EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Poursuite de la grève des enseignants dans la préfecture de Dubréka

SommaireAccueil

Conakry, 20 fév (AGP)- La grève générale illimitée des enseignants, déclenchée le 12 février 2018 par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), branche Aboubacar Soumah, s’est poursuivie lundi, 19 février dans la préfecture de Dubréka, a constaté le correspondant préfectoral de l’AGP dans la localité.


Dans beaucoup d’écoles les cours ne sont plus donnés depuis. Les établissements sont quasi vides, seul l’encadrement assure le service minimum.


A l’exception de certaines écoles privées, après une semaine de grève, les cours sont toujours perturbés, voire même arrêtés. La Direction Préfectorale de l’Education de Dubréka (DPE) a essayé beaucoup de stratégies pour permettre aux enfants qui arrivent à l’école de recevoir des cours, en mettant à contribution certains enseignants. Elle a du mal, aujourd’hui, à couvrir les besoins.


Ce lundi, des élèves venant des écoles publiques se sont attaqués aux écoles privées où des cours sont reçus. C’est le cas de l’école privée Saint David à Kagbélén-Village, secteur Kalékhouré où le censeur de l’école a été agressé et blessé. Les élèves furent contraints de sortir des classes et rentrer à la maison.


Ce sont plusieurs écoles privées qui se sont retrouvées dans cette situation lundi matin. Dans ces établissements, l’on a été obligé d’arrêter les cours par crainte d’escalade de violences. La même psychose s’est emparée des taximen qui ont, à un moment, arrêté de circuler parce que les élèves étaient trop dans les rues en partance pour la maison.


Heureusement en dehors de Kagbélén, les cas de violences n’ont été enregistrés nulle part. Mais, à voir l’évolution des choses, il est impérieux que des dispositions utiles, facilitant la reprise des cours dans les écoles, soient aussitôt prises.


Par contre à Conakry, une manifestation survenue, lundi, 19 février, a fait un mort dans la commune de Ratoma. Il s’agit d’un gendarme qui, selon le chargé de Communication de la Gendarmerie Nationale, a pris un coup de pierre sur la tempe et qui lui a été fatal.


AGP/20/02/018 ACD/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro