EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Clôture à Conakry des travaux de l’inter-centrale syndicale CNTG/USTG

SommaireAccueil


Conakry, 25 avr (AGP)- L’inter-centrale syndicale Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée/ Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (CNTG/USTG) a bouclé ses travaux axés sur la sensibilisation et la protection sociale des migrants et la ratification des Conventions 97 et 143, mardi, 24 avril 2018, dans l’après-midi, au siège du Conseil Economique et Social (CES), à Conakry, sous les auspices du secrétaire général de l’USTG, Louis M’Bemba Soumah, rapporte l’AGP.


Durant deux jours, les participants à cet atelier ont passé en revue le concept et les aspects motifs des problèmes liés aux migrations illégales, aux migrations légales et aux migrations internes.


Dans son intervention, le 3ème secrétaire général adjoint de l’USTG, Maurice Dopavogui, également président de la Commission sur l’Emploi, les Affaires sociales, la Recherche scientifique au niveau du CES a indiqué, qu’il s’agit des personnes, voire des travailleurs, et souvent d’une bonne frange de la population active qui, pour une raison ou pour une autre, quittent leur pays où la région de résidence habituelle pour un lieu, dit d’accueil.


«En tant que syndicat, nous avons beaucoup de rôles à jouer, notamment en faveur des migrants internes, rechercher les causes de leur déplacement, aider à résoudre les causes, sensibiliser, informer, éduquer et former les intéressés pour s’adapter ou se résoudre au retour au lieu d’origine, aider à obtenir un accompagnement adapté, chercher à assurer leur protection au niveau de l’implantation ou au niveau de leur retour», a-t-il plaidé.


Pour ce syndicaliste, les migrants réguliers ou légaux sont souvent porteurs de compétences et de beaucoup d’opportunités.


«Mais, ils peuvent être victimes de mauvais traitements et de protection sociale précaire», a déploré Maurice Dopavogui, tout en ajoutant qu’ils acceptent cette migration dans l’espoir d’un mieux-être social, économique, culturel et politique.


«Si vous saisissez le CES, à travers la procédure normale, nous en ferons un sujet d’auto saisine ou faire des recommandations fortes au niveau du président de la République et au niveau de l’Assemblé Nationale (AN)», a-t-il promis.


Dans son discours de clôture, le secrétaire général de l’USTG, Louis M’Bemba Soumah s’est dit convaincu, que les résultats de cet atelier soient élogieux.


«J’en suis convaincu que vous avez dû apprendre beaucoup de choses concernant ce thème de la migration», s’est réjoui le secrétaire général.


Pour Louis M’Bemba Soumah, il y a beaucoup de sortes de migrations, mais celle qui concerne la Guinée, c’est la migration causée par la pauvreté.


«Il y en a qui vont en migration pour aller chercher du travail, mais tout en étant dans des conditions requises», a-t-il souligné. Tout en ajoutant «qu’en Guinée, les jeunes qui vont, c’est parce qu’ils sont obligés d’aller, car ils n’ont même pas de quoi manger. Donc au risque de leur vie.


«Comme je le dis chaque fois, ce sont nos hauts responsables. C’est leur faute, si nous vivons dans la pauvreté c’est bien eux», a-t-il pointé un doigt accusateur aux décideurs.


Pour lui, les syndicalistes doivent se battre maintenant pour les enlever de cette pauvreté qui gangrène la jeunesse.


«C’est votre devoir, et c’est notre devoir, et nous allons nous battre pour que ces jeunes puissent obtenir une formation normale qui puisse leur faire obtenir un travail décent qui puisse, quand même, les éloigner de cette pauvreté», promet le syndicaliste.


«Je crois qu’au terme de ce séminaire, qui vous a instruit, vous savez maintenant les tenants et les aboutissants, les causes, les conséquences de ce fléau. Vous êtes suffisamment armés maintenant pour le combat, le combat pour sortir ces jeunes de cette misère. Je suis sûr que nous y arriverons», a-t-il espéré.


Le représentant de la Confédération Syndicale Internationale (CSI)/Afrique, Guy Hunt a exprimé ses sentiments de pleine satisfaction pour ces deux jours d’atelier, qui ont permis aux participants d’être mieux outiller sur cette question de migration.


AGP/25/04/018 AOK/TB/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro