spot_img
spot_img
spot_img
AccueilActualitéSocieteGuinée/Procès du 28 septembre : des avocats demandent la mise en liberté...

Guinée/Procès du 28 septembre : des avocats demandent la mise en liberté ou placement sous résidence surveillée du capitaine Moussa Dadis Camara

Publié le

spot_img

Conakry, 05 oct(AGP)- L’audience criminelle du mardi, 04 octobre 2022, à peine ouverte au Tribunal de Première Instance(TPI) de Dixinn, que les avocats de la défense ont soulevé une valse exceptions dont entre autres la mise en liberté ou placement sous résidence surveillée de l’ex chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara et l’évacuation de Aboubacar Toumba Diakité pour des soins.

Dans un tour de rôle, le collectif des avocats de la défense a âprement dénoncé l’ordonnance de renvoi qui, selon lui, a été biaisée dès le départ.

Le collectif ne se limite pas là, il a encore mis en doute la sincérité des rapports médico-légaux des victimes, émis pour servir de preuves par des médecins assermentés.

« Les rapports médico-légaux, cet sont des documents qui ont été établis sous désignation. Personne ne doit fabriquer des preuves », précise un des avocats du collectif de la défense avant d’ajouter que le tribunal doit les dégager.

Le procureur de la République près le TPI de Dixinn, Algassimou Diallo, n’a pas échappé à l’exacerbation du collectif des avocats de la défense qui l’accuse d’avoir envoyé leurs clients en détention sur la base d’un simple courrier administratif.

Sur ce point, le procureur de la République près le TPI de Dixinn, a rappelé qu’après l’entretien que ces avocats ont eu avec leurs clients,  ils nous ont dit : « Monsieur le procureur nos clients acceptent de se constituer prisonnier ».

Puisqu’ils ont accepté de se constituer prisonnier, selon le procureur, Algassimou Diallo, le lieu de détention est connue, c’est la maison centrale de Conakry. Le point d’achoppement, dit-il, c’était bien entendu la manière par laquelle il fallait y aller.

« Ils nous ont proposé des véhicules personnels de leurs clients respectifs, nous avons dit on a, à notre disposition un bus qui pourrait les envoyer à la maison centrale. Ce qui fut fait », a-t-il rassuré.

Quant au collectif des avocats de la partie civile, il a demandé au tribunal de rejeter d’un revers de la main la demande de mise en liberté formulée par la défense et de continuer les débats sur le fond.

Il faut par ailleurs rappeler que l’un des mis en cause, le colonel Moussa Thiégro Camara a plaidé dans la matinée du mardi non coupable des faits qui lui sont reprochés avant que le collectif des avocats de la défense ne soulève leurs exceptions.

Ainsi, l’audience a été renvoyée le 05 octobre pour la suite des débats.

AGP/05/10/022   TB/ABD

 

Articles récents