y a des enseignants qui sont victimes de suspension de leurs salaires pour simplement 03 à 04 jours d’absence», ont-ils expliqué au président du Conseil Préfectoral des Organisations de la Société Civile (CPOSC) de Lélouma, Mamoudou Dembaye Diallo. C’était au cours d’une réunion de crise, tenue à la devanture de la Bibliothèque préfectorale.


A cette rencontre, les membres de ce collectif des enseignants de Lélouma ont demandé l’implication des acteurs de la Société Civile (SC) pour le départ, sans conditions, du directeur préfectoral de l’Education, Souleymane Kaba et ses proches collaborateurs, Sony Rigth, Ibrahima Baldé et Hassimiou Barry.


En réaction, le président du CPOSC, Mamoudou Dembaye Diallo a promis de transmettre le mémorandum du collectif des enseignants aux autorités compétentes, mais prévient qu’il n’accompagnera jamais la doléance visant à chasser un fonctionnaire de Lélouma.


Dans sa communication, le président du CPOSC a expliqué aux jeunes enseignants, avoir lui aussi subi beaucoup de cas d’arbitraire allant jusqu’à la suspension de son salaire, mais «je n’ai jamais demandé le départ de quelqu’un.


Je me suis toujours battu pour me faire rétablir dans mes droits sans demander le départ de quelqu’un».


La médiation de la SC a obtenu, dit-on, «le principe de l’annulation de la mutation du jeune syndicaliste, Ansoumane Diallo, à Mandiana».


Peu avant cette réunion de crise à l’initiative de la SC, les autorités préfectorales de l’Education avaient déjà levé la suspension du salaire d’un autre enseignant de la localité, L. Traoré, également proche du syndicaliste Aboubacar Soumah.


Avec ces bonnes nouvelles, les membres de ce collectif des enseignants de Lélouma ont accepté de reprendre les cours à partir du lundi, 12 février 2018, «si et seulement si le mot d’ordre de grève lancé par le syndicaliste Aboubacar Soumah, n’a pas lieu».


AGP/10/02/018 ISD/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro