Société/Santé : Persistance de la césarienne payante comme un handicap pour la 3ème République

Conakry, 11juin(AGP)- De Kaloum à Coyah, la prise en charge de la césarienne devrait être totale pour les patientes. Au jour d’aujourd’hui, nombreuses sont des femmes qui croupissent sous le poids de la césarienne dans la sous-région.

Ce dysfonctionnement péri natal est la cause majeure du décès de plusieurs femmes qui n’ont pas de moyens pour se rendre dans les hôpitaux.

Avec des complications sanitaires avérées ces femmes sont obligées de voir précipitamment les spécialistes de la santé afin de se soumettre à une intervention chirurgicale pour sauver leur vie et celle de leur bébé.

A L’hôpital de Matoto comme dans les autres hôpitaux de la ville et des régions, les médecins demandent de l’argent aux femmes en difficultés lors des accouchements.

Fatoumata Sylla patiente hospitalisée à l’hôpital de Matoto suite a une césarienne, exprime son mécontentement face à cet état de fait « j’ai eu mon enfant par la césarienne, et c’est la troisième fois que j’enfante par la césarienne, Et j’ai toujours payé même pour celle-là, j’ai payé plus aux docteurs 1 000 000gf »

Pourtant, lors d’une conférence de presse animée récemment par le ministre de la santé, Nyankoye Lamah, il a été rappelé que la gratuité de la césarienne est une recommandation du chef de l’Etat, le Pr. Alpha Condé.

« La prise en charge gratuite de la césarienne est une recommandation politique du chef de l’Etat. Le Professeur. Alpha Condé m’avait recommandé lors d’une conférence de presse, la prise en charge gratuite de la césarienne, les kits de la césarienne, les produits médicaux relatifs à la césarienne et les instruments de travail sont maintenant disponibles donc, j’ai recommandé à tous les médecins d’aider gratuitement les femmes en situation de la césarienne »soutient Dr Nyanhoye Lamah

Le ministre de la santé a demandé à la presse de dénoncer toutes les personnes impliquées dans les spéculations sur la prise en charge de la césarienne. Les patientes ont été invitées à saisir l’autorité de la santé sur le comportement des médecins et agents défaillants.


AGP/11/06/019 BA/AND/KZ

COMMENTAIRES

AGP TV