EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Kérouané : la route nationale Kankan-Kérouané, longue de 145 km, devenue un calvaire

SommaireAccueil


Kérouané, 25 sept (AGP)- La Route nationale Kankan - Kérouané, de 145 Km, est aujourd'hui dans un état de dégradation très avancé, à tel niveau que la préfecture de Kérouané est isolé de la préfecture de Kankan, chef-lieu de la Région Administrative (RA), a constaté l’AGP en séjour dans la localité

A rappeler, que la préfecture de Kérouané est pourtant la principale source d’approvisionnement de la RA en céréales, fruits et autres produits alimentaires de première nécessité, cela à cause de sa pluviométrie abondante et de la fertilité de ses sols.

Toutes les deux principales routes, qui mènent à ce grenier de la Région, sont impraticables en cette saison des pluies, conséquences, l’augmentation du prix de certains produits. Il s'agit des routes Kissidougou - Kankan et Kankan - Kérouané.

Pour pratiquer les 145Km de Kérouané - Kankan, les véhicules les plus endurants mettent 10 heures de temps. Même scène de désolation sur la route qui mène à Kankan - Kissidougou. Du calvaire, rien que du calvaire pour les usagers.

Rencontré au hasard, un cadre de la société Electricité De Guinée (EDG) a fustigé cette situation. C’est négligence pur et simple des responsables du département en charge des Travaux Publics,(TP), qui font croire qu’ils tentent d’apporter une solution pour remettre les routes du pays en état.

Selon M. Mory Konaté, résidant à Kérouané, «ce qu'il faut déplorer en réalité, c'est le fait que le département des TP n'ait pas de politique cohérente en matière de construction et d'entretien de routes.

On ne demande pas de bitume mais, de grâce, la latérite qui ne coûte aucun franc, aucun dollar».

AGP/25/09/017 IC/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro