EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Boké : Se réclamant fils aîné d’un ancien combattant de l’Armée Française, il est à la recherche du dossier de son défunt père

SommaireAccueil


Conakry, 04 avr (AGP)- Le soldat Doumbouya Boké, ‘’ancien combattant de l’Armée française’’, avait intégré la vaillante Armée française avec le numéro matricule, 17430, Classe 47, selon le fils aîné du guerrier, Gaoussou Doumbouya, enseignant de son état.

Né en 1926 au quartier Coréra dans la Commune Urbaine (CU) de Boké, d’après son fils, le vieux Doumbouya Boké touchait sa pension française jusqu’au 27 mars 1999, date de sa mort.

«Depuis cette date nous n’avons, même une seule fois, bénéficié de la pension de notre défunt père. Nous n’avons aucun de ses papiers par rapport à sa pension. Son ami Ibrahima Camara, ancien payeur des pensions au niveau de la préfecture de Boké, est aussi décédé en 2011. C’est ce qui fait que nous avons effectué plusieurs démarches en vain. …», a expliqué notre interlocuteur.

Il a poursuivi : «Maintenant nous avons urgemment besoin de récupérer tous les papiers de notre père, les envoyer à nos frères vivant en France pour réactiver le dossier et tirer l’affaire au clair».

Interrogé sur la situation, le patriarche de Boké, l’un des anciens combattants de l’Armée française, Thémou Kalissa a confié à notre correspondant :

«Je n’ai pas connu Doumbouya Boké, mais si un ancien combattant français meurt, sa 1ère épouse peut directement prendre sa pension. Et si cette dernière décède, c’est le fils aîné de la famille qui la succède, etc.…».

Mais, a-t-il témoigné, «la pension destinée aux anciens soldats ayant combattu aux côtés de la France ne se coupe jamais. Sa famille peut s’adresser aux responsables du services des Pensions qui disposent tous les dossiers intéressant les anciens combattants français…».

AGP/04/04/018 MMC/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro