EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Vers Nos Municipalités: «La commune de Kaloum à l’époque de la Révolution et celle de maintenant sont très différentes», dixit Hadja Aminata Touré

SommaireAccueil


Conakry, 23 jan (AGP)- Mme Camara Hadja Aminata Touré, candidate indépendante de la circonscription électorale de Kaloum, a accordé un entretien à l’AGP, jeudi, 18 janvier 2018, axé sur les enjeux des élections auxquelles elle prend part avec d’autres candidats dans la commune de Kaloum à Conakry.


C’était à son bureau, au quartier Sans-fil dans la presqu’île de Kaloum, en prélude aux élections communales, prévues le 04 février 2018, en République de Guinée.


Mme Camara Hadja Aminata Touré, parce que c’est d’elle dont il s’agit, entre enfin en lice. On y découvre une femme d’affaire au parcours hors du commun qui, différente des autres, va certes sortir sa commune de la spirale de l’échec à laquelle elle est confrontée depuis des lustres.


Cette candidate indépendante est la fille de feu Ahmed Sékou Touré, premier président de la République de Guinée. Elle a fait sa tendre enfance à Kaloum entre Boulbinet, où était le siège de la Présidence de la République, et Manquepas, où se trouve la concession de son grand-père et où elle avait sa grand-mère auprès de laquelle elle venait passer les weekends.


Le président Ahmed Sékou Touré, soucieux du devenir de ses enfants, a tenu à ce qu’ils connaissent les réalités de la Guinée. Donc, très tôt Aminata Touré et ses frères sont sortis de la Présidence pour aller continuer leurs études à l’intérieur du pays.


Hadja Aminata Touré a étudié dans beaucoup de préfectures, notamment à Labé où elle a obtenu son Baccalauréat en 1972, l’année à laquelle elle a été orientée à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC). Là, elle a obtenu son diplôme en Droit (1976). Et sa promotion fut baptisée Boubacar Biro Barry, une figure emblématique de l’histoire de la Guinée.


Elle commencera ses premiers pas professionnels à Donka. Elle y enseigna le Droit Comparé pendant deux (02) ans, avant d’être juge d’Instruction au Tribunal de Première Instance (TPI) de Mafanco, où elle a ensuite exercé durant quelques années avant de passer au Tribunal Domanial, elle était au Tribunal pour Enfant.


Parlant de ses motivations et de ce qu’elle compte apporter aux populations de Kaloum, une fois élue maire, Hadja Aminata Touré a entamé ses propos par dire : «Depuis une dizaine d’année, il n’y a pas eu d’élections communales en Guinée».


Selon elle, «c’est vraiment salutaire qu’il y ait ces élections, parce qu’elle est la première qui exprime l’expression réelle des populations à la base».


Pour elle, la commune de Kaloum à l’époque de la Révolution et celle de maintenant sont très différentes. Ainsi, sa première priorité c’est la salubrité de Kaloum, parce que, rappelle-t-elle, à l’époque des contrôleurs passaient dans les concessions pour voir s’il y a des eaux usées qui trainent à l’intérieur. Mais aujourd’hui, Kaloum n’a pas de trottoir, vous avez des eaux usées un peu partout, et vous voyez les tas de moustiques en ce sens que la santé des populations de Kaloum n’est nullement préservée.


«Ma stratégie politique c’est d’aller vers les populations à la base les écouter, parce que la priorité de cela c’est un vote citoyen, il faut se rapprocher des communautés à la base, les écouter et essayer de résoudre leurs problèmes», a-t-elle fait savoir.


Tout en soulignant, que si le panier de la ménagère ne ressent pas un changement, on ne peut pas parler de développement. «Donc, c’est la chose la plus importante, et pour cela il faut aller à l’écoute de ces citoyens», a opiné Hadja Touré.


«Une fois que je serais élue, la première des choses que nous mettrons en place c’est un centre d’écoute, où les gens seront là pour écouter les populations en détresse. Parce que, les populations de Kaloum sont vraiment en détresse. Nous avons les mères de famille, les jeunes qui ne travaillent pas», a promis la candidate indépendante.


Selon elle, sa priorité est également de se rapprocher de ses jeunes, les écouter pour savoir comment les aider et comment trouver de l’emploi pour eux. Et parmi eux, dit-elle, vous avez beaucoup de diplômés, mais qui sont au chômage.


Pour ceux qui ne sont pas du tout formés, aucune base, elle compte créer des grands centres, des ateliers bien équipés, où ils seront formés en maçonnerie qualifiée, en électricité qualifiée, en plomberie qualifiée et les mettre sur le marché de l’emploi.


Pour les femmes, dit-elle, il faut les organiser et essayer de les aider, mais pour ça, dit-elle, il faut être à l’écoute de la population.


Reste à savoir si le consigne qui dit plus de ‘’maire mère’’ que de ‘’maire père’’ du Forum des Femmes Parlementaires de Guinée et les Femmes Leaders de la Société Civile, à travers une campagne de plaidoyer et de sensibilisation, sera suivi. L’avenir nous édifiera.


AGP/23/01/018 AOK/TB/AKT/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro