spot_img
spot_img
spot_img
AccueilActualitéInternationalLa COP 27 parvient à un accord décisif sur un nouveau fonds...

La COP 27 parvient à un accord décisif sur un nouveau fonds « pertes et préjudices » pour les pays vulnérables

Publié le

spot_img

Conakry, 24 nov (AGP)-La Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (la COP 27) s’est clôturée aujourd’hui sur un accord décisif visant à fournir un financement des pertes et préjudices aux pays vulnérables durement touchés par les catastrophes climatiques.

Ce résultat nous fait avancer, a déclaré Simon Stiell, secrétaire exécutif d’ONU Climat. Nous avons déterminé une voie à suivre dans le cadre d’une conversation qui dure depuis des décennies sur le financement des pertes et dommages – en délibérant sur la façon dont nous abordons les impacts sur les communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été ruinés par les pires impacts du changement climatique.

Dans un contexte géopolitique difficile, la COP 27 a permis aux pays de prendre un ensemble de décisions qui réaffirment leur engagement à limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Cet ensemble de décisions a également renforcé les mesures prises par les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux conséquences inévitables des changements climatiques, tout en favorisant le soutien financier, technologique et le renforcement des capacités dont ont besoin les pays en développement.

La création d’un fonds spécifique pour les pertes et préjudices a marqué un point d’avancée important, la question ayant été ajoutée à l’ordre du jour officiel et adoptée pour la première fois lors de la COP 27.

Les gouvernements ont pris la décision novatrice de mettre en place de nouveaux mécanismes de financement, ainsi qu’un fonds spécifique, pour aider les pays en développement à faire face aux pertes et préjudices. Ils ont également convenu de créer un « comité de transition » chargé de formuler des recommandations sur la manière de rendre opérationnels les nouveaux mécanismes de financement et le fonds lors de la COP 28 de l’année prochaine. La première réunion du comité transitoire devrait avoir lieu avant la fin du mois de mars 2023.

Les parties ont également convenu des dispositions institutionnelles pour rendre opérationnel le Réseau de Santiago pour les pertes et dommages, afin de catalyser l’assistance technique aux pays en développement qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique.

La COP 27 a vu des progrès significatifs en matière d’adaptation, les gouvernements s’accordant sur la manière de faire avancer l’objectif mondial sur l’adaptation, qui sera conclu lors de la COP 28 et alimentera le premier bilan mondial, améliorant la résilience des plus vulnérables. De nouvelles promesses de dons, d’un montant total de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation lors de la COP 27 ». Ces promesses aideront beaucoup plus de communautés vulnérables à s’adapter au changement climatique grâce à des solutions d’adaptation concrètes.  Le président de la COP 27, Sameh Shoukry, a annoncé le programme d’adaptation de Charm el-Cheikh, qui renforce la résilience des personnes vivant dans les communautés les plus vulnérables au climat d’ici 2030. Il a été demandé au Comité permanent des finances d’ONU Climat de préparer un rapport sur le doublement du financement de l’adaptation pour examen lors de la COP 28 l’année prochaine.

La décision de couverture, connue sous le nom de « Plan de mise en œuvre de Charm el-Cheikh », souligne que la transformation mondiale vers une économie à faible émission de carbone devrait nécessiter des investissements d’au moins 4 à 6 billions de dollars par an. La mise à disposition de ces fonds nécessitera une transformation rapide et complète du système financier, de ses structures et de ses processus, impliquant les gouvernements, les banques centrales, les banques commerciales, les investisseurs institutionnels et d’autres acteurs financiers.

De vives inquiétudes ont été exprimées quant au fait que l’objectif des pays développés parties de mobiliser conjointement 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 n’a pas encore été atteint. Les pays développés ont été exhortés à atteindre cet objectif et les banques multilatérales de développement et les institutions financières internationales ont été appelées à mobiliser le financement climatique.

Lors de la COP 27, les délibérations se sont poursuivies sur la fixation d’un « nouvel objectif collectif chiffré sur le financement du climat » en 2024, en tenant compte des besoins et des priorités des pays en développement.

