EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Kindia : Les champs de maïs menacés dans la préfecture par la Chenille légionnaire d’automne

SommaireAccueil

Conakry, 21 mai (AGP)- Depuis 2017, la République de Guinée, tout comme certains pays d’Afrique, est confrontée à des cas de ravage des cultures, par «Spodopter afrugiperda», la Chenille Légionnaire d’Automne (CLA), originaire d’Amérique, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture de Kindia en Basse Guinée.


La présence de cette chenille constitue pour les producteurs agricoles, surtout ceux qui font le maïs, un risque élevé de perte de production, qui vient s’ajouter à ceux déjà existants.


Ce nuisible, qui a déjà causé beaucoup de dégâts dans les champs des petits producteurs de la préfecture de Kindia, inquiète les autorités et les partenaires.


La première alerte est partie de la ville de Mamou. Après la première prospection effectuée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Service de la Protection des Végétaux (SPV), il s’est avéré que toutes les quatre (04) Régions Naturelles du pays sont envahies par cette chenille.


Rencontrée dans son champ de maïs vers la localité de Kellessi à 15 Km du chef-lieu de la préfecture de Kindia, Mma Sylla témoigne : «Mon champ est affecté par les chenilles. Les maïs n’ont même pas grandis et ils sont déjà attaqués, cela veut dire que je n’aurai rien ici».


Amadou Camara, chef Section PV de la préfecture de Forécariah confirme la gravité de ces larves : «Ces chenilles ont causé d’énormes dégâts en Guinée, particulièrement à Forécariah. Ici en dehors du maïs, les chenilles ont attaqué les champs de piments et des hectares ont été dévastés à Takabé. J’ai effectué une mission avec la FAO pour constater les dégâts».


Face à cette menace qui pèse sur la production des céréales en général et le maïs en particulier, la FAO, à travers le projet Appui à la gestion durable de la CLA en Guinée, a pris une série de mesures, parmi lesquelles la mise en place d’un système de surveillance de proximité et d’alerte précoce, dont le succès ne saurait se faire sans la formation et la sensibilisation des cadres du Service National de Protection des Végétaux et des Denrées Stockées (SNPV-DS) et de l´Agence Nationale pour la Promotion et le Conseil Agricole (ANPROCA) et des producteurs sur la gestion intégrée et durable de la CLA, afin qu’ils puissent avoir les éléments leur permettant de mieux gérer les risques.


Mohamed Samkoumba Fadiga, assistant au programme d’appui à la gestion intégrée contre la chenille légionnaire d’automne, a indiqué qu’un guide a été déjà élaboré par la FAO sur la gestion de cette crise sur le continent africain :


«La FAO a élaboré un guide sur la gestion de la chenille que nous mettons à la disposition des cadres, à travers des séries de formations. Il ne s’agit pas de donner un contenu, il s’agit d’apporter des pistes de solution qui seront adaptées aux conditions réelles de la Guinée par les spécialistes nationaux. Cette

appropriation devrait se faire de manière progressive».


Pour lutter contre ce nuisible, Koïkoï Kalivogui, chef de Section chargé de l’Inventaire et la Surveillance des Nuisibles des Cultures au SNPV, préconise la sensibilisation car, selon lui, aucun produit phytosanitaire n’a pu contrôler ces nuisibles, il faut la lutte intégrée.


«Pour le moment, nous menons des sensibilisons à travers des séries de formations, aux cours desquelles nous expliquons aux cadres comment reconnaitre ces chenilles. Nous leur recommandons de ne pas utiliser trop les produits chimiques, parce que c’est dangereux pour la santé et l’environnement.


Il faut aussi la mise en place des champs écoles. A Forécariah, par exemple, une expérience de lutte a bien donné. Il s’agit d’associer plusieurs cultures, c'est-à-dire le maïs et d’autres cultures et cela a donné de bons résultats».


En attendant des produits efficaces pour lutter contre ces chenilles, les petits producteurs de maïs prennent leur mal en patience.


AGP/21/05/018 TS/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro