EDITO
De l’air dans le Van
Par Alpha Kabinet Doumbouya Les zèbres sans rayures sont montés, le van est prêt. Les chevaux s’en plaideront, faute de ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


«L'anacarde est le 2ème produit exporté par la Guinée après la bauxite», selon le président de l’AGEXANA

SommaireAccueil


Conakry, 27 mai (AGP)- Le président de l’Association Guinéenne des Exportateurs de l’Anacarde (AGEXANA), Alpha Madjou Barry a accordé un entretien à notre au correspondant communal de Dixinn, mardi, 23 mai 2017, au siège social de l’Association au quartier Kouléwondy dans la commune de Kaloum à Conakry, pour parler de l’exportation de l’anacarde en République de Guinée.


De la création de l’AGEXANA, son président a rappelé : «L’Association est créé en 2015, donc il y a de cela deux ans. Elle compte aujourd’hui 22 membres, dont 09 dans le Bureau exécutif».


Parlant des zones de production de l’anacarde, Alpha Madjou Barry a indiqué : «L’anacarde n’a pas besoin de trop d’humidité et de trop de pluie. Il est beaucoup produit en Haute Guinée et à Boké en Basse Côte. On en trouve un peu à Kindia et à N’zérékoré»


Selon lui, l’objectif de l’AGEXANA est de réunir tous les exportateurs de l'anacarde de la Guinée, pour essayer de booster la filière, afin d’avoir un label Guinée, et faire connaître ce label dans le domaine de l'anacarde à l'extérieur. Parce qu'on rencontre des problèmes dans ce sens.


Mais aussi, faire venir les investisseurs, les gens spécialisés dans ce domaine en Guinée. C'est pour cela d'ailleurs on a organisé, le 14 avril 2017, en Guinée, la Journée nationale de concertation sur la promotion et l'exportation de l'anacarde, qui a été célébré à Conakry, et qui s'est très bien passée. A l’occasion de cette célébration, il y a eu des indiens et des vietnamiens qui sont venus.


«L’Inde et le Vietnam sont les pays, de nos jours, qui décortiquent de plus l’anacarde dans le monde. Cette journée a également permis à la Guinée d'être connue sur le marché international dans le domaine de l’anacarde. Aujourd'hui, il n'y a pas mal d'investisseurs qui sont arrivés dans le pays pour la cause. Le label Guinée est en train de se créer petit à petit», a-t-il rassuré.


Du fonctionnement de l’AGEXANA, son président a fait savoir : «L’AGEXANA fonctionne bien, car aujourd'hui l'anacarde est le deuxième produit exporté par la République de Guinée, après la bauxite. Ce produit bat aujourd'hui le café et le cacao. Il est le numéro deux en Guinée. Mais, il faut que le gouvernement, les autorités et les décideurs, nous accompagnent, nous aident à être flexible, au lieu d’attendre en pleine campagne pour commencer à mettre les petites lois, faire les amendements dans l'exportation pour essayer de freiner un peu cet élan».


M. Barry explique : «Puisque la Guinée est entourée par des pays qui ont une monnaie plus forte, qu’est le franc CFA, et qui sont aussi exportateurs de l'anacarde, si on n’est pas flexible, tout ce qu'on est en train de mener comme démarches et activités, deviendra égal à zéro».


AGP/27/05/017 JG/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro
https://www.jica.go.jp/senegal/french/