Dans ce texte, nous avons reçu l’assurance qu’il n’y a pas de place pour un retour en arrière, a déclaré M. Stiell. Il donne les signaux politiques clés qui indiquent que l’élimination progressive de tous les combustibles fossiles est en cours.

Le sommet des leaders mondiaux, qui s’est tenu pendant deux jours au cours de la première semaine de la conférence, a donné lieu à six tables rondes de haut niveau. Les discussions ont mis en évidence des solutions, sur des thèmes tels que la sécurité alimentaire, les communautés vulnérables et la transition juste, pour tracer une voie permettant de surmonter les défis climatiques et de fournir les financements, les ressources et les outils nécessaires pour mener efficacement une action climatique à grande échelle.

La COP 27 a rassemblé plus de 45 000 participants pour partager des idées et des solutions, et établir des partenariats et des coalitions. Les peuples autochtones, les communautés locales, les villes et la société civile, y compris les jeunes et les enfants, ont présenté la manière dont ils font face au changement climatique et ont fait part de l’impact de celui-ci sur leur vie.

Les décisions prises ici aujourd’hui soulignent également l’importance cruciale de donner à toutes les parties prenantes les moyens de s’engager dans l’action climatique, en particulier par le biais du plan d’action quinquennal sur l’autonomisation climatique et de l’examen intermédiaire du plan d’action pour l’égalité des sexes. Ces résultats permettront à toutes les parties de travailler ensemble pour remédier aux déséquilibres dans la participation et fournir aux parties prenantes les outils nécessaires pour mener une action climatique plus importante et plus inclusive à tous les niveaux.

Les jeunes ont été particulièrement mis en avant lors de la COP 27, le secrétaire exécutif d’ONU Climat ayant promis d’exhorter les gouvernements à ne pas se contenter d’écouter les solutions proposées par les jeunes, mais à les intégrer dans les processus de décision et d’élaboration des politiques. Les jeunes ont fait entendre leur voix à travers le pavillon des enfants et des jeunes, le premier du genre, ainsi que le tout premier Forum sur le climat dirigé par des jeunes.

Parallèlement aux négociations officielles, l’espace mondial d’action pour le climat de la COP 27 a offert une plateforme aux gouvernements, aux entreprises et à la société civile pour collaborer et présenter leurs solutions climatiques concrètes. Les champions de haut niveau des Nations unies en matière de changement climatique ont organisé un programme de deux semaines comprenant plus de 50 événements. Ce programme comprenait un certain nombre d’initiatives majeures menées par l’Afrique pour réduire les émissions et renforcer la résilience climatique, ainsi qu’un travail important sur la mobilisation des financements.

Nous avons une série d’étapes à franchir. Nous devons nous serrer les coudes, avec détermination, à travers tous les processus, qu’ils soient nationaux, régionaux ou autres, comme le G20. Chaque étape est importante et crée un élan, a déclaré Mme Stiell. La prochaine étape du changement est à portée de main, avec la gestion par les Émirats arabes unis du premier inventaire mondial. Pour la toute première fois, nous ferons le point sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Il permettra d’évaluer de manière indépendante les progrès accomplis et de déterminer si nos objectifs sont adéquats. Il permettra de savoir ce que chacun, chaque jour, partout dans le monde, doit faire pour éviter la crise climatique.

Lors de la séance plénière de clôture, M. Stiell a rappelé aux délégués que le monde se trouve dans une décennie critique pour l’action climatique. Un rapport sévère d l’ONU Climat a étayé ses remarques, ainsi que les discussions tout au long des deux semaines de la conférence. Selon ce rapport, la mise en œuvre des engagements actuels des gouvernements nationaux place le monde sur la voie d’un réchauffement de 2,5°C d’ici la fin du siècle. Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies indique que les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer de 45 % d’ici à 2030 pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C.

Le président de la COP 27, Sameh Shoukry, a déclaré : Le travail que nous avons réussi à accomplir ici au cours des deux dernières semaines, et les résultats que nous avons obtenus ensemble, témoignent de notre volonté collective, en tant que communauté de nations, d’exprimer un message clair qui résonne fort aujourd’hui, ici dans cette salle et dans le monde entier : que la diplomatie multilatérale fonctionne toujours… malgré les difficultés et les défis de notre époque, les divergences de vues, le niveau d’ambition ou d’appréhension, nous restons engagés dans la lutte contre les changements climatiques… nous avons été à la hauteur, nous avons assumé nos responsabilités et nous avons pris les importantes décisions politiques décisives que des millions de personnes dans le monde attendent de nous.

