EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Les facteurs de dégradation de l’environnement dans la préfecture de Koubia et leurs conséquences

SommaireAccueil


Conakry, 27 mars (AGP)- Koubia est une préfecture limitrophe des zones sahéliennes, notamment le Mali et le Sénégal, située en Moyenne Guinée (une des quatre Régions Naturelles de la République de Guinée), où il fait actuellement 37°C à l’ombre, rapporte le correspondant de l’AGP dans la localité.

Ces phénomènes de satellisation qui ont frappé de plein fouet ces deux pays, est en train de gagner la zone de Koubia, avec le tarissement progressif des grandes rivières et autres fleuves jadis très fertiles. Il s’agit, entre autres, de La Woundou, un affluent du Bafing, la Koyla, le Dimma et la Silamé affluent du fleuve Gambie.

Avec cette action sur les fleuves et rivières de Koubia, il va s’en dire que les conséquences négatives de ces fléaux sont amèrement ressenties d’abord par les éleveurs, ensuite les cultivateurs et les habitants de ces villes.

Actuellement, pendant cette période de grande chaleur, le thermomètre affiche parfois jusqu’à 40°C à l’ombre. Ce qui n’est pas sans conséquences aussi sur la santé des citoyens (risques de méningite).

Il y a lieu de signaler aussi une pratique très rependue, ces derniers moments dans la préfecture de Koubia, cependant négative pour l’écosystème. Il s’agit d’abord de la prolifération des fours à charbon et à briques, et ensuite la coupe anarchique et abusive du bois.

Pour remédier à cet état de fait, et sauver le reste des cours d’eau, les collectivités, à tous les niveaux, doivent être conscientisées afin que le programme de reboisement et de la protection de la faune et de la flore soit appliqué avec le maximum de suivi.

AGP/27/03/018 MAD/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro