EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Dubréka : Bientôt un projet d'autonomisation en faveur des femmes de la préfecture

SommaireAccueil

Conakry, 11 avr (AGP)- Les femmes non scolarisées et déscolarisées de la préfecture de Dubréka pourraient bientôt bénéficier de formations théoriques et pratiques en art culinaire, mais aussi de cours d’alphabétisation, rapporte le correspondant de l’AGP dans cette localité située en Basse Guinée.


C’est du moins l’objectif que s’est fixé l’ONG dénommée Collaboration des Femmes Actives et Ménagères (CFAM). Cette école pour femme se trouve à Kéitaya, dans la Commune Urbaine (CU) de Dubréka. La fin de la formation sera sanctionnée de diplômées pour permettre aux bénéficiaires de trouver de l’emploi et se prendre en charge.


Cette belle initiative des femmes est cependant confrontée au problème d’appui et d’accompagnement du gouvernement et des institutions pour faciliter l’autonomisation des femmes.


C’est dans le souci d’aider les femmes qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école et celles déscolarisées, à se doter d’un métier avec diplôme que l’ONG, CFAM est créée.


A l’occasion, la directrice générale de l’ONG, CFAM, Mme Lolamou Brigitte Loua a dit, que «l’autonomisation et la promotion des femmes passent nécessairement par la formation, et ceux dont elles seront capables de produire et de rendre à la nation».


A sa création, cette ONG était installée à Enco 5 dans la commune de Ratoma à Conakry, où elle a déjà formé beaucoup de femmes en cuisine africaine et internationale. Et beaucoup de ces femmes travaillent aujourd’hui à l’image de Madeleine Kolié qui, aujourd’hui dit-elle, parvient à subvenir à ses besoins et ceux de ses enfants.


En plus de la cuisine guinéenne, africaine et internationale que les femmes pourraient apprendre, il y a aussi la pâtisserie, l’hygiène et l’accueil, mais aussi des cours d’alphabétisation pour les femmes non scolarisées.


AGP/11/04/018 ACD/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro