EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Commémoration de la Fête Internationale du Travail en Guinée : L’appel de pieds fermes du premier ministre

SommaireAccueil


Conakry, 02 mai(AGP)- A l’image des autres pays du monde, la République de Guinée a commémoré, mardi, 1er mai 2018, le 132ème anniversaire de la Fête Internationale du Travail (FIT), au Palais du peuple, à Conakry, sous les auspices du premier ministre, chef de gouvernement, Mamady Youla, a suivi l’AGP.


Cette journée historique a été célébrée dans plusieurs pays du monde, en souvenir des sacrifices consentis par des syndicalistes, en 1886, à Chicago, aux Etats-Unis d’Amérique, qui ont protesté contre toutes les formes d’exaction, d’exploitation et de privation des Droits fondamentaux, dont ils ont été victimes de la part d’un système capitaliste en voie d’expansion dans le monde.


En Guinée, cette fête placée, cette année, sous le signe du ‘’Dialogue social au service du travail décent’’, intervient au lendemain d’une série de crises sociales, politiques et économiques qui ont affecté fortement le pays en 2017 et en 2018.


Des travailleurs de tous les secteurs socioprofessionnels, venus tous azimuts, ont pris d’assaut le Palais du peuple. Tous vêtus en uniforme et munis de pancartes, sur lesquelles on pouvait identifier leurs différents services.


Dans son intervention de circonstance, le premier ministre, chef de gouvernement, Mamady Youla, président d’honneur de cette rencontre, a indiqué, que le gouvernement de la République de Guinée est heureux de prendre part à la commémoration de cette fête, qui symbolise la lutte des travailleurs du monde entier, pour l’amélioration des conditions de travail et de vie de la classe ouvrière.


«La Guinée a été perturbée par de mouvements syndicaux, parfois incontrôlés au cours de l’année écoulée, je veux parler donc entre les deux dernières fêtes.


Encore une fois il a fallu remettre en cause des avancées majeures sur l’autel du compromis compromettent ainsi des équilibres fragiles obtenus au prix de grand sacrifice», a déploré le premier ministre, chef du gouvernement.


Cette perturbation n’est rien d’autre que la crise syndicale qui a secoué le système éducatif guinéen ces deux dernières années ayant conduit à l’augmentation de 40% de salaire des enseignements, avec effet rétroactif.


Cependant pour le gouvernement, cette crise aux multiples effets a porté un coût à ses efforts pour la mise en place des programmes de projets de développement.


C’est ainsi, le premier ministre, Mamady Youla, a lancé un appel solennel «pour que la voie de la responsabilité l’emporte, et qu’à l’avenir l’ensemble des travailleurs de Guinée n’ait plus à souffrir des problèmes internes à une organisation qu’elle soit syndicale ou patronale».


Prenant la parole à son tour, le secrétaire général de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG), Amadou Diallo a déclaré : «Dans le cadre de son combat pour un bien-être continu des travailleurs, l’inter-centrale syndicale CNTG/USTG a obtenu des acquis importants», et malgré ces acquis, explique-t-il, «l’inter-centrale est dans l’obligation de dénoncer à nouveau, l’impunité, ainsi que le comportement déloyal de certains employeurs qui violent quotidiennement les lois et règlements du travail».


Quant au secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), Louis M’bemba Soumah, il a présenté le cahier de charge de l’inter-centrale syndicale CNTG/USTG comprenant 22 points, dont entre autres, le respect de la législation du travail, de la règlementation des conditions de vie et de travail des sous-traitants et interdiction formelle de sous-traiter les postes permanents dans les entreprises privées.


Egalement, le traitement définitif du dossier des agents déflatés de la Fonction publique, qui n’a que trop duré ; l’augmentation des pensions de retraite concomitamment à chaque augmentation de salaire et la révision à la hausse du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG), de 440.000 à 1.200.000 francs guinéens.


A noter, que la présence du secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumah sur les lieux, a failli perturber la tenue normale de cette fête, n’eut été la promptitude des agents de sécurité.


AGP/02/05/018 TB/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro