Mali : des sanctions « très dures » adoptées par la CEDEAO

Le nouveau calendrier proposé par Bamako n'aura pas suffi à convaincre les dirigeants de la CEDEAO. Les États d'Afrique de l'Ouest ont adopté des sanctions « très dures » ce 9 janvier à l'encontre de la junte au pouvoir. Ces mesures sont comparables à celles prises après le putsch de 2020.
Lors du sommet extraordinaire des dirigeants de la CEDEAO, qui s'est tenu 9 janvier, des sanctions « très dures » ont été adoptées en raison du non-respect par la junte au pouvoir au Mali de l'échéance de février pour organiser des élections et ramener les civils au pouvoir.
Parmi elles :
La fermeture des frontières entre le Mali et les pays membres de la Cédéao,
Le gel des actifs maliens au sein de la Banque Centrale des États d'Afrique de l'Ouest,
La suspension des transactions sauf pour les produits de première nécessité et pharmaceutiques.
Coupure des aides financières
Rappel des ambassadeurs des pays membres au Mali
« Ces sanctions seront appliquées immédiatement. Elles seront progressivement levées uniquement après l'obtention d'un chronogramme satisfaisant soit finalisé », explique la Cédéao dans un communiqué.
Ces sanctions ont été prises malgré le nouveau calendrier présenté plus tôt par les envoyés maliens. De cette manière, ils ont exprimé leur volonté de « maintenir le dialogue et une bonne coopération avec la Cédéao ». Un haut responsable ghanéen, dont le pays assure actuellement la présidence de la Cédéao a estimé que ce calendrier était « de la rigolade. » Initialement, la transition prévue par la junte était de cinq ans. Ce nouveau calendrier est raccourci à quatre ans.
Les sanctions adoptées par les dirigeants de la Cédéao sont comparables à celles prises après le putsch d'août 2020, selon un haut responsable participant au sommet. Après le coup d'État, la Cédéao avait imposé la fermeture des frontières des États membres avec le Mali ainsi qu'un embargo sur les échanges commerciaux et financiers, à l'exception des produits de première nécessité.

Dans le communiqué publié après la réunion de la Cédéao, les dirigeants « regrettent le manque de volonté politique des autorités de transition, qui a conduit à l'absence de progrès tangible dans la préparation aux élections. » Il est aussi précisé que les chefs d'État trouvent le chronogramme proposé la veille en urgence « inacceptable ».
AGP/09/01/022 TV5 monde




COMMENTAIRES

AGP TV


">