Guinée/projet de constitution : Environnement préservé pour le bien-être des citoyens

Conakry, 21 fév(AGP)-Le couvert végétal et l’écosystème ont été fortement affectés ces deux dernières décennies en République de Guinée. La guerre contre la nature prend de l’ampleur dont les conséquences sont de plus en perceptibles notamment la perturbation de la pluviométrie, la multiplication des cas d’inondations, les fortes chaleurs et la montée des eaux ou l’augmentation du niveau des océans.
Pour faire face à cette situation, l’Etat guinéen a pris de nouveaux engagements dans le projet de nouvelle constitution, pour la préservation de l’environnement et du bien-être des citoyens.
Dans son article 22, la nouvelle constitution indique que « le droit à un environnement sain est reconnu sur l’ensemble du territoire, l’Etat veille à la protection de l’environnement et favorise l’accès à un habitat décent ».
Et cela se concrétise par l’extension des compétences du Conseil Economique et Social qui devient désormais ‘’Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel’’
Les enjeux liés à la protection de la faune, de la flore, des cours d’eau, bref la biodiversité, sont à présent solennellement pris en compte dans la nouvelle constitution.
Deux autres dispositions viennent renforcer l’engagement de la Guinée dans la protection de l’environnement.
« Toute personne a droit à un environnement sain et durable et a le devoir de le défendre. Dans les conditions déterminées par la loi, l’Etat veille à la préservation et à la protection du patrimoine culturel et naturel contre toutes les formes de dégradation. Le transit, l’importation, le stockage illégal et le déversement sur le territoire national des déchets toxiques polluants et tout accord y relatif constituent un crime contre la nation. Les sanctions applicables sont définies par la loi » peut-on lire dans l’article 22.
Désormais les feux de brousse d’origine criminelle, la coupe abusive du bois, le remblayage des côtes, l’envahissement des cours d’eau sont passibles de poursuite judiciaire. Un message fort à l’endroit des agresseurs de la nature.
Pour rappel, la Guinée est signataire de l’accord de Paris sur le Climat.
Une campagne nationale de reboisement a été même initiée en 2019 et devrait permettre la restauration du couvert végétal guinéen.

AGP/21/02/020 AND-BDS-KZ

COMMENTAIRES

AGP TV


">