À propos de l’année à venir, M. Stiell a déclaré qu’ONU Climat aidera les parties et les futures présidences de la COP à naviguer sur la voie de la nouvelle phase de mise en œuvre.

Voici un résumé de certains des autres résultats clés de la COP 27.

Technologie

La COP 27 a vu le lancement d’un nouveau programme de travail quinquennal visant à promouvoir les solutions technologiques climatiques dans les pays en développement.

Atténuation

La COP 27 a fait progresser de manière significative les travaux sur l’atténuation. Un programme de travail sur l’atténuation a été lancé à Charm el-Cheikh, visant à intensifier de toute urgence les ambitions et la mise en œuvre de l’atténuation. Ce programme de travail débutera immédiatement après la COP 27 et se poursuivra jusqu’en 2030, avec au moins deux dialogues mondiaux organisés chaque année. Les gouvernements ont également été invités à réexaminer et à renforcer les objectifs fixés pour 2030 dans leurs plans nationaux pour le climat d’ici à la fin de 2023, ainsi qu’à accélérer les efforts visant à réduire progressivement l’énergie produite à partir du charbon et à supprimer les subventions inefficaces accordées aux combustibles fossiles.

Le texte de la décision reconnaît que la crise énergétique mondiale sans précédent souligne l’urgence de transformer rapidement les systèmes énergétiques pour qu’ils soient plus sûrs, fiables et résilients, en accélérant les transitions propres et justes vers les énergies renouvelables au cours de cette décennie d’action critique.

Bilan mondial

Les délégués à la COP 27 ont conclu le deuxième dialogue technique du premier bilan mondial, un mécanisme visant à renforcer l’ambition de l’Accord de Paris. Le secrétaire général des Nations unies organisera « un sommet sur l’ambition climatique » en 2023, avant la conclusion du bilan lors de la COP 28 l’année prochaine.

Un aperçu des autres annonces

De nombreuses annonces ont été faites lors de la conférence :

– Les pays ont lancé un ensemble de 25 nouvelles actions de collaboration dans cinq domaines clés : l’électricité, le transport routier, l’acier, l’hydrogène et l’agriculture.

– Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a annoncé un plan de 3,1 milliards de dollars pour garantir que chaque habitant de la planète soit protégé par des systèmes d’alerte précoce dans les cinq prochaines années.

– Le groupe d’experts de haut niveau du Secrétaire général des Nations unies sur les engagements nets zéro a publié un rapport lors de la COP 27, servant de guide pratique pour garantir des engagements nets zéro crédibles et responsables de la part de l’industrie, des institutions financières, des villes et des régions.

– Un plan dirigé par le G7, appelé « Global Shield Financing Facility », a été lancé lors de la COP 27 pour fournir des fonds aux pays victimes de catastrophes climatiques.

– Annonçant un total de 105,6 millions de dollars de nouveaux financements, le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, l’Irlande, la Slovénie, la Suède, la Suisse et la Région wallonne de Belgique ont souligné la nécessité de soutenir encore davantage les fonds du Fonds pour l’environnement mondial destinés à répondre aux besoins immédiats d’adaptation au climat des États de faible altitude et à faible revenu.

– Le nouveau partenariat indonésien pour une transition énergétique juste, annoncé lors du sommet du G20 qui s’est tenu parallèlement à la COP 27, mobilisera 20 milliards d’USD au cours des trois à cinq prochaines années pour accélérer une transition énergétique juste.

– Des progrès importants ont été accomplis en matière de protection des forêts avec le lancement du Partenariat des leaders sur les forêts et le climat, qui vise à unir les actions des gouvernements, des entreprises et des dirigeants communautaires pour mettre fin à la disparition des forêts et à la dégradation des terres d’ici 2030.

AGP/24/11/022      ONU

Articles récents