EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Protestation de femmes à Dar-Es-Salam2 contre une décision du gouvernement guinéen : Des domiciles érigés sur la T1

SommaireAccueil


Conakry, 10 mai (AGP)- Des femmes voisines à la décharge de la Minière au quartier Dar-Es-Salam2, dans la commune de Ratoma, très en colère, ont élit domicile sur la Tranversalle1 (T1), jeudi, 10 mai 2018, en signe de protestation contre la décision du ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Ibrahima Kourouma, les appelant à quitter les lieux, a suivi l’AGP.

Selon le communiqué rendu public par les autorités compétentes, la journée du jeudi, 10 mai 2018, est la journée indiquée pour déguerpir les occupants de la décharge de Dar-es-Salam2.

Ainsi, des femmes de ces lieux, munies de pancartes scandant des propos hostiles aux autorités du pays, ont barricadé très tôt le matin la rentrée principale de la décharge, empêchant aux usagers de la T1, de vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Pour cet orphelin, Issiaga Bangoura, habitant de ce quartier, le 10 mai 2018 est la date indiquée par les autorités pour quitter ces lieux. N’ayant pas où aller dit-il, nos mamans ont décidé, aux environs de 07 heures TU, de venir s’installer dans la rue pour dire aux autorités : «comme vous nous avez dit de quitter pour que les machines viennent démolir les maison, nous serons alors dans la rue».

«Nos parents sont décédés. Ils nous ont laissé les maisons ici. Depuis 1988 nous sommes là, nous les enfants nous n’avons pas où aller. Ce que je veux dire à l’Etat, ce de nous donner le temps pour nous faire déguerpir des lieux», a plaidé l’orphelin.

Au moment où nous quittions les lieux, ces femmes étaient en train de préparer à manger au beau milieu de la chaussée, sous la barbe et le nez des gendarmes et policiers venus pour rétablir l’ordre public. Ces forces de l’ordre disent avoir tout fait pour convaincre les occupantes à quitter la chaussée, en vain.

AGP/10/05/018 TB/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro