EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Echos du scrutin des élections communales en Guinée : «Même si la Guinée ne fait pas d’élections durant 100 ans, moi ça ne m’intéresse pas», a déclaré Mamata Diawara

SommaireAccueil


Conakry, 04 fév (AGP)- Mamata Diawara, vendeuse de fruits au marché Koloma est une citoyenne résidente au quartier Bambéto dans la commune de Ratoma à Conakry, une dame qui, depuis le lancement de la campagne des élections communales en République de Guinée, a gardé ses enfants à la

maison, en leur refusant tout déplacement, même le chemin de l’école, rapporte l’AGP.


Trouvée derrière sa marchandise au marché Koloma en train de faire le tri, Mamata Diawara a expliqué les causes de cet état de fait, lié notamment au mauvais souvenir qu’elle a connu dans ce quartier lors des élections précédentes.


«Je préfère garder mes enfants à la maison jusqu’après les élections, parce que je n’en ai été plusieurs fois victime et mes enfants sont souvent perdus lors des élections et les manifestations», a-t-elle raconté.


Poursuivant sa mésaventure, dame Mamata a déclaré, qu’elles sont toujours terrorisées par les manifestants et les militants de partis, à Bambéto.


«Je veux vraiment quitter dans ce quartier aujourd’hui à cause des manifestations sociales qui ne donnent pas la paix ici à Bambéto. Le moindre mouvement ici, ça affecte toutes les concessions avec des violences sur les mineurs et autres personnes. Donc, depuis que la campagne a commencé, j’ai gardé mes enfants à la maison pour éviter tout faux problème. Même si la Guinée reste, durant cent ans, sans faire d’élections, moi ça ne m’intéresse pas, parce que ça ne me donne pas la paix, ni à ma famille», s’est-elle souvenue.


Cette dame terrorisée vie aujourd’hui dans une psychose totale à Bambéto, «par peur de violences», dit-elle.


AGP/04/02/018 OS/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro