Guinée-Santé/ l’an 32 de l’OOAS célébré en république de Guinée

Conakry, 11 juil. (AGP)- La république de Guinée à l’instar des autres pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a célébré mercredi, 10 juillet 2019 l’an 32 de L’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), a suivi l’AGP.

Cette institution sous régionale a été créée le 19 juillet 1987 par les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO à Abuja. L’objectif principal a été de réaffirmer l’engagement de l’institution vis-à-vis de la vision des pères fondateurs et de promouvoir l’intégration régionale en matière de santé.

Dans intervention, le ministre de la Santé Dr. Edouard Niakoye Lamah a indiqué qu’au début le mandat de l’OOAS était d’assurer, au niveau le plus élevé e, l’harmonisation des politiques des Etats membres , la mise en commun des ressources et la coopération entre pays membres et autres, une lutte collective et stratégique contre les problèmes sanitaires dans la sous-région.

Dr Edouard Niankoye Lamah a rappelé qu’à la création de l’OOAS, les chefs d’Etat sont tombés d’accord sur cinq grands domaines thématiques à savoir :
La santé de la femme, de l’enfant et de l’adolescent, la lutte contre les épidémies et les maladies non transmissibles y compris l’élimination du paludisme, l’amélioration de l’accès à des médicaments et vaccins de très bonne qualité et à un coût abordable, la recherche continue des normes de plus en plus élevées de qualité en matière de soins de santé et la collecte régulière et publication des statistiques sanitaires précises et spécifiques.

Aujourd’hui, force est de reconnaitre que le paysage sanitaire de l’Afrique de l’ouest a un peu changé avec une population en meilleure santé et vivant plus longtemps depuis la création de l’OOAS.

Dans les débats, Dr. Niankoye Lamah a précisé qu’en ce qui concerne les médicaments et l’exercice du métier de pharmacie, le fondement de l’OOAS est d’harmoniser tout ce qui a trait à la santé au niveau de l’espace CEDEAO.

La politique de la CEDEAO est de créer une ou des pharmacies centrales dans son espace. Et en même temps de donner la possibilité à cet espace de purifier la qualité des produits.

Dans le domaine de l’amélioration de la santé, la Guinée est le seul pays africain en 2019 qui consacre 8% de son Budget National de Développement au secteur de la santé et reste en nette progression sur le taux de 15% fixé lors du récent sommet de l’Union Africaine.

En ce qui concerne le médicament, il y a un point d’achoppement au niveau des réunions. C’est un problème sérieux pour les Etats membres parce qu’aujourd’hui on constate fort malheureusement qu’il y a suffisamment de médicaments de mauvaise qualité, ou alors ce sont les principes actifs qui sont contenus dans ces médicaments.Pourtant la santé est la pièce angulaire de tout développement. A insisté Dr. Lamah.

AGP/11/07/019 AKT/ABD/KZ

COMMENTAIRES

AGP TV

Transfert de compétences: une garantie pour le pouvoir central


«Nous avions toujours demandé au gouvernement de veiller à l’application des accords sur la flexibilité des prix des produits pétroliers signés en 2006», dixit le président du SIFOG


Il nous faut un dialogue franc et structuré pour décrisper la situation sociopolitique en Guinée’’, a déclaré le président du RDC