EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Un homme de 56 ans abattu par des inconnus à Dubréka

SommaireAccueil

Conakry, 20 fév (AGP)- Un homme de 56 ans a été abattu par des inconnus, dans la nuit de lundi, 19 à mardi, 20 février 2018, au quartier Kènèndé dans la préfecture de Dubréka, rapporte l’AGP.


La victime serait sortie de sa chambre aux environs de 5h le matin pour faire ses ablutions, lors qu’il a été atteint par une balle à la poitrine. Fodé Tondon Sylla, c’est son nom, était manœuvre topographe à la Direction Préfectorale de l’Habitat de Dubréka, marié à 02 femmes et père de 15 enfants.


C’est à son domicile, sis au quartier Kènèndé, secteur Sèguèya, que Fodé Tondon Sylla a été abattu alors qu’il s’apprêtait pour la prière du l’aube.


Naby Tondon Sylla alias Billy Jacques en service à l’Habitat de Dubréka, qui est son grand frère, dit que ça ne peut pas être un règlement de compte, parce que le bonhomme n’avait aucune relation louche, il travaillait honnêtement pour nourrir sa famille. Qu’il s’en remet ainsi à Dieu.


Le défunt a été froidement assassiné par des inconnus et pour des raisons encore inconnues.


Selon ceux qui l’ont côtoyé, il était un homme bon, sans problème, très respectueux.


Selon les parents du défunt, dès après l’acte, ils se sont immédiatement rendus à la Brigade de recherche basée à Dubréka pour en informer, mais leur déclaration n’a pas été prise au sérieux.


A la place de la Brigade de recherche, c’est les inspecteurs de la Police qui sont arrivés sur les lieux, çà aussi tardivement.


«Cette attitude a frustré plus d’un. Surtout qu’à Dubréka, l’une des villes les plus criminogènes de la Guinée, les enquêtes criminelles n’ont jamais fait de résultats satisfaisants», lance-t-on.


AGP/20/02/018 ACD/ST

javascript:void(0)

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro