Conakry : ouverture de la 31ème Réunion Plénière de la Commission Technique du GIABA

Conakry, 16 mai (AGP) - Les travaux de la 31ème Réunion Plénière de la Commission Technique (CTP) du Groupe Intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), ont démarré jeudi, 16 mai 2019 à Conakry en République de Guinée.
Cette réunion du CTP qui va durer deux jours, a pour objectifs : de discuter entre pays membres du GIABA, des menaces et défis liés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme (BC/FT) dans la sous-région et, d’aborder les questions pertinentes qui nécessitent une approche concertée et harmonisée pour faire face à ce fléau.
Entre autres points inscrits à l’ordre du jour de cette 31ème réunion plénière, il y a le compte rendu des travaux de recherche en cours du Groupe de travail sur les risques, tendances et méthodes (RTMG) ; les risques, tendances et méthodes émergents de BC/FT ; l’évaluation nationale des risques ; l’élaboration des politiques ; le compte rendu de la 7ème réunion du comité de pilotage du projet SAMWA ; le forum régional des CRF ; et, la présentation du rapport d’activités du Directeur général du GIABA.
Dans son discours de bienvenue, le président de la Cellule nationale de traitement d’informations financières (CENTIF) de Guinée et Correspondant national du GIABA, Koly Mara, a dit que, la gestion vertueuse des ressources publiques et la lutte contre les crimes économiques et financiers de toute nature sont des choix faits et plusieurs fois réaffirmés par les autorités guinéennes.
Cette volonté de l’Etat guinéen d’enraciner le système généralisé de bonne gouvernance, selon M. Mara, s’est traduite par d’importantes mesures prises et mises en œuvre au cours de ces dernières années.
Dans le domaine spécifique de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, dit-il, la Guinée vient de loin. Elle réalise des progrès depuis que les autorités actuelles ont mis en place la CENTIF y compris les moyens mis à sa disposition pour l’exercice de sa mission.
De son côté, le Directeur général du GIABA, Kimelabalou Aba a dit que la communauté de la CEDEAO est en proie à de nombreuses attaques terroristes qui deviennent de plus en plus banales et quotidiennes dans certains pays, notamment au Nigéria, au Mali et au Burkina Faso. Il précise que les conséquences de ces attaques sont très lourdes car, elles occasionnent non seulement de nombreuses pertes en vies humaines, mais aussi, paralysent toutes les activités dans les localités les plus touchées.
C’est pourquoi, suppose M. Aba, les gouvernements doivent apporter une riposte appropriée en privant les terroristes de leurs moyens de subsistance et d’actions par des cadres juridiques et institutionnels robustes, efficaces qui sont régulièrement améliorés et renforcés par la coopération au plan national et international entre les acteurs impliqués. D’où la nécessité pour tous les experts évaluateurs et pays évalués, de prendre très au sérieux les exercices d’évaluations mutuelles. Afin que les résultats soient objectifs, clairs et d’excellente qualité et que soient formulées des recommandations pertinentes en vue d’amener les pays évalués à les remettre effectivement en œuvre.
En ouvrant les travaux, le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, a souligné que le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme constituent aujourd’hui des formes de criminalité financière qui se développent parallèlement à l’interdépendance croissante de « nos » économies.
Il indique que la Guinée est exposée comme tous les autres pays aux risques de ces fléaux dont l’évaluation permettra aux autorités de développer, selon l’approche fondée sur les risques, une stratégie nationale visant à les atténuer.
Le ministre Mamadi Camara a salué la tenue de cette 31ème Réunion Plénière de la Commission technique du GIABA en Guinée. Car, selon lui, elle revêt pour le pays une grande importance et offre l’occasion pour les populations guinéennes de mieux comprendre à travers les médias, ce que signifient le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme y compris les outils que le pays dispose pour les combattre.

AGP/16/05/019 - CM/JPO/KZ

COMMENTAIRES

AGP TV