EDITO
Comme dans une cour de récré ! Par Alpha Kabinet Doumbouya
La propension au jeu est le fort de l’enfant. Même les plus malheureux oublient la tristesse pendant les instants de détente au ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


La loi portant le Code international de navigation et des transports sur le fleuve Sénégal, et ses règlements d’application adoptés par les députés, à l’unanimité

SommaireAccueil




Conakry, 1er juil. (AGP)- Les députés présents à l’Assemblée Nationale (AN) de la République de Guinée réunis en plénière cette semaine, à l’hémicycle du Palais du peuple à Conakry, ont adopté à l’unanimité le Code international de navigation et des transports sur le fleuve Sénégal et ses règlements d’application.


Créée le 11 juin 1972, l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), a élaboré un programme ambitieux basé sur la maitrise des ressources en eau, en vue de promouvoir et de développer les trois axes de sa politique qui sont notamment la culture irriguée, la réalisation d’ouvrages hydroélectriques et la navigation fluviale.


Dans son intervention, le rapporter de la commission, honorable Pépé Toupou a indiqué que la navigation et le transport fluvial étaient restés en retard par rapport aux volets énergie et agriculture ; volets dans lesquels, d’importantes infrastructures ont été réalisées.


A noter, qu’il est prévu en Guinée la construction de trois barrages hydroélectriques qui sont : Koukoutamba à Tougué (294 MW) pour une production de 888Gwh/an, le Balassa (181 MW) pour une production de 401Gwh/an et le Bouréya (114MW), pour une production de 733Gwh/an.


Selon toujours Pépé Toupou, la réalisation de ces barrages pourrait servir à combler une partie du déficit énergétique des quatre pays membres de cette organisation dont le Mali, le Sénégal, la Mauritanie et la Guinée.


Une société publique interétatique appelée SOGENAV ayant pour siège Nouakchott a été créée à cet effet. Elle a pour mission principale d’assurer la gestion et l’administration des activités de navigation et de transports sur le fleuve ainsi que l’exploitation, l’entretien et le renouvellement des ouvrages communs. Soit une dizaine d’escales fluviales en Mauritanie, au Sénégal et au Mali qui lui reviennent spécifiquement.





AGP/1er/07/017 TB/MKC/ JPO

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro