EDITO
De l’air dans le Van
Par Alpha Kabinet Doumbouya Les zèbres sans rayures sont montés, le van est prêt. Les chevaux s’en plaideront, faute de ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

OSIWA

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Lutte contre le blanchiment de capitaux : la Côte d’Ivoire prépare le 5ème rapport de suivi-évaluation de son dispositif

SommaireAccueil


Abidjan, 26 juil (AIP)- La Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF) de Côte d’Ivoire prépare le 5ème rapport de suivi-évaluation du dispositif de lutte du pays contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT), à l’occasion d’un atelier ouvert mercredi à Abidjan.

Ce rapport doit être présenté lors de la 28ème réunion de la commission technique du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) prévue en novembre 2017 dans la capitale économique ivoirienne.

Le GIABA est l’institution spécialisée de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en charge de la LBC/FT. Elle s’appuie sur des CENTIF qui constituent des correspondants nationaux dans chacun des Etats membres. Les CENTIF ont pour mission de travailler à l’amélioration du niveau de conformité des différents Etats au regard des recommandations tant communautaires qu’internationales, notamment celles du Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI).

Ces cellules nationales produisent ainsi un rapport annuel présentant un inventaire des actions entreprises pour l’atteinte de cet objectif.

L’atelier de la CENTIF Côte d’Ivoire, auquel prennent part l’ensemble des parties prenantes locales à la LBC/FT, vise à préparer le rapport 2017. Il s’agira notamment de faire un état des lieux des actions entreprises en vue de rendre le dispositif national conforme aux recommandations du GAFI sur la base des observations formulées par les experts évaluateurs lors de la présentation du 4ème rapport.

Le président de la CENTIF-CI, le colonel Idrissa Touré, a appelé les participants à axer leurs travaux sur la recherche d’efficacité, la qualité étant dorénavant mise en avant par les évaluateurs du GIABA. « Le second cycle de l’évaluation mutuelle du GIABA (…) est particulièrement tourné vers l’efficacité du dispositif des Etats. Pour avoir été témoin à l’analyse du rapport issu de l’évaluation du dispositif du Ghana en mai dernier à Monrovia, je puis vous assurer que les exigences des normes internationales rendent plus complexe notre travail et nous demandent encore plus d’efforts », a-t-il indiqué.

Représentant le ministre de l’Economie et des Finances, le directeur de cabinet adjoint, Bernard Akpess, a relevé, pour sa part, la nécessité d’une mutualisation des énergies au regard des enjeux et de la complexité de la LBC/FT. « C’est, sans aucun doute, cette convergence des énergies qui permettra de rendre l’environnement financier ivoirien plus sécurisé et favoriser le développement durable de notre pays qui aspire à l’émergence », a déclaré le représentant du ministre Koné Adama, procédant à l’ouverture de l’atelier qui prend fin vendredi.

Des experts du GIABA, du GAFI, de la Banque mondiale et du FMI et des cellules de renseignement financier des Etats membres ont procédé, en 2012, à une évaluation mutuelle du dispositif LBC/FT de la Côte d’Ivoire. Des rapports de suivi ont été produits et présentés en 2013, 2014, 2015 et 2016. L’analyse de ces différents rapports, bien qu’ayant fait état d’efforts considérables abattus par le pays en la matière, a relevé des insuffisances qui restent à combler, notamment la ratification de certaines conventions internationales « pertinentes » contre la criminalité transfrontalière organisée et l’incrimination des délits d’initiés et de la manipulation de marché.

AGP/26/07/017 - AIP/AGP

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro
https://www.jica.go.jp/senegal/french/