EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Boké : Encore des barricades à Kolaboui, la jeunesse révoltée contre les vendeuses de glaces

SommaireAccueil


Conakry, 24 mai (AGP)- Les activités administratives et commerciales sont encore restées perturbées, mercredi, 23 mai 2018, dans la sous-préfecture de Kolaboui, préfecture de Boké, à cause des barricades érigées par des jeunes manifestant contre les vendeuses de glaces, dont le prix varie entre 07 et 10 mille francs guinéens le morceau, rapporte le correspondant de l’AGP sur place.

Interrogé sur la question, le commandant de la Gendarmerie départementale de Kolaboui, Alsény Sylla a précisé :

«Vous savez, il y a des jours, la jeunesse avait procédé à une large sensibilisation des femmes vendeuses, par rapport à la baisse du prix des morceaux de glace variant entre 7.000 et 10.000 GNF, mais les résultants n’ont rien changé à la situation.

C’est pourquoi, ce mercredi, les jeunes ont bloqué l’axe Kolaboui-Kamsar, à partir de la gare. Mais, le préfet s’est déjà impliqué pour une résolution à l’amiable».

Joint au téléphone, le sous-préfet de Kolaboui, Mamadouba Yakha Camara a réagi :

«Ma position n’est pas bonne. Je vous rappelle, je vous rappelle un peu plus tard…».

A noter, que la Commune Urbaine (CU) de Boké, chef-lieu de la préfecture, n’est à la marge de cette augmentation vertigineuse du prix du morceau de glace.

«C’est dans ça nous achetons des habits de fête de Ramadan pour nos enfants. Les gens voient le prix galopant, mais ils doivent savoir que nous payons le transport, aller et retour, Boké-Kamsar ou Kolaboui-Kamsar. On ne peut pas fournir tous ces efforts sans bénéficier d’aucun intérêt. S’ils veulent, ils n’ont qu’à barrer toutes les rues. Nous, on s’en fou d’eux…», s’est lâchée une autre vendeuse très remontée à Boké-centre.

AGP/24/05/018 MMC/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro