EDITO
Comme dans une cour de récré ! Par Alpha Kabinet Doumbouya
La propension au jeu est le fort de l’enfant. Même les plus malheureux oublient la tristesse pendant les instants de détente au ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Elevage-Boké: la peau d’orange activement recherchée par des propriétaires de petits ruminants

SommaireAccueil

Boké, 28 fév (AGP)- La peau d’orange, à cause de son utilité, est activement recherchée comme de l’or par des éleveurs de petits ruminants qui font, chaque jour, le tour de la Commune Urbaine (CU) de Boké, avec pour cible, les places des vendeuses d’orange, a constaté l’AGP.


Auprès des vendeuses d’orange, ces derniers utilisent toutes les astuces pour pouvoir récupérer, avec tant de sourires, les peaux d’orange sucées et abandonnées çà et là, par les consommateurs.


La plupart des consommateurs arrachent même les fractions internes avant de jeter la peau vide. Une chose que les ramasseurs qualifient d’égoïsme.


Interrogé sur la question, un vieux ramasseur de peaux d’orange a argumenté :


«C’est une période délicate pour nos bêtes qui souffrent avec nous. Elles ont du mal à trouver de l’herbe aux alentours de la ville. Avec la canicule qui commence à sévir, on est obligés de les secourir, sinon elles risquent de mourir de faim. C’est pourquoi, nous faisons le tour de la ville à la recherche de cette denrée si chère. On se demande ce qu’attendent les éleveurs professionnels de chez nous pour nous aider à tourner cette page fatidique. Ailleurs, ce sont des gens qui aident à la conservation des verdures pour faciliter la vie aux petits ruminants».


Pendant ce temps, les éleveurs domestiques de moutons, chèvres, j’en passe, continuent de trainer auprès des vendeuses d’orange, dont le sac coûte entre 150 et 160 mille francs guinéens dans la CU de Boké.


En attendant la saison hivernale, encore loin, ces éleveurs ne cessent de se talonner autour des pauvres vendeuses du trésor recherché.


AGP/28/02/017 MMC/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro