spot_img
spot_img
spot_img
AccueilActualitéSocieteGuinée/ Affaire 28 septembre : « Ce procès doit réparer la fracture...

Guinée/ Affaire 28 septembre : « Ce procès doit réparer la fracture qui s’est instaurée entre la population de Guinée et son armée », a affirmé Me Djibril Kouyaté

Publié le

spot_img

Conakry, 30 sept(AGP)- Dans le souci de restaurer un climat de paix en Guinée, le bâtonnier de l’ordre national des avocats de Guinée, Me Djibril Kouyaté a indiqué, mercredi, 28 septembre 2022, que le procès des événements du 28 septembre 2009, doit réparer la fracture qui s’est instaurée entre la population de Guinée et son armée, a suivi l’AGP.

Ces propos ont été tenus lors de son discours à l’occasion de l’inauguration officielle du tribunal ad ’hoc, situé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry où les présumés auteurs de crime des événements du 28 septembre 2009 seront jugés.

Ainsi à la date anniversaire des événements historiques du 28 septembre 2009, les autorités guinéennes sous la clairvoyance du président de la République, colonel Mamadi Doumbouya,  ont jugé opportun de démarrer ce procès tant attendu des guinéens pour qu’en fin lumière soit faite sur les atrocités qui ont été commises dans ce temple de jeu  dénommé ‘’Stade du 28 Septembre’’.

Dans son discours de circonstance, Me Djibril Kouyaté a rappelé : « Les faits constants nous disent que des hommes en tenue militaire ont en temps de paix, osé tirer sur des civils, militants et sympathisants de partis politiques rassemblés au Stade du 28 septembre. Beaucoup, hélas en ont faits les frais. Ceux qui sont morts ne parleront plus, mais leur sang versé, crie justice. Je dis bien justice et non vengeance. La justice doit être en fin rendue au nom de la loi, de la morale et de la mémoire ».

Pour lui, le procès du 28 septembre 2009, doit soulager la conscience des présumés auteurs de tueries, panser les blessures et extirper toutes les haines et rancœurs des victimes.

Il a par ailleurs noté que le succès de ce procès reposera en grande partie sur l’indépendance des juges et l’indépendance judiciaire, tout en rappelant que cette indépendance est un des piliers sur lequel repose l’Etat de droit.

AGP/30/09/022   TB/CM

 

 

Articles récents