Environnement/ Patricia Espinosa satisfaite du contenu du dernier rapport du GIEC sur le climat

Conakry, 13 Aout. (AGP) La Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unis sur les Changements Climatiques (CCNUCC), Patricia Espinosa a apprécié le contenu du rapport spécial sur le changement climatique et les terres émergées, publié jeudi 8 aout 2019 par l’ONU Changements climatiques.

Produit par le Groupe Intergouvernemental sur le Climat (GIEC), ledit rapport offre un aperçu des mesures prises par les gouvernements pour faire face au changement climatique et souligne la richesse des connaissances et des expériences qui sont à leur disposition afin de renforcer l’ambition climatique.

Le document a été publié à moins de deux mois du Sommet ‘’Action Climat’’ du 23 septembre à New York et indique qu’après une courte période de stabilisation, les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont recommencé à augmenter.


« Malgré les progrès importants réalisés dans certains domaines, les efforts accomplis par les pays pour mettre en œuvre leurs plans d’actions climatiques ne sont pas actuellement suffisants pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris » souligne le rapport.

Egalement, il représente la contribution de la CCNUCC au Sommet Action Climat de l’ONU qui met l’accent sur les progrès accomplis au cours des 25 dernières années, depuis la création de la CCNUCC.

Et pourra aussi aider les gouvernements à intensifier leurs activités au moment où, ils se préparent à transmettre une nouvelle série de plans nationaux d’actions climatiques des Contributions déterminées au niveau National (CDN), d’ici à 2020.

Dans sa déclaration, la Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa a indiqué que les deux prochaines années offrent une occasion unique à toutes les nations, et aux organisations non gouvernementales, d’exploiter notre cadre existant, de profiter de notre dynamique actuelle pour réaliser les changements dont nous avons besoin à tout prix.

« La bonne nouvelle, est que l’essentiel de ce travail avait déjà commencé. Il existe une base solide sur laquelle construire une ambition, et le sentiment est clair, il est urgent de s’attaquer à la menace existentielle du changement climatique. Car le rythme de l’action demeure toutefois trop lent, et il doit être accéléré» a indiqué Patricia Espinosa.

CCNUCC/AGP/13/08/019 AKT/AND/KZ

Banniere

COMMENTAIRES

AGP TV




Banniere