EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Vers Nos Municipalités : Ibrahim Séinkoun Kaba décline son programme de société pour la commune de Matoto

SommaireAccueil


Conakry, 30 jan (AGP)- Ibrahim Séinkoun Kaba, tête d’une liste indépendante dans la commune de Matoto, a accordé un entretien à l’AGP, samedi, 27 janvier 2018, dans un complexe hôtelier de la place, lors de la troisième réunion du Comité Inter Parti (CIP), dans le cadre des élections communales, prévues le 04 février 2018.


A l’occasion, Ibrahim Séinkoun Kaba a indiqué, que «Matoto est la première Commune Urbaine (CU) de la République de Guinée, de par sa population. C’est une commune qui a un positionnement stratégique».


Selon lui, «les infrastructures ne sont pas mises en valeur par la commune. La commune de Matoto a du mal à valoriser tous ses atouts, parce qu’elle manque énormément d’infrastructures. Elle a bénéficié de très peu de projet de développement. Ensuite en regardant dans cette commune, il y a très peu de goudrons, il n’y a même pas un seul hôpital public, et aussi très peu d’écoles publiques».


Ibrahim Séinkoun Kaba, candidat indépendant, a promis qu’une fois élu à la tête de la Mairie de Matoto, il fera face d’abord aux deux premières priorités qui affectent la commune de Matoto, la santé et l’insalubrité.


«Parce que Matoto ne peut pas rester la commune la plus peuplée des communes de la République de Guinée et rester sans avoir un hôpital public. Donc il va falloir régler cette situation».


Pour M. Kaba, la troisième priorité de la commune de Matoto, c’est l’éducation. «Parce que la commune ne peut pas rester avec moins de cinquante écoles publiques pour, pratiquement 1 million d’habitant, la situation est inacceptable».


La quatrième priorité, c’est l’emploi des jeunes. Et pour l’emploi des jeunes, lui et ses membres ont une stratégie.


«Avec les 14 marchés dans la commune, il faut valoriser d’abord ce que font les femmes. Chaque jour, qu’elles produisent des milliers de litres de jus de gingembre, de bisab, et du savon, il faut les accompagner, pour que ces produits puissent se retrouver dans tous les magasins de la République de Guinée et que les guinéens puissent consommer des produits fait par les guinéens et disponibles en Guinée.


«Si nous prenons vingt (20) femmes que nous constituons en coopérative, en leur donnant une chance à travers des prêts d’argent pour qu’elles puissent acquérir des machines, en les accompagnant pour qu’elles puissent utiliser ses machines, ces coopératives vont créer de l’emploi, parce que qui dit coopérative dit cadres.


Les coopératives de 20 femmes qui vont produire 1000 morceaux de savon par jour, auront besoin d’un directeur, d’un directeur adjoint, d’un secrétaire et d’un comptable».


Pour lui, les jeunes diplômés qui sont dans la commune, accepterons d’accompagner ces mères, ces sœurs et femmes pour que ses coopératives réussissent.


La dernière priorité c’est la sécurité. «La commune de Matoto ne peut pas rester de Dabomdi à Lansanaya, où il y a des rails, des bas-fonds, sans ne pas avoir une seule moto, une seule voiture dans les coins de ces quartiers», fait-il remarquer.


Citant le Code de collectivités locales, Ibrahim Séinkoun Kaba a rappelé : «La police de proximité relève de la responsabilité de la Mairie». Donc, quand il sera maire de Matoto, il mettra en place, très rapidement, une police de proximité recrutée parmi les jeunes de Matoto, équipée par la commune pour assurer la sécurité de la commune et des citoyens qui l’ont fait confiance, afin qu’ils viennent créer leurs entreprises à Matoto.


Vu les priorités énoncées, le candidat pour la Marie de Matoto souhaite d’abord rattraper le retard de la commune pendant les deux premières années, en tant que maire, ensuite les trois dernières années qui resteront, consacrer les ressources à accroitre les capacités économiques pour que Matoto rattrape non seulement son retard sur les autres Communes Urbaines (CU) de Guinée, mais aussi qu’elle devienne un model national en terme de développement humain, social et culturel.


AGP/30/01/018 AOK/MKC/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro