EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Labé : La grève toujours largement suivie dans la préfecture

SommaireAccueil

Conakry, 20 fév (AGP)- La grève des enseignants, dans sa deuxième semaine, continue d’impacter profondément le système éducatif dans la préfecture de Labé, rapporte le correspondant a préfectoral de l’AGP sur place.


Du niveau primaire jusqu’au niveau universitaire, en passant par le secondaire, toutes les écoles sont restées fermées mardi, 20 février.


Au Collège Konkola par exemple, les responsables étaient présents dans la cour et toutes les portes des salles de classe ouvertes, sans aucun enseignant ni élève.


A Bhoundou Gandal, au Complexe Yacine Diallo et celui de Saint André, tous des complexes privés, les portails étaient cadenassés.


Dans les établissements publics les plus peuplés de la ville, comme Hoggo Bouro, Lycée Wouro et Collège Thyndel, Lycée Général Lansana Conté, il n’y avait ni élèves encore moins d’enseignants.


Faisant le tour de la ville, nous avons rencontré le représentant à Labé du SLECG en grève, Alpha Mamadou Cellou Diallo, qui s’est exprimé à notre micro :


«Les menaces du gouvernement de suspendre notre salaire du mois de février ne nous fera pas reculer. D’ailleurs, c’est une provocation à nos yeux. Nous réclamons ce qui nous a été arraché justement», a affirmé Alpha Mamadou Cellou Diallo.


Dans la sous-préfecture de Popodra, située à 16 Km au nord-est de Labé, Sannoun et Djonfo, tout comme dans les autres sous préfectures, aucune école n’a fonctionné en ce début de semaine. C’est la deuxième grève déclenchée à moins de 04 mois par le SLECG d’Aboubacar Soumah, considéré comme exclu du mouvement syndical aux yeux du gouvernement de Mamady Youla.


Malgré la division qui mine le SLECG, Aboubacar Soumah arrive à freiner le système éducatif guinéen. La dernière grève avait duré un mois faisant des pertes en vies humaines du côté des élèves manifestants, et beaucoup de dégâts matériels à Conakry et à l’intérieur du pays.


Depuis le début de cette autre grève, lancée le 12 février, aucun incident majeur n’a été notifié dans toute la préfecture de Labé.


De sources concordantes, le tout nouveau médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana, ex-premier ministre, chef du gouvernement, a rencontré le leader ce mouvement social, Aboubacar Soumah, dans l’après-midi du lundi, 19 février, pour tenter de dénouer la situation.


A rappeler, que cette grève a été déclenchée, lundi, 12 février 2018, par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), sous la conduite du sieur Aboubacar Soumah.


AGP/20/02/018 MSD/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro