Guinée/projet de constitution : « La protection des faibles et la candidature indépendante sont des atouts », dixit Ibrahima Docta Yattara

Conakry, 25fév(AGP)- Le peuple historique du 28 septembre 1958 est appelé le 1er mars 2020 à choisir des députés qui vont le représenter à l’Assemblée Nationale et se prononcer sur la nouvelle constitution qui va nécessairement combler les déficits que connait celle de 2010. Dans une interview accordée à l’AGP , le DCE de Kaloum, Ibrahima Docta Yattara a indiqué que la constitution qui est la loi des lois est souvent sujette d’amendements, de changement comme prévu dans l’actuelle constitution en son article 51.
« On peut changer une constitution même ça reste un jour avant la fin d’une mandature et seulement, il y a des procédures pour la changer. Il suffit de consulter le président de l’Assemblée Nationale, faire recours à la cour constitutionnelle et soumettre au peuple » a précisé le DCE de Kaloum.
Selon lui, « la constitution du 07 mai 2010, est victime de la manière dont elle a été élaborée et celle dont elle a été adoptée, parce que dit-il, ce n’était ni par voie référendaire ni par voie législative tandis que la nouvelle constitution tiendra compte des grandes idées qui sont venues au temps du Pr Alpha Condé ».
Le DCE de Kaloum a ajouté que la nouvelle constitution tiendra également compte des grandes idées du moment pour que la Guinée soit au diapason des grandes réalités qui s’imposent à elle ; donc pour lui, ça ne sert à rien de semer le désordre. « C’est pourquoi le gouvernement doit se montrer ferme pour éviter le chaos, prendre toutes les brebis-galeuses, ceux qui ne veulent pas qu’il y ait la paix » a proposé le DCE, avant d’ajouter qu’on ne doit pas les laisser faire en confondant la liberté civile à la liberté naturelle.
« En mettant des idées de panafricanisme, en protégeant les faibles c’est-à-dire les personnes âgées, les femmes, les handicapés, en donnant la chance à tous les guinéens avec la candidature indépendante de ne se présenter rien que pour cela doit amener les gens à voter oui pour la nouvelle constitution », a souhaité le directeur communal de l’éducation de Kaloum.
AGP/25/02/020 TB/AND

COMMENTAIRES

AGP TV